La bronchite chez le chien : causes, symptômes, traitement...

Un Beagle avec une écharpe se réchauffe près d'un radiateur

Globalement, les chiens sont des animaux rustiques. En effet, même s'ils ne vivent pas très longtemps (une dizaine d'années en moyenne), ils sont globalement plus résistants que les humains à toutes sortes de pathologies.


Malgré tout, comme ces derniers, il peut leur arriver de tomber malades. La bronchite fait partie des maladies qu'ils sont susceptibles de contracter - notamment en hiver, quand leur organisme est plus vulnérable. Courante mais rarement grave, elle nécessite tout de même une prise en charge adaptée par un vétérinaire.


En quoi consiste cette maladie, et quelles en sont les causes possibles ? Quels sont les symptômes d'un chien qui en est atteint ? Comment la traite-t-on, et existe-t-il des moyens efficaces pour la prévenir ?

Qu'est-ce que la bronchite ?

Schéma de poumons avec les bronches

La bronchite est une maladie respiratoire caractérisée par une inflammation des bronches, les conduits qui apportent l'air extérieur depuis la trachée jusqu'aux poumons. Elle est le plus souvent le fait d'une infection par un microbe, mais peut également avoir d'autres causes - notamment environnementales.

 

Le plus souvent, elle est bénigne et guérit spontanément en quelques jours à semaines. Il arrive toutefois qu'elle soit nettement plus grave - voire permanente.

 

Elle touche les humains, mais aussi certains animaux comme le chien. Toutefois, il ne s'agit pas d'une zoonose, c'est-à-dire qu'elle ne peut pas passer d'une espèce à l'autre - même lorsqu'elle est infectieuse.

Les causes possibles de la bronchite chez le chien

Schéma de virus en train de flotter sur un paysage d'hiver

Il existe diverses causes possibles à la bronchite, tant chez le chien que chez l'Homme.

 

Dans la majorité des cas, elle a pour origine une infection par une bactérie ou un virus. C'est d'ailleurs ce qui explique qu'elle survient plus fréquemment en automne et en hiver, car ce sont des saisons plus favorables à la propagation des microbes et lors desquelles l'organisme est plus vulnérable. Elle peut toutefois apparaître à n'importe quel moment de l'année, même quand elle a une cause virale ou bactérienne.

 

La bronchite peut également résulter d'une exposition des bronches à un agent irritant : de la fumée de cigarette, un produit chimique, des vapeurs toxiques, de la poussière, du pollen, un aérosol...

 

Enfin, d'autres causes plus rares sont également possibles : un collapsus trachéal, une tumeur, un traumatisme ayant endommagé les voies respiratoires, une malformation...

 

N'importe quel chien peut développer une bronchite, mais un individu souffrant d'une fragilité au niveau de l'appareil respiratoire est naturellement prédisposé - aussi bien à la bronchite qu'à ses éventuelles complications.

Les différents types de bronchite chez le chien

Un chien Carlin malade est allongé sur un lit

Chez le chien comme chez l'être humain, il existe deux types de bronchite :

  • la bronchite aiguë, qui survient brutalement mais reste ponctuelle ;
  • la bronchite chronique, qui se prolonge sur au moins plusieurs mois d'affilée.

 

La bronchite aiguë est le plus souvent causée par un microbe ou d'une irritation passagère. Elle se traite globalement bien et finit le plus souvent par guérir rapidement, en quelques semaines au maximum.

 

La bronchite chronique est quant à elle le fait d'une irritation qui dure dans le temps, que celle-ci soit d'origine traumatique, physiologique ou environnementale. Elle est plus difficile à soigner - voire a des chances d'être incurable, notamment lorsqu'elle est due à une malformation ou un traumatisme. Elle est toutefois rare chez le chien - contrairement à ce que l'on observe chez l'Homme, en raison notamment de la consommation de tabac.

Les symptômes de la bronchite chez le chien

La bronchite ne s'exprime pas forcément de la même façon selon qu'elle est aiguë ou chronique. Par contre, dans les deux cas, une toux est généralement présente : c'est d'ailleurs le principal symptôme observable.

Les symptômes de la bronchite aigüe

Un chien de berger tousse sur le sol

Dans le cas d'une bronchite aigüe, les symptômes apparaissent brusquement.

 

Le principal symptôme - et parfois le seul - est une toux d'abord sèche, puis qui devient grasse au bout de quelques jours. Concrètement, le chien tousse beaucoup ; il peut aussi émettre des râles, mais sa respiration n'est pas très affectée.

 

Il est courant de constater également une légère fièvre, en particulier si la bronchite est d'origine infectieuse (qu'il s'agisse d'un virus ou d'une bactérie).

 

En général, les symptômes durent quelques jours à quelques semaines, avant de disparaître d'eux-mêmes - en tout cas si la cause sous-jacente est résolue. Il arrive toutefois qu'ils perdurent voire s'aggravent, en particulier si des bactéries profitent de la fragilité des voies respiratoires pour les attaquer. La bronchite risque alors d'évoluer vers une pneumonie, qui s'avère bien plus grave. Heureusement, ce cas de figure est rare : il touche surtout les individus fragiles, a fortiori s'ils ne sont pas bien soignés - voire pas soignés du tout.

Les symptômes de la bronchite chronique

Un homme soutient un Labrador malade

Dans le cas d'une bronchite chronique, le chien tousse également : en général, sa toux est d'abord sèche, puis elle devient grasse au bout de quelques jours, avant de redevenir sèche au fil des semaines voire des mois. Elle peut finir par devenir plus ou moins permanente, si les bronches sont atteintes durablement et en profondeur.

 

En plus de cela, d'autres symptômes sont généralement visibles : des râles lors de la respiration, une moins bonne tolérance à l'effort, une baisse d'énergie, des difficultés à respirer (d'abord lors d'une activité, puis carrément au repos), etc. Ils peuvent mettre des mois voire des années à apparaître, et sont le signe que les bronches sont fortement abîmées.

 

Comme la bronchite aiguë, la bronchite chronique peut se compliquer en pneumonie si des bactéries profitent de l'affaiblissement des voies respiratoires pour les coloniser et les attaquer. Cela a même encore plus de chances de se produire, car l'atteinte respiratoire est plus durable et plus profonde. Par ailleurs, comme les difficultés respiratoires fatiguent le coeur, il existe à plus ou moins long terme un risque d'insuffisance cardiaque - généralement incurable.

Le diagnostic de la bronchite chez le chien

Un vétérinaire ausculte un chien blanc

Comme ceux des autres maladies respiratoires des chiens, les symptômes de la bronchite sont très visibles : il n'est donc pas bien compliqué de la détecter.

 

En général, le vétérinaire établit son diagnostic essentiellement sur la base des signes cliniques, et éventuellement de l'environnement : pollution, présence fumeurs dans le foyer, pollen, etc. Il est rare que des examens complémentaires soient nécessaires.

 

Toutefois, cela peut parfois être le cas, a fortiori en cas de symptômes inquiétants et/ou qui durent dans le temps. En particulier, une radiographie du thorax permet d'évaluer la gravité de l'atteinte au niveau respiratoire, et parfois aussi de mettre en évidence la cause sous-jacente - surtout si celle-ci est un collapsus trachéal, une malformation ou une tumeur.

Le traitement de la bronchite chez le chien

Même si la bronchite guérit le plus souvent d'elle-même, mieux vaut mettre en place un traitement : cela facilite la guérison. En effet, plus elle traîne, plus le risque de complications - et notamment de pneumonie - est élevé.

 

Le traitement à mettre en place dépend essentiellement de la cause sous-jacente, et en particulier du fait qu'il soit ou non possible de remédier à cette dernière.

Si la cause sous-jacente est remédiable

Une femme donne des médicaments à son Golden Retriever

Le mieux pour soigner un chien ayant une bronchite est de traiter la cause sous-jacente, si bien sûr cela est possible.

 

Ainsi, le vétérinaire préconise généralement :

  • des antibiotiques si la bronchite résulte d'une d'infection bactérienne ;
  • un anti-histaminique si elle est le fait d'une réaction allergique ;
  • une opération chirurgicale en cas de malformation, s'il est possible d'intervenir ;
  • une chirurgie, une chimiothérapie ou une radiothérapie dans le cas d'une tumeur ;
  • de mieux aérer le logement, d'acheter d'un purificateur d'air, de passer plus souvent l'aspirateur, de ne pas fumer à côté de lui ou dans le domicile... si elle s'explique par un problème au niveau de l'air ambiant.

 

Une fois la cause sous-jacente réglée, la bronchite disparaît généralement d'elle-même en quelques jours à quelques semaines. En attendant, le vétérinaire peut prescrire un traitement pour atténuer les symptômes, si ceux-ci sont gênants.

 

Les traitements prescrits sont généralement pris en charge au moins en partie par l'assurance, si l'on avait pris soin d'assurer la santé de son chien avant que le problème n'apparaisse. C'est particulièrement utile lorsqu'une opération chirurgicale est nécessaire, car les dépenses vétérinaires peuvent alors facilement dépasser le millier d'euros.

Si la cause n'est pas remédiable

Un chien avec un masque à oxygène et une couverture sur la tête

Dans les cas autres que ceux évoqués ci-dessus, la cause de la bronchite n'est généralement pas soignable.

 

Il reste toutefois possible d'en atténuer les symptômes pour soulager le chien. Le vétérinaire peut ainsi prescrire, en fonction de la situation :

  • un anti-inflammatoire, pour apaiser la douleur et l'inflammation ;
  • un expectorant, pour favoriser l'élimination des glaires éventuelles ;
  • un sirop contre la toux, si celle-ci devient douloureuse et problématique ;
  • un broncho-dilatateur, pour faciliter le passage de l'air vers les poumons.

 

Ces traitements sont à donner sur une période plus ou moins longue, voire potentiellement à vie si la bronchite est chronique. Par ailleurs, selon le cas, il est possible d'en cumuler plusieurs.

 

En plus de cela, le vétérinaire prescrit des antibiotiques dès lors qu'une surinfection bactérienne est supposée ou avérée.

 

Ces différents soins sont susceptibles de coûter cher, a fortiori dans le cas d'un traitement à vie. Toutefois, si l'on a pris soin de souscrire une assurance chien chat avant que la maladie ne se manifeste, elles sont généralement prises en charge au moins en partie par cette dernière.

La prévention de la bronchite chez le chien

Une femme arrête de fumer et brise une cigarette

Comme les autres maladies respiratoires, la bronchite est difficile à éviter totalement - notamment du fait qu'elle peut être d'origine infectieuse. Toutefois, il est possible de prendre des mesures pour tâcher d'en prémunir son chien.

 

Tout d'abord, il faut veiller à ce qu'il n'ait pas froid en automne et surtout en hiver, car il serait alors plus vulnérable aux microbes. Si on dispose d'un jardin auquel il a accès, il faut s'assurer que sa niche est suffisamment chaude et abritée du vent, ou qu'il peut à tout moment rentrer dans la maison (par exemple à l'aide d'une chatière) afin de s'y réchauffer. Par ailleurs, mieux vaut éviter de le laisser dormir dehors, sauf s'il est vraiment rustique et ne craint pas le froid.

 

En plus de cela, il convient de l'exposer le moins possible à des substances potentiellement irritantes pour ses voies respiratoires : poussière, fumée, aérosols... Concrètement, cela suppose :

  • d'aérer convenablement le domicile, au moins 10 minutes par jour ;
  • de passer l'aspirateur dans toutes les pièces de la maison au moins une fois par semaine ;
  • d'éviter les produits ménagers classiques, qui bien souvent dégagent des vapeurs irritantes voire toxiques ;
  • de privilégier le vinaigre blanc, le savon noir, le bicarbonate de sodium ou un nettoyeur vapeur ;
  • de ne pas fumer à côté de son chien ni même au domicile - qu'il s'agisse de tabac, de cannabis ou d'autres substances ;
  • d'éviter les sprays, bougies parfumées, encens, diffuseurs de parfum ou d'huile essentielle, peintures très polluantes...

 

Suivre ces recommandations ne suffit pas pour prémunir totalement son chien contre la bronchite, car le risque zéro n'existe pas. Néanmoins, cela réduit fortement la probabilité qu'il en développe une.

Conclusion

La bronchite est une maladie respiratoire courante, mais généralement passagère et sans gravité. Elle se traduit surtout par une toux plus ou moins prononcée. Elle peut toutefois évoluer vers une pneumonie ou une insuffisance cardiaque, surtout en cas d'atteinte chronique. Pour cette raison, et même si elle guérit spontanément dans la majorité des cas (en tout cas si elle est aigüe), il convient de se tourner vers un vétérinaire pour mettre en place un traitement : non seulement cela soulage l'animal, mais en plus cela limite le risque de complications.

 

Il faut dire que même si elle est normalement bénigne, elle n'est pas très agréable pour lui. Cela explique aussi pourquoi il est utile de tâcher de l'en prémunir, ce qui passe notamment par le fait de respecter certaines bonnes habitudes : aérer régulièrement le domicile, éviter les produits les plus irritants pour les bronches, etc.

 

Ces précautions sont d'autant plus utiles qu'elles permettent aussi de prévenir d'autres maladies respiratoires, comme la laryngite, la pharyngite, la trachéite ou même le cancer du poumon à plus long terme. Au demeurant, elles sont bénéfiques pour l'ensemble des membres du foyer, et pas seulement pour les chiens.

Dernière modification : 12/27/2023.