L'argent colloïdal pour chien : usages, dangers et précautions

Une goutte d'argent colloïdal se dilue dans un verre d'eau

Avec la mise au point des antibiotiques et l'avènement de la médecine classique au début du 20ème siècle, beaucoup de remèdes naturels ont peu à peu perdu en popularité, au point que certains sont quasiment tombés dans l'oubli.


À partir du début du 21ème siècle, les traitements naturels ont vu leur popularité augmenter à nouveau, tandis que les médicaments habituels ont commencé à faire l'objet d'une défiance grandissante. L'argent colloïdal est un parfait exemple de ce phénomène : il revient à la mode pour les humains, et le devient pour les chiens et d'autres animaux de compagnie.


Quels sont ses bienfaits réels et supposés pour les représentants de la gent canine ? Dans quels cas l'utiliser ? Présente-t-il des dangers pour leur santé ?

Qu'est-ce que l'argent colloïdal ?

Des morceaux de roche contenant de l'argent

Aussi appelé « eau d'argent », l'argent colloïdal est un liquide utilisé en médecine naturelle pour ses supposées vertus antiseptiques (contre les microbes). Il s'agit en fait d'un colloïde, c'est-à-dire d'un grand volume d'eau dans lequel des particules sont mises en suspension - en l'occurrence des particules d'argent dans ce cas précis.

 

L'argent est un élément chimique rare à l'échelle du globe, apprécié pour son bel éclat et ses propriétés intéressantes. Parmi celles-ci, on peut citer le fait qu'il résiste à la corrosion et l'oxydation (on parle de métal noble) et aussi qu'il fait partie des métaux qui conduisent le mieux la chaleur et l'électricité en conditions normales.

 

L'argent est aussi utilisé parfois en médecine. Il ne fait pourtant pas partie des oligo-éléments, c'est-à-dire des sels minéraux essentiels à une bonne santé, contrairement par exemple au fer ou au cuivre. Toutefois, il possède la réputation d'avoir de puissantes propriétés antibactériennes, qui feraient de lui une alternative naturelle aux antibiotiques habituels.

 

C'est à partir de ce constat que certains fabricants ont mis au point de l'argent colloïdal, dans le but selon eux de lutter contre toutes sortes de problèmes de santé (notamment des infections).

L'origine de l'argent colloïdal

De la vaisselle ancienne en argent

L'utilisation d'argent à des fins médicales est connue depuis des millénaires.

 

C'était déjà le cas notamment dans la Grèce antique : on peut citer notamment le célèbre médecin Hippocrate (460 avant J.-C. - 370 avant J.-C.), qui s'intéressait déjà à son usage éventuel pour soigner les blessures et rédigea divers écrits à ce sujet.

 

Dans l'Europe du Moyen Âge, les familles aisées conservaient souvent l'eau et la nourriture dans des récipients en argent, afin de les protéger contre les microbes et les maladies. D'ailleurs, l'expression « naître avec une cuillère en argent dans la bouche », qui désigne le fait de naître au sein d'une famille aisée, viendrait en fait de l'habitude qu'avaient alors les parents fortunés de donner à manger à leur progéniture avec des couverts en argent, ce qui selon les croyances de l'époque était un gage de bonne santé.

 

Le 20ème siècle fut quant à lui marqué par la mise au point et la généralisation de médicaments puissants, tels que les antibiotiques. L'argent cessa alors peu à peu d'être utilisé à des fins médicales.

 

Il fait toutefois son retour depuis le début du 21ème siècle, à travers l'argent colloïdal. Mis au point à la fin du siècle précédent, celui-ci est présenté comme un antibiotique naturel et surfe sur la vague de défiance grandissante à l'égard des médicaments classiques ainsi que des laboratoires pharmaceutiques. Il permettrait en effet de lutter contre les bactéries devenues résistantes à un ou plusieurs antibiotiques issus de la médecine classique.

Les bienfaits supposés de l'argent colloïdal pour les chiens

Illustration de particules d'argent qui tuent une bactérie

L'argent colloïdal est généralement vendu comme un substitut des antibiotiques issus de la médecine classique, à destination des amateurs de traitements naturels - tant pour les humains que pour les chiens.

 

En effet, les particules d'argent sont connues pour avoir un effet nocif sur les microbes. Les mécanismes exacts sont encore mal compris, mais l'étude intitulée « Antimicrobial Silver in Medicinal and Consumer Applications: A Patent Review of the Past Decade (2007–2017) » et publiée en 2018 dans la revue Antibiotics apporte quelques éclairages concernant la manière dont elles agissent.

 

Les fabricants s'appuient en tout cas sur les propriétés antimicrobiennes avérées de l'argent pour vanter les supposées vertus de l'argent colloïdal, tant pour les humains que pour leurs animaux : d'après eux, il permettrait de lutter contre toutes sortes d'infections bactériennes, virales et/ou fongiques (c'est-à-dire par des champignons). Il a d'ailleurs été largement popularisé au début de la pandémie de Covid-19, car présenté comme un remède miracle contre cette maladie émergente.

 

Ainsi, parmi la très longue liste de bienfaits avancés par les fabricants et les vendeurs, l'argent colloïdal serait utile pour désinfecter une plaie, apaiser une piqûre d'insecte, soulager les démangeaisons, stimuler la cicatrisation, réparer la peau après une brûlure, nettoyer les oreilles ou les yeux, désinfecter l'intérieur de la gueule, soulager un rhume... Et bien sûr, comme cela est souvent affirmé pour les traitements naturels, il permettrait aussi de stimuler les défenses immunitaires.

 

Toutes ces propriétés sont celles mises en avant par les fabricants et vendeurs d'argent colloïdal pour inciter à la consommation. Toutefois, il ne s'agit en réalité que de bienfaits potentiels et non avérés scientifiquement, même s'ils sont souvent présentés de manière affirmative et indiscutable.

Comment utiliser de l'argent colloïdal pour un chien ?

Un homme vaporise un spray sur le museau de son chien

L'argent colloïdal se présente sous forme d'une suspension, c'est-à-dire d'un liquide contenant des particules en suspension - en l'occurrence, des nanoparticules d'argent mises en suspension dans de l'eau.

 

On l'emploie le plus couramment :

  • en application directe sur une plaie ou lésion, pour la désinfecter ;
  • en vaporisation dans le nez ou la gorge, pour traiter une irritation locale ;
  • en inhalation, pour traiter un problème pulmonaire ;
  • en bain de bouche, contre une infection buccale ;
  • en goutte dans les yeux ou oreilles, dans le cadre de leur entretien régulier ;
  • par voie orale, en la versant dans la gamelle d'eau du chien ou en lui administrant avec une seringue, afin de traiter toutes sortes de problèmes internes ou externes.

 

Tout dépend en fait du type de problème que l'on souhaite traiter avec l'argent colloïdal : par exemple, une infection oculaire ne se soigne pas de la même façon qu'une maladie de peau.

 

Il faut toutefois savoir que l'usage par voie orale pose un certain nombre de problèmes, en particulier en termes de dangers pour la santé. Il existe en effet un risque d'intoxication grave à l'argent en cas de consommation importante ou régulière, a fortiori par voie orale. Cet usage est donc proscrit dans différents pays, notamment dans l'Union Européenne et en Suisse : l'argent colloïdal qui y est vendu doit impérativement avoir la mention « Ne pas avaler » sur sa notice.

Quelle est l'efficacité de l'argent colloïdal pour les chiens ?

Un chien fatigué est allongé sur un lit

Les fabricants et vendeurs d'argent colloïdal affirment généralement que l'efficacité de ce produit a été prouvée et fait plus ou moins l'unanimité.

 

Pourtant, la réalité est toute autre : en fait, aucun des bienfaits supposés de l'argent colloïdal n'a été à ce jour démontré scientifiquement, y compris chez l'Homme. En ce qui concerne le chien, les études sont même quasiment inexistantes.

 

Certes, les rares résultats obtenus montrent bel et bien une efficacité in vitro, c'est-à-dire sur des cellules en laboratoire. C'est le cas en particulier de ceux effectués en 2006 par des chercheurs tchèques, qui sont consigné leurs travaux dans l'article intitulé « Silver colloid nanoparticles: synthesis, characterization, and their antibacterial activity » et publié dans The journal of physical chemistry B. Toutefois, aucune étude à ce jour ne confirme l'obtention de résultats in vivo, c'est-à-dire en conditions réelles.

 

Cela ne signifie pas pour autant que l'argent colloïdal est forcément inefficace : simplement, aucune donnée ne permet pour l'instant de savoir exactement ce qu'il en est et n'autorise à affirmer que son efficacité est prouvée, comme le font pourtant certains fabricants et distributeurs afin d'augmenter leurs ventes.

 

Du reste, l'étude intitulée « Comparative Analysis of Commercial Colloidal Silver Products » et publiée dans l'International Journal of Nanomedecine en 2020 a même montré qu'il existe un grand nombre de contrefaçons. Les chercheurs ont analysé 14 des produits à base d'argent colloïdal les plus vendus sur la plateforme de commerce en ligne Amazon, et leurs conclusions sont sans appel : 70% d'entre eux sont en fait dépourvus de nanoparticules d'argent et ne contiennent que des ions argent. Autrement dit, ils ne sont même pas réellement de l'argent colloïdal, alors qu'ils sont présentés comme tels.

L'argent colloïdal est-il dangereux pour un chien ?

Un chien malade est couché sur le sol, en mauvais état

L'argent colloïdal est décrié par de nombreux scientifiques dignes de ce nom, non sans raisons : ce n'est pas tant du fait que ses bienfaits supposés n'ont jamais été démontrés (il est loin d'être le seul traitement naturel dans ce cas) qu'à cause de sa toxicité, qui elle est bien avérée.

 

En effet, l'argent est un métal lourd, connu pour sa toxicité sur les animaux à sang chaud tels que l'Homme ou le chien. Il est peu éliminé par l'organisme, et a tôt fait de s'y accumuler jusqu'à atteindre des doses nocives. Une quantité très faible n'est pas forcément problématique, mais un usage excessif et/ou répété (même en administrant à chaque fois une dose infime) finit par causer un empoisonnement potentiellement mortel.

 

La principale conséquence d'une utilisation excessive d'argent colloïdal est l'argyrisme, une grave intoxication à l'argent. Son symptôme le plus emblématique est une coloration irréversible de la peau et/ou des yeux, qui deviennent gris ou bleutés. L'argyrisme peut aussi entraîner des lésions cérébrales ainsi que des atteintes sur d'autres organes : à terme, l'animal peut finir par se retrouver dans un état végétatif persistant, voire décéder.

 

Même s'il peut résulter aussi d'usages externes, l'argyrisme a plus de chances de survenir en cas d'administration par voie orale : soit par ingestion, soit par inhalation. C'est pourquoi l'argent colloïdal est interdit en usage oral dans différents pays, notamment ceux de l'Union Européenne ainsi que la Suisse.

 

Certains vendeurs, sites spécialisés et experts auto-déclarés font fi de cette interdiction et recommandent ouvertement une prise par voie orale, allant même jusqu'à arguer qu'il n'existerait aucune preuve de la toxicité de cette substance. C'est notamment ce qu'a montré une étude menée par des chercheurs finlandais, qui ont publié en 2021 les résultats de leurs travaux dans la revue scientifique Toxicology Report, à travers l'article intitulé « Toxicity of colloidal silver products and their marketing claims in Finland ». On observe d'ailleurs régulièrement depuis le début des années 2000 des cas d'argyrisme humain consécutifs à une automédication à base d'argent colloïdal...

Les autres risques liés à l'argent colloïdal

En plus d'être très toxique, l'argent est connu pour poser d'autres problèmes d'envergure. Les principaux sont le risque d'écotoxicité (c'est-à-dire de toxicité pour l'environnement) et le risque de résistance bactérienne.

Le risque pour l'environnement

Symbole d'écotoxicologie

L'argent contenu dans l'argent colloïdal est un polluant très puissant, qui perturbe la faune locale.

 

En effet, il est extrêmement toxique non seulement pour les microbes (c'est justement ce qui explique l'intérêt qu'on lui porte) mais aussi pour un certain nombre d'animaux à sang froid, notamment les poissons et les mollusques. Il est en outre considéré comme modérément toxique pour les animaux à sang chaud.

 

Or, l'utilisation de plus en plus courante d'argent colloïdal pour les humains ainsi que pour leurs animaux (chiens, chats...) augmente la dispersion de ce métal dans l'environnement. En effet, une partie de l'argent qu'il contient est éliminé de l'organisme via l'urine : lorsqu'un chien fait pipi dans le jardin ou en extérieur (parc, forêt, etc.), il y répand de l'argent, qui se retrouve alors dans les sols et peut à terme finir par contaminer les cours d'eau environnants.

 

En quantité importante, il risque même de perturber l'ensemble de l'écosystème des cours d'eau où il se dépose. C'est d'ailleurs ce qu'a montré l'étude « Chronic Exposure Effects of Silver Nanoparticles on Stream Microbial Decomposer Communities and Ecosystem Functions » et publiée en 2017 dans la revue scientifique Environmental science & technology.

Le risque de résistance bactérienne

Un homme avec son chien malade chez le vétérinaire

En cas d'utilisation massive et incontrôlée, il existe un risque d'apparition d'une résistance bactérienne à l'argent colloïdal - et même à l'argent tout court.

 

En effet, les fabricants et vendeurs mettent généralement en avant l'argument selon lequel il serait la solution pour lutter contre les bactéries devenues résistantes aux antibiotiques. Ce faisant, mais ils oublient de mentionner que le même phénomène qu'avec les antibiotiques peut se produire avec l'argent colloïdal, en particulier en cas d'usage déraisonné de celui-ci. C'est d'autant plus vrai que les mécanismes qui font que l'argent tue les bactéries sont encore mal connus.

 

Les chercheurs s'intéressent d'ailleurs à ces questions. Par exemple, l'étude intitulée « Chronic Exposure Effects of Silver Nanoparticles on Stream Microbial Decomposer Communities and Ecosystem Functions » et publiée en 2018 dans la revue scientifique Genes apporte quelques réponses sur l'activité anti-microbienne des particules d'argent et la façon dont la bactérie Escherichia coli (E. coli) s'y adapte pour y devenir plus résistante.

 

Il ne faut donc pas croire que l'argent colloïdal est un traitement miracle qui permettrait de résoudre le problème complexe de la biorésistance (résistance aux antibiotiques). À terme, s'il continue à être utilisé de manière inappropriée (notamment dans le cadre de l'automédication), il y a des chances qu'il finisse par être concerné lui aussi par ce problème et devienne moins efficace pour lutter contre les bactéries - tant chez le chien que chez les autres espèces (dont l'Homme), d'ailleurs.

En résumé...

L'argent est un métal lourd connu pour sa capacité à tuer les bactéries et autres microbes. Pour cette raison, des fabricants de traitements naturels pour chien ont mis au point un liquide appelé argent colloïdal, destiné à être utilisé pour traiter divers problèmes de santé - essentiellement des infections. Or, son efficacité n'est pas prouvée à ce jour ; pire, il présente un risque d'intoxication s'il est utilisé de manière régulière - tout particulièrement en cas d'administration par voie orale.

 

Par conséquent, il est fortement conseillé de ne pas utiliser d'argent colloïdal sur un chien - ni même sur soi-même ou tout autre animal. Que ce soit par inhalation ou ingestion, l'usage oral est totalement à bannir, même si certains fabricants et vendeurs ne se privent pas d'indiquer l'inverse. Quant à l'usage externe (c'est-à-dire sur la peau), il est à éviter, en raison du danger qu'il constitue lui aussi pour la santé - et ce pour une efficacité douteuse.

 

Si l'on souhaite recourir à un traitement naturel pour soigner au quotidien des petits soucis de son compagnon (une infection, des démangeaisons, un rhume...), mieux vaut opter pour un produit comme le miel ou l'argile : ils ont au moins l'avantage de ne présenter aucun risque de toxicité, que ce soit pour sa santé ou pour l'environnement.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 12/18/2022.

Discussions sur ce sujet

Les métaux lourds dans les croquettes

Bonjour, Pensez-vous que l'éventuelle présence de métaux lourds dans les croquettes est bien signalée dans la...