La brucellose chez le chien : symptômes, traitement, prévention...

Un chien gris malade couché sur la moquette

Dans l'ensemble, le chien est moins sujet aux infections que l'être humain - notamment celles qui sont d'origine digestive. Ce n'est pas pour autant qu'il est totalement épargné : il peut en effet contracter différentes maladies infectieuses plus ou moins graves. L'une d'entre elles est la brucellose, peu connue mais pouvant être sévère.


Comment se transmet cette maladie ? Quels en sont les symptômes ? Existe-t-il un traitement permettant de la soigner ? Comment peut-on la prévenir ?

Qu'est-ce que la brucellose ?

Un Griffon Belge allongé sur un lit

La brucellose est une maladie de l'appareil génital d'origine bactérienne, qui s'avère à la fois très contagieuse, potentiellement grave et difficile à traiter.

 

Elle concerne de nombreuses espèces de mammifères, en particulier les animaux d'élevage comme les bovins, le cheval, le porc, le mouton, etc. Elle peut toucher aussi le chien, le chat, ainsi que l'Homme dans une moindre mesure. Il s'agit d'ailleurs d'une zoonose, une maladie qui se transmet d'un animal à un être humain.

 

Elle est assez rare en Europe au sein de la gent canine, mais nettement plus courante aux États-Unis ainsi qu'au Canada : entre 1 et 10% des chenils y seraient touchés. Étant donné sa grande contagiosité, seule la mise en place de mesures d'hygiène strictes et de contrôles réguliers permet de limiter sa propagation dans les refuges et les élevages.

 

Par ailleurs, contrairement à beaucoup de maladies génitales, elle concerne aussi bien les mâles que les femelles. Les symptômes sont toutefois bien différents chez les uns et chez les autres. Dans tous les cas, elle peut à terme s'avérer grave, et même rendre l'animal stérile.

La cause de la brucellose chez le chien

Schéma de la bactérie Brucella à l'origine de la brucellose canine

La brucellose est une maladie infectieuse causée par différentes espèces de bactéries appartenant au genre Brucella.

 

Plus précisément, chaque bactérie colonise de préférence certains mammifères. Ainsi :

  • Brucella abortus cause la brucellose bovine ;
  • Brucella suis est responsable de la brucellose porcine ;
  • Brucella melitensis entraîne la brucellose ovine ;
  • Brucella canis cause quant à elle la brucellose canine.

 

Il en existe encore d'autres qui touchent d'autres espèces : rongeurs, singes, renards...

 

Toutefois, ces bactéries peuvent aussi infecter des mammifères autres que leurs espèces de prédilection. Ainsi, tant l'Homme que le chien peuvent être infectés par celles qui touchent principalement les bovins, le porc ou les ovins, mais aussi potentiellement par celles qui affectent en priorité d'autres espèces. C'est toutefois surtout Brucella canis qui contamine la gent canine.

 

Pour autant, la suite du propos traite de l'ensemble des cas de brucellose chez le chien, qu'ils soient causés par Brucella canis ou par une autre bactérie appartenant au même genre. En effet, la maladie est globalement identique dans tous les cas.

La prévalence de la brucellose chez le chien

Un Bouledogue Français noir malade allongé dans l'herbe

La brucellose est une maladie infectieuse présente sur tous les continents, mais dont la répartition est plutôt inégale.

 

Elle est surtout présente en Asie ainsi que sur le continent américain, depuis le sud des États-Unis jusqu'en Amérique latine. Sa prévalence est assez variable dans ces régions, en fonction notamment de la bactérie concernée. Pour ce qui concerne Brucella canis, elle se situe généralement entre 6 et 35%. C'est en tout cas ce qu'indique un document intitulé « La brucellose canine » et rédigé en août 2022 par l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire). Dans ces zones, il existe souvent des réservoirs sauvages de la maladie, c'est-à-dire des espèces sauvages qui sont naturellement porteuses de ces bactéries et peuvent les répandre autour d'elles. Cela explique que la maladie soit difficile à éradiquer totalement.

 

En Europe, et notamment en Europe de l'Ouest, la brucellose est historiquement peu présente. Toutefois, divers cas ont été recensés dans de nombreux pays depuis les années 2010 : Autriche, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse... La tendance semble même à la hausse depuis 2020, d'après l'ANSES. Cette augmentation pourrait être liée à l'importation de chiens provenant de zones plus fortement touchées, notamment d'Europe de l'Est : Russie, Biélorussie...

La transmission de la brucellose

Quelle que soit la bactérie qui en est responsable, la brucellose est une maladie infectieuse qui s'avère très contagieuse entre chiens, ce qui explique qu'on la trouve couramment dans certains refuges et/ou élevages. Elle peut aussi se transmettre depuis un chien vers un humain, mais ce cas reste heureusement plutôt rare à ce jour.

La transmission entre chiens

Un Basenji noir lèche le visage d'un Basenji marron

La brucellose se transmet facilement d'un chien malade à un congénère sain.

 

La transmission se fait essentiellement par le biais de fluides corporels contenant la bactérie en cause : de l'urine, du sperme, des pertes vulvaires, des écoulements lors de la mise bas, d'une fausse couche ou d'un avortement...

 

Le plus souvent, elle se produit lorsque le chien renifle, lèche ou avale de telles sécrétions, ou lorsqu'il entre en contact avec des objets, de l'eau ou de la nourriture ayant été au préalable contaminés par ces dernières. Celles-ci peuvent d'ailleurs rester contaminantes plusieurs semaines, voire plusieurs mois en fonction des conditions ambiantes : taux d'humidité, température ambiante... En effet, les bactéries du genre Brucella sont très résistantes dans l'environnement.

 

La contamination peut toutefois survenir également d'autres façons, même si cela est plus rare. Elle peut notamment avoir lieu lors d'un accouplement, si l'un des deux reproducteurs est malade  la brucellose est donc une maladie sexuellement transmissible. De plus, une mère contaminée peut transmettre la maladie à ses petits lors de l'allaitement. Enfin, la transmission est également possible par voie aérienne, du fait d'aérosols (les gouttelettes expulsées lors de la respiration et présentes en suspension dans l'air).

La transmission du chien à l'Homme

Un homme joue et fait un câlin à son chien dans le salon

Quelle que soit la bactérie en cause, la brucellose est une zoonose canine, c'est-à-dire une maladie qui se transmet du chien à l'Homme. Cette transmission est toutefois nettement moins courante que celle entre canidés et ne concerne a priori que les personnes qui sont en contact étroit et/ou prolongé avec des représentants de la gent canine : éleveurs, employés d'une pension canine ou d'un refuge, vétérinaires...

 

La contamination d'un humain par un chien est essentiellement le fait de manipulations répétées de sécrétions contaminées : urine, pertes vaginales, nouveaux-nés lors d'une mise bas, etc.

 

À ce jour, seules quelques dizaines de cas de malades humains ont été recensés à travers le monde, les premiers datant des années 1970. Cela étant, compte tenu de la gravité de la brucellose et de la difficulté à la soigner, elle est suivie de près par les autorités sanitaires - notamment aux États-Unis et au Canada, où la maladie est pour l'instant plus répandue qu'en Europe.

Les symptômes de la brucellose chez le chien

Un chien Basset Hound malade dort sur le lit

Quelle que soit la bactérie concernée, la brucellose peut toucher à la fois les mâles et les femelles, mais ne se manifeste pas de la même façon dans les deux cas.

 

Chez la femelle, le symptôme le plus évident est une fausse couche tardive, survenant après le 45ème jour de gestation. Des fausses couches précoces peuvent toutefois avoir lieu, mais passent alors généralement inaperçues : la chienne semble simplement peu fertile, voire stérile. La gestation peut tout de même parvenir à terme, mais il est alors courant que la portée soit de taille réduite et/ou comprenne des chiots morts-nés.

 

Chez le mâle, la brucellose cause généralement une épididymite, c'est-à-dire une inflammation des canaux déférents (les canaux qui relient les testicules à la prostate). À court terme, il existe un risque de baisse de la fertilité. Une infection des testicules (orchite) ou une inflammation de la prostate (prostatite) sont également possibles dans certains cas, mais de manière générale, il est rare que des symptômes clairs et faciles à repérer soient présents.

 

Chez les deux sexes, la brucellose entraîne assez souvent d'autres types de signes cliniques ne faisant pas penser à une maladie génitale - notamment des problèmes locomoteurs (faiblesse musculaire, boiterie, difficulté à se déplacer ou à coordonner les membres...), oculaires (uvéite...) ou généraux (léthargie, ganglions lymphatiques enflés...). Tout dépend en fait des organes que la bactérie parvient à coloniser et dégrader.

Le diagnostic de la brucellose chez le chien

La brucellose n'est pas une maladie facile à diagnostiquer chez le chien, quelle que soit la bactérie concernée. Les principaux symptômes peuvent en effet passer facilement inaperçus, en particulier dans le cas d'un individu qui n'est pas destiné à la reproduction.

 

Si l'on soupçonne son chien d'être atteint de brucellose, le mieux est de se rendre chez un vétérinaire pour que celui-ci établisse un diagnostic. Deux tests complémentaires permettent de mettre en évidence la bactérie : un test sérologique et un test PCR.

Le test sérologique

Un vétérinaire fait une prise de sang à un chien

Le test sérologique permet de détecter la présence dans l'organisme d'anticorps correspondant à la bactérie Brucella, quel que soit le type exact dont il s'agit. Il est réalisé à partir d'une prise de sang du chien.

 

Il s'agit du test le moins coûteux, ce qui explique que c'est lui qu'on pratique en priorité. Néanmoins, sa fiabilité est perfectible. Il présente en effet l'inconvénient de donner un taux élevé de faux-positifs, c'est-à-dire que de nombreux individus sont testés positifs alors qu'en réalité ils ne sont pas porteurs de la bactérie. À l'inverse, des faux-négatifs sont eux aussi possibles s'il est effectué trop peu de temps ou au contraire trop longtemps après la contamination. Il est donc généralement répété 4 à 6 semaines plus tard, ou complété d'un test PCR pour confirmation.

 

Le prix d'un test de sérologie pour la brucellose du chien se situe globalement entre 20 et 30 euros.

Le test PCR

Un homme réalise un test salivaire pour son chien

Le test PCR de la brucellose cherche à détecter directement la présence de la bactérie en cause, et non celle des anticorps correspondants.

 

Il nécessite une prise de sang ou un prélèvement de tissu ou de liquide censé contenir la bactérie recherchée. L'échantillon est envoyé dans un laboratoire pour analyse. Toutefois, là non plus la fiabilité n'est pas de 100% : il existe aussi un risque de faux-positif si le chien est infecté par des espèces de bactéries proches des Brucella, et à l'inverse un risque de faux-négatif si les bactéries sont trop peu nombreuses. Comme de surcroît il est plus cher qu'un test sérologique, il n'est généralement réalisé que pour confirmer le résultat de ce dernier.

 

Le prix d'un test PCR pour la brucellose du chien est généralement compris entre 50 et 60 euros.

Le traitement de la brucellose chez le chien

Un homme donne un médicament à un chien

En plus d'être difficile à diagnostiquer, la brucellose est quasi impossible à guérir. En effet, la bactérie qui en est à l'origine (quelle qu'elle soit) peut se cacher dans certains tissus de l'organisme où le traitement et le système immunitaire ne peuvent l'atteindre. Cette maladie est donc considérée comme incurable : un chien atteint doit être considéré comme un vecteur potentiel toute sa vie, même s'il n'a plus de symptômes.

 

Cela ne signifie pas pour autant qu'il est impossible d'agir. En particulier, un traitement à base d'antibiotiques pour chien peut être mis en place afin de stopper la progression de la maladie, réduire les symptômes et rendre l'animal moins contagieux. Toutefois, il est long (généralement entre 4 et 12 semaines) et peut avoir des effets secondaires graves, tels qu'une atteinte rénale et/ou hépatique. Le vétérinaire décide donc s'il est pertinent ou non de le mettre en place, en fonction de la situation et de la gravité des symptômes.

 

En parallèle, l'animal atteint doit être stérilisé, s'il ne l'est pas déjà. Cela ne le guérit pas, mais permet a minima de réduire ses symptômes et de le rendre moins contagieux pour son entourage, car il excrète alors moins de bactéries. Le prix de la stérilisation d'un chien est plutôt élevé : il faut compter entre 150 et 300 euros, en fonction de son sexe et de sa taille.

 

Enfin, des traitements supplémentaires peuvent être nécessaires si la brucellose est à l'origine de symptômes autres que génitaux. En particulier, la pose d'implants peut dans certains cas permettre d'apaiser certains problèmes locomoteurs.

 

Quoi qu'il en soit, si l'on a pris soin de souscrire une assurance santé pour son chien avant qu'il ne tombe malade, les dépenses vétérinaires sont généralement prises en charge au moins en partie.

La prévention de la brucellose chez le chien

Trois chiens jouent ensemble dans un parc

Quelle que soit la bactérie concernée, la brucellose est difficile à guérir. Il est donc utile de tout faire pour la prévenir autant que faire se peut.

 

Néanmoins, elle est aussi très contagieuse. De fait, il n'existe pas de méthode infaillible pour empêcher un chien d'être contaminé par la brucellose. L'idéal est de lui éviter tout contact avec un animal malade - qu'il s'agisse d'un congénère ou d'un représentant d'une autre espèce. Dans la pratique, c'est d'autant plus difficile à faire qu'un animal peut être contaminant sans avoir de symptômes. Au demeurant, la transmission peut survenir sans contact direct - simplement par le biais de matière souillée.

 

À tout le moins, une bonne habitude à prendre est de ne pas le laisser renifler des excréments d'autres animaux, en particulier si l'on se trouve dans une zone fortement touchée par la brucellose. Mieux vaut également ne pas le laisser s'approcher d'animaux sauvages, qu'ils soient vivants ou morts, car ils pourraient en être porteurs.

 

Enfin, si l'on est éleveur, il est recommandé de toujours placer en quarantaine pendant 2 à 3 mois tout nouveau venu en provenance d'un autre élevage, puis de lui faire passer un test sérologique au terme de ce délai : cela permet d'éviter une contamination accidentelle des autres chiens que l'on possède.

Comment vivre avec un chien atteint de brucellose ?

Dès lors qu'un chien a été contaminé par la brucellose, différentes mesures doivent être prises pour protéger son entourage - humains comme animaux.

Pour un particulier

Un homme avec des gants s'occupe d'un Golden Retriever malade

Il est généralement conseillé de ne pas garder un chien atteint de brucellose si le foyer compte un ou plusieurs individus fragiles et/ou ayant un système immunitaire faible : bébé ou très jeune enfant, personne âgée, animal affaibli... En effet, ils sont davantage susceptibles de contracter à leur tour la maladie et de tomber gravement malade. L'idéal est alors de le confier à une personne qui ne présente pas de fragilité particulière et est en mesure de s'en occuper convenablement.

 

Si on décide de le garder malgré tout, mieux vaut a minima le faire stériliser, pour réduire la quantité de bactéries qu'il excrète dans l'environnement. Cela permet de protéger aussi bien les humains qui l'entourent que les animaux qu'il fréquente (congénères, chats, bétail...) - y compris le cas échéant au sein du foyer. Selon les cas, une antibiothérapie peut être utile en plus de la stérilisation, pour réduire encore le risque de transmission - en plus bien sûr de soulager les symptômes. Enfin, il est conseillé de respecter des mesures d'hygiène strictes pour limiter le risque de diffusion des bactéries dans l'environnement. En particulier, mieux vaut utiliser des gants pour manipuler ses sécrétions (urine, déjections, pertes vulvaires, etc.) et bien se laver les mains ensuite.

Pour un éleveur

Vue proche d'un Carlin en extérieur

Un éleveur a intérêt à faire passer à chacun de ses chiens un test sérologique de la brucellose tous les 3 à 6 mois : cela permet de détecter rapidement tout individu porteur, dans l'idéal avant qu'il ait eu le temps de contaminer les autres.

 

Si l'un d'eux est positif, il faut le retirer de l'élevage (par exemple en le proposant à l'adoption à des particuliers, en leur précisant bien sûr qu'il est infecté) et tester tous les autres chaque mois pendant trois mois, au cas où certains auraient été contaminés mais n'auraient pas encore développé la maladie.

 

Tant que l'on n'est pas assuré de l'état de l'ensemble des chiens, il est important de systématiquement utiliser des gants pour manipuler leurs sécrétions (urine, déjections, pertes vulvaires, écoulements lors d'une mise bas, etc.) et bien se laver les mains ensuite. En effet, on limite ainsi les risques que la maladie se répande si l'un d'eux est contaminé mais n'a pas encore été détecté. Cette mesure d'hygiène vaut d'ailleurs aussi dans le cas général, pas seulement si l'on soupçonne une brucellose.

Conclusion

La brucellose est une maladie redoutable, qui touche aussi bien les mâles que les femelles, se propage facilement d'un chien à l'autre et est difficile à éradiquer. Elle ne cause pas forcément de symptômes très visibles, mais peut finir par engendrer une baisse de la fertilité de l'animal atteint - voire le rendre stérile.

 

Comme il n'existe pas de traitement permettant de la guérir totalement, mieux vaut faire tout son possible pour la prévenir. C'est vrai en particulier si l'on possède un élevage, car il s'agit du meilleur moyen d'éviter de se retrouver avec un cheptel contaminé. Elle est moins problématique pour un particulier, a fortiori si l'on n'a pas prévu de faire reproduire son animal : toutefois, comme il s'agit d'une zoonose, une certaine prudence est de mise si l'on possède un individu malade - ou en tout cas porteur de la bactérie.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 01/05/2023.