Mon chien boite : pourquoi, et que faire ?

Mon chien boite : pourquoi, et que faire ?

Votre chien boite, et vous vous demandez d'où cela peut venir, ainsi que ce qu'il faut faire ?


La première chose à savoir, c'est que les chiens peuvent boiter pour de nombreuses raisons. Quel que soit le motif, n'attendez pas plus de 48 heures avant de consulter un vétérinaire, surtout si son état ne s'améliore pas.


En attendant, procédez par étapes pour essayer de déterminer la gravité de la boiterie et son origine.

Les causes possibles de boiterie chez le chien

La cause des boiteries du chien peut parfois être difficile à déterminer. Néanmoins, il existe quatre grandes raisons qui peuvent expliquer le phénomène.

 

Pour y voir plus clair, il faut tout d'abord prendre en compte la façon dont sont survenus les symptômes. Si le chien s'est mis à boiter soudainement, elles ont de très grandes chances d'être d'origine accidentelle. Si, au contraire, elles sont apparues progressivement, sur plusieurs jours ou mois, il s'agit vraisemblablement soit de boiteries congénitales ou liées à la croissance, soit de boiteries causées par une maladie. Cependant, les boitements chez le chien peuvent également avoir d'autres origines, parfois inattendues, comme par exemple des troubles du comportement.

 

De façon générale, si les boitements apparaissent de façon très progressive, il est préférable de consulter un vétérinaire sans tarder. En effet, elles ont alors toutes les chances d'être la conséquence d'une maladie ou d'un problème de croissance qu'il vaut mieux identifier rapidement. Si elles sont intervenues accidentellement et qu'il n'y a pas de plaie, de fracture ou de douleur intense, un repos de 48 heures est nécessaire, avant de réévaluer la situation et prendre rendez-vous chez le vétérinaire si votre chien boite encore.

Les boiteries d'origine accidentelle

Les boiteries d'origine accidentelle

Les fractures, les élongations musculaires, les tendinites, les luxations de la rotule, les ruptures des ligaments croisés, les entorses, les claquages, les déchirures musculaires...sont autant de causes possibles de boiteries chez le chien. Elles peuvent survenir après un choc, un mouvement brusque ou un exercice trop intense. Chaque blessure qui engendre une boiterie accidentelle doit être rigoureusement désinfectée, et le chien doit être mis au repos jusqu'à la guérison complète.

 

La luxation de la rotule chez le chien est parfois dépourvue de douleur. Il suffit d'effectuer une manipulation, en tirant la patte repliée, afin que le membre reprenne sa position initiale et que le chien réadopte une démarche normale.

 

Quant aux fractures, elles sont le plus souvent dues à un choc. La patte du chien devient alors gonflée et déformée. Une consultation chez le vétérinaire permettra d'effectuer une radiographie afin de localiser le siège de la fracture, et de mettre en place un traitement approprié : plâtre, chirurgie...

Les boiteries de croissance

Les boiteries de croissance

Les dysplasies, les ostéodystrophies hypertrophiques ainsi que les panostéites sont des maladies qui se manifestent pendant la croissance. 

 

Les grands chiense au physique imposant et à la croissance rapide sont les plus exposés aux problèmes de santé dus à la croissance. Les premiers signes apparaissent entre 4 et 8 mois.

 

Par exemple, la dysplasie coxo-fémorale touche en général les grands chiens de moins de deux ans. Cependant, les autres peuvent également être concernées par cette malformation génétique qui se développe au fil de la croissance. Il s'agit d'une anomalie héréditaire qui touche la tête du fémur et la cavité de la hanche où elle s'emboîte. Le chien commence à souffrir vers un an. Il présente des difficultés au niveau de la marche, refuse de sauter et a du mal à courir. 

 

Le traitement de la dysplasie de la hanche varie en fonction des caractéristiques physiques de l'animal. Ainsi, chez les petits chiens, c'est une résection de la tête fémorale qui est généralement pratiquée. En revanche, chez les grands, l'articulation coxo-fémorale touchée est couramment remplacée par une prothèse adaptée à la morphologie de l'animal.

 

Au passage, il faut savoir que la dysplasie constitue un vice rédhibitoire lors de l'achat d'un chien ou d'un chiot, et peut, par conséquent, être un motif légitime d'annulation de la vente. 

 

Les causes possibles de boiterie chez le chien

Les boiteries peuvent aussi être dues à une ostéochondrose ou à une ostéochondrite disséquante, qui touchent particulièrement les races de chiens puissants et provoquent une lésion des cartilages accompagnée d'une inflammation, dont la localisation se situe surtout au niveau des épaules.

 

Ces troubles sont souvent provoqués par une absorption de calcium trop importante à l'étape du chiot, ou lorsque le cartilage présente un défaut d'absorption des nutriments puis se fissure. Ce type de boiterie peut être intermittente. 

 

En ce qui concerne les races de chiens de petite taille comme le Bouledogue français, ce sont les pincements des disques intervertébraux (dus à une malformation des vertèbres) ou des luxations rotuliennes qui peuvent provoquer des boiteries. Les chiens adoptent alors une démarche caractéristique, avec une patte relevée.  

 

Afin de prévenir les problèmes de boitements liés à la croissance, il est nécessaire de nourrir son chiot avec une alimentation équilibrée, sans avoir besoin de recourir à des compléments alimentaires pour animaux. Autrefois, il existait beaucoup de cas de rachitisme causés par une carence en vitamine D et en sels minéraux (calcium, phosphore...). À l'heure actuelle, il s'agit plutôt du contraire. 

 

Le traitement des boiteries liées à la croissance passe par l'instauration d'un régime alimentaire sain, du repos, ainsi qu'un traitement médical, voire une intervention chirurgicale pour retirer le morceau de cartilage qui se détache. 

Les boitements liés aux maladies

Les boitements liés aux maladies

Certaines maladies peuvent provoquer des boiteries. C'est le cas notamment de l'arthrose, de la maladie de Lyme, de la leishmaniose, des tumeurs osseuses, mais aussi de certaines infestations parasitaires. Elles s'accompagnent parfois d'autres symptômes, tels qu'une perte d’appétit, des vomissements, une attitude léthargique, voire une dépression.

Les boitements d'origine psychologique

Les troubles du comportement

Les troubles du comportement

Dans certains cas, les boitements sont dus à un léchage frénétique des coussinets plantaires, qui peut engendrer une inflammation. Les cas les plus extrêmes peuvent amener le chien à s'amputer un doigt. Ce léchage frénétique est une activité de dérivation que l'animal utilise afin de réagir face à un état de stress ou une situation angoissante.

 

Ce genre de réaction est observable chez les individus qui font face à des situations frustrantes : chien attaché ou enfermé pendant une durée excessivement longue, chien qui ne bénéficie pas d'une activité physique suffisante, chien rejeté par exemple suite à l'évolution du contexte familial, etc. 

 

Après avoir éliminé toutes les autres éventualités (maladie, présence de corps étrangers...), le vétérinaire pourra déterminer avec précision si la boiterie a effectivement pour cause un trouble du comportement du chien.

La boiterie du comédien

La boiterie du comédien

Un chien en manque d'affection peut recourir aux boitements afin de solliciter l'attention de son maître.

 

Parfois, le chien peut aussi se mettre à boiter lorsqu'il désire échapper à une situation inconfortable qui par le passé a provoqué chez lui un traumatisme physique ou psychologique. Par exemple, si le chien s'est blessé lors d'un franchissement d'obstacle, comme une haie, il peut se mettre à claudiquer devant l'obstacle en question, même longtemps après la guérison. En revanche, il acceptera généralement de franchir tout autre obstacle.

 

Konrad Lorenz, un des fondateurs de l'éthologie, a exposé une anecdote de boiterie du comédien à propos de l'une de ses chiennes : celle-ci se mettait à boiter lorsqu'il décidait de l'emmener sur son lieu de travail, où elle devait rester couchée dans son bureau. Cependant, elle ne boitait plus lorsqu'il s'agissait de partir en promenade.

Que faire si mon chien boite ?

Si jamais on se rend compte que son chien boite, mieux vaut ne pas laisser traîner : non seulement c'est probablement douloureux pour lui, mais en plus cela peut être grave.

Mettre son chien au repos forcé ou l'emmener chez le vétérinaire

Mettre son chien au repos forcé ou l'emmener chez le vétérinaire

La plupart du temps, les boiteries du chien sont d'origine accidentelle, surtout si elles apparaissent de façon soudaine ou juste après un effort. Le repos est alors nécessaire pour éviter d'aggraver la situation, et permettre au membre affecté de se remettre. Votre chien ne doit donc pas courir, ni sauter, ni grimper (y compris par exemple dans une voiture). Le moindre effort est à proscrire. La seule activité autorisée pendant ces 48 heures est la marche en laisse, en vue de satisfaire les besoins hygiéniques de l'animal.

Pensez également à vérifier le couchage du chien. S'il dort sur un sol dur, mettez à sa disposition un tapis ou un coussin. Vous pouvez aussi le soulager au moyen d'une bouillotte ou d'une serviette préchauffée quelques secondes au micro-ondes.

Enfin, suivez votre instinct et votre bon sens. Un chien qui, en plus de boiter, présente d'autres symptômes tels que des saignements, des zones gonflées, un abattement, une perte d'appétit, des pertes de connaissance... a besoin d'être examiné rapidement. Dans ce cas, n'attendez pas 48 heures, rendez-vous directement chez votre vétérinaire. La boiterie peut être le signe d'une maladie très grave, comme par exemple la leishmaniose.

Au moindre doute, n'oubliez pas que vous pouvez également contacter votre vétérinaire par téléphone, pour qu'il vous donne la conduite à tenir.

Localiser la source de la douleur à l'origine des boitements du chien

Localiser la source de la douleur à l'origine des boitements du chien

Vous êtes le repère et l'interprète de votre chien. Il ne sait pas parler en langage humain. La seule chose qu'il sait, c'est qu'il a mal à une patte, et il vous le fait savoir en boitant.

 

Après un choc violent ayant entraîné une foulure, une déchirure musculaire ou une fracture, le chien peut également signaler le problème en minimisant ses déplacements, et en se léchant la patte endommagée de manière insistante.

 

Néanmoins, il n'est pas en mesure de vous communiquer la gravité de la blessure, ni le degré de douleur qu'il ressent. Il est donc nécessaire de l'observer attentivement, pour identifier les raisons expliquant les boiteries de votre animal.

 

Pour cela, vous allez être amené à le manipuler et à examiner ses pattes, des coussinets aux coudes. Prenez les précautions nécessaires pour éviter toute morsure du chien, car même le plus gentil des compagnons peut mordre si on lui fait mal.

Observer le membre douloureux dans sa totalité

Observer le membre douloureux dans sa totalité

Parfois, un simple coup d'œil sur l'ensemble du membre permet de cibler l'origine du problème. Par exemple, si vous remarquez un gonflement ou un os cassé, une consultation s'impose auprès d'un vétérinaire, dans les plus brefs délais.

 

En revanche, il arrive parfois que la douleur ne se manifeste que lorsque le membre est en mouvement. Dans ce cas, pour localiser le point douloureux, palpez doucement les différentes zones, puis reproduisez le mouvement naturel du membre.

Observer les coussinets du chien

Observer les coussinets du chien

Des petites choses peuvent causer à nos canidés de grands problèmes. Ainsi, l'élément à l'origine de la douleur et du boitement peut avoir de nombreuses formes, et parfois revêtir en apparence un caractère bénin : caillou coincé entre les coussinets du chien, éraflure, infection provoquée par un ongle incarné ou un épillet, chewing-gum, tique logée entre les coussinets, plaie causée par un bout de verre, irritation provoquée par le ciment après une longue marche, etc.

 

Dans certains de ces cas de figure, il existe des solutions faciles :

  • Il est possible de retirer un épillet logé de façon peu profonde dans la patte du chien avec une pince à épiler stérilisée, avant de nettoyer soigneusement la plaie ;
  • En ce qui concerne les chewing-gums, le maître peut les retirer en appliquant des glaçons ou de l'éther ;
  • Le goudron doit être enlevé à l'aide de Cetavlon liquide ou d'un liquide moussant similaire ;
  • L'ongle cassé doit être coupé proprement, en veillant bien à ne pas blesser l'animal davantage. Après une désinfection minutieusement effectuée, la zone touchée doit être protégée par une chaussette fixée avec du sparadrap. 

 

Dans tous les cas, l'inspection des pattes doit être effectuée minutieusement, en particulier après une promenade avec le chien à la campagne ou en forêt. Or, elle nécessite que l'animal soit calme. Pour cela, offrez-lui une friandise pour chien et demandez-lui de se coucher sur le côté. Munissez-vous d'une lampe de poche, car il est assez difficile de voir entre les poils. N'hésitez pas à bien écarter chaque coussinet. Si votre chien réagit ou ne vous laisse pas faire, il y a des chances que vous soyez sur la bonne piste. Patientez et recommencez, tout en lui parlant et en le caressant, afin d'apaiser ses inquiétudes.

 

Il est possible de prévenir - ou du moins limiter - ce genre de risques, auxquels les chiens habitués à marcher sur de la moquette dans un appartement sont particulièrement exposés en cas de longue promenade. Il suffit par exemple de protéger les pattes de l'animal avec un produit à base de tanin. 

Conclusion

Lorsqu'un chien boite, il est nécessaire de diagnostiquer la cause des boiteries aussi rapidement que possible, afin d'éviter l'aggravation d'une éventuelle pathologie. 

 

Ces causes peuvent être assez variées : maladies, accidents, malformations liées à la croissance, troubles du comportement...

 

Il est possible d'identifier et de traiter les problèmes bénins, qui nécessitent la plupart du temps un repos forcé du chien. En revanche, des problèmes plus graves doivent impérativement pousser le maître à consulter un vétérinaire dans les plus brefs délais.

Dernière modification : 11/03/2023.