La glycine est-elle toxique pour le chien ?

Vue proche d'une glycine en fleurs

Modérément toxique

 

Aisément reconnaissable à ses tiges très épaisses, son feuillage dense et ses grappes de fleurs très odorantes, la glycine (Wisteria) est un genre de plantes grimpantes originaires d'Asie, dont il existe à ce jour une dizaine d'espèces différentes. Les espèces les plus répandues sont Wisteria sinensis (originaire de Chine) et Wisteria floribunda (originaire du Japon) en Europe, ainsi que Wistera frutescens en Amérique du Nord.

 

Bien qu'elle mette longtemps avant de commencer à produire les premières fleurs, la glycine a une croissance rapide, et ses tiges et lianes s'accrochent à peu près n'importe où. Elle est tellement puissante qu'elle peut, avec le temps, finir par déformer voire casser le support sur lequel elle grimpe (une grille, un pilier...), et si elle s'accroche à un arbre, lui nuire au point même de l'étouffer et causer sa mort - contrairement au lierre qui lui est plutôt bénéfique aux arbres et les protège. Il faut donc la guider voire la dompter pour qu'elle pousse harmonieusement sans nuire à son environnement.

 

Ce sont surtout les fleurs de la glycine qui lui valent d'être autant appréciées : formant des sortes de grosses grappes qui tombent en cascade, elles sont souvent mauves, mais peuvent aussi être bleues, roses ou encore blanches. Elles dégagent un parfum subtil mais envoûtant, qui plaît aux insectes butineurs (notamment aux abeilles et bourdons).

 

La glycine fait toutefois partie des plantes toxiques, aussi bien pour les humains que pour les chiens.

Wisteria sinensis
Wisteria sinensis
Une glycine le long d'un mur
Une glycine le long d'un mur
Wisteria floribunda
Wisteria floribunda

Pourquoi la glycine est-elle toxique pour les chiens ?

Si la glycine est dangereuse, c'est en raison d'une substance qu'elle contient : il s'agit d'une lectine (une protéine qui se lie de manière irrémédiable à un glucide) présente dans sa sève, ses feuilles, ses rameaux, ses racines et surtout ses graines. Comme beaucoup d'autres lectines, cette molécule cause des irritations au niveau des muqueuses avec lesquelles elle entre en contact : l'appareil digestif en cas d'ingestion, la peau ou même l'oeil si de la sève gicle dedans.

 

La glycine contient aussi d'autres substances problématiques, notamment diverses saponines toxiques. Plusieurs études se sont intéressées à la nature et aux propriétés de celles présentes dans les différentes espèces de glycine. C'est le cas notamment de l'étude intitulée « Structural analysis of oleanane-type saponins from the roots of Wisteria frutescens » publiée en 2017 dans la revue Magnetic resonance in chemistry, ainsi que de l'étude « Oleanane-type saponins from the roots of Wisteria floribunda macrobotrys » publiée en 2016 dans le journal Planta Medica.

 

Compte tenu du fait que la glycine est une plante grimpante dont les tiges deviennent rapidement très épaisses et dont les feuilles poussent plutôt en hauteur, le risque d'intoxication pour un chien est assez faible. Il existe surtout quand la plante est encore jeune (les feuilles et tiges peuvent alors être mâchouillées par l'animal), ou lorsque ses fleurs donnent des graines qui tombent au sol et sont susceptibles d'être avalées.

Les symptômes d'intoxication d'un chien à la glycine

Si jamais un chien mange de la glycine et s'intoxique avec, il risque de souffrir de divers problèmes digestifs, notamment des douleurs abdominales, des nausées voire des vomissements répétés, ainsi qu'une diarrhée sévère. S'ils sont trop importants et/ou se prolongent, ces derniers peuvent causer une déshydratation susceptible de causer la mort : heureusement, il est rare que les choses aillent jusque-là.

 

En plus de cela, des troubles neurologiques tels que des vertiges, une confusion, une fatigue, des tremblements ou encore des convulsions risquent d'apparaître - notamment si l'intoxication est grave.

 

Ces différents symptômes apparaissent en cas d'ingestion d'une quantité non négligeable de feuilles et/ou de graines de glycine. Toutefois, un contact de la sève avec la peau risque de causer des irritations plus ou moins importantes. Si jamais la sève gicle dans l'oeil, la cornée peut être lésée et la vue dégradée - potentiellement à vie.

Que faire si mon chien mange de la glycine ?

Si jamais un chien s'intoxique avec de la glycine, les conséquences sont rarement très graves. Mieux vaut tout de même contacter un vétérinaire ou un centre antipoison pour savoir comment réagir pour s'occuper de lui.

 

En général, la première chose à faire est de chercher à faire vomir l'animal si l'ingestion est récente (moins de 2 heures) pour éliminer le plus de glycine possible dans l'appareil digestif. Si ce n'est pas possible - notamment parce que l'ingestion est trop ancienne -, le mieux est de lui donner un peu de charbon actif et/ou de demander à un vétérinaire de lui faire un lavage gastrique en urgence. Cela contribue à le débarrasser les substances toxiques qui ne sont plus éliminables par des vomissements mais qui ne sont pas encore passées dans le sang.

 

Si jamais de la sève de glycine a giclé sur la peau, l'intoxication est moins grave, car les substances toxiques passent alors plus difficilement dans l'organisme. Il faut tout de même rincer abondamment la zone touchée avec de l'eau claire, pour soulager l'irritation. Si c'est l'oeil qui est touché, le mieux est de le nettoyer avec du sérum physiologique puis d'emmener le chien chez le vétérinaire pour évaluer l'ampleur des dégâts.

 

Dans l'ensemble, il est rare que l'intoxication soit grave : la prise en charge va donc rarement plus loin que cela. Dans le cas contraire, une hospitalisation de quelques jours peut être recommandée, notamment pour surveiller que l'état de l'animal ne se dégrade pas et pour calmer ses symptômes. Cela permet également de mettre en place une réhydratation par perfusion si jamais il est déshydraté à cause des diarrhées et des vomissements.

Dernière modification : 10/27/2022.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La liste des plantes toxiques
  2. Page 2 : L’acacia
  3. Page 3 : L’aglaonema
  4. Page 4 : L'aloe vera
  5. Page 5 : L’aloès
  6. Page 6 : L’allamanda
  7. Page 7 : L’amaryllis
  8. Page 8 : L’anthurium
  9. Page 9 : L'arum
  10. Page 10 : L’azalée
  11. Page 11 : Le bégonia
  12. Page 12 : Le brunfelsia
  13. Page 13 : Le buis
  14. Page 14 : Le cactus
  15. Page 15 : La clématite
  16. Page 16 : Le colchique
  17. Page 17 : Le croton
  18. Page 18 : Le cycas
  19. Page 19 : Le cyclamen
  20. Page 20 : Le dahlia
  21. Page 21 : Le dieffenbachia
  22. Page 22 : La digitale
  23. Page 23 : La dracaena
  24. Page 24 : L'euphorbe
  25. Page 25 : Le ficus
  26. Page 26 : Le fragon
  27. Page 27 : Le géranium
  28. Page 28 : Le gloriosa
  29. Page 29 : La glycine
  30. Page 30 : Le gui
  31. Page 31 : L'herbe à chat (cataire)
  32. Page 32 : L'hortensia
  33. Page 33 : Le houx
  34. Page 34 : L'if
  35. Page 35 : L'iris
  36. Page 36 : Le jasmin étoilé
  37. Page 37 : La jonquille
  38. Page 38 : Le laurier-cerise
  39. Page 39 : Le laurier-rose
  40. Page 40 : Le lierre
  41. Page 41 : Le lilas
  42. Page 42 : Le lys
  43. Page 43 : Le muguet
  44. Page 44 : Le narcisse
  45. Page 45 : L'oiseau de paradis
  46. Page 46 : L'oxalis
  47. Page 47 : Le philodendron
  48. Page 48 : Le poinsettia
  49. Page 49 : La renoncule
  50. Page 50 : Le rhododendron
  51. Page 51 : Le ricin
  52. Page 52 : Le spathiphyllum
  53. Page 53 : Le schefflera
  54. Page 54 : La tulipe
  55. Page 55 : Le yucca
  56. Page 56 : Les autres plantes toxiques