La jonquille est-elle toxique pour le chien ?

Des jonquilles en fleur dans un jardin

Toxique

 

Courante en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, la jonquille est une plante herbacée qui se reconnaît facilement à sa large fleur jaune d'or en forme de trompette. Il s'agit en fait d'un narcisse, qui regroupe une trentaine d'espèces : plus précisément, il s'agit de Narcissus jonquilla. D'autres espèces ou variétés de narcisse sont appelées « jonquille » elles aussi dans le langage courant, en raison de leur ressemblance avec celle-ci.

 

Le narcisse est toxique pour les chiens, et il en va donc de même pour la jonquille (la « vraie » comme les autres).

Un jardin rempli de jonquilles en fleurs
Des jonquilles de couleur blanche

Pourquoi la jonquille est-elle toxique pour les chiens ?

Comme le narcisse, la jonquille doit sa toxicité à diverses substances, notamment la lycorine : il s'agit d'un alcaloïde (une molécule à base d'azote) dont l'ingestion cause des troubles divers plus ou moins sévères chez le chien comme chez le chat ou l'humain. D'autres molécules sont elles aussi problématiques : la galantamine, la saponine, l'oxalate de calcium...

 

L'intégralité de la plante est toxique, mais ce sont surtout les bulbes qui contiennent le plus de poison - et qui sont donc les plus dangereux. L'intoxication se produit généralement lorsqu'un chien joue avec un bulbe - un peu comme s'il s'agissait d'une balle - et finit par le croquer voire l'avaler.

La dose toxique de jonquille pour le chien

Compte tenu du nombre de toxines différentes contenues dans une jonquille, il est difficile de déterminer la dose toxique exacte pour un chien.

 

Ce qui est sûr en revanche, c'est que sa toxicité est élevée. En effet, d'après certaines estimations basées sur des individus s'étant empoisonnés après avoir ingéré de la jonquille, 15 grammes de bulbe sec pourraient suffire à tuer un chien - en particulier si ce dernier est de petite taille. Cela correspond globalement à un ou deux bulbes seulement.

Les symptômes d'intoxication d'un chien à la jonquille

Si jamais un chien s'intoxique en mangeant de la jonquille, les premiers symptômes sont d'ordre digestif : on constate notamment une diarrhée, une hypersalivation, des nausées et/ou des vomissements. Ils apparaissent dans les heures qui suivent l'ingestion.

 

Si l'intoxication est grave, d'autres symptômes sont susceptibles de se manifester. Ils peuvent être divers :

  • des troubles cardiaques : bradycardie (ralentissement du rythme cardiaque) et hypotension ;
  • des troubles de la régulation de la température corporelle, avec notamment une hypothermie ;
  • des troubles neurologiques, tels que des contractions involontaires, des convulsions, voire un coma et la mort.

Que faire si mon chien a mangé de la jonquille ?

Comme une petite quantité de jonquille peut rendre gravement malade voire tuer un chien, il ne faut pas perdre une minute si jamais l'on surprend son compagnon en train d'en manger une, ou si on le soupçonne de l'avoir fait.

 

Le mieux est de contacter immédiatement un vétérinaire (de préférence le sien), ou éventuellement un centre antipoison pour animaux. Ces spécialistes sont les mieux placés pour fournir des conseils concernant la meilleure attitude à avoir en cas d'empoisonnement. En fonction de la quantité de jonquille ingérée, ils peuvent recommander de faire vomir le chien, de lui donner du charbon actif, ou de le conduire à une clinique pour pratiquer un lavage gastrique.

 

Puis, si cela ne suffit pas pour éviter une intoxication grave, d'autres traitements peuvent être mis en place, en fonction des symptômes présents. Par exemple, des antivomitifs sont généralement administrés si les vomissements ne cessent pas d'eux-mêmes, et des stimulants pour le coeur sont utiles en cas de bradycardie.

 

En général, le pronostic est plutôt bon, en tout cas si la prise en charge est rapide et adaptée.

Dernière modification : 11/09/2022.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La liste des plantes toxiques
  2. Page 2 : L’acacia
  3. Page 3 : L’aglaonema
  4. Page 4 : L'aloe vera
  5. Page 5 : L’aloès
  6. Page 6 : L’allamanda
  7. Page 7 : L’amaryllis
  8. Page 8 : L’anthurium
  9. Page 9 : L'arum
  10. Page 10 : L’azalée
  11. Page 11 : Le bégonia
  12. Page 12 : Le brunfelsia
  13. Page 13 : Le buis
  14. Page 14 : Le cactus
  15. Page 15 : La clématite
  16. Page 16 : Le colchique
  17. Page 17 : Le croton
  18. Page 18 : Le cycas
  19. Page 19 : Le cyclamen
  20. Page 20 : Le dahlia
  21. Page 21 : Le dieffenbachia
  22. Page 22 : La digitale
  23. Page 23 : La dracaena
  24. Page 24 : L'euphorbe
  25. Page 25 : Le ficus
  26. Page 26 : Le fragon
  27. Page 27 : Le géranium
  28. Page 28 : Le gloriosa
  29. Page 29 : La glycine
  30. Page 30 : Le gui
  31. Page 31 : L'herbe à chat (cataire)
  32. Page 32 : L'hortensia
  33. Page 33 : Le houx
  34. Page 34 : L'if
  35. Page 35 : L'iris
  36. Page 36 : Le jasmin étoilé
  37. Page 37 : La jonquille
  38. Page 38 : Le laurier-cerise
  39. Page 39 : Le laurier-rose
  40. Page 40 : Le lierre
  41. Page 41 : Le lilas
  42. Page 42 : Le lys
  43. Page 43 : Le muguet
  44. Page 44 : Le narcisse
  45. Page 45 : L'oiseau de paradis
  46. Page 46 : L'oxalis
  47. Page 47 : Le philodendron
  48. Page 48 : Le poinsettia
  49. Page 49 : La renoncule
  50. Page 50 : Le rhododendron
  51. Page 51 : Le ricin
  52. Page 52 : Le spathiphyllum
  53. Page 53 : Le schefflera
  54. Page 54 : La tulipe
  55. Page 55 : Le yucca
  56. Page 56 : Les autres plantes toxiques