Les colliers anti-tiques pour chiens

Les colliers anti-tiques pour chiens

Il n'existe pas de colliers uniquement dédiés aux tiques du chien. Le collier anti-tique est plus communément appelé collier antiparasitaire, voire collier anti-puce. Ce dernier agit non seulement sur les tiques, mais aussi les puces, les poux, les moustiques et, pour certains, les phlébotomes. Un incontournable parmi les nombreux accessoires pour chien !

Comment agit un collier antiparasitaire ?

Comment agit un collier antiparasitaire ?

Les colliers antiparasitaires contiennent des substances actives (Perméthrine, Flumétrine, Imidaclopride, Amitraz, Fipronil...) qui sont des puissants neurotoxiques. Ils exercent une action acaricide qui va lentement se libérer de façon continue sur l'ensemble du poil et de la surface cutanée du chien. Lorsque la tique s'accroche au poil, elle entre en contact avec ces substances, qui engendrent une paralysie puis la mort du parasite. Ce procédé prend entre 24 et 48h. Après quoi, le parasite tombe de l'animal sous l'effet de la gravité.

 

Toutefois, ces substances n'ont pas d'action répulsive sur les tiques, c'est-à-dire qu'elles n'empêchent pas la tique de s'accrocher et de mordre l'animal. En outre, la transmission de maladies liées aux tiques (telles que la maladie de Lyme ou la piroplasmose) est toujours possible. Néanmoins, les tiques résistantes constituent un très faible pourcentage. Certaines études démontrent que même si elles parviennent à pondre leurs œufs, ceux-ci ont une apparence modifiée (ratatinée, terne et desséchée), témoignant d'un effet stérilisant.

 

Pour empêcher la tique de prendre un repas sanguin, quelques colliers anti-tique incluent des substances dites répulsives (Deltaméthrine, Fluméthrine, Propoxur...). Ces dernières ne tuent pas les parasites, mais modifient leur perspective olfactive vis-à-vis de leur hôte. Ainsi, la tique repoussée se laisse tomber au sol à la recherche d'un nouvel hôte plus propice à sa reproduction.

Lorsque le collier diffuse des substances létales et répulsives en même temps, la tique se laisse tomber, mais finit par succomber grâce aux neurotoxiques.

 

Attention :

À noter que les colliers à base d'Amitraz sont totalement déconseillés pour les chiens diabétiques ou souffrant de troubles respiratoires, et les races de petite taille telles que le Chihuahua. D'autres précautions sont à prendre en compte, on en parle un peu plus bas.

Comment utiliser un collier antiparasitaire  

Comment utiliser un collier antiparasitaire  

Les colliers antiparasitaires sont vendus dans des sachets qui assurent la bonne conservation des substances. Ceux-ci sont prévus pour être diffusés sur une période de 6-8 mois. Mais prenez bien le temps de lire la notice, car leur durée d'action diffère entre les puces, les tiques et autres parasites.

 

En outre, sachez que si votre chien a l'habitude d'aller dans l'eau, la performance du collier s'estompera plus rapidement : vous perdrez en moyenne 1 à 2 mois d'autonomie.

 

De plus, lorsque le chien se baigne ou prend sa douche, les substances se diluent et s'évacuent avec l'eau. Il faudra attendre une durée de 24 à 48 heures pour que l'efficacité du collier soit de nouveau complète - le temps que la diffusion se refasse sur l'ensemble du corps. Attention donc si votre chien se baigne dans des zones propices aux tiques.

 

Notez que certains colliers sont plus résistants à l'eau que d'autres. Même pour ceux-là, l'exposition prolongée et répétée dans l'eau réduit considérablement la protection de l'animal.

 

Le collier anti-tique s'enfile comme un collier normal. Il ne doit ni être trop lâche, pour permettre une bonne diffusion, ni trop serré, pour éviter les réactions autour du cou. Vous devez pouvoir passer deux doigts. Si vous savez que votre chien a tendance à faire des réactions aux insecticides, une technique consiste à le laver et le laisser sécher une journée complète avant de le mettre au chien. Ceci n'aura pas de conséquence sur la durée d'utilisation, mais enlèvera l'excédent accumulé dans le sachet, et limitera donc d'autant les irritations et brûlures.

Les dangers des substances actives  

Les dangers des substances actives  

Même si les substances présentes dans les colliers anti-parasitaires sont réglementées et dûment autorisées sur le marché français, vous devez savoir qu'elles présentent toutes un risque de toxicité dans l'environnement immédiat du chien.

 

Par ailleurs, en avril 2012, pas moins de 76 colliers antiparasitaires à base de Dimpylate (substance commercialisée notamment par Virbac, Soparlic, Veto-Centre, Bayer...) ont été retirés du marché en raison de leur dangerosité sur les animaux et leur entourage. Dans son « scénario du pire », l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Alimentaire) a mis en évidence des risques potentiels, en particulier chez l'enfant, en cas d'exposition chronique, sur le long terme, par voie cutanée. Néanmoins, cela n'a pas empêché qu'un an plus tard, de nouveaux colliers contenant du Dimpylate ont pu bénéficier d'une nouvelle autorisation de mise sur le marché (AMM), suite à de nouveaux tests concluants, sur un plus faible dosage. Cependant, les témoignages de chiens ou de chats décédés suite à la mise en place de ces nouveaux colliers ne manquent pas…

 

On parle beaucoup du Dimpylate, mais ce n'est pas le seul. La Perméthrine, la Deltaméthrine, l'Amitraz… représentent eux aussi un véritable danger. La toxicité du produit dépend évidemment du dosage employé et de l'état de santé de l'animal qui porte ce collier.

Précautions à prendre pour limiter les risques liés aux colliers antiparasitaires

Face aux risques évoqués plus haut, voici quelques précautions à avoir en tête :

 

  • Ne pas donner de collier anti-tique aux chiots de moins de 7 semaines (et même de moins de 3 mois pour certains colliers, en fonction des produits contenus) ;

  • Respecter les indications en termes de poids fournies par le fabricant ;

  • Ne pas mettre de collier antiparasitaire aux chiennes gestantes ou allaitantes. Il existe à la place d'autres formats compatibles (spot-on, comprimé...) à adapter en fonction du jour de gestation ;

  • Ne pas avoir recours à un collier antiparasitaire si vous avez un chat ou des animaux à sang froid en contact rapproché avec le chien ;

  • Si vous avez un chat, bannissez les colliers à base de Perméthrine : ils sont hyper toxiques voire mortels pour les chats ;

  • Si vous avez un chien souffrant d'une déficience du gène MDR1, faites très attention au choix de la substance active contenue dans le collier que vous envisagez d'acheter, car cette anomalie génétique rend un grand nombre de produits antiparasitaires toxiques pour lui ;

  • Limitez les contacts entre l'animal porteur du collier et les enfants. Interdiction en outre de faire dormir l'animal dans le lit des enfants ou des propriétaires ;

  • Les colliers à base de Deltaméthrine sont déconseillés aux chiens ayant des lésions cutanées étendues ;

  • Ne pas cumuler les insecticides surtout ayant la même molécule, afin d'éviter le surdosage ;

  • Ne pas laisser le chien mâchouiller son collier anti-tiques : les risques d'intoxication sont réels ;

  • Lavez-vous les mains à l'eau froide après la mise en place du collier ;

  • Lire attentivement la notice d'utilisation. 

 

Si vous constatez le moindre effet indésirable chez votre chien lorsque vous lui mettez un collier anti-parasitaire (vomissement, respiration accélérée, hypersalivation, tremblement, convulsions, parésie intestinale... pour ne citer que les plus importants), retirez immédiatement le collier et rendez-vous chez votre vétérinaire avec l'emballage, le produit et sa notice. Il n'y a pas de temps à perdre, car s'il y a intoxication, le décès de l'animal peut être fulgurant.

 

Enfin, sachez qu'il existe des solutions anti-puces naturelles et faites maison pour chien qui agissent également contre les tiques et autres parasites externes.

Le collier antiparasitaire Seresto

Le collier antiparasitaire Seresto

Composé d'Imidaclopride et de Fluméthrine, le collier antiparasitaire Seresto est à la fois répulsif et létal pour les parasites. Il est indiqué pour lutter contre les puces (Ctenocephalides felis et Ctenocephalides canis), les tiques (Rhipicephalus sanguineus, Ixodes ricinus et Dermacentor reticulatus) et les poux broyeurs (Trichodectes canis).

 

Certaines études réalisées sur ce collier montrent qu'il agit également contre les phlébotomes responsables de la Leishmaniose et les acariens Sarcoptes scabiei, vecteurs de la gale sarcoptique - à ne pas confondre avec la gale des oreilles du chien –, même si ce n'est pas son but premier.

 

Il est efficace pendant 7 mois pour les puces et 8 mois pour les tiques.

 

Enfin, ce collier anti-parasitaires est interdit aux chiots de moins de 7 semaines, ainsi qu'aux chiennes gestantes ou allaitantes.

Le collier antiparasitaire Scalibor

Le collier antiparasitaire Scalibor

La Deltaméthrine que contient le collier antiparasitaire Scalibor permet de traiter les chiens contre les tiques, les phlébotomes et les moustiques, pour une période de respectivement 6, 5 et 6 mois.

 

Comme le collier Seresto, il est interdit pour les chiots de moins de 7 semaines, ainsi que pour les chiennes en gestation ou allaitantes.

 

En outre, ce collier a un effet létal sur les parasites, mais pas d'effet répulsif, sauf pour les phlébotomes dits Leishmania infantum.

Le collier antiparasitaire Vetocanis

Le collier antiparasitaire Vetocanis

Vetocanis fonctionne de la même façon que Francodex.

 

Plusieurs modèles de colliers Vetocanis sont disponibles sur le marché, comportant des substances actives différentes (Amitraz, Dimpylate).

 

Ceux au Dimpylate traitent les puces pendant 300 jours et les tiques pendant 200 jours.

Ceux à base d'Amitraz sont efficaces pour une durée de 4 mois.

 

Et bien sûr, eux aussi sont interdits à la chienne allaitante ou gestante.

Les colliers antiparasitaires Francodex

Les colliers antiparasitaires Francodex

Francodex commercialise ses colliers avec différentes substances actives : le Dimpylate pour les grands chiens, la Permethrine pour les chiots (plus de 3 mois) et petits chiens, et l'Amitraz pour les chiens (de plus de 2 mois).

 

Tous s'attaquent au moins aux tiques. Celui à l'Amitraz traite aussi la démodécie (gale démodécique du chien), et les autres traitent plutôt les puces.

 

L'ensemble est interdit à une chienne gestante ou allaitante.

Le mot de la fin

Malgré l'efficacité des colliers anti-tiques, de plus en plus de maîtres rechignent à utiliser des produits chimiques néfastes pour l'animal et son environnement. Pour prendre en compte cette tendance, les laboratoires se sont lancés dans la commercialisation de colliers antiparasitaires naturels.

 

À base d'huiles essentielles pour la plupart, ils agissent comme répulsif contre les tiques, puces, phlébotomes et moustiques. L'absence de produit létal rend ces colliers moins efficaces dans les zones très infestées, mais plus sûrs pour la santé du porteur et de son entourage.

Dernière modification : 04/23/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Commentaires sur cet article

Merci de vos éclaircissement en ce qui concerne la dangereusité de tous colliers , mais à priori ,, il semble qu'il ni aye pas de choix , que de continuer à lui en faire porter un si l'on désire ne pas perdre son chien.

   
Par Drouillard Jacqueline

Auteur

Un site pour les amoureux des chiens et des chiots.

Voir le site

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet