L'herpèsvirose du chien : symptômes, causes et traitement

Chien marron avec un air fatigué

Comme chez l'humain, toutes sortes de microbes sont susceptibles de causer des problèmes respiratoires, qui peuvent être légers et temporaires, ou au contraire potentiellement graves. L'herpèsvirus en fait partie : très contagieux, il est responsable de la maladie appelée herpèsvirose, et présente la particularité de déclencher des rechutes à répétition.


Quels sont les symptômes de l'herpèsvirose ? Comment se transmet-elle ? Quels sont les traitements possibles ? Existe-t-il un vaccin efficace ?

Qu'est-ce que l'herpèsvirose ?

Un chiot malade en train de dormir près du radiateur

L'herpèsvirose est une maladie virale très contagieuse, qui peut entraîner des troubles de la reproduction, l'infertilité, des avortements et/ou la mortinatalité. Elle est susceptible de toucher diverses espèces, notamment l'Homme mais aussi le chien. Dans ce dernier cas, on l'appelle parfois Canine Herpes Virus (CHV) en anglais.

 

Elle est causée par un virus appartenant à la grande famille des herpèsvirus, qui comprend aussi le virus responsable de la maladie d'Aujeszky (ou maladie du sanglier).

 

L'herpèsvirose est présente sur tout le globe, et touche des individus de tous les âges. Elle est toutefois potentiellement mortelle pour les chiots nouveaux-nés. Les chiens vivants en communauté (élevages, pensions, refuges...) sont les plus susceptibles de souffrir de cette maladie très contagieuse.

 

En connaître les symptômes, causes et traitements permet de réagir en conséquence.

La cause de l'herpesvirose chez le chien

Deux chiots blancs se font un bisou dans le parc

L'herpèsvirose du chien est due au virus herpès, un virus spécifique des canidés, et tout particulièrement des chiens. Il est présent et actif dans le monde entier.

 

Si elle ne présente aucun danger pour l'Homme, elle est en revanche très contagieuse au sein de la gent canine. L'herpèsvirus est ainsi très présent dans les lieux de regroupement animalier comme les refuges ou les élevages, allant jusqu'à contaminer 90 à 100% des individus. Ceux vivant seuls sont moins atteints.

La transmission de l'herpèsvirose du chien

Une chienne Jack Russell s'occupe de ses chiots

Un chien porteur du virus de l'herpèsvirose l'excrète de plusieurs façons :

  • par le biais de ses excréments ;
  • dans ses sécrétions oro-nasales, et ce jusqu'à 15 jours après l'infection ;
  • dans ses sécrétions génitales (sperme) ou pathologiques (pertes vulvaires pendant les chaleurs, après un avortement ou une mise bas...) ;
  • dans les foetus avortés ou enveloppes foetales lors d'un avortement ou d'une mise bas d'une mère contaminée.

 

Autrement dit, la transmission de l'herpèsvirose se fait de plusieurs manières :

  • par voie vénérienne, car il s'agit d'une infection sexuellement transmissible ;
  • pendant la gestation : si la mère est porteuse du virus, elle peut le transmettre à ses petits ;
  • lors d'un contact avec les sécrétions nasales ou fécales d'individus infectés.

 

La transmission par contact avec un être humain ayant manipulé un autre animal contaminé a également été suspectée, sans pour autant être avérée.

Les symptômes de l'herpèsvirose du chien

Les symptômes de l'herpèsvirose varient en fonction de l'âge du chien touché.

Les symptômes chez le chiot

Jeune nouveau-né Boxer sur une couverture

L'herpèsvirose peut entraîner très vite la mort du chiot nouveau-né, notamment s'il est âgé de moins de 3 semaines. Plus précisément, la période d'incubation de l'herpèsvirus dure entre 4 et 6 jours, puis la maladie peut causer la mort en seulement 4 ou 5 jours - notamment en l'absence de soins appropriés.

 

Les principaux symptômes susceptibles d'apparaître sont, dans l'ordre :

  • une incapacité à téter, entraînant rapidement une anorexie ;
  • des troubles digestifs, tels qu'une diminution du volume de selles, une modification de leur aspect, des douleurs abdominales ou encore des vomissements ;
  • des cris et gémissements : le chiot se met à hurler, couiner et/ou gémir sans raison apparente ;
  • une incoordination des mouvements qui empêche de se tenir debout ou marcher convenablement, et fait chanceler. Cette incoordination des mouvements traduit une encéphalomyélite (fatigue chronique) ;
  • des raideurs et une hyperextension des membres, lorsque la maladie en est à un stade évolutif grave ;
  • une hypothermie importante : la température corporelle du chiot atteint 34°, à la suite de quoi il est rejeté par sa mère.

 

Dans les cas les plus graves, le décès est susceptible de survenir dans la semaine qui suit l'apparition des premiers symptômes. En cas de doute, il ne faut donc pas perdre une minute et contacter immédiatement un vétérinaire.

Les symptômes chez le chien adulte

Œil droit rouge d'un chien gris

Alors que chez le nouveau-né elle se manifeste de façon assez spectaculaire, l’herpèsvirose est quasiment asymptomatique chez le chien adulte : il est très rare que des symptômes soient clairement observables.

 

Le plus souvent, le virus circule silencieusement et persiste de façon latente dans l’organisme d'un chien adulte infecté. Ce dernier devient séropositif : puis, si ses défenses immunitaires sont suffisantes pour contrôler l’infection, le virus s’intègre à son ADN cellulaire. Il rentre en « latence » dans différents organes : système nerveux (notamment les ganglions lombo-sacrés et trijumeaux), amygdales, nœud sous-maxillaire et foie. Il peut alors se réactiver à tout moment à la faveur d’un stress ou d’une immunodépression. C'est pourquoi l'herpèsvirose doit être considérée comme une infection à vie.

 

En plus de cela, des complications sont toujours possibles. Les symptômes visibles sont alors le plus souvent :

  • des lésions sur les muqueuses génitales, avec des vésicules évoluant en une ou deux semaines vers l'ulcération ;
  • des pathologies respiratoires, comme une rhinite et/ou une pharyngite d’une durée de 4 à 8 jours ;
  • des troubles oculaires, tels qu'une conjonctivite, une rétinite ou une kératite ;
  • des troubles digestifs, tels que la diarrhée ;
  • des épisodes de toux du chenil.

Le pronostic de l'herpèsvirose chez le chien

Trois chiots Bouledogues Anglais jouent dans le jardin

Dans l'ensemble, tous les chiens peuvent attraper l'herpèsvirose. Toutefois, certains sont plus à risques de tomber gravement malades que d'autres.

 

De fait, ce sont essentiellement les chiots très jeunes qui sont les plus à risques. En effet, s'il est âgé de moins de 3 semaines, ses chances de survie sont malheureusement très minces.

 

Passé l'âge de 3 semaines, sa réponse immunitaire est meilleure grâce aux anticorps protecteurs transmis par le lait maternel : la sensibilité à l'herpèsvirose est alors moindre, et les chances de survie sont accrues d'autant.

 

Enfin, si le chiot est infecté au-delà de ses 6 mois, ou si le chien est déjà adulte, la probabilité de décès est alors faible.

 

Âge du chien Pronostic
Moins de 3 semaines Sombre
Entre 3 semaines et 6 mois  Modéré
Plus de 6 mois  Bon

 

Le diagnostic de l’herpèsvirose du chien

Yorkshire sur une table à coté de son prélèvement sanguin

L'existence dans un élevage canin d'une mortalité importante chez les chiots de moins de 3 semaines, de problèmes respiratoires ou encore de troubles de la reproduction chez les chiens adultes doit alerter sur la possible présence de l'herpèsvirose. La suspicion est évidemment amplifiée si jamais on décèle des vésicules génitales.

 

Le diagnostic d'un vétérinaire est toutefois obligatoire pour mettre en évidence la présence de l'herpèsvirus dans l'organisme d'un chien. Pour cela, il doit mettre en évidence de l'ADN viral, afin de détecter la présence concrète du virus. Il peut aussi effectuer une sérologie, c'est-à-dire une analyse d'un échantillon après un prélèvement pour déterminer la présence ou l'absence d'un anticorps spécifique, ou bien mesurer la quantité de cet anticorps.

 

En ce qui concerne le chien mâle, seule la présence d'ADN viral dans son sperme permet de conclure qu'il est contaminant. Une sérologie positive indique seulement qu'il est porteur du virus, mais n'implique pas forcément qu'il est contaminant.

 

Quant à la femelle, le virus sort généralement de latence au moment des chaleurs de la chienne, qui sont une période à risque. Il est donc conseillé d'attendre la fin de cette période afin d'effectuer les analyses.

Le traitement de l’herpèsvirose du chien

Chien qui dort sur un lit dans une pièce avec une lumière rouge

Il n'existe à ce jour aucun traitement médicamenteux spécifique contre l'herpèsvirose, car les antiviraux sont inefficaces.

 

La seule chose qu'il est possible de faire est de traiter les différents symptômes au fur et à mesure qu'ils apparaissent, pour aider le chien à supporter l'infection en attendant que son système immunitaire élimine le virus.

 

Par exemple, le chiot est généralement placé sous une lampe infrarouge ou dans une couveuse pédiatrique : cela permet de maintenir la température corporelle au-dessus de 38°, et donc à la fois d'éviter l'hypothermie et de limiter la multiplication virale, qui est maximale entre 35 et 36°. Malheureusement, ce traitement n'est pas efficace dans 100% des cas.

La prévention de l'herpèsvirose du chien

Femme avec des bottes qui nettoie une cour avec une raclette

Afin d'éviter au maximum la contamination par l'herpèsvirose canine, et en particulier la contamination des chiots, il convient :

 

  • de désinfecter les locaux, car le virus est fragile. En particulier, il est très sensible aux rayons ultraviolets du soleil, aux solvants de type chloroforme ou éther, ainsi qu'à de nombreux désinfectants, comme par exemple le formol ;

 

  • d'isoler les femelles dans les semaines qui précèdent la mise bas, pour éviter qu'elles contractent le virus juste avant de donner naissance ;

 

  • d'éviter d'introduire et d'utiliser un nouveau chien pour la reproduction dans un élevage, sans s'être d'abord assuré qu'il est bien séronégatif.

 

En outre, il existe aussi un vaccin contre l'herpèsvirose destiné à la la mère. Effectuée pendant la gestation, il permet d'obtenir un taux maximal d'anticorps au moment de la mise bas. Cette vaccination supprime ainsi totalement le risque de mort néonatale due à l'herpèsvirose canine.

Conclusion

L'herpèsvirose est une maladie très répandue chez les chiens partout dans le monde, essentiellement dans les élevages mais aussi parfois chez les particuliers. Il s'agit d'une maladie très contagieuse qui met en péril la vie des chiots nouveaux-nés qui en sont atteints.

 

Bien qu'aucun traitement médicamenteux ne puisse soigner les individus qui en sont atteints, de simples mesures de prévention et d'hygiène peuvent aider à réduire sensiblement le risque de transmission du virus. En complément, la vaccination des chiennes gestantes est le moyen le plus sûr d'éviter une contamination des petits.

Par Estelle C. - Dernière modification : 11/03/2023.