La cryptorchidie chez le chien : risques, traitement...

Les testicules d'un chien vu de dos

Chez le chien comme chez l'Homme, bon nombre de maladies touchant l'appareil génital apparaissent en cours de vie : ce sont le plus souvent des infections et/ou des tumeurs (bénignes ou malignes).


Il en existe toutefois aussi qui sont congénitales, c'est-à-dire présentes dès la naissance ou très peu de temps après. C'est le cas notamment de la cryptorchidie, une affection assez fréquente et qui peut avoir des conséquences plus ou moins graves, a fortiori à long terme. Elle se soigne heureusement très bien via une petite opération.


Comment reconnaît-on la cryptorchidie ? Existe-t-il des races prédisposées à ce problème ? Quels sont les risques pour la santé de l'animal ? Quel est le coût pour opérer un chien atteint de cryptorchidie ?

Qu'est-ce que la cryptorchidie ?

Les testicules et l'arrière-train d'un chien Beagle

Aussi appelée « trouble de la migration du testicule », la cryptorchidie désigne chez le mâle l'absence d'un ou des deux testicules dans le scrotum (l'enveloppe de peau située sous le pénis). On parle aussi de « testicule non descendu » de façon un peu simpliste.

 

Le mot « cryptochirdie » vient du grec, « kryptos » signifiant « caché » et « orkhis » signifiant « testicule ».

 

Il s'agit d'une affection plutôt courante chez l'humain, puisque d'après les estimations elle toucherait environ 5% des garçons nouveaux-nés. Il en va de même chez le chien, chez qui la prévalence oscille entre 1 et 10% des mâles, d'après une étude intitulée « Incidence of cryptorchidism in dogs and cats » et publiée en 2003 dans la revue scientifique Veterinary Record.

 

La cryptorchidie fait partie des maladies considérées par la loi comme des vices rédhibitoires lors de l'achat d'un chien dans divers pays, notamment en France et en Belgique. Cela signifie que si on fait l'acquisition d'un animal qui s'avère être atteint de cette maladie, il est possible sous certaines conditions de prétendre à un remboursement de la somme déboursée lors de son adoption.

 

Par ailleurs, elle est généralement considérée comme un défaut rédhibitoire par les organismes canins, justifiant donc le refus de confirmation d'un chien de race.

Les deux types de cryptorchidie chez le chien

Un chien Beagle malade allongé sur le canapé

La cryptorchidie peut concerner un seul testicule, ou bien les deux à la fois.

 

On parle alors ainsi de :

  • cryptorchidie unilatérale, ou monorchidie, lorsqu'elle n'en touche qu'un ;
  • cryptorchidie bilatérale, ou anorchidie, lorsqu'elle touche les deux.

 

Le premier cas est largement plus répandu que le second : la monorchidie représenterait environ 80% des cas, tant d'ailleurs chez le chien que chez l'humain. Pour des raisons morphologiques, c'est le testicule droit qui est alors le plus souvent touché.

 

La cryptorchidie est problématique quel que soit le nombre de testicules affectés. Elle l'est toutefois davantage lorsqu'ils le sont tous les deux, et ses conséquences pour la santé sont alors souvent plus sévères que dans le cas de la monorchidie.

Le mécanisme de la cryptorchidie chez le chien

Un chiot Jack Russel qui vient au monde

Chez un fœtus mâle, les testicules ne sont pas situés dans le scrotum : ils se trouvent en fait dans l’abdomen.

 

Ce n'est que peu après la naissance qu'ils descendent vers les bourses, à l’extérieur de l’abdomen. Ils passent pour cela à travers un orifice nommé « canal inguinal », qui abritera notamment par la suite les vaisseaux sanguins qui les nourrissent. Ils terminent ainsi normalement leur descente jusqu'au scrotum lors du premier mois.

 

Il arrive toutefois dans certains cas qu'un ou les testicules reste(nt) bloqué(s) sur le chemin de la migration vers le scrotum, et se coince(nt) dans l’abdomen ou dans le canal inguinal. On parle alors de cryptorchidie. Il s'agit d'ailleurs de la principale différence avec l'ectopie testiculaire, une autre affection causant une absence d'un ou des deux testicules dans le scrotum : pour cette dernière, ces derniers sont coincés non pas sur le trajet de migration, mais dans des positions aberrantes de l'abdomen ou de la zone péri-anale (c'est-à-dire dans des endroits où ils n'auraient jamais dû se trouver, même de manière temporaire).

La cause de la cryptorchidie chez le chien

Un panier rempli de petits chiots

Que la cryptorchidie touche un seul ou les deux testicules, sa cause exacte n'est pas connue avec exactitude.

 

L'hypothèse la plus plausible à ce jour est qu'elle aurait une origine génétique. Plus précisément, elle résulterait de l'action combinée de nombreux gènes à pénétrance incomplète, c'est-à-dire qui ne s'expriment pas forcément chez tous les individus qui en sont dotés.

 

C'est en tout cas la conclusion à laquelle parvient une méta-analyse intitulée « Canine cryptorchidism: An update » et publiée en 2018 dans la revue Reproduction in Domestic Animals. Cette hypothèse est appuyée notamment par le fait que cette malformation est excessivement présente au sein de certaines lignées et familles en particulier, ainsi que dans les portées issues d'accouplements présentant un fort taux de consanguinité.

 

D'autres causes sont néanmoins envisagées en plus de la cause génétique, notamment :

  • une origine morphologique, ce qui expliquerait que les races de petits chiens y semblent prédisposées ;
  • une origine hormonale, car la descente des testicules est régie notamment par la production d'hormones ;
  • une origine environnementale, notamment une exposition du foetus à certains pesticides ou produits chimiques.

Les chiens prédisposés à la cryptorchidie

Une femme tient la queue d'un petit Cairn Terrier

N'importe quel chien mâle peut a priori être touché par la cryptorchidie ; toutes les races sont donc susceptibles d'être concernées.

 

Celles qui sont de petite taille sont toutefois plus touchées que les autres, pour des raisons vraisemblablement morphologiques et/ou génétiques. Parmi celles-ci, on peut citer notamment l'Alaskan Klee Kai, le Bichon Maltais, le Cairn Terrier et le Petit Lévrier Italien. Les petites races prédisposées à la cryptorchidie sont d'ailleurs souvent atteintes par d'autres malformations du même genre, comme la hernie ombilicale.

 

Le fait que les petites races soient globalement les plus affectées ne signifie pas que les autres sont pour autant épargnées. Des cas de cryptorchidie sont ainsi régulièrement recensés chez certaines races plus grandes, comme par exemple l'Hokkaido Ken ou le Laika de Sibérie Occidentale. Sans être grands, ces chiens sont tout de même loin d'être des petits gabarits : ce sont plutôt des races de taille moyenne.

Les conséquences de la cryptorchidie pour le chien

La cryptorchidie peut sembler un problème amusant et sans grande conséquence. Or, elle est en fait loin d'être bénigne. Les principales conséquences sont une baisse de fertilité de l'animal ainsi qu'un risque accru de tumeur testiculaire.

Une baisse de fertilité

Un couple de chiens Corgis vu de dessus

Tant chez l'humain que chez le chien, la première conséquence de la cryptorchidie est le risque d'important de stérilité.

 

En effet, pour pouvoir produire des spermatozoïdes, les testicules ont besoin d'être à une température plus basse que celle du reste du corps : c'est d'ailleurs l'intérêt de leur présence dans le scrotum, à l'extérieur de l'abdomen. S'ils ne parviennent pas à finir leur descente jusqu'aux bourses, ils se trouvent à une température trop élevée et ne produisent donc pas de spermatozoïdes - ou seulement très peu.

 

Par conséquent, un chien souffrant de cryptorchidie a de fortes chances d'être moins fertile que les autres. S'il est simplement atteint de monorchidie, il peut tout de même réussir à se reproduire. En revanche, si aucun des deux testicules n'est descendu, il a de fortes chances d'être carrément stérile.

Un risque accru de tumeur

Un chien Carlin malade couché sur le sud

En plus de la baisse de fertilité voire de la stérilité, la cryptorchidie augmente le risque de tumeur au niveau du ou des testicule(s) resté(s) coincé(s). C'est en tout cas ce qu'il ressort d'une étude intitulée « A 12-year retrospective study of canine testicular tumors » et publiée en 2009 dans le Journal of Veterinary Medical Science.

 

Ce type de tumeur n'est pas rare chez un chien non stérilisé, a fortiori lorsqu'il prend de l'âge. Néanmoins, le risque est bien plus élevé si un testicule est coincé dans l'abdomen ou la région péri-anale.

 

Ce n'est pas une chose à prendre à la légère : une tumeur testiculaire met le plus souvent en péril la vie de l'animal, en raison notamment du risque de métastases et/ou de compression des autres organes de l’abdomen.

Le diagnostic de la cryptorchidie chez le chien

Un vétérinaire fait une échographie à un petit chien

Bien que les testicules d'un chien soient censés être en place vers la fin du premier mois, leur palpation est parfois difficile avant l'âge de 10 semaines, à cause de leur petite taille et de la graisse se trouvant dans les bourses. Or, le diagnostic de la cryptorchidie par le vétérinaire se fait par palpation des testicules. Il faut donc attendre l'âge de 3 ou 4 mois, voire 6 mois pour parler de cryptorchidie de manière certaine. Pour cette raison, le diagnostic officiel n'est pas posé avant l'âge de 6 mois.

 

Dès lors qu'il est posé, il est en général nécessaire d'effectuer ensuite une échographie de l'abdomen afin de connaître la localisation du ou des testicule(s) non descendu(s). Cela ne change rien à la nature du traitement, qui consiste dans tous les cas en une petite opération chirurgicale. Néanmoins, c'est nécessaire pour savoir à quel endroit pratiquer l'incision.

Le traitement de la cryptorchidie chez le chien

La cryptorchidie en elle-même n'est pas forcément grave, mais elle augmente le risque de tumeur. Il est donc fortement conseillé de mettre en place un traitement pour y remédier.

Le traitement hormonal

Un homme donne un médicament à un chien Corgi

Par le passé, lorsqu'un chien avait un ou deux testicule(s) non descendu(s) dans le scrotum, un traitement hormonal lui était administré pour tenter d'y remédier.

 

Le problème est qu'un tel traitement est globalement efficace chez l'humain, mais n'a pas encore vraiment fait ses preuves chez le chien. Il doit en outre être appliqué très tôt, si possible avant l'âge de trois mois : or, il arrive souvent qu'à ce moment-là le diagnostic n'ait pas encore été posé.

 

Ces limites expliquent que le traitement hormonal de la cryptorchidie a été globalement abandonné pour le moment chez la gent canine, sauf cas particuliers.

L'opération

Un vétérinaire opère un chien sous anesthésie

Le traitement conseillé de nos jours pour un chien atteint de cryptorchidie consiste à retirer le ou les testicule(s) non descendu(s) par le biais d'une opération chirurgicale appelée coelioscopie ou laparoscopie. Cette opération nécessite d'effectuer une petite ouverture dans l'abdomen et d'y insérer une minuscule caméra afin de bien visualiser les organes internes.

 

A minima, la priorité est au moins de localiser avec précision le testicule coincé et de le retirer, car c'est lui qui pose le plus problème. Dans le cas d'un chien monorchide, c'est-à-dire dont un seul testicule n'est pas descendu normalement, il est même en fait conseillé d'enlever aussi le second, et donc ce faisant de stériliser l'animal. En effet, cela élimine tout risque qu'il se reproduise et transmette l'anomalie à sa descendance, puisqu'il est probable que cette affection ait une cause génétique.

 

En tout état de cause, l'opération ne permet pas de corriger la position anormale d'un ou deux testicule(s) et de le(s) placer dans le scrotum, là il(s) aurai(en)t dû d'emblée se trouver. 

 

Une fois le(s) testicule(s) localisé(s), l'opération ne dure normalement que quelques dizaines de minutes. Il s'agit en effet d'une petite intervention, qui en l'absence de complication n'a rien de difficile. Le coût est toutefois assez variable : entre 200 et 400 euros en général, en fonction notamment de la taille de l'animal et de la localisation du ou des testicule(s) à retirer. Sachant que le prix de la castration d'un chien mâle tourne autour de 150 à 200 euros, l'opération de la cryptorchidie n'est finalement pas beaucoup plus chère qu'une stérilisation classique. Du reste, l'assurance santé du chien est susceptible de prendre en charge une partie du montant, si l'on a pris soin d'en souscrire une.

La prévention de la cryptorchidie chez le chien

Une femme protège son chien et lui caresse gentiment la tête

Bien que la cause de la cryptorchidie ne soit pas connue précisément, une composante génétique et héréditaire est fortement soupçonnée. Pour cette raison, il est conseillé d'écarter de la reproduction tous les chiens qui en sont atteints, afin ne pas prendre le risque d'une transmission de l'anomalie à leur descendance.

 

De toute façon, ils sont la plupart du temps moins fertiles que leurs congénères, voire parfois carrément stériles dans le cas d'une cryptorchidie bilatérale. De plus, ils ne peuvent généralement pas être confirmés comme chiens de race, ni être considérés comme des reproducteurs de choix. Dans le cadre d'un élevage, il n'est donc pas pertinent de tenter de les faire s'accoupler malgré tout - quand bien même leurs testicules produisent des spermatozoïdes.

 

C'est d'autant plus vrai que la cryptorchidie est considérée dans plusieurs pays (dont la France et la Belgique) comme un vice rédhibitoire lors de l'achat d'un chien, ce qui signifie qu'un adoptant peut demander le remboursement de tout ou partie du montant dépensé s'il s'avère que le chiot qu'il a acquis est atteint par ce problème. Un éleveur n'a donc aucun intérêt à prendre le risque de vendre des petits atteints par cette malformation.

Conclusion

La cryptorchidie est une anomalie de l'appareil génital relativement courante chez le chien - comme d'ailleurs chez l'humain -, qui consiste en l'absence d'un ou des deux testicules dans le scrotum après l'âge d'un mois. Elle se diagnostique toutefois seulement après 6 mois. Non seulement elle entraîne une baisse de fertilité - voire une stérilité - de l'animal atteint, mais en plus elle augmente considérablement le risque de tumeur testiculaire.

 

Il est généralement conseillé de faire retirer les deux testicules du chien (qu'ils soient descendus ou non) au cours d'une petite opération chirurgicale. En plus d'éviter qu'il soit davantage enclin à développer une tumeur, cela permet d'empêcher qu'il se reproduise et potentiellement transmette cette anomalie à ses petits, étant donné que la cryptorchidie est vraisemblablement héréditaire.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 12/24/2022.

Commentaires sur cet article

c'es tres biens sais article sur les maladie j'ai 12 ans je veut devenir veterinaire et ces tres interessant !!

   
Par zitouni ellyne :)

Discussions sur ce sujet

Aide au niveau de la réglementation / chien monorchide

Bonjour à tous, Depuis fin août, nous avons accueilli dans la famille un superbe chiot berger blanc suisse de 2...