Cohabitation chien / bébé : dangers et conseils pratiques

Un chien et un bébé allongés côte à côte

Si les chiens sont considérés comme étant les meilleurs amis des humains, ce n'est pas sans raison. En effet, ils sont globalement sociables, affectueux, dociles... et s'entendent bien avec ces derniers - y compris avec les plus jeunes.


Pour autant, l'arrivée d'un bambin dans un foyer comprenant déjà un animal n'est pas toujours simple à gérer. Tant les problématiques d'hygiène que le risque de blessures et de maladies ainsi que la jalousie potentielle entre les deux compères font que des précautions s'imposent, afin de faire en sorte que tout se passe du mieux possible.


Quels sont les risques lorsqu'un chien et un bébé vivent sous le même toit ? Comment gérer leur première rencontre ? Quelles sont les règles - notamment d'hygiène - à respecter pour une cohabitation réussie ? Que faire si le chien n'accepte pas le bébé ?

Les risques de la cohabitation entre un chien et un bébé

Un chien regarde une femme enceinte avec inquiétude

Dans la majorité des cas, la cohabitation entre un nouveau-né et un chien se passe sans encombre, et s'avère plutôt bénéfique pour les deux compères.

 

Cela a d'autant plus de chances d'être le cas si prend la peine de préparer son chien à l'arrivée d'un bébé dans la maison. Réaménagement du logement, mise en place de nouvelles règles, modification progressive de son emploi du temps... : tout ce qui peut être réalisé pendant la grossesse (donc avant que le bébé n'arrive) mérite d'être fait.

 

Néanmoins, cela ne suffit pas pour régler tous les problèmes, ni écarter tous les dangers. En effet, certains risques sont inhérents à la cohabitation entre un enfant et un animal. Les connaître peut toutefois aider à les prévenir.

Les risques pour le bébé

Les dangers d'une cohabitation chien / bébé concernent principalement ce dernier. Les principaux sont le risque de maladie ainsi que de morsure, et plus largement de blessure.

Le risque de maladie

Un bébé fait un bisou à un chiot sur un lit

Même si les chiens et les humains ne sont globalement pas sujets aux mêmes maladies, il en existe quelques-unes qui sont communes aux deux espèces, et même certaines qui peuvent passer de l'une à l'autre. C'est ce que l'on appelle les zoonoses.

 

Les principales maladies qu'un chien peut transmettre à un humain sont la rage, la salmonellose, la leptospirose et la brucellose, mais il en existe en fait beaucoup d'autres. Elles peuvent être causées par des bactéries, des virus ou des parasites. La contamination se fait soit de manière directe, soit de manière indirecte - par exemple si le chien malade infecte un objet que le bébé touche ensuite.

 

Ces maladies sont globalement toutes graves - voire potentiellement mortelles - pour un humain, même si elles ne le sont pas forcément pour un chien. Le danger est encore plus élevé pour un bébé, car son système immunitaire est encore en formation - et donc pas pleinement en mesure de lutter efficacement contre les microbes correspondants.

Le risque de morsure

Un bébé tend sa main vers un chien dans sa chambre

Même le plus gentil des chiens est susceptible de mordre un jour ou l'autre, pour diverses raisons.

 

Le plus souvent, cela se produit si on le dérange trop, ou si on lui fait mal. Cela a d'autant plus de chances de se produire avec un bébé, car il a tendance à beaucoup pleurer, crier, s'agiter, serrer fort le chien dans ses bras, lui donner des coups, lui voler ses jouets ou ses accessoires, ou encore tirer ses poils, ses oreilles ou sa queue. Certes, l'intéressé se montre généralement bien plus patient envers un petit qu'envers un adulte. Pour autant, sa patience n'est pas infinie : si ses limites sont atteintes, il risque de finir par mordre. Son but n'est alors pas de blesser, mais de signifier qu'il veut qu'on arrête de l'indisposer.

 

Il peut aussi se montrer jaloux s'il se sent délaissé au profit du bébé - en particulier si sa famille ne lui consacre plus assez de temps depuis l'arrivée de ce dernier. Cette jalousie se traduit généralement d'abord par une attitude pot-de-colle et des sollicitations plus fréquentes, puis peut à terme engendrer de l'agressivité - et potentiellement une morsure.

 

Un chien est également susceptible de mordre un bébé si la hiérarchie dans la famille n'est pas bien établie. En effet, pour que la cohabitation se passe bien, il faut lui faire comprendre qu'il se situe tout en bas de l'échelle. Si ce travail n'est pas fait correctement et qu'il se prend pour le chef du foyer, il risque de ne pas apprécier qu'on ne respecte pas sa position de leader (par exemple qu'on lui vole ses jouets ou qu'on touche sa gamelle), et de se montrer agressif en représailles.

Le risque d'autres blessures

Un Golden Retriever allongé à côté d'un bébé dans le salon

Il n'y a pas qu'en le mordant qu'un chien est susceptible de blesser un bébé.

 

En particulier, il peut le griffer avec ses ongles, a fortiori si ceux-ci sont un peu longs : un simple coup de patte suffit.

 

Il peut aussi le faire tomber - a fortiori s'il est beaucoup plus gros que lui. En effet, il faut se souvenir qu'un chien pèse souvent entre 20 et 40 kg (et même bien davantage dans le cas des races les plus lourdes), tandis qu'un bébé ne dépasse pas quelques kilos et n'a pas encore un bon sens de l'équilibre. Il peut donc facilement tomber sur le sol dès lors qu'on le bouscule ou qu'on joue un peu vivement avec lui, et se blesser.

 

Dans un cas comme dans l'autre, ces accidents sont le plus souvent involontaires : le chien n'a généralement pas l'intention de faire mal au petit. Il a plutôt tendance à adopter une attitude bienveillante et protectrice vis-à-vis de lui : comme il l'assimile à un chiot, il se montre bien plus patient à son encontre qu'envers un adulte. Cela explique d'ailleurs que les morsures volontaires sont moins courantes que les accidents involontaires.

Les risques pour le chien

Un bébé mord gentiment l'oreille d'un Corgi

Si la cohabitation entre un bébé et un chien présente avant tout des risques pour le premier, le second est lui aussi exposé à certains dangers.

 

Tout d'abord, il est susceptible de ressentir un stress plus ou moins important lors de l'arrivée du petit dans le foyer. Ce stress est lié essentiellement au fait que son quotidien est modifié : il doit composer avec un humain de plus (qui en plus n'est pas toujours très calme...), peut ne plus avoir le droit de rentrer dans certaines pièces (en particulier la chambre du bébé) et se retrouve moins au centre de l'attention qu'avant. Les choses rentrent normalement dans l'ordre au bout de quelques semaines, une fois qu'il s'est habitué à ces changements, mais la situation engendre parfois un mal-être durable - voire une véritable dépression.

 

Par ailleurs, le bébé peut lui faire mal voire le blesser : en lui tirant les oreilles ou la queue, en lui mettant le doigt dans l'oeil, en le serrant dans ses bras, en lui mettant un coup, en le bousculant, en lui tombant dessus... En effet, les plus petits ne maîtrisent pas bien leurs gestes, ne sont pas bien conscients de la portée de ceux-ci, ni de la douleur qu'ils sont susceptibles d'infliger. Les chiots et les chiens de petite taille sont particulièrement vulnérables, car ils ont souvent un squelette fragile ; en particulier, un coup un peu trop fort sur le dos peut suffire à les blesser gravement.

La première rencontre entre un bébé et un chien

Un Shiba Inu regarde un bébé avec sa maîtresse

Quand un nourrisson fait son arrivée au domicile, il y a de fortes chances que le chien ait rapidement envie de voir, renifler et examiner le nouveau venu. En effet, tant l'odeur du bébé que sa voix, ses gazouillements, ses gestes et son apparence suscitent sa curiosité - a fortiori si c'est la première fois qu'il en voit un de près.

 

Si on tente de l'en éloigner, il y a toutes les chances que cela ne fasse que renforcer sa motivation à l’approcher - et même que cela suscite de la frustration chez lui. Il risque alors de chercher à l'approcher furtivement lorsqu'on a le dos tourné - et donc lorsqu'on n'est en mesure d'intervenir si les choses tournent mal. Par conséquent, mieux vaut organiser une rencontre le plus tôt possible et dans les meilleures conditions plutôt que de tenter de l'empêcher - ce qui de toute façon est impossible.

 

Pour qu'elle se passe bien, il est important qu'elle ait lieu dans une atmosphère la plus calme possible : il faut donc bannir tout signe d'énervement ou d'excitation, tout cri, etc. Il convient donc de choisir un moment où aucun des protagonistes n'est agité ou stressé : ni le bébé, ni le chien, ni les parents.

 

Par ailleurs, elle doit sembler aussi naturelle que possible, c'est-à-dire qu'il ne faut pas donner l'impression d'y attacher beaucoup d'importance : cela permet de faire comprendre au chien que le bébé ne représente aucun danger pour lui, et que les changements que son arrivée induit ne seront pas si importants que cela.

 

Le moment venu, l'idéal est de s'agenouiller ou s'asseoir sur une chaise en tenant le bébé dans ses bras, puis de laisser le chien s'approcher à sa guise, tout en se tenant prêt à se relever subitement au moindre signe d'agressivité. S'il a tendance à se montrer un peu foufou, on peut se faire aider par un tiers, qui le tient en laisse et est en mesure de le maîtriser en cas de besoin. En effet, autant un petit coup de langue n'aurait pas de graves conséquences, autant un coup de griffe ou une morsure pourrait laisser des séquelles à vie...

 

Cela étant, il ne faut pas non plus s'inquiéter outre mesure : dans la plupart des cas, la première rencontre entre le chien et le bébé se passe très bien. Il n'en est pas moins utile de récompenser alors son compagnon avec des caresses ou une friandise, pour qu'il associe le tout-petit à quelque chose de positif et qu'il soit bien disposé à son encontre.

Gérer la cohabitation entre un chien et un bébé

Un couple de parents avec un bébé et un chien

Une cohabitation réussie entre un bébé et un chien nécessite de prendre toutes sortes d'habitudes au quotidien, pour limiter les problèmes et faire en sorte que les interactions se passent du mieux possible.

 

Naturellement, une grande attention doit être portée à l'hygiène, car un bébé est très fragile face aux microbes et aux maladies. Il convient aussi de gérer convenablement les interactions entre les deux compagnons, ainsi que d'être capable d'identifier si le chien est stressé à cause du bébé - et de savoir quoi faire le cas échéant.

Les règles d'hygiène quand un chien et un bébé vivent ensemble

Un chien renifle les pieds d'un bébé

Il est important de respecter quelques règles simples d'hygiène pour que la cohabitation entre un chien et un bébé se passe au mieux.

 

En particulier, il convient de :

 

  • s'assurer que l'animal est bien à jour de ses vaccins contre les zoonoses : rage, leptospirose, leishmaniose... ;

  • faire en sorte qu'il soit correctement traité contre les parasites : puces, tiques, poux, vers... ;

  • éviter de le laisser lécher le visage du bébé ou ses affaires : jouets, vêtements... ;

  • ne pas le laisser passer beaucoup de temps dans la cuisine ou la chambre du petit, voire lui en interdire l'accès ;

  • se laver les mains après l'avoir touché ou avoir touché des objets qu'il utilise : gamelle, panier, jouets, collier... ;

  • le brosser et examiner son pelage après chaque sortie, au cas où il contiendrait des saletés, parasites... ;

  • laver fréquemment ses affaires à la machine, et séparément des affaires du bébé pour ne pas risquer de les contaminer ;

  • contacter un vétérinaire dès le moindre symptôme d'une potentielle maladie contagieuse (fièvre, toux, larmoiement...) et éviter les contacts avec le bébé en attendant d'être fixé ;

  • passer l'aspirateur au moins une fois par semaine dans toute la maison, en particulier dans les chambres ;

  • nettoyer les mains du petit avec du savon ou une lingette s'il touche la gueule, la truffe ou les fesses de l'animal.

 

Pour autant, il ne faut pas non plus faire de l'hygiène une véritable obsession : l'exposition d'un bébé à toutes sortes de microbes est un processus normal, qui contribue au développement de son système immunitaire et donc à le rendre plus résistant. Le faire évoluer dans un milieu trop aseptisé pourrait même en réalité lui causer plus de mal que de bien.

 

Par conséquent, l'essentiel est d'éviter les comportements les plus à risques, et de le protéger contre les maladies les plus graves. Pour le reste, il convient simplement de faire un peu plus attention à l'hygiène qu'à l'accoutumée. Mais si de bonnes habitudes ont été prises dès l'arrivée du chien dans la maison, il ne devrait pas y avoir de changement radical à effectuer.

La gestion des interactions entre un chien et un bébé

Même si au départ les interactions entre le chien et le bébé sont limitées, elles ne sont pas inexistantes. Il faut donc apprendre à bien les gérer, pour qu'elles soient bénéfiques à chacun tout en n'impliquant qu'un risque limité d'accident.

 

En tout cas, elles doivent se dérouler toujours dans le calme, sans cri ni énervement. S'il y a de l'électricité dans l'air, mieux vaut attendre plus tard plutôt que de prendre le risque que les choses se passent mal - d'autant que cela pourrait potentiellement compromettre la suite de la cohabitation.

Apprendre au chien à respecter le bébé

Un jeune papa avec son bébé et son chien sur le lit

Il est nécessaire de rapidement apprendre au chien comment interagir correctement avec le bébé : on réduit ainsi le risque qu'il lui fasse mal, le salisse ou l'importune.

 

Dans l'ensemble, il doit comprendre qu'il ne doit pas lui lécher le visage, s'allonger sur lui, dormir dans son berceau, aboyer sur lui ou même simplement quand il est dans la même pièce que lui, lui prendre ses jouets ou ses accessoires, ni bien sûr le mordre, le pincer ou le secouer. En revanche, il n'y a pas de contre-indication à ce qu'il se couche à côté de lui ou au pied de son berceau, lui lèche délicatement la main ou le pied, ou regarde un adulte s'occuper de lui - à condition qu'on lui en donne la permission, car ce n'est pas à lui de s'imposer.

 

Cet apprentissage se fait de la même façon que celui de n'importe quel ordre : chaque fois qu'il s'apprête à faire quelque chose d'interdit, il convient de le stopper d'un « Non ! » calme mais ferme avant qu'il ait eu le temps de s'exécuter. À terme, il devrait finir par comprendre qu'il ne doit pas se comporter ainsi, même si cela prend plus ou moins de temps selon les individus. Si cela ne semble pas vraiment être le cas, c'est-à-dire qu'on ne parvient pas à lui faire respecter les règles, demander l'aide d'un éducateur canin professionnel peut s'avérer fort utile.

Apprendre au bébé à respecter le chien

Une petite fille joue avec un Golden Retriever dans un jardin

Une cohabitation harmonieuse suppose que le chien apprenne comment bien se comporter avec le bébé, mais également inverse : ce dernier doit apprendre à ne pas faire mal ou peur à son petit compagnon.

 

Naturellement, il est compliqué au début de lui faire comprendre des choses complexes comme le consentement. Néanmoins, on doit l'interrompre chaque fois qu'il adopte un comportement problématique : tirer des poils de l'animal, lui toucher des zones sensibles comme les oreilles, les yeux, la gueule ou la queue, l'attraper comme s'il s'agissait d'un jouet, le frapper, le bousculer ou le faire tomber, s'allonger dessus...

 

S'il se conduit de cette façon, il ne faut évidemment pas le punir ou le gronder, car il ne comprend pas qu'il agit mal. Il faut essayer d'abord de lui attraper la main et de lui montrer comment toucher l'animal avec délicatesse. Si cela ne suffit pas, le mieux est de l'éloigner le temps qu'il se calme, puis de refaire un essai plus tard.

 

Plus le petit grandit, plus il devient possible de le sensibiliser à davantage de choses : ne pas déranger l'animal quand il mange ou dort, de ne pas crier à côté de lui, ou encore de ne pas lui voler ses affaires (panier, gamelle, jouets...).

Ne jamais laisser le bébé et le chien seuls

Un petit chien et un bébé ensemble dans un lit

Dans tous les cas, il ne faut jamais laisser un bébé et un chien ensemble sans surveillance.

 

En effet, même si ce dernier est gentil et bienveillant, il peut malgré tout finir par perdre patience et devenir agressif, en particulier s'il se fait un peu trop malmener. En général, il commence par manifester sa gêne ou son agacement par des signaux d'apaisement : il se fige, se lèche la truffe, détourne la tête ou le regard... Or, un bébé n'est bien évidemment pas capable de détecter ces signaux, ou du moins d'en comprendre le sens et la dimension d'avertissements : il continue donc le plus souvent d'importuner l'animal, potentiellement jusqu'à ce que celui-ci finisse par perdre patience.

 

À l'inverse, lui-même peut être blessé par l'enfant si celui-ci se montre un peu trop violent ou brutal. Ce risque existe pour n'importe quel chien quels que soient son âge et sa race, mais les chiots et les individus de petite taille sont évidemment particulièrement vulnérables.

 

Une vigilance constante est donc de mise : un adulte doit toujours être présent dans la même pièce qu'eux et se tenir prêt à les séparer au moindre signe d'agacement ou d'agressivité émis par l'un ou par l'autre.

Les moments avec le chien

Une femme emmène son chien en promenade

Il est normal d'avoir moins de temps à consacrer au chien lorsqu'il y a un bébé dans le foyer, au moins tant que celui-ci est encore tout petit. Pour autant, il ne faut pas négliger l'animal : lui aussi a besoin pour être heureux d'attention, de sorties et d'interactions diverses.

 

Ainsi, la présence d'un bébé à la maison ne peut en aucun cas justifier de ne pas promener le chien, jouer avec lui ou le caresser : il faut continuer à s'occuper suffisamment de lui chaque jour, au risque qu'il développe un mal-être plus ou moins profond. On peut certes réduire un peu le temps qu'on lui consacre au quotidien pendant les premières semaines, jusqu'à ce que le petit réclame moins d'attention et de soins. Mais si on ne parvient pas à gérer les deux à la fois ou si le chien semble souffrir de solitude, il est utile de se faire assister par un proche, un voisin, un dog-walker ou un dog-sitter.

 

En tout cas, il est possible de lui permettre de rester à côté quand on s'occupe du bébé pour le nourrir, le laver, l'habiller, le promener, changer sa couche... C'est d'ailleurs un bon moyen pour qu'il ne se sente pas exclu de la famille, quand bien même dans ces moments-là ce n'est pas de lui qu'on est en train de s'occuper. Pour autant, ce n'est pas à lui de décider de suivre et observer quiconque interagit avec le petit. De manière générale, un chien n'a pas à prendre d'initiatives : tant qu'il n'est pas autorisé à participer aux interactions, il n'a pas à le faire - même en tant que simple spectateur.

La gestion du stress du chien

Un bébé et un Husky assis au milieu du salon

Même si l'on fait tout pour que la cohabitation se passe bien, il y a de fortes chances que la présence du bébé cause du stress chez le chien - en tout cas au début.

 

En effet, ses maîtres ont moins de temps à lui consacrer (généralement moins qu'il le voudrait), et l'aménagement du logement a des chances de changer à plusieurs reprises. En plus de cela, le nouveau venu est souvent bruyant - notamment parce qu'il pleure beaucoup, y compris quand lui-même tente de se reposer. Par ailleurs, il n'est pas rare que les visites se multiplient au domicile pour venir admirer le petit.

 

En clair, il y a beaucoup plus d'agitation dans le foyer que ce à quoi il est accoutumé, et il peut avoir du mal à accepter. Le cas échéant, il risque de souffrir d'anxiété et de développer des troubles du comportement : en particulier, il est susceptible d'être anormalement nerveux et vocal (aboiements, gémissements, etc.).

 

Pour limiter ce stress, il est important qu'il dispose quelque part dans le foyer d'un endroit calme où il peut se « réfugier » en cas de besoin. Si l'enfant a tendance à beaucoup pleurer, mieux vaut mettre le lieu de couchage du chien dans une pièce éloignée de la chambre du petit, de sorte qu'il puisse se reposer en toute tranquillité.

 

Si le chien devient effectivement stressé à la suite de l'arrivée du bébé et qu'on ne parvient pas à le calmer, le mieux est de se faire aider par un comportementaliste canin. Il s'agit en effet de la personne la mieux placée pour proposer des solutions efficaces en cas de problème de ce type.

Que faire si mon chien n'accepte pas mon bébé ?

Un chien jaloux avec un regard triste sur une chaise

Même si l'on tente de faire les choses du mieux possible, il arrive parfois que le chien n'accepte pas la présence d'un bébé. Cela se produit généralement s'il est arrivé dans la famille en premier, et n'a pas été bien préparé à ce bouleversement ou se sent délaissé faute de recevoir assez d'attention. Il risque alors de chercher à attirer l'attention sur lui en se mettant à suivre ses maîtres partout, à réclamer des jeux ou des caresses avec insistance, à émettre des vocalises... Dans les cas extrêmes, il peut même finir par devenir agressif à l'encontre du petit, le considérant comme un rival.

 

Si l'on se retrouve ainsi avec un chien jaloux du bébé et n'acceptant pas la présence de ce dernier, il ne saurait être question de laisser la situation telle quelle dans l'espoir que les choses vont finir par s'arranger naturellement. En effet, c'est rarement ce qui se produit : généralement, le problème a plutôt tendance à s'aggraver avec le temps, et la situation peut même à long terme finir par devenir dangereuse pour l'enfant.

 

Le plus important pour retrouver un équilibre au sein du foyer est de consacrer davantage de temps à l'animal, pour qu'il se sente pleinement intégré dans la famille : des sorties plus nombreuses et/ou plus longues, davantage de temps passé à jouer avec lui ou à le caresser, etc. De fait, dès lors que ses besoins d'attention et d'exercice sont remplis, il est nettement moins enclin à voir l'enfant comme un rival, et la cohabitation a donc davantage de chances de bien se passer.

 

Si l'on n'a pas soi-même assez de temps et/ou d'énergie à lui consacrer, on peut par exemple demander à un dog-sitter ou un proche de prendre le relais. L'idéal reste quand même de s'en occuper soi-même, car c'est surtout de l'attention de son maître qu'il a besoin en cette période perturbante pour lui.

 

On peut par ailleurs lui permettre d'être présent lorsqu'on interagit avec le bébé : quand on l'allaite ou lui donne le biberon, joue avec lui, change sa couche, le lave, l'habille, le promène... De cette façon, il se sent moins exclu et n'a pas l'impression qu'on le néglige, même si dans ces moments-là l'attention n'est pas directement focalisée sur lui. Cela ne doit toutefois pas être systématique, car il faut qu'il apprenne à partager l'attention que ses proches lui portent. En tout état de cause, il ne doit pas imposer sa présence. En effet, la hiérarchie familiale veut que ce soient les maîtres qui prennent des initiatives : ce sont donc eux qui l'autorisent ou non à être là quand ils s'occupent du petit, et non lui qui décide de s'inviter.

 

Si le chien continue d'être jaloux du bébé malgré les différentes tentatives pour remédier au problème, le mieux est de demander de l'aide à un comportementaliste canin. Il est normalement la personne la plus compétente pour identifier plus précisément ce qui est à l'origine du problème, et proposer des solutions en vue de le régler une bonne fois pour toutes.

Conclusion

Normalement, avoir un chien ou un bébé chez soi est un grand bonheur, et avoir les deux à la fois est une joie immense - même si cela demande beaucoup de temps et d'investissement personnel.

 

Pour autant, la cohabitation au quotidien présente indéniablement des risques. Il est donc utile de toujours garder certaines choses en tête, pour le bien de l'un comme de l'autre et pour éviter les problèmes. En particulier, s'efforcer de consacrer suffisamment de temps à son animal est crucial, même si l'on est peu disponible et/ou épuisé dans les semaines qui suivent la naissance. Il faut également faire montre d'une certaine vigilance en termes d'hygiène, pour limiter le risque de transmission d'une maladie au petit. Enfin, il convient d'apprendre aux deux intéressés comment interagir en douceur, pour ne pas blesser l'autre et/ou lui faire peur.

 

En règle générale, dès lors que ces quelques règles sont respectées, la cohabitation bébé / chien se déroule sans encombre. Il ne faut pas hésiter néanmoins à demander de l'aide à un comportementaliste si l'on rencontre des difficultés.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 09/01/2024.

Commentaires sur cet article

De toute façon, il ne faut JAMAIS laisser un enfant SEUL avec un chien, même si on a confiance en lui. On ne sait jamais ce qui pourra provoquer l'irritation ou la colère du chien, quel facteur extérieur pourra être un déclenchement. Un bruit inopportun, un autre chien, etc.. L'animal réagira alors de façon souvent inattendue. Nous en avons malheureusement fait l'expérience avec notre berger allemand qui a mordu notre fils âgé de 4 ans, pourtant son compagnon de jeux;

   
Par Alain Marville

Discussions sur ce sujet

Mon bébé chien a du mal à utiliser ses pattes arrières

Bonjour, Cela fait presque 4 semaines que ma chienne a accouché de 4 chiots. Malheureusement 3 sont morts et le...

Chien qui laisse son os sur le bébé

Bonjour petite question. Ma chienne husky de 5 ans que j ai récupéré pck les gens n en voulait plus apporte son os...

Poser une question