Mon chien maigrit : pourquoi, et que faire ?

Un chien triste et amaigri allongé sur le sol

De manière générale, un chien de compagnie souffre facilement d’embonpoint, du fait notamment de son mode de vie plutôt sédentaire. Il peut même à force finir par devenir obèse, ce qui risque de se traduire par divers problèmes de santé plus ou moins graves et/ou d'aggraver des pathologies déjà existantes.


Toutefois, un chien peut également perdre du poids et devenir trop maigre, pour toutes sortes de raisons. Cela peut bien sûr être la conséquence d'une alimentation inadaptée, mais aussi parfois d'un stress ou de certaines maladies - notamment digestives ou hormonales. Comme dans le cas d'un surpoids, les conséquences de cette maigreur sont susceptibles d'être graves.


Quelles raisons peuvent expliquer qu'un chien maigrit ? Est-ce problématique ? À partir de quand faut-il s'inquiéter ? S'il maigrit trop, que faut-il faire pour l'aider à reprendre du poids ?

Qu'est-ce qu'un chien qui maigrit ?

Un chien Podenco très maigre, allongé dans son panier

Dans le langage courant, maigrir désigne tout simplement le fait de perdre du poids : il s'agit du contraire de grossir, qui consiste à prendre du poids.

 

De manière générale, il est normal que le poids d'un individu (humain ou animal) varie un peu en fonction des jours, des semaines, des saisons... Toutefois, en temps normal, il se trouve globalement dans la même plage de valeurs, et proche du poids idéal calculé par le vétérinaire en fonction notamment de son âge, sa race et son niveau d'activité. Dans l'ensemble, un écart de 5% par rapport au poids idéal est considéré comme étant normal et ne nécessite pas de s'inquiéter outre mesure.

 

Il arrive pourtant qu'un chien se mette à maigrir anormalement, soit de manière brutale, soit plus progressivement - c'est-à-dire sur plusieurs semaines voire plusieurs mois d'affilée. Tout dépend en fait de la cause sous-jacente. Quoi qu'il en soit, on doit alors réaliser que peut-être quelque chose ne va pas.

 

Dans le cas général, le phénomène est visible surtout au niveau du tronc : c'est pourquoi l'un des principaux signes de maigreur est l'apparition des côtes sous la peau. Il arrive toutefois que cela se produise surtout en d'autres endroits du corps - notamment au niveau du train arrière. Là encore, tout dépend de l'origine de la perte de poids.

Mon chien maigrit : les causes possibles

Comme chez l'humain, un chien peut maigrir pour toutes sortes de raisons. Certaines causes sont tout à fait normales, et ne doivent pas susciter d'inquiétude - en tout cas tant que la perte de poids reste modérée. D'autres à l'inverse sont plus problématiques.

 

Pour savoir s'il convient ou non de s'alarmer, il faut donc déterminer dans quel cas on se situe.

Une cause « normale »

Une chienne Jack Russell en train d'allaiter ses petits

Il arrive qu'une perte de poids soit normale et ne prête pas à conséquences - en tout cas tant qu'elle reste mesurée.

 

Le cas le plus commun est celui d'une chienne qui allaite une portée de chiots voraces : il est tout à fait possible qu'elle maigrisse tant que sa progéniture n'est pas sevrée. Cela s'explique tout simplement par le fait que la production de lait consomme beaucoup d'énergie. Comme en parallèle elle manque souvent d'appétit cause de la fatigue, cela accentue d'autant la perte de poids. Plus la portée est nombreuse et plus l'allaitement dure longtemps, plus la probabilité qu'elle perde du poids est élevée. Ce n'est que si elle en vient à n'avoir plus que la peau sur les os qu'il y a lieu de s'inquiéter et d'agir.

 

Un autre exemple commun est celui d'un chien qui subit une opération chirurgicale ou une hospitalisation : il est courant qu'il perde du poids dans les jours à semaines qui suivent, à cause de la fatigue de l'intervention et de la convalescence. Cet amaigrissement n'est pas spécialement alarmant, à condition qu'il soit passager et que l'animal revienne progressivement à son poids antérieur au cours de sa convalescence.

 

Enfin, un chien très sportif qui cesse brusquement d'être aussi actif à cause d'une blessure, d'une mise à la retraite... a toutes les chances de subir une fonte musculaire, c'est-à-dire une diminution significative de la masse musculaire. Cela se traduit notamment par un amaigrissement visible, mais aussi par une perte de poids notable.

Une cause alimentaire

Un chien Jack Russell se lèche les babines devant ses gamelles

Une perte de poids peut notamment avoir pour origine un problème d'ordre alimentaire.

 

Différentes causes sont possibles, qui peuvent d'ailleurs se cumuler :

  • une quantité insuffisante de nourriture par rapport aux besoins du chien ;
  • une alimentation insuffisamment riche en lipides ou protéines ;
  • des aliments indigestes, ce qui empêche une bonne assimilation des nutriments ;
  • le choix de produits qui lui déplaisent, et qu'il n'a pas envie de manger.

 

Ce cas a plus de chances de se produire si l'animal est nourri avec des croquettes bas de gamme, car ces dernières sont bien souvent constituées d'ingrédients certes peu chers mais aussi peu nutritifs (notamment des céréales). Il peut aussi survenir si les besoins nutritionnels du chien augmentent, par exemple parce qu'il devient plus actif, est en gestation ou allaite (dans le cas d'une femelle) : si son alimentation n'est pas adaptée en conséquence, il risque de se mettre à maigrir.

 

Pour cette raison, la première chose à faire si l'on constate un amaigrissement est de se demander si l'alimentation qu'on donne à son compagnon est adaptée à ses besoins. Il est d'ailleurs utile de connaître les principaux signes indiquant qu'un chien est mal nourri : ses selles sont molles voire diarrhéiques, son pelage est en mauvais état, il ne finit pas sa gamelle et/ou réclame de la nourriture en dehors des repas, etc.

Une cause pathologique

Un chien affamé attend devant sa gamelle vide

De nombreuses maladies sont susceptibles d'expliquer qu'un chien maigrit, sans forcément d'ailleurs qu'il perde l'appétit.

 

Les principales sont :

 

Certaines de ces maladies entraînent une perte de poids rapide et brutale, pouvant nécessiter des soins d'urgence : c'est le cas notamment de la parvovirose. Avec d'autres au contraire, le processus est plus progressif : les vers ou le cancer correspondent à ce cas de figure. Dans tous les cas, d'autres symptômes sont presque toujours présents, et aident à orienter le diagnostic.

 

Quoi qu'il en soit, le chien maigrit généralement parce qu'il a moins d'appétit qu'avant du fait de son état de santé, mais ce n'est pas toujours le cas : il peut même arriver qu'il maigrisse alors qu'il mange davantage ! Tout dépend en fait de la maladie dont il est atteint.

Une cause psychologique

Un chien n'a pas d'appétit et refuse de manger

Les humains n'ont pas le monopole de la détresse émotionnelle : les animaux aussi peuvent en être victimes.

 

De façon générale, un chien est en la matière moins à risque qu'un chat, car il possède une meilleure faculté d'adaptation, même s'il est lui aussi attaché à sa routine. Il peut malgré tout être stressé, avoir une baisse de moral voire tomber en dépression : il y a alors de fortes chances que son appétit soit modifié - généralement à la baisse, même s'il arrive parfois au contraire qu'il se mette à manger davantage.

 

Toutes sortes d'événements sont susceptibles d'affecter psychologiquement un chien et de lui faire perdre l'appétit, avec à la clef une perte de poids : un déménagement (notamment dans un logement plus petit et/ou dépourvu de jardin, alors que le précédent en comportait un), la naissance d'un bébé, l'arrivée dans le foyer d'un nouvel animal de compagnie ou d'un nouveau conjoint, une moins grande disponibilité ou des absences plus fréquentes des membres de la famille... En fonction de son caractère, il vit plus ou moins bien ces changements de son quotidien : un animal facilement nerveux ou anxieux risque d'y être davantage sensible qu'un autre qui est parfaitement équilibré.

Les complications possibles si un chien maigrit trop

Un chien fatigué et malade allongé sur un lit

Perdre un peu de poids n'est pas forcément problématique : quelques grammes en plus ou en moins ne sont pas catastrophiques, du moment que l'on reste globalement dans une fourchette de plus ou moins 5% autour du poids idéal.

 

Toutefois, un chien qui maigrit fortement risque de souffrir de divers problèmes de santé. En effet, pour fonctionner au mieux de ses capacités, son organisme a besoin d’une certaine charge pondérale minimum : en deçà de ce seuil (qui est propre à chaque individu), il montre des signes physiques de dysfonctionnement voire de détresse.

 

Parmi les conséquences les plus fréquentes lorsqu'un chien est trop maigre, on peut citer :

  • des problèmes cutanés : une perte de poils, l'apparition d’eczéma, de pellicules... ;
  • un affaiblissement du système immunitaire, ce qui le rend plus vulnérable aux maladies ;
  • une baisse de la résilience physique, du fait de la perte musculaire ;
  • une propension accrue à subir une fracture, en raison de la réduction de la densité osseuse ;
  • un déséquilibre hormonal, pouvant causer entre autres de l’infertilité.

 

À plus ou moins long terme, la perte de poids peut même finir par s'avérer mortelle. Plus largement, elle a de fortes chances d'entraîner une diminution de l'espérance de vie du chien, dès lors qu'elle se prolonge dans le temps. Il ne faut donc pas la banaliser - d'autant qu'elle peut être le signe d'un grave problème de santé.

Comment savoir qu'un chien maigrit ?

Un petit chien sur une balance et avec un mètre à mesurer

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il n'est pas toujours évident de se rendre compte qu'un chien maigrit, en particulier si la perte de poids est légère et progressive. C'est encore plus vrai s'il est doté d'un pelage long et/ou dense, car sa corpulence est alors nettement moins visible.

 

Le meilleur moyen de savoir si un chien maigrit est en fait tout bêtement de le peser régulièrement, dans l'idéal au moins toutes les deux à quatre semaines, voire plus fréquemment si l'on soupçonne un problème. Peser un petit chien n'est pas très difficile : il suffit de monter sur une balance alors qu'on le tient dans ses bras, puis de recommencer seul, et de faire la différence entre les deux. Avec un chien de taille moyenne ou grande, c'est plus problématique : il faut parvenir à le faire tenir debout immobile sur la balance. Si besoin, on peut demander conseil à un vétérinaire, qui sait généralement comment s'y prendre.

 

Une autre solution pour savoir si son chien maigrit est d'examiner son corps à intervalles réguliers et de palper les côtes. Ces dernières doivent être perceptibles au toucher, mais ne doivent être que légèrement apparentes sous la peau - notamment à distance. Il existe toutefois des différences d'une race à l'autre : par exemple, un lévrier est naturellement plus mince voire maigre qu'un molosse. Si l'on a du mal à se rendre compte d'un éventuel changement, il peut être judicieux de prendre son chien en photo à cette occasion : cela permet d'avoir un élément de comparaison d'une fois sur l'autre.

 

Si la perte de poids semble légère et temporaire, on ne peut pas vraiment dire qu'il maigrit. Si en revanche elle est brutale ou se prolonge plusieurs semaines d'affilée, on peut alors véritablement parler d'amaigrissement. Ce n'est pas forcément un problème en soi, mais il faut s'interroger sur l'origine de ce changement pour être en mesure de le corriger si besoin.

Mon chien maigrit : quand faut-il s'inquiéter ?

Un chien triste et amaigri attaché à sa niche

Dans l'ensemble, le fait qu'un chien maigrisse n'est pas forcément inquiétant en soi : comme chez l'être humain, il peut avoir un appétit et/ou des besoins qui varient légèrement au fil des jours et des semaines, avec à la clef d'éventuelles petites modifications de son poids. Rien qu'un changement de saison et/ou de température suffit généralement pour modifier son appétit : ainsi, il est courant qu'il mange moins en été, et donc qu'il mincisse voire maigrisse alors un peu - en particulier s'il fait davantage de sorties et d'activités pendant la belle saison.

 

Une perte de poids peut néanmoins être le signe de quelque chose de grave. Il convient ainsi de s'inquiéter si l'on se trouve dans au moins un des cas suivants :

  • l'amaigrissement survient brutalement, sans cause apparente ;
  • il se prolonge sur plusieurs semaines d'affilée, même s'il est léger ;
  • d'autres symptômes digestifs sont présents : vomissements, diarrhée... ;
  • l'animal a moins d'appétit, voire refuse de manger pendant plus de 24 heures ;
  • il ne semble pas intéressé par ses activités habituelles : promenades, jeux, caresses... ;
  • il maigrit au point de devenir vraiment très maigre, voire n'a plus que la peau sur les os.

 

En effet, l'amaigrissement a alors de fortes chances d'être le symptôme d'un problème majeur : mieux vaut alors se tourner vers un vétérinaire sans trop attendre. Agir vite est même particulièrement crucial dans le cas d'un chiot qui commence à ne plus prendre de poids pendant quelques jours alors qu'il se trouve en pleine croissance.

Que faire si mon chien maigrit trop ?

Comme la perte de poids peut résulter de plusieurs facteurs, la première chose à faire est d’en déterminer la cause. Une fois celle-ci établie, il est potentiellement facile de remédier au problème.

 

Le mieux à faire pour y voir clair est de se rendre chez un vétérinaire : il est la personne la plus apte à identifier de manière fiable la cause sous-jacente - a fortiori si elle est d'ordre alimentaire ou médical. En outre, son aide peut être précieuse pour non seulement régler le problème à la source, mais aussi aider l'animal à reprendre du poids - en particulier si son amaigrissement a été brutal ou s'il souffre de carences.

Dans le cas d'un problème d'alimentation

Toutes sortes d'aliments pour chien posés sur une table en bois

En général, si le chien ne présente pas d'autres symptômes qu'une perte de poids, le vétérinaire soupçonne en premier lieu un problème alimentaire. Il pose alors des questions au maître sur la façon qu'il a de nourrir son animal, et s'il identifie un souci à ce niveau, propose des solutions pour y remédier.

 

Si la perte de poids est simplement le fait de rations insuffisantes sur le plan quantitatif (par exemple du fait que l'animal a des besoins alimentaires accrus), il suffit d'augmenter la quantité de nourriture donnée chaque jour - quitte d'ailleurs à augmenter aussi le nombre de repas, pour bien répartir les apports dans la journée et éviter toute prise trop importante d'un seul coup. L'animal devrait vite reprendre du poids.

 

Si le problème se situe plutôt du côté du type d'aliments (et non de la quantité), la solution la plus simple consiste tout simplement à changer d'alimentation afin d'en choisir une qui convient mieux à l'animal - et plus précisément à ses besoins, son appareil digestif et/ou ses préférences gustatives. De manière générale, il est préférable d'éviter les croquettes premier prix, qui contiennent souvent trop de céréales et pas assez de protéines animales de bonne qualité : mieux vaut privilégier des croquettes de gamme intermédiaire voire premium, des pâtées, ou encore une nourriture maison de type BARF. Dans tous les cas, le vétérinaire est normalement de bon conseil pour savoir quelle alimentation pour chien choisir. Du reste, il faut éviter tout changement abrupt : une période de transition alimentaire de quelques jours est nécessaire pour ne pas perturber l'appareil digestif de l'animal.

Dans le cas d'une maladie

Un vétérinaire examine un petit chien dans son cabinet

Même s'il soupçonne une cause alimentaire, le vétérinaire a intérêt à commencer par vérifier que le chien ne souffre pas d'un problème de santé potentiellement grave. En effet, certaines maladies - susceptibles d'entraîner notamment une perte de poids - peuvent causer de graves complications voire un décès rapide si rien n'est fait : il est donc important de ne pas laisser la place au doute et de maximiser les chances de les diagnostiquer le plus vite possible. Si d'autres symptômes sont présents en plus de la perte de poids, il est encore plus évident qu'une investigation est nécessaire.

 

Différents examens sont alors réalisés par le vétérinaire pour tâcher d'y voir plus clair. Il réalise bien sûr un examen clinique : il ausculte l'animal, le palpe en divers endroits du corps (notamment au niveau des ganglions lymphatiques), examine l'état de son pelage, prend sa température pour voir s'il a de la fièvre... Il vérifie aussi qu'il est bien traité contre les parasites et les vers. En plus de cela, il peut lui faire faire une prise de sang, une analyse d'urine, ou d'autres examens en fonction de la cause qu'il soupçonne : radiographie, échographie, biopsie, etc.

 

Une fois qu'il a une idée précise du problème de santé sous-jacent (s'il semble effectivement y en avoir un), le vétérinaire peut proposer un traitement : soit pour guérir l'animal, soit au moins pour soulager ses symptômes et lui permettre d'aller mieux. La nature exacte du traitement dépend du type de maladie dont il s'agit : une infection par des bactéries nécessite des antibiotiques, un dérèglement hormonal se traite avec des prises d'hormones, un cancer implique une opération ou une chimiothérapie, etc. Il est alors parfois nécessaire de changer l'alimentation de son chien, notamment en cas de maladie digestive, d'allergie ou d'intolérance alimentaire.

Dans le cas d'un problème psychologique

Une jeune fille heureuse fait un câlin à son petit chien

Si la perte de poids n'est pas la conséquence d'un problème d'alimentation ou d'une maladie, elle est vraisemblablement liée au fait que le chien est stressé ou déprime. Dans ce cas, il n'est pas rare qu'il manque d'appétit et/ou d'entrain pour les promenades et les sorties. Faire appel à un comportementaliste canin est alors utile pour tâcher de comprendre la cause de son mal-être et de trouver des solutions afin d'y remédier.

 

Le plus souvent, le problème vient d'un manque d'attention et/ou d'exercice physique ou intellectuel, par exemple à la suite d'un changement important dans le foyer (arrivée d'un bébé, quantité accrue de travail...), qui fait que l'on est plus occupé qu'avant et a tendance à le délaisser. La solution est alors relativement simple : il faut lui consacrer davantage de temps chaque jour, que ce soit pour l'emmener faire des sorties, découvrir de nouveaux endroits, rencontrer des congénères, ou même simplement jouer ou faire des câlins. Tout dépend en fait de son caractère et de ses attentes. L'appétit devrait alors lui revenir au fur et à mesure qu’il accepte la nouvelle situation et que son état émotionnel se rétablit.

 

Si ce n'est pas déjà le cas, il est important aussi de respecter une certaine routine pour tout ce qui concerne la nourriture : lui servir ses repas aux mêmes heures d'un jour à l'autre, et faire en sorte qu'ils contiennent globalement toujours la même chose. Cela l'aide à avoir des repères, et c'est rassurant pour lui : la routine est importante pour l'équilibre psychologique d'un chien. Il en va de même pour les autres activités : les sorties, les promenades, les jeux, les caresses, etc. : l'idéal est qu'elles aient lieu à peu près toujours à la même heure, si c'est possible.

 

Dans le cas d'un chien dépressif que rien ne semble intéresser ni aider à aller mieux, il peut être nécessaire de recourir à des traitements spécifiques, tels que des antidépresseurs et/ou anxiolytiques spécialement conçus pour la gent canine. Ces médicaments ne constituent pas une solution à eux seuls, mais ils peuvent aider à améliorer son état le temps de résoudre le problème sous-jacent. Le mieux est de demander conseil à un vétérinaire.

Conclusion

Quels que soient sa race, son âge, son mode de vie..., la perte de poids d'un chien n'est pas forcément à prendre à la légère. Certes, elle résulte la plupart du temps de problèmes mineurs et facilement gérables. Néanmoins, il peut arriver aussi qu’elle soit le signal d'un problème de santé potentiellement grave - a fortiori s'il n'est pas pris en charge - ou qu'elle finisse par être si marquée qu'elle en devient dangereuse pour la santé.

 

Comme souvent, mieux vaut ne pas attendre et laisser le phénomène s'amplifier : plus des solutions sont mises en place rapidement (et plus particulièrement un traitement, dans le cas d'une maladie), plus vite l'animal retrouve son état - et son poids - normal.

 

En tout état de cause, comme dans beaucoup de domaines, il est utile de faire montre de prévoyance : si on tient à son chien, il est utile de suivre attentivement sa ligne.

Dernière modification : 30/04/2023.

Discussions sur ce sujet

Mon chien maigrit

Bonjour tout le monde, C'est un peu bizarre, notre carlin perd du poids par rapport à la normale, alors qu'il...

Chien maigre et qui mange beaucoup

Bonjour, J'ai adopté un chien de 12 ans en refuge (un Pointer Anglais), il est très maigre on vois ses cotes...

Amaigrissement suite à des parasites intestinaux

Bonjour à toutes et à tous, Je viens vers vous car il y a une semaine mon chiot de 6 mois (un labrador) a eu des...

Comment faire perdre du poids à son chien ?

Bonjour à toutes et à tous, Cocon est une femelle de Staff qui a 12 ans, elle fait 50 cm au garrot pour 30 kg. Elle...

Poser une question