Les phéromones et leur utilisation pour apaiser les chiens

Les phéromones et leur utilisation pour apaiser les chiens

Tout le monde a déjà entendu parler, ne serait-ce qu'une fois, des phéromones. Principalement associé à la reproduction, le rôle des phéromones est pourtant bien plus vaste que ce simple domaine. Comment les animaux, et certains végétaux, se servent-ils des phéromones pour survivre ? Qu'en est-il du chien ? Est-il possible d'utiliser artificiellement les phéromones pour le bonheur du chien ?

Page 1 :
Présentation générale des phéromones

Que sont les phéromones ?

Les phéromones sont des substances chimiques sécrétées par des organismes vivants (animaux ou végétaux) et qui permettent à des individus d'une même espèce de communiquer entre eux via l'odorat, à l'instar des hormones. En se déplaçant dans l’air, ces substances véhiculent de véritables messages chimiques que l'animal ou le végétal récupère dans son environnement. Ce mode de communication inné, bien que méconnu, est capital pour de nombreux êtres vivants, et plus particulièrement pour les insectes : c'est grâce aux phéromones qu'une fourmi va retrouver le chemin de sa fourmilière et indiquer à ses congénères une source de nourriture qu'elle aura trouvée.

 

Les phéromones ont été découvertes dans les années 1960. Elles ont d’abord été mises en évidence chez les insectes, grâce aux travaux menés par un entomologiste français nommé Jean-Henry Fabre. Il réussit à montrer que les sécrétions de phéromones sexuelles d'une femelle papillon pouvaient attirer les mâles dans un rayon de 25 kilomètres. Leur existence chez les mammifères a été confirmée un peu plus tard, et il est prouvé aujourd’hui que les phéromones existent chez la plupart des espèces animales.

 

Chez les mammifères, les phéromones sont surtout connues pour leur rôle dans le domaine de la reproduction : l'homme a ainsi utilisé des phéromones sexuelles pour tenter de synchroniser les chaleurs ou mettre en évidence la venue en chaleur, notamment chez la truie.

Le rôle des phéromones chez le chien

Le rôle premier que l'on connaît aux phéromones est lié à la reproduction de l'animal. Cependant, dès le plus jeune âge, le chiot en produit, mais, au cours de sa vie, la nature des substances émises va évoluer. Les phéromones sexuelles ne sont ainsi sécrétées qu’à la puberté.

 

Elles génèrent chez le chien un comportement particulier, que l'on retrouve aussi chez d’autres espèces comme les chevaux : le flehmen. Lorsqu’un chien détecte des phéromones à caractère sexuel, il retrousse les babines, entrouvre la mâchoire et aspire l’air en effectuant des petits mouvements de langue. Cette attitude lui sert à capter les phéromones sexuelles au niveau d’un organe nerveux situé au-dessus du palais, le système voméro-nasal. En effet, les phéromones ne sont pas directement captées par le système olfactif lui-même, mais par cet organe qui les transmet ensuite, par conduction nerveuse, jusqu’au bulbe olfactif, centre nerveux de l’odorat du chien.

 

En fonction de son état physique et émotionnel, le chien va émettre des phéromones différentes qui seront reçues et décodées par ses congénères.

 

Grâce aux progrès de la recherche au sujet des phéromones, de nombreux autres rôles ont pu leur être associés. Aujourd'hui, les phéromones sont vues comme de véritables cartes de visite, permettant de donner un nombre d'informations conséquent :

  • elles permettent de connaître l'état physiologique, le sexe et l'identité de l'émetteur ;
  • elles donnent des informations sur l'occupation d'un territoire, utile dans le cadre de mouvements de meute ;
  • si un chien réalise un dépôt sous l'emprise de la peur, le chien suivant le saura grâce aux phéromones, et sera au courant d'un éventuel danger ;
  • elles permettent à un chiot de se rassurer lorsqu'il est placé dans un nouvel environnement.

Où sont produites les phéromones chez le chien ?

Différentes glandes réparties à la surface du corps du chien sont susceptibles de produire ces substances. Parmi ces glandes se trouvent :

 

  • Les glandes sébacées
    Bien que présentes chez tous les chiens, les glandes sébacées sont particulièrement connues pour sécréter des phéromones chez les chiennes en lactation. Elles sont à l'origine de la sécrétion des phéromones d'apaisement, qui favorisent le lien d'attachement entre une mère et son chiot ;

 

  • Les glandes faciales
    Elles sont situées au niveau du menton, des lèvres, de la peau du museau, dans la région des vibrisses et des joues. La sécrétion de phéromones à ce niveau du corps du chien explique pourquoi, lorsque deux congénères se rencontrent, ils se reniflent ces parties du corps ;

 

 

  • Les glandes des sacs anaux
    Les phéromones émises par ces glandes interviennent dans la communication hiérarchique, sexuelle et territoriale. Ces zones sont particulièrement reniflées lorsque deux chiens se rencontrent, afin qu'ils puissent établir le rang social de l'individu rencontré. Les selles et les urines sont également chargées de phéromones. C'est pour cette raison que le chien renifle les excréments et l'urine qu'il croise ;

 

  • Les glandes interdigitées
    Ces glandes sont situées au niveau des coussinets du chien et des espaces interdigités. Elles sont sollicitées lorsqu'un chien gratte le sol avec ses postérieurs, notamment après avoir uriné. Les phéromones issues des espaces interdigités renseignent sur le statut social de l'animal. Celles venant des coussinets ont un rôle d'alerte, et sont sécrétées pour prévenir d'un danger.

La phéromone maternelle de la chienne : l'apaisine canine ou DAP

L'attachement de la mère à ses chiots - et inversement des chiots à leur mère - est un phénomène très étudié, mais encore très mystérieux. L'observation d'une mère et de ses chiots montre que lorsqu'un de ces derniers est retiré de sa mère dans les jours qui suivent la naissance, il manifeste des signes de détresse : il se débat, pleure et tente de retrouver le contact de sa mère en gigotant. Si le chiot est placé dans un milieu doux et chaud, les signes de détresse s'atténuent, mais sont encore présents. Autrement dit, la mère apporte à ses chiots quelque chose  qui les rassure. Pourquoi les phéromones n'interviendraient-elles pas dans ce phénomène? La mère sécrèterait-elle une substance chargée d'apaiser le petit ?

 

Pour répondre à cette question, des prélèvements de sécrétions cutanées au niveau des mamelles ont été réalisés chez des femelles en lactation et chez des femelles hors période de reproduction. On a ainsi pu établir la production de certaines substances quelques jours après la naissance et jusqu'à ce que les chiots soient capables de se déplacer. Ces substances ont une fonction apaisante : elles font disparaître les signes de détresse émis par le chiot. On leur a donné un nom : Dog Appeasing Pheromones (DAP), ce qui signifie "phéromone apaisante du chien".

 

Grâce à ces constatations, de nombreux laboratoires ont émis une idée, qui a par la suite été scientifiquement approuvée : si ces substances sont fonctionnelles chez le chien adulte, alors le grand public dispose d'une solution simple et totalement naturelle de lutter contre le stress du chien. C'est en partant de ce postulat que de nombreux produits à base de DAP artificielle ont vu le jour.

Page 1 :
Présentation générale des phéromones
Dernière modification : 02/13/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Commentaires sur cet article

J'ai lu cet article avec intérêt cherchant à déstresser mon chien qui aboie quand je m'absente. Il a récemment changer de lieu de vie. Nous sommes passés d'une maison avec jardin à un appartement. J'ai eu le témoignage d'une voisine qui m'a indiqué l'existence de ce produit et qui l'a approuvé l'ayant testé sur sa chienne.Cet article est a diffuser sans modération pour éviter comme vous l'avez décrit que les phéronomes éviteraient de nombreux d'abandons.Restent à savoir si dans la plupart des refuges ils prennent la peine de se pencher sur ce problème de stress et d'apaiser les chiens!. Sincèrement et pour savoir de quoi je parle... NON!.

   
Par fishdrop

ma jack c'est fait attaquer par un boxer quand elle était jeune , depuis elle est agressive envers les autres chiens , c'est vraiment gênant car je fais de l'agility , les phéromones pourraient-elles aider ???

0    0
Par sab

Bonjour
Les phéromones peuvent elles s'avérer efficasses sur un chien male adulte qui est ''agressif'' surtout envers ses congénères par peur ?

0    0
Par Dominique

je trouve votre explication tres interessante. il se trouve que je viens d'acceuillir un pincher de 3 mois et que je possede deja un croise york de 11 ans. ma question est de savoir si les phéromones utilisés pour le chiot ne dérangent elles pas le chien adulte dans ses habitudes? Merci de me répondre

0    0
Par genevieve

Sommaire de l'article

Auteur

Dr Colette Arpaillange & Dr Emmanuel Gaultier

Discussions sur ce sujet