championnat d’Europe de chiens de traîneaux

02/19/2012
Partager
 

Il a débuté vendredi : le championnat d’Europe de chiens de traîneaux a investi pour trois jours, la petite station des Fourgs. Spectaculaires et impressionnants, ces « Formule 1 » des neiges foncent dans les grandes immensités des Hautes Joux.


PHOTO : Départ des attelages inscrits dans la catégorie illimitée, avec 10 à 12 chiens pour une distance de 40 kilomètres. Les équipages de greysters sont les plus impressionnants. Une nouvelle race de chiens qui vient de Norvège.

’est en 1983 que le village des Fourgs accueille pour la première fois, le championnat de France de courses de chiens de traîneaux, suivi en 1986 du championnat d’Europe de cette discipline. Grâce à ces manifestations, le village des Fourgs est devenu au fil des ans, « la capitale du chien de traîneaux ». 1200 chiens sont présents ce week-end aux Fourgs pour disputer cette compétition dont on peut observer l’évolution.

Courses d’un nouveau style
Oubliés, les chiens de traîneaux des rêves d’enfant suscités par Croc blanc ou l’Appel de la forêt. Passés de mode, les samoyèdes, ces gros chiens qui ressemblent à des peluches blanches ou les groenlandais, plus résistants dans le grand Nord, utilisés par tous les grands explorateurs polaires. Aujourd’hui, on recherche la vitesse explique Joffrey Gros, capitaine de l’Équipe de France. Et la performance physique du chien. Alors pour cela, à force de sélection, on arrive à une nouvelle race de chiens, le greyster d’origine norvégienne, un croisement de lévrier greyhound et de braque allemand. Si le chien de traîneau traditionnel, le sibérian husky représente actuellement environ 92 % des attelages de compétition dans le monde, il ne peut pas rivaliser avec le greyster, une bête de courses, notamment dans les courtes distances comme le sprint à quatre chiens. Les huskies restent les chiens qui parcourent les plus grandes distances, comme l’Odyssée blanche, la course internationale de chiens de traîneaux la plus technique au monde, plus de 1000 km et 25 000 m de dénivelé qui s’est déroulée cette année dans le massif du Mont-Blanc.

Mais ici aux Fourgs, place à la vitesse, avec pour la première fois des courses de sprint avec trois ou quatre chiens qui courent sur des tracés de 7 à 8 km par manche. Époustouflant, car les départs s’effectuent en ligne, et le public tout au long de la journée peut assister à tous les départs ainsi qu’à toutes les arrivées, le spectacle est permanent.

Sans oublier le village des partenaires où se déroulent de nombreuses animations : sculpteur sur glace, balades en chiens de traîneaux ou en calèche tirée par un comtois.

Pour se restaurer, la fameuse soupe aux pois du haut Doubs chauffée au feu de bois est de rigueur. Mais hier avec des températures de 6 à 8 degrés, les chiens avaient bien chaud pour courir…

Textes et photos Jean Becker

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet