Les blessures et maladies des coussinets du chien

Vue proche des coussinets d'un chien

À l'instar des semelles sous les chaussures d'un humain, les coussinets sous les pattes d'un chien sont constamment au contact du sol lorsqu'il marche.


Toutefois, alors qu'un humain peut changer de chaussures ou les faire réparer une fois les semelles usées, les coussinets d'un chien font partie intégrante de son anatomie : il est impossible de les remplacer, ni même de les guérir totalement s'ils sont vraiment très abîmés. Tout maître attentif au bien-être de son animal doit donc veiller à en prendre grand soin au quotidien.


À quels risques les coussinets d'un chien sont-ils exposés ? Quelles blessures et/ou maladies peuvent-ils subir ? Comment en prendre soin au mieux, pour éviter ces problèmes ? Si cela ne suffit pas, combien de temps leur faut-il pour cicatriser ?

Pourquoi faut-il protéger les coussinets de son chien ?

Vue proche des coussinets d'un chien

Les coussinets d'un chien n'ont pas l'air d'être des éléments cruciaux de son anatomie. Il faut dire qu'il ne s'agit pas d'organes vitaux : il peut donc théoriquement vivre sans. Toutefois, la vie serait alors beaucoup plus difficile pour lui, a fortiori dans la nature.

 

En effet, ils remplissent plusieurs fonctions importantes, dont certaines auxquelles on ne pense pas forcément de prime abord :

  • amortir les chocs lors de la marche, de la course ou des sauts ;
  • contribuer à la régulation de la température corporelle ;
  • mieux percevoir les vibrations au sol ;
  • participer au marquage du territoire.

 

En plus de cela, les coussinets contiennent un grand nombre de nerfs et de vaisseaux sanguins : par conséquent, la moindre blessure et/ou maladie non traitée a de grandes chances de s'infecter, ou a minima d'être très douloureuse. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si un problème à ce niveau-là se traduit souvent par une boiterie ou une démarche anormale.

 

Toutes ces raisons expliquent qu'il est important de veiller à leur bon état, et de réagir vite en cas de souci.

Les blessures des coussinets du chien

Un homme tient la patte d'un chien avec des coussinets abîmés

Dans la mesure où un chien se déplace en prenant appui sur ses coussinets, ces derniers sont particulièrement exposés au risque de blessures. Celles-ci peuvent être de différentes natures : une irritation, une coupure, une plaie, une brûlure...

 

Bien entendu, un animal actif et/ou passant beaucoup de temps au dehors a davantage de chances d'avoir des coussinets abîmés qu'un autre passant le plus clair de ses journées en intérieur.

 

Quoi qu'il en soit, de telles blessures sont rarement profondes - même si bien sûr elles peuvent l'être. Le principal danger est qu'elles peuvent facilement s'infecter dès lors qu'elles ne sont pas soignées, ou pas correctement. Si cela se produit, même une blessure au départ anodine est susceptible de devenir rapidement grave.

Une irritation

Un chien creuse un trou dans le sable sur la plage

Bien qu'ils aient l'air épais et solides, les coussinets d'un chien sont globalement assez fragiles - en tout cas beaucoup plus que les semelles de nos chaussures. Ils ont donc tôt fait de s'irriter s'ils sont en contact avec des surfaces abrasives : du bitume, du goudron, des gravillons, du sable, du sel de déneigement...

 

Les principaux symptômes en cas d'irritation légère sont un ou plusieurs coussinet(s) craquelé(s), rouge(s) et/ou douloureux. Il n'est alors pas nécessaire de s'inquiéter : il suffit d'appliquer un baume réparateur dessus pendant quelques jours.

 

En revanche, une irritation plus sévère se traduit par des crevasses - voire des déchirures - au niveau des coussinets. Pour une prise en charge adaptée, mieux vaut alors se rendre directement chez un vétérinaire.

Une coupure

Un chiot blanc marche sur des gravillons

Il n'y a pas que les irritations qui sont monnaie courante au niveau des coussinets d'un chien : les coupures le sont aussi. En effet, que ce soit lors d'une simple promenade ou de toute autre activité (y compris potentiellement en intérieur), il peut marcher sur un morceau de verre, du gravier, un objet tranchant... Il y a alors de grandes chances qu'il se mette à saigner - souvent abondamment, car de nombreux vaisseaux sanguins sont présents à cet endroit.

 

Si l'on constate qu'un coussinet est coupé, la première chose à faire est de le nettoyer avec de l'eau propre pour éliminer les débris éventuels : épines, poussières, saletés... Cela permet non seulement de limiter le risque d'infection, mais aussi de mieux évaluer l'ampleur des dégâts pour savoir comment réagir.

 

En général, la coupure est plus impressionnante que réellement profonde. Il suffit alors de la désinfecter avec un antiseptique pour chien classique (mieux vaut éviter ceux destinés aux humains, souvent trop forts), puis d'appliquer un cicatrisant ou un simple bandage pendant quelques jours, le temps que le coussinet coupé guérisse.

 

En revanche, si elle a l'air profonde, si elle ne semble pas guérir même au bout de quelques jours et/ou si elle prend un aspect étrange, mieux vaut se rendre chez un vétérinaire sans trop attendre, afin que ce dernier administre des soins adaptés - par exemple poser des points de suture, si cela s'avère nécessaire.

Une plaie

Un Colley tient dans sa gueule une branche avec des épines

Les coussinets d'un chien peuvent subir une coupure, mais aussi d'autres types de plaies. En effet, toutes sortes de petits éléments sont susceptibles de se planter dedans et de perforer la peau plus ou moins profondément : une épine, une écharde, un bout de bois, un épillet...

 

Comme une coupure, une telle plaie a des chances d'être douloureuse. En outre, le fait que l'animal continue malgré tout à se déplacer risque d'aggraver les choses, car cela augmente les risques que l'élément incriminé s'enfonce un peu plus dans le coussinet. Or, plus la plaie est profonde, plus le risque d'infection potentiellement sévère est élevé.

 

Dans l'ensemble, la bonne attitude à avoir est la même que pour une coupure. Il faut donc nettoyer le coussinet pour retirer un maximum d'éléments indésirables qui y seraient restés accrochés (poussières, saletés...), puis désinfecter avec un désinfectant pour chien. Enfin, on peut éventuellement appliquer un cicatrisant et/ou faire un pansement ou un bandage. Toutefois, si la plaie est profonde et/ou n'a pas l'air de vouloir guérir au bout de 2 ou 3 jours, mieux vaut contacter un vétérinaire pour avoir son avis.

Une brûlure

Un Jack Russell grimpe sur les plaques de la cuisinière

Un autre risque qui guette les coussinets d'un chien est celui d'une brûlure. Elle peut évidemment se produire s'il pose par exemple les pattes sur les plaques chaudes d'une cuisinière ou s'il joue avec le feu d'une cheminée, mais le cas le plus courant est tout simplement qu'en été il marche sur du sable ou du bitume exposé au soleil.

 

En cas de brûlure, les coussinets deviennent généralement rouges, et se couvrent de cloques ou de crevasses. Dans les cas extrêmes, la peau peut être gravement brûlée, et la chair se retrouve alors totalement à vif par endroits.

 

Le premier réflexe qu'on pourrait avoir en cas de brûlure serait d'appliquer de la glace sur le coussinet. Or, ce serait une erreur : en faisant ainsi, on risquerait en réalité d'abîmer encore plus la peau. Mieux vaut plutôt tremper la patte dans de l'eau ni trop froide ni trop chaude (autour 15°C) pendant environ 5 à 10 minutes, puis contacter un vétérinaire pour avoir son avis. Si la brûlure a l'air grave, il demande généralement à ce qu'on lui amène le chien, pour l'examiner et décider un traitement adapté.

Une engelure

Les pattes d'un chien qui se tient debout dans la neige

Il n'y a pas que la chaleur qui peut causer une brûlure des coussinets : le froid aussi. On parle alors d'engelure, voire de gelure dans les cas graves.

 

Naturellement, l'hiver est la saison la plus à risques, puisque celle où le chien est le plus susceptible de marcher sur des sols froids, enneigés, verglacés ou gelés. Comme de surcroît ses coussinets font partie des zones les moins chaudes de son corps (comme c'est le cas d'ailleurs des pieds et des mains chez un humain), ils sont particulièrement exposés à ce problème.

 

Dans un premier temps, l'engelure est rarement grave : elle se traduit « simplement » par des crevasses, des déchirures, des craquelures et/ou une douleur au toucher. Il suffit alors de réchauffer progressivement le coussinet touché en le plaçant délicatement dans un linge chaud et humide pendant environ dix minutes. Une fois que la peau a repris des couleurs, on peut appliquer une crème hydratante dessus pour faciliter la guérison.

 

Si toutefois l'engelure n'est pas prise en charge à temps, elle peut se transformer en gelure et devenir alors beaucoup plus grave. Dans ce cas, réchauffer le coussinet avec un linge chaud ne suffit pas pour qu'il retrouve sa couleur habituelle. Mieux vaut alors se rendre immédiatement chez un vétérinaire pour une prise en charge adaptée : c'est le meilleur moyen de limiter le risque de dommages irréversibles - voire d'amputation.

Un abcès

Vue proche des coussinets d'un Boxer en train de dormir sur le sol

Un abcès est une petite cavité située sur une muqueuse (peau, gencive...) et contenant du pus, qui se forme à la suite d'une infection par des microbes. Il est souvent rouge et douloureux au toucher. Il peut techniquement apparaître sur n'importe quelle muqueuse, notamment au niveau d'un coussinet en cas de blessure mal soignée.

 

Dans la mesure où la présence d'un abcès est le signe d'une infection, mieux vaut ne pas tenter de régler le problème soi-même mais plutôt demander conseil à un vétérinaire. La bonne manière d'agir dépend en effet de divers facteurs : la taille de l'abcès, sa localisation, son aspect, la douleur au toucher, la présence d'autres symptômes (par exemple de la fièvre), etc. Cela dit, il est le plus souvent nécessaire d'appliquer un antiseptique et/ou d'administrer des antibiotiques.

Un coussinet arraché

Vue proche d'une patte de chien avec des coussinets abîmés

Il peut arriver qu'un coussinet se fasse arracher, que ce soit en partie ou en totalité. Un tel cas de figure est rare, mais pas impossible : il peut se produire par exemple en cas de coupure large ou profonde, au point que les tissus ne sont plus rattachés au pied.

 

Dans une telle situation, il n'y a pas grand-chose à faire à part se rendre le plus vite possible chez un vétérinaire, pour qu'il tâche de réduire les dégâts au maximum. En généra, il commence par nettoyer et désinfecter la plaie, puis place des points de suture pour la refermer et faciliter la guérison.

 

Il faut néanmoins avoir conscience du fait qu'un coussinet arraché ne repousse pas : le chien vivra donc avec un morceau de coussinet en moins jusqu'à la fin de ses jours. Pour autant, ce n'est pas forcément très gênant pour lui au quotidien - du moins dès lors que la cicatrisation se fait correctement.

Que faire en cas de blessure aux coussinets ?

Une femme fait un pansement au niveau des coussinets de son chien

Le premier réflexe à avoir en cas de blessure au niveau des coussinets est de nettoyer ces derniers à l'eau claire, afin de les débarrasser des poussières et saletés qui pourraient s'y être incrustées. Il faut ensuite procéder à un rapide examen de la blessure afin d'évaluer sa gravité.

 

Si elle paraît importante, saigne abondamment ou semble infectée, il est fortement conseillé d'emmener le chien chez un vétérinaire après lui avoir fait un simple pansement, retenu avec du sparadrap au niveau de l'articulation pour qu'il ne se lèche pas. Le professionnel se charge alors de nettoyer plus rigoureusement la blessure et au besoin de la refermer avec de la colle chirurgicale, des agrafes ou des points de suture - en fonction de sa profondeur et sa gravité. Il peut également prescrire des anti-inflammatoires pour soulager la douleur et/ou des antibiotiques pour traiter l'infection le cas échéant.

 

Dans le cas d'une blessure plus bénigne, il est conseillé de soigner la plaie du chien à l'aide d'un produit désinfectant, puis de la protéger des saletés et des microbes à l'aide d'un pansement, lui aussi retenu au niveau de l'articulation. Il faut ensuite le changer tous les jours jusqu'à la guérison, et en profiter à chaque fois pour nettoyer la blessure. Si toutefois cette dernière change d'aspect, paraît enflammée, semble douloureuse ou émet une drôle d'odeur, c'est peut-être le signe d'une infection : il est alors fortement conseillé d'amener l'animal chez un vétérinaire.

 

Quoi qu'il en soit, si on a pris soin d'en souscrire une, l'assurance santé du chien prend généralement en charge tout ou partie des dépenses vétérinaires relatives à une blessure au niveau des coussinets.

Les maladies des coussinets du chien

Dans l'ensemble, le principal risque qui pèse sur les coussinets d'un chien est celui d'une blessure. Toutefois, ils peuvent également être attaqués par des maladies de peau, en particulier la pododermatite, la teigne, l'hyperkératose et le vitiligo.

 

Dans la plupart des cas, les dépenses vétérinaires correspondantes sont prises en charge par l'assurance santé du chien - si tant est bien sûr que ce dernier ait été assuré avant que le problème ne survienne.

La pododermatite

La pododermatite

Aussi appelée dermatose des pieds, la pododermatite est comme son nom l'indique une maladie de peau qui touche essentiellement les pieds - dont les coussinets.

 

Elle est souvent d'origine infectieuse (causée par de bactéries ou des champignons), mais peut avoir de nombreuses autres sortes de causes sous-jacentes : une allergie, une infestation par des parasites, une maladie auto-immune, etc. Elle prend des formes plus ou moins variées selon les cas, mais les principaux symptômes sont globalement les mêmes : des coussinets rouges et mous, une alopécie (perte de poils) et/ou l'apparition de lésions.

 

On peut généralement soulager le chien à l'aide de divers médicaments (baume, crème hydratante...), mais il n'est pas forcément possible de le guérir totalement : tout dépend en fait de la cause sous-jacente.

 

Emmener son chien chez le vétérinaire permet d'établir un diagnostic, d'identifier l'origine du problème et si possible de mettre en place un traitement.

La teigne

Un chien atteint de la teigne dort sur le sol

La teigne est une maladie de peau du chien causée par un petit parasite qui creuse des sillons dans la peau et ronge les poils. Les symptômes les plus courants sont des plaques circulaires et dépourvues de poils, des démangeaisons intenses, des croûtes et/ou des pellicules. Ils se situent généralement au niveau de la tête (les oreilles, le menton...) mais peuvent s'étendre à tout le corps - y compris les coussinets.

 

La teigne se soigne, mais le traitement est long et contraignant. De plus, le risque de rechute est élevé : il faut donc entreprendre un nettoyage approfondi du foyer pendant et après le traitement, pour éliminer un maximum de parasites et éviter une réinfestation dès la fin de la médication.

L'hyperkératose

Vue proche de la patte et des coussinets d'un chien

L'hyperkératose est une maladie dermatologique caractérisée par un épaississement de la couche superficielle de la peau, le plus souvent au niveau de la truffe et/ou des coussinets. Concrètement, elle se traduit par une peau sèche, des plaques et crevasses, ainsi que parfois des saignements et/ou une douleur au toucher. Si l'atteinte est sévère, le chien peut même avoir du mal à poser le pied au sol, et se mettre à boîter.

 

Elle peut avoir toutes sortes de causes sous-jacentes : une anomalie génétique, un autre problème de peau, une infection comme la leishmaniose, un léchage ou des démangeaisons répété(s), etc. N'importe quel chien est susceptible d'être atteint, mais certaines races comme le Labrador ou le Dogue de Bordeaux y sont clairement prédisposées.

 

L'hyperkératose se traite plutôt bien : il existe en effet diverses techniques pour retirer l'excès de peau sous les coussinets (ou toute autre zone touchée). Elle risque toutefois de revenir plus ou moins vite si la cause sous-jacente n'est pas traitée.

Le vitiligo

Le vitiligo est une maladie très rare et évolutive, qui entraîne une décoloration progressive de la peau et/ou des coussinets. Il n'est pas grave, mais est très visible et malheureusement incurable. Il est d'origine génétique et héréditaire : certaines races comme le Berger Allemand, le Doberman et le Rottweiler sont davantage touchées que la moyenne.

Comment entretenir les coussinets d'un chien ?

Comment entretenir les coussinets d'un chien ?

Il n'existe pas de méthode infaillible pour protéger les coussinets de son chien et éviter tout problème. Dans la mesure où il s'en sert abondamment au quotidien et où ils sont en contact avec tous types de surfaces et d'objets, il finira forcément un jour ou l'autre par se blesser - même légèrement - ou par développer une maladie à cet endroit.

 

Toutefois, quelques précautions et règles de bon sens permettent d'éviter que cela ne se produise trop souvent :

 

  • après chaque promenade, examiner ses pattes, les essuyer et les débarrasser des débris qui auraient pu s'incruster entre les doigts. Ceci est particulièrement important en hiver après une promenade dans la neige, ou en été à la suite d'une sortie à la plage ;

 

  • couper régulièrement les poils situés entre les coussinets, pour éviter les noeuds et irritations ;

  • bien choisir les lieux de promenade et de sorties : un sol jonché de débris, de bouts de verre ou de gravillons est un terrain propice aux blessures des coussinets ;

 

  • durant l'été, éviter les longues promenades « pieds nus » sur des surfaces chaudes, par exemple du bitume ou du sable exposé au soleil. Le mieux est de faire porter à son chien des chaussures pendant la sortie, puis d'appliquer sur ses coussinets une crème hydratante une fois de retour au domicile ;

 

  • en hiver, éviter les surfaces glacées, car elles peuvent provoquer des engelures ou gelures. Là encore, lui faire porter des chaussures et appliquer un baume sur les coussinets après chaque sortie aide à prévenir les irritations ;

 

  • plus largement, s'il s'avère que l'animal a les pattes sensibles et a tendance à se blesser facilement, il peut être judicieux de lui faire porter des chaussures à chaque sortie - quelle que soit la saison, et en veillant à ce qu'elles soient suffisamment épaisses pour le protéger convenablement. Le mieux est de demander conseil à un vétérinaire.

 

Toutes ces mesures plutôt faciles à respecter au quotidien permettent déjà d'éviter à l'animal beaucoup de petits bobos, et à soi-même toutes sortes de tracas en résultant.

Le délai de cicatrisation d'un coussinet du chien

Un homme applique un baume sur le coussinet d'un chien

Comme dans n'importe quelle autre zone de la peau, une blessure ou plaie au niveau d'un coussinet finit généralement par cicatriser. Il en va d'ailleurs de même des lésions causées pr une maladie : une fois que celle-ci est traitée, elles finissent normalement par cicatriser et disparaître. Cela ne vaut bien sûr que si elles restent superficielles.

 

La cicatrisation d'un coussinet présente toutefois la particularité d'être assez longue : il faut en général compter plusieurs semaines pour une guérison totale. Ceci est notamment dû au fait que l'animal continue pendant ce laps de temps à solliciter ses pattes lorsqu'il se déplace : c'est assez inévitable, mais augmente mécaniquement le temps de cicatrisation et explique en bonne partie que le délai soit si long. En outre, il a parfois tendance à se lécher au niveau des pattes pour soulager la douleur causée par la blessure : c'est bénéfique pour son bien-être (au moins sur le moment), mais cela retarde le processus de guérison.

 

Il existe toutefois divers moyens d'accélérer le phénomène : appliquer un baume cicatrisant sur le ou le(s) coussinet(s) touché(s), protéger la plaie à l'aide d'un pansement, faire porter à son compagnon des chaussures spéciales pour éviter le contact direct de la plaie avec le sol, etc. En outre, dans le cas où la lésion est profonde, des points de suture peuvent être nécessaires pour faciliter la cicatrisation tout en réduisant le risque d'infection.

Conclusion

Moins solides et plus fragiles qu'ils n'en ont l'air, les coussinets d'un chien peuvent facilement s'abîmer, être blessés ou encore être touchés par diverses maladies. Lorsque cela se produit, il en résulte généralement des douleurs susceptibles de causer une démarche anormale : l'animal peut boiter, peiner à poser la patte sur le sol, etc. Par ailleurs, une infection est susceptible de survenir et d'aggraver le problème initial.

 

Il est donc important de vérifier leur état à intervalles réguliers pour repérer rapidement toute anomalie, et de respecter certaines règles de prudence pour justement éviter autant que faire se peut qu'un problème ne survienne.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 30/04/2023.