La Dermatite par Allergie aux Piqûres de Puces (DAPP) chez le chien

Un chien se gratte à cause des puces

Les puces du chien sont un fléau auquel tous sont confrontés un jour ou l'autre. Toutefois, s'il est de notoriété publique que les puces provoquent de désagréables démangeaisons, peu de maîtres savent qu'elles peuvent aussi déclencher une réaction allergique : la Dermatite Allergisante aux Piqûres de Puces, ou DAPP. Il s'agit même d'une affection courante au sein de la gent canine.


En quoi consiste cette maladie ? Quels en sont les symptômes ? Peut-on la traiter ? Certains chiens sont-ils davantage à risque ?

Qu'est-ce que la Dermatite par Allergie aux Piqûres de Puces (DAPP) ?

Gros plan sur une puce

La Dermatite Allergisante aux Piqûres de Puces, abrégée en DAPP et parfois appelée « allergie aux puces » par simplification, est une maladie de peau peu grave mais très gênante. Comme son nom l'indique, elle consiste en un ensemble symptômes cutanés survenant à la suite d'une piqûre de puce sur un individu qui y est allergique.

 

En effet, contrairement à ce que l'on croit parfois, les puces ne sont pas censées être très gênantes. Certes, lorsqu'elles piquent pour se nourrir, elles causent de petits boutons qui peuvent gratter ou démanger un peu. En revanche, des symptômes plus sévères comme des démangeaisons intenses, des lésions ou des plaques rouges ne sont pas normaux : ils sont la conséquence non pas des piqûres en elles-mêmes, mais de la réaction allergique de l'organisme à ces dernières. C'est ce que l'on appelle la DAPP.

 

Elle existe chez différentes espèces, mais est fréquente surtout chez le chien ainsi que chez le chat. Elle est due au fait que la puce injecte un peu de sa salive dans le sang lorsqu'elle pique. Or, cette salive contient des allergènes, c'est-à-dire des molécules inoffensives que le système immunitaire peut confondre avec des microbes et attaquer. Lorsque cela se produit, il en résulte des symptômes plus ou moins sévères, en fonction de la sensibilité de l'animal. En tout état de cause, une seule piqûre peut suffire à provoquer une réaction allergique.

 

Dans l'ensemble, la DAPP est plus fréquente et sévère au printemps et en été, car ce sont les saisons lors desquelles il y a le plus de puces. Ainsi, il n'est pas rare que les symptômes s'atténuent voire disparaissent pendant les mois les plus froids. Toutefois, dans les régions au climat tempéré voire chaud, les puces ne sont pas forcément beaucoup moins actives en automne et en hiver que le reste de l'année : de ce fait, les symptômes peuvent rester importants même pendant la saison froide.

La prévalence de la DAPP chez le chien

Un chien se gratte la patte à cause des puces

L'allergie aux puces est un problème de santé courant chez le meilleur ami de l'Homme.

 

L'étude intitulée « The ACVD task force on canine atopic dermatitis (I): incidence and prevalence » et publiée en 2001 dans la revue scientifique Veterinary immunology and immunopathology a par exemple estimé que 10 à 15% des chiens sont atteints de DAPP.

 

Cela se recoupe notamment avec une autre étude, intitulée « Prevalence of High IgE Levels against Mites, Pollen, Fleas and Mould in Allergic Dogs and Cats » et réalisée en 2020 par le laboratoire Laboklin. Celle-ci portait sur près de 11.000 chiens, et il en est ressorti qu'un peu plus de 14% d'entre eux étaient allergiques aux puces.

 

Énormément de chiens sont donc concernés par la DAPP, au point d'ailleurs qu'il s'agirait de l'inflammation de la peau (c'est-à-dire la dermatite) la plus répandue au sein de la gent canine.

Les chiens prédisposés à la DAPP

Un chien allergique aux puces se gratte le cou

Tous les chiens sont susceptibles d'être touchés par la DAPP, quels que soient leur race et leur âge.

 

Il existe toutefois une nette prédisposition à l'allergie aux puces en cas de dermatite atopique. En effet, cette maladie de peau - elle aussi courante au sein de la gent canine - va de pair avec une fragilité de la peau et une prédisposition aux allergies. Elle touche un grand nombre d'individus et de races, mais certaines comme le Berger Allemand, le Boxer, le Dalmatien, le Labrador et le Shar-Peï y sont prédisposées.

 

Plus largement, il est ressorti de l'étude de Laboklin précédemment mentionnée que la quasi-totalité des chiens allergiques aux puces le sont également à au moins un autre type d'allergène : pollen, acariens, moisissures, etc. Autrement dit, ils souffrent d'une prédisposition aux allergies en général.

Les symptômes de la DAPP chez le chien

Chien victime d'une perte de poils accrue

La Dermatite Allergisante aux Piqûres de Puces (DAPP) peut apparaître à tout âge chez le meilleur ami de l'Homme, mais se manifeste en général à partir de l'âge d'un an.

 

Ses symptômes ressemblent beaucoup à ceux d'autres maladies de peau des chiens. On constate notamment un prurit (c'est-à-dire des démangeaisons) très intense et parfois violent, des lésions et des plaies dites « de démangeaisons ». Ils sont présents le plus souvent le long du dos, à la base de la queue, sur le ventre et/ou à l'intérieur des pattes. Ils surviennent le plus souvent juste après une piqûre, et peuvent durer plusieurs heures. Si le chien est infesté de puces, il se fait piquer tout au long de la journée, d'autant que chaque puce pique plusieurs fois par jour : il a donc des symptômes quasiment en permanence.

 

Comme il ne cesse de se gratter, ces lésions peuvent s'infecter ou former des croûtes, qu'il arrache en se grattant - un véritable cycle infernal. On observe aussi parfois des zones d'alopécie (c'est-à-dire dépourvues de poils), bien délimitées et situées au niveau de sa croupe, son cou ou encore son abdomen. Plus rarement, on peut constater une hyperpigmentation, c'est-à-dire un noircissement de la peau. Tous ces symptômes sont la conséquence des grattages incessants.

 

Par ailleurs, le chien devient nerveux, tendu et irritable, car ces démangeaisons sans fin le rendent fou.

 

Tous ces symptômes sont souvent moins fréquents en hiver, car les puces craignent les températures froides. Toutefois, dans les climats tempérés voire chauds, elles peuvent être actives toute l'année : la DAPP ne s'arrête alors jamais.

 

Comme pour d'autres allergies, il arrive parfois que l'allergie aux puces s'atténue un peu avec l'âge. Néanmoins, en l'absence de traitement adapté, l'animal continue le plus souvent de souffrir autant au fil des années, et sa qualité de vie est fortement dégradée.

Le diagnostic de la DAPP chez le chien

Une vétérinaire cherche des puces dans le pelage d'un chien

Contrairement à d'autres allergies qui sont plus difficiles à diagnostiquer, savoir si un chien est allergique aux puces n'est pas très difficile. Cela demande tout de même l'expertise d'un vétérinaire.

 

Celui-ci commence par examiner les plaies et lésions sur la peau, s'intéressant en particulier à leur taille et surtout leur localisation. Il se renseigne aussi sur l'âge d'apparition des symptômes et leur saisonnalité, car ce sont des indices intéressants. Enfin, il pose également des questions sur les éventuels antiparasitaires administrés à l'animal, et recherche des puces dans son pelage - ou plus exactement leurs crottes, plus faciles à apercevoir que les puces elles-mêmes.

 

Si tous ces éléments vont dans le sens d'une DAPP, le vétérinaire réalise ce que l'on appelle un test intradermique. Le principe est le même que pour les personnes allergiques : il s'agit d'injecter une toute petite quantité de l'allergène suspecté (en l'occurrence, de la salive de puce) juste sous la peau, puis d'observer la réaction de l'organisme. Si l'individu est bel et bien allergique à cette substance, un gonflement et/ou une rougeur apparaît au niveau du point d'injection. La réaction se produit généralement dans les minutes qui suivent, mais il arrive parfois qu'elle soit retardée et n'apparaisse que 24 à 48 heures après le test. Il faut donc le cas échéant se montrer un peu patient avant de conclure à une éventuelle allergie aux puces.

 

Enfin, dans certains cas, le vétérinaire réalise une prise de sang du chien afin de rechercher une éventuelle présence d'anticorps contre les allergènes contenus dans la salive de puce. Il s'agit d'un examen complémentaire au test intradermique, et non un test de substitution.

Le traitement de la DAPP chez le chien

Contrairement à d'autres allergies, la désensibilisation (c'est-à-dire le fait de rendre l'animal moins sensible en lui injectant régulièrement de petites doses des allergènes posant problème) fonctionne mal avec l'allergie aux puces. Elle ne constitue donc pas une solution satisfaisante à ce jour.

 

Il est néanmoins possible de traiter un chien atteint de DAPP à travers deux volets complémentaires :

  • faire en sorte d'atténuer les symptômes, qui sont très désagréables ;
  • éliminer les puces, aussi bien sur lui que dans le foyer.

 

Des soins de la peau peuvent également s'avérer utiles pour restaurer son état - notamment si elle est très abîmée et/ou si l'animal souffre de dermatite atopique.

Le traitement des symptômes de la DAPP

Un Yorkshire regarde les comprimés dans la main du vétérinaire

La première chose à faire lorsqu'un chien souffre d'une allergie aux puces est d'atténuer ses symptômes avec des traitements appropriés. En particulier, ses démangeaisons peuvent finir par le rendre fou, et le fait qu'il se gratte de manière incessante risque d'entraîner des infections.

 

Pour le soulager, le vétérinaire utilise le plus souvent des antihistaminiques (c'est-à-dire des médicaments contre les allergies) tels que des corticoïdes. Selon les cas, l'administration peut se faire par voie orale, en injections ou encore par application cutanée directement sur les lésions. Le professionnel de santé choisit le mode d'application le plus approprié à la situation et à l'étendue des symptômes.

 

Les antihistaminiques ont toutefois l'inconvénient d'occasionner souvent des effets secondaires assez gênants et parfois graves, en particulier en cas d'utilisation prolongée : évolution purulente, appétit et soif accrus, trouble hormonal plus ou moins sévère, etc. Ils ne peuvent donc constituer une solution satisfaisante sur le long terme et s'utilisent plutôt de manière ponctuelle et/ou par période - par exemple lorsque les symptômes sont particulièrement prononcés.

 

En parallèle de ces médicaments, il peut être intéressant dans certains cas d'utiliser des anti-inflammatoires et/ou des antidouleurs, en particulier si l'animal a une peau très abîmée qui le fait souffrir.

 

Enfin, il faut avoir conscience que la maladie - et plus spécifiquement les démangeaisons qu'elle occasionne - engendre sur la durée un stress important. Il peut donc être utile de lui donner de l'huile de CBD pour chien, afin de l'apaiser : ce produit présente l'avantage de calmer le stress et l'anxiété, tout en ne provoquant presque pas d'effet secondaire. Il existe même des friandises au CBD pour chien, qui ont un goût appétissant et peuvent lui être données de temps en temps pour lui faire plaisir. En cas de doute, le mieux est de demander conseil à un vétérinaire.

Le traitement contre les puces

Une femme traite son Caniche avec une pipette antipuce

Le traitement des symptômes de la DAPP est utile pour atténuer les démangeaisons, mais n'est pas utilisable en continu sur le long terme. En effet, il s'agit de médicaments lourds, dont les effets secondaires potentiels sont loin d'être négligeables.

 

Comme il n'existe pas de méthode pour faire disparaître l'allergie, tout faire pour éradiquer les puces tant sur le chien que dans le foyer est incontournable. Il s'agit même du moyen le plus efficace pour éviter de nouvelles réactions allergiques.

 

S'il ne l'était pas encore, il est donc essentiel de traiter son chien contre les puces, et ce tout au long de l'année. Les anti-puces les plus couramment utilisés prennent la forme de pipettes et de colliers : ils constituent le meilleur compromis entre prix, efficacité et facilité d'utilisation. Il en existe toutefois d'autres types : shampoings, sprays à vaporiser dans le pelage, comprimés à avaler... Pour savoir comment faire le bon choix, le mieux est de demander conseil à un vétérinaire.

 

Si le domicile comprend d'autres animaux domestiques, eux aussi doivent être régulièrement traités contre les puces.

 

Enfin, le traitement doit s'accompagner d'un nettoyage à fond de toute la maison, avec un soin tout particulier pour les endroits où le chien a l'habitude de s'allonger (notamment son panier), afin de tâcher d'éliminer les puces, oeufs et larves qui s'y cachent. Cela suppose notamment de passer l'aspirateur tous les jours pendant quelques semaines, et de laver tous les draps, paniers et accessoires lavables. On peut aussi avoir recours à des produits classiques à base d'insecticides et de fumigènes : c'est particulièrement utile lorsque le logement à désinfecter est grand et l'infestation importante. Cela dit, il existe également des techniques naturelles pour se débarrasser des puces dans la maison à base par exemple de vinaigre, de bicarbonate de sodium ou de plantes odorantes comme la menthe ou la lavande.

 

Éliminer les puces de l'environnement immédiat du chien n'est pas une mince affaire, mais c'est indispensable pour soulager ses symptômes et améliorer sa qualité de vie. Cela présente également l'avantage de le prémunir contre les vers qu'elles sont susceptibles de transmettre - par exemple le ténia. Le jeu en vaut donc la chandelle.

Le traitement naturel de la peau

Le traitement naturel de la peau

Si la peau du chien est très abîmée à cause de la DAPP, ou s'il souffre en parallèle de dermatite atopique (ce qui est loin d'être rare), il peut être intéressant aussi de renforcer sa peau pour l'aider à retrouver un bon état.

 

Pour cela, on peut par exemple :

  • le laver avec un shampoing pour chien doux et hydratant ;
  • masser sa peau avec de l'huile de coco ou de l'huile d'olive ;
  • appliquer des crèmes ou pommades spéciales pour les peaux sèches ;
  • utiliser de la farine d'avoine, qui aide à garder la peau bien hydratée.

 

En parallèle, une bonne hydratation et une alimentation de qualité sont indispensables pour aider au bon renouvellement de l'épiderme. Donner à son chien de l'huile de saumon ou des compléments alimentaires conçus pour les peaux en mauvais état est également une option envisageable. Mieux vaut tout de même demander conseil à son vétérinaire avant de tenter quoi que ce soit en la matière, car une alimentation mal équilibrée risque d'aggraver l'état de l'animal et/ou de sa peau, c'est-à-dire de lui causer plus de tort que de bien.

Conclusion

La Dermatite Allergisante aux Piqûres de Puces (DAPP) est une maladie relativement courante chez le chien, et qui provoque des symptômes très désagréables. Il n'existe pas vraiment de solution pour la faire disparaître : l'animal reste donc malade toute sa vie - même s'il peut devenir moins sensible avec le temps.

 

Heureusement, il est possible d'agir pour soulager ses symptômes. La première chose à faire pour y parvenir est de débarrasser le chien et le domicile de toutes les puces qui s'y trouvent. Dans l'attente, des médicaments permettent de limiter la réaction allergique et d'atténuer les démangeaisons : ils ne peuvent être donnés en continu sur le long terme, mais sont utiles temporairement pour éviter que l'animal ne souffre trop.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 15/09/2022.

Commentaires sur cet article

la DAPP me concerne particulièrement, merci pour toutes vos informations
elle est très insidieuse chez le chien, la plupart du temps on ne constate que des symptômes de grattage; chez le berger blanc elle est particulièrement visible car la peau intérieure des cuisses et ventre devient grise, on ne constate pas de piqures de puces, mais seulement des croutes de grattages, les seuls traitements consistent en inti-inflamatoires pour calmer les démangeaisons et éventuellement antibiotiques pour éviter une surinfection

   
Par anpatsa