L’anthurium est-il toxique pour le chien ?

Une anthurium aux grandes fleurs rouges

Toxique

 

Appartenant à la famille des aracées, l’anthurium est un genre de plantes comprenant près d'un millier d'espèces différentes. La plupart d'entre elles sont originaires d'Amérique latine et poussent dans les forêts tropicales humides, mais quelques-unes apprécient plutôt les milieux semi-arides. Anthurium andraeanum est l'une des plus répandues.

 

De nos jours, l'anthurium est surtout cultivé comme plante d'intérieur. Il faut dire que ses larges feuilles vert foncé et ses fleurs colorées en font une plante très décorative, et qu'elle est de surcroît facile à faire pousser chez soi - même lorsqu'on n'a pas la main verte. La floraison dure plusieurs mois : les fleurs sont le plus souvent rouges, mais elles peuvent aussi être roses, mauves, jaunâtres ou mêmes blanches.

 

Malheureusement, l'anthurium fait partie des plantes dangereuses pour les chiens, au même rang que l'arum qui appartient au même genre. Mieux vaut donc la garder hors de portée si jamais l'on a un animal de compagnie.

Anthurium andraeanum
Anthurium andraeanum
Anthurium crystallinum
Anthurium crystallinum
Un anthurium dans un vase
Un anthurium dans un vase

Pourquoi l'anthurium est-il toxique pour les chiens ?

Comme de nombreuses autres plantes, l'anthurium contient des cristaux d'oxalates de calcium, qui la rendent toxiques aussi bien pour les humains que pour les animaux.

 

Ces cristaux provoquent une violente irritation lorsqu'ils entrent en contact avec une muqueuse : la peau, l'intérieur de la bouche, les yeux, les parois digestives... S'ils sont ingérés en grandes quantités et/ou à intervalles réguliers, ils peuvent causer des calculs rénaux, car ils se fixent au calcium présent dans le sang puis s'accumulent dans les reins. Toutefois, les sévères irritations qu'ils entraînent sur les muqueuses sont telles que le chien se détourne généralement très vite de la plante problématique - bien avant d'en avoir ingéré suffisamment pour tomber gravement malade.

 

Toutes les parties de l'anthurium sont toxiques, mais c'est la sève qui contient le plus d'oxalate de calcium : c'est surtout elle qui est dangereuse, que ce soit par contact ou par ingestion.

Les symptômes d'intoxication d'un chien à l'anthurium

Si jamais le chien entre en contact avec de la sève d'anthurium (notamment en mâchouillant des feuilles, des fleurs ou des tiges), une sévère irritation voire une brûlure apparaît au niveau de la zone atteinte. Lorsque c'est la gueule qui est touchée, il en résulte une hypersalivation, un gonflement des lèvres et des gencives qui peut gêner la déglutition voire la respiration. Si la sève gicle dans un oeil, il peut en résulter une atteinte de la cornée.

 

En général, l'intoxication ne va pas plus loin que cela. En effet, l'irritation apparaît quasi immédiatement après le contact avec la sève : le chien recrache donc ce qu'il avait pris en bouche et se détourne aussitôt de l'anthurium.

 

Si toutefois il venait à avaler de la sève, des fleurs ou des feuilles, les symptômes deviennent alors beaucoup plus graves. On constate alors des diarrhées, des vomissements, des douleurs abdominales... Dans les cas les plus sévères, il peut en résulter une insuffisance rénale et des symptômes nerveux tels que des convulsions dans les jours qui suivent l'ingestion.

Que faire si mon chien mange de l'anthurium ?

Si jamais une irritation apparaît à la suite d'un contact avec de l'anthurium - notamment sa sève -, il faut commencer par rincer abondamment la zone touchée pour éliminer rapidement les substances toxiques. Pour la peau ou la gueule, on peut utiliser de l'eau propre et fraîche - en faisant bien attention dans le cas de la bouche à ce qu'il n'avale pas de l'eau accidentellement. Pour un oeil, on utilise plutôt du sérum physiologique.

 

Une fois que cela est fait, il faut contacter un vétérinaire ou un centre anti-poison et lui décrire la situation. Si l'intoxication est grave, il est généralement préférable de faire hospitaliser le chien afin de soulager ses symptômes et d'éviter que des problèmes graves apparaissent - notamment oculaires, rénaux et/ou nerveux.

 

En général, le pronostic est plutôt bon, car l'animal est rapidement dégoûté par les irritations que cause la plante et ne cherche pas à l'avaler. Malgré tout, les gonflements de la bouche peuvent gêner la respiration et vite devenir dangereux. Pour cette raison, il ne faut pas attendre pour réagir en cas d'intoxication, même si celle-ci semble légère.

Dernière modification : 01/23/2023.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La liste des plantes toxiques
  2. Page 2 : L’acacia
  3. Page 3 : L’aglaonema
  4. Page 4 : L'aloe vera
  5. Page 5 : L’aloès
  6. Page 6 : L’allamanda
  7. Page 7 : L’amaryllis
  8. Page 8 : L’anthurium
  9. Page 9 : L'arum
  10. Page 10 : L’azalée
  11. Page 11 : Le bégonia
  12. Page 12 : Le brunfelsia
  13. Page 13 : Le buis
  14. Page 14 : Le cactus
  15. Page 15 : La clématite
  16. Page 16 : Le colchique
  17. Page 17 : Le croton
  18. Page 18 : Le cycas
  19. Page 19 : Le cyclamen
  20. Page 20 : Le dahlia
  21. Page 21 : Le dieffenbachia
  22. Page 22 : La digitale
  23. Page 23 : La dracaena
  24. Page 24 : L'euphorbe
  25. Page 25 : Le ficus
  26. Page 26 : Le fragon
  27. Page 27 : Le géranium
  28. Page 28 : Le gloriosa
  29. Page 29 : La glycine
  30. Page 30 : Le gui
  31. Page 31 : L'herbe à chat (cataire)
  32. Page 32 : L'hortensia
  33. Page 33 : Le houx
  34. Page 34 : L'if
  35. Page 35 : L'iris
  36. Page 36 : Le jasmin étoilé
  37. Page 37 : La jonquille
  38. Page 38 : Le laurier-cerise
  39. Page 39 : Le laurier-rose
  40. Page 40 : Le lierre
  41. Page 41 : Le lilas
  42. Page 42 : Le lys
  43. Page 43 : Le muguet
  44. Page 44 : Le narcisse
  45. Page 45 : L'oiseau de paradis
  46. Page 46 : L'oxalis
  47. Page 47 : Le philodendron
  48. Page 48 : Le poinsettia
  49. Page 49 : La renoncule
  50. Page 50 : Le rhododendron
  51. Page 51 : Le ricin
  52. Page 52 : Le spathiphyllum
  53. Page 53 : Le schefflera
  54. Page 54 : La tulipe
  55. Page 55 : Le yucca
  56. Page 56 : Les autres plantes toxiques