La dracaena et le chien : toxicité, symptômes, comment réagir...

La dracaena est-elle toxique pour le chien ?

Modérément toxique

 

Le terme « dracaena » désigne les plantes appartenant au genre Dracaena, qui compte à ce jour une quarantaine d'espèces, dont la quasi-totalité est originaire d'Afrique tropicale. Ces plantes doivent leur nom à leur résine couleur rouge - « dracaena » signifiant en effet « dragon femelle » en grec. On les appelle dracénas dans le langage courant.

 

L'une des plus connues est le dragonnier de Madagascar, considérée pendant longtemps comme une espèce à part entière (Dracaena marginata) avant d'être finalement requalifiée comme une simple variété de Dracaena reflexa. Mais beaucoup d'autres ont elles aussi des chances de se retrouver dans les maisons, comme Dracaena fragrans ou Dracaena sanderiana (aussi connue sous le nom de « bambou porte-bonheur »).

 

Quelle que soit l'espèce, la dracéna est toxique pour les chiens.

Un dragonnier de Madagascar
Un dragonnier de Madagascar
Des plants de Dracaena fragrans
Des plants de Dracaena fragrans
Des bambous porte-bonheurs
Des bambous porte-bonheurs

Pourquoi la dracaena est-elle toxique pour les chiens ?

Certaines espèces de dracénas sont des plantes toxiques pour les chiens, en raison de la saponine qu'elles contiennent - notamment dans leurs feuilles. Il s'agit d'une substance conférant un goût amer et ayant divers effets délétères sur la santé. En particulier, elle attaque les cellules du sang et les cellules des muqueuses digestives.

 

Toutes les espèces ne sont pas aussi dangereuses les unes que les autres. Parmi les plus problématiques, on peut citer notamment le dragonnier de Madagascar ou Dracaena fragrans.

Les symptômes d'intoxication à la dracaena chez le chien

Si un chien mange du dracaena, il commence généralement à souffrir de symptômes dans les heures qui suivent.

 

Les symptômes les plus courants sont essentiellement d'ordre digestif, avec en particulier une perte d'appétit, une diarrhée, une hypersalivation et des vomissements parfois sanguinolents. S'ils se prolongent dans le temps, une fatigue importante et/ou une apathie sont également possibles.

Que faire si mon chien a mangé du dracaena ?

Si jamais on surprend un chien en train de manger du dracéna, ou si on le soupçonne d'en avoir avalé, mieux vaut contacter un vétérinaire sans attendre - le sien dans l'idéal. Si aucun vétérinaire n'est disponible, il est possible à défaut de contacter un centre antipoison pour animaux. Dans un cas comme dans l'autre, cela permet d'obtenir des conseils sur la meilleure façon de réagir pour réduire l'ampleur de l'intoxication : faire vomir l'animal, lui donner du charbon actif...

 

Puis, en fonction des cas, il peut être nécessaire de se rendre chez un vétérinaire afin de surveiller l'état du chat et/ou de soulager ses symptômes. Par exemple, si les vomissements ne cessent pas d'eux-mêmes, il est possible de donner au chat un anti-vomitif pour le soulager.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La liste des plantes toxiques
  2. Page 2 : L’acacia
  3. Page 3 : L’aglaonema
  4. Page 4 : L'aloe vera
  5. Page 5 : L’aloès
  6. Page 6 : L’allamanda
  7. Page 7 : L’amaryllis
  8. Page 8 : L’anthurium
  9. Page 9 : L'arum
  10. Page 10 : L’azalée
  11. Page 11 : Le bégonia
  12. Page 12 : Le brunfelsia
  13. Page 13 : Le buis
  14. Page 14 : Le cactus
  15. Page 15 : La clématite
  16. Page 16 : Le colchique
  17. Page 17 : Le coquelicot
  18. Page 18 : Le croton
  19. Page 19 : Le cycas
  20. Page 20 : Le cyclamen
  21. Page 21 : Le dahlia
  22. Page 22 : Le dieffenbachia
  23. Page 23 : La digitale
  24. Page 24 : La dracaena
  25. Page 25 : L'euphorbe
  26. Page 26 : Le ficus
  27. Page 27 : Le fragon
  28. Page 28 : Le géranium
  29. Page 29 : Le gloriosa
  30. Page 30 : La glycine
  31. Page 31 : Le gui
  32. Page 32 : L'herbe à chat (cataire)
  33. Page 33 : L'hortensia
  34. Page 34 : Le houx
  35. Page 35 : L'if
  36. Page 36 : L'iris
  37. Page 37 : Le jasmin étoilé
  38. Page 38 : La jonquille
  39. Page 39 : Le laurier-cerise
  40. Page 40 : Le laurier-rose
  41. Page 41 : Le laurier-sauce
  42. Page 42 : La lavande
  43. Page 43 : Le lierre
  44. Page 44 : Le lilas
  45. Page 45 : Le lupin
  46. Page 46 : Le lys
  47. Page 47 : Le muguet
  48. Page 48 : Le narcisse
  49. Page 49 : L'oiseau de paradis
  50. Page 50 : L'oxalis
  51. Page 51 : Le philodendron
  52. Page 52 : Le poinsettia
  53. Page 53 : La renoncule
  54. Page 54 : Le rhododendron
  55. Page 55 : Le ricin
  56. Page 56 : Le spathiphyllum
  57. Page 57 : Le schefflera
  58. Page 58 : La tulipe
  59. Page 59 : Le yucca
  60. Page 60 : Les autres plantes toxiques