Vacciner son chien : la vaccination, meilleure prévention face aux maladies

Vacciner son chien : la vaccination, meilleure prévention face aux maladies

Il existe un grand nombre de maladies contagieuses pouvant mettre en danger la santé d'un chien, voire sa vie. Néanmoins, toutes ne sont pas une fatalité, étant donné qu'il existe désormais de nombreux vaccins pour les chiens.


De fait, la vaccination constitue la meilleure protection contre les maladies infectieuses. Elle stimule les défenses de l’organisme et lui permet de résister à tout contact avec un agent infectieux (virus, bactérie ou parasite).

L'intérêt des vaccins pour chien

L'intérêt des vaccins pour chien

Marian Horzinek, spécialiste mondial des maladies infectieuses des chiens et des chats, constate que trop peu d'entre eux sont vaccinés. En effet, 50% des chiens et 70% des chats ne seraient pas vaccinés.

 

Rien qu'en France, on compterait environ 4 millions de chiens non vaccinés, chiffre particulièrement alarmant compte tenu de la persistance des maladies. C'est d'autant plus problématique que l'on sait qu'il est essentiel de maintenir une couverture vaccinale de 70% de la population pour éviter la réapparition de ces dernières.

 

C'est la raison pour laquelle la vaccination est un acte plus que nécessaire pour protéger nos animaux de compagnie des maladies infectieuses et éviter la propagation de grandes épidémies susceptibles de décimer l'espèce canine. Chaque année, celles-ci tuent encore des milliers d'animaux domestiques.

 

Il y a d'autant moins lieu de se priver des progrès de la médecine vétérinaire qu'il est rare que la vaccination ne fonctionne pas chez un chien. Seule une minorité d'individus n'y répondent pas, ceci étant généralement dû à un défaut de compétence immunitaire.

 

En outre, vacciner les chiens permet non seulement de sauver la vie d'un grand nombre d'entre eux, mais aussi de protéger leurs maîtres. En effet, certaines maladies comme la rage ou la leptospirose sont des zoonoses canines, c'est-à-dire des maladies transmissibles du chien à l'être humain

 

Les cabinets et les cliniques vétérinaires informent les propriétaires sur les maladies infectieuses touchant les chiens et les chats, mais font aussi en sorte de les sensibiliser sur la nécessité de vacciner leur animal. C'est le cas notamment lors du bilan de santé annuel du chien chez le vétérinaire : il offre l'occasion d'effectuer les éventuels rappels de vaccin nécessaires, afin que l'animal ne cesse jamais d'être protégé.

 

Plus largement, une campagne d'information permanente menée par ces professionnels veille à maintenir une couverture vaccinale suffisante, afin d'éviter toute réapparition de maladies voire d'épidémies. Ceci est d'autant plus nécessaire que le meilleur ami de l'Homme est encore largement mal voire non vacciné.

Les principaux vaccins pour les chiens

Les principaux vaccins pour chien et leurs rappels

Le schéma ci-dessus présente les principaux vaccins pour chien qui existent, les dates à partir desquelles il est possible (et même souhaitable) de les faire, ainsi que les rappels correspondants. Ces derniers sont essentiels pour empêcher l'immunité de disparaître avec le temps.

 

Ce schéma utilise nombre d'abréviations fréquemment utilisées dans le carnet de santé de l'animal :

 

La vaccination est souvent laissée au libre choix du propriétaire, c'est-à-dire que c'est à lui de décider s'il souhaite ou non faire vacciner son chien, et de demander à son vétérinaire de s'en charger le cas échéant. Toutefois, comme pour les humains, certains vaccins sont obligatoires, même si la liste diffère d'un endroit à l'autre. En France et en Belgique, c'est le cas de ceux contre la maladie de Carré, la parvovirose, la leptospirose et l'hépatite de Rubarth. En Suisse et au Québec, aucune vaccination n'est imposée au niveau national, mais les autorités locales peuvent fixer leurs propres règles : par exemple, dans le canton de Genève, le vaccin antirabique est obligatoire.

 

Il existe également des situations où la vaccination est incontournable. Par exemple, celle contre la rage est souvent demandée pour partir en voyage à l'étranger avec son chien : à défaut, celui-ci risque d'être placé en quarantaine, voire refoulé à la frontière. De même, avant de mettre son chien en pension canine, il convient de se renseigner sur les vaccins éventuellement exigés par les responsables de l'établissement, sans quoi il pourrait ne pas être accepté.

 

Dans les autres cas, le maître peut avoir intérêt à se demander s'il se situe dans une zone à risque et/ou si son compagnon présente une vulnérabilité particulière.

Quand faut-il faire vacciner son chien ?

Quand faut-il faire vacciner son chien ?

La vaccination concerne à la fois le chien adulte et le chiot.

 

Plus précisément, elle doit intervenir très tôt dans la vie de ce dernier. En effet, dès l'âge de 2 mois, les anticorps contenus dans le lait maternel de la mère, même si celle-ci est dûment vaccinée, ne le protègent plus. À ce stade, il est alors particulièrement vulnérable face aux maladies. Il doit donc recevoir sa première injection à cet âge. Deux autres injections devront suivre, à un mois d’intervalle l’une de l’autre. Ceci est nécessaire pour une bonne protection des maladies du jeune âge. 

 

Si le chiot provient d'un élevage, il a normalement déjà reçu son premier vaccin. Un mois après la première piqûre, charge aux nouveaux maîtres de l'amener faire sa première visite chez un vétérinaire pour le rappel de ses vaccins.

 

Par ailleurs, même une fois le chien devenu adulte, la majorité des vaccins exigent un rappel, dont la fréquence peut différer selon les cas. Il existe désormais des carnets de santé dématérialisés : ils incluent un système d'alerte permettant de ne pas oublier les différents rappels à faire faire à son chien.

 

Il faut d'ailleurs redoubler de vigilance en la matière au fur et à mesure des années, car comme chez l'Homme les défenses immunitaires de l'animal baissent avec l’âge. Tout propriétaire d'un chien âgé doit donc veiller rigoureusement à ne pas omettre les rappels de vaccination de son compagnon.

 

Il convient d'ailleurs de souligner que les vaccins qui immunisent en une fois contre plusieurs maladies, non content d'être souvent plus avantageux d'un point de vue financier, simplifient le suivi des rappels.

Quels chiens peuvent se faire vacciner ?

Quels chiens peuvent se faire vacciner ?

Pour importante qu'elle soit, la vaccination n’est pas un acte anodin. Il s’agit d’un acte médical qui doit s’adresser à des sujets en bonne santé. Il y a donc lieu de faire pratiquer à cette occasion un examen médical sur son chien et de penser à signaler à son vétérinaire d'éventuels problèmes survenus au cours des derniers mois.

 

À la différence de l'Homme, un animal qui rencontre des problèmes de santé ne peut pas s'exprimer - ou du moins pas clairement. La consultation vaccinale est donc un moment important, au cours duquel le vétérinaire réalise un bilan de santé : c'est l'occasion pour lui de détecter les faiblesses physiologiques inhérentes à chaque race, ainsi que les pathologies naissantes qui, sans cet acte préventif, peuvent pour certaines être fatales. Il ne faut pas oublier qu'une année, c'est beaucoup dans la vie d'un chien... 

 

Ainsi, chaque individu étant unique, le vétérinaire doit étudier ses facteurs de risque propres (race, âge, activités, vie sociale...) et proposer un programme de vaccination adapté en tenant compte de son mode de vie et des dernières découvertes scientifiques.

 

Enfin, il convient de signaler que l’efficacité d'un vaccin peut être diminuée si le chien est fortement parasité. Il est donc important de le vermifuger, en prenant bien soin de s'y prendre au minimum deux semaines avant la visite vaccinale, pour être sûr qu'il n'y aura pas d'interaction entre les deux traitements.

Vaccins pour chien : y a-t-il des effets indésirables ?

Vaccins pour chien : y a-t-il des effets indésirables ?

Comme tout traitement, la vaccination d'un chien peut s'accompagner d'effets indésirables.

 

En général, l’injection est parfaitement bien tolérée. Toutefois, on peut observer dans de rares cas une fatigue passagère ainsi qu'un petit œdème (gonflement) au point d’injection, qui disparaît en quelques jours. C'est pourquoi il est recommandé de laisser l'animal au repos pendant les 24 heures qui suivent l'administration du vaccin.

 

Les vaccins pour chiens sont mis au point selon des procédés très stricts visant à assurer à la fois leur efficacité et leur innocuité. Ainsi, il y a finalement bien plus de risques à ne pas vacciner un chien qu'à le vacciner, d'autant que la plupart des maladies concernées sont encore courantes.

 

En cas de réticence à l'idée d'infliger à son compagnon un grand nombre de vaccins à la fois, notamment par crainte d'effets secondaires, il est possible de hiérarchiser les injections de la façon suivante :

  • faire en priorité les vaccins visant à combattre les agents pathogènes les plus virulents, qui représentent un danger constant pour l’animal et contre lesquels il doit toujours être immunisé ;
  • faire ponctuellement les vaccins protégeant contre les infections présentes dans des régions spécifiques, par exemple lors d'un départ à l'étranger avec son chien.

 

Le maître ne doit pas hésiter pas à consulter un vétérinaire pour y voir plus clair en faisant le point sur les besoins propres à son compagnon, en fonction de son lieu de résidence et de son mode de vie.

Page 1 :
La vaccination du chien, meilleure prévention contre les maladies
Dernière modification : 12/12/2020.

Discussions sur ce sujet