La trombiculose : l'infection du chien par les aoûtats

La trombiculose : l'infection du chien par les aoûtats

L’été rime avec soirées au jardin, promenades en forêt et dans les champs, roulades sur l’herbe… Mais l’aoûtat, petit parasite qui sévit en cette saison, peut vite gâcher ces moments de bonheur et transformer la vie d'un chien en véritable cauchemar.


Que sont précisément les aoûtats ? Quelles sont les conséquences d'une infestation du chien par les aoûtats, et comment la soigner ? Comment savoir si son chien est infesté par des aoûtats ? Peut-on le lui éviter ?

Qu'est-ce qu'un aoutât ?

Qu'est-ce qu'un aoutât ?

L’aoûtat, connu également sous le nom de rouget, puron, vendangeon ou plus rarement vendangeron, est un minuscule parasite velu de couleur rouge orangé, qui peut s'attaquer aussi bien à l'être humain qu'à ses compagnons à pattes. Il appartient à la classe des arachnides (comme les araignées et les scorpions) et à la sous-classe des acariens. Son appellation scientifique, Trombicula Automnalis, est à l’origine du nom de l’affection dermatologique qu’il provoque chez les espèces qu'il infecte : la trombiculose.

 

Il est souvent confondu avec le trombidion soyeux (Trombidium Holosericeum), un gros acarien rouge inoffensif pour les mammifères, pouvant mesurer jusqu’à 5 mm et que l’on aperçoit couramment en été sur les murets. L'aoûtat, lui, est trop petit pour être visible à l'oeil nu.


Il est très présent en Europe, en Amérique et en Océanie. Une étude intitulée « The Ecology of the Harvest Mite (Trombicula autumnalis) in the British Isles » et publiée en 1937 dans la revue scientifique Journal of Ecology a montré que ce parasite a une préférence pour les sols calcaires. Il se développe généralement quand les températures sont d'au moins 16 degrés, donc particulièrement en été (ce qui lui vaut d'ailleurs son nom) et au tout début de l’automne. Dans certaines régions du monde où il ne fait jamais bien froid (par exemple en Floride, aux Etats-Unis), il sévit donc toute l'année, même en hiver.

 

L'aoûtat pond ses œufs dans des matières végétales en décomposition, au coeur de zones herbeuses comme les prairies, les parcs et les jardins. Les larves mesurent environ 0,2 mm à la naissance et sont hexapodes, c'est-à-dire qu'elles possèdent six pattes. Elles attendent le passage d’un animal (oiseau, rongeur, cheval, lapin, chat, chien…) ou d’un être humain pour grimper dessus et s’y nourrir.


À l’instar de l’araignée, l'aoûtat possède des chélicères, qui sont des sortes de crochets situés à proximité de sa bouche. Il les utilise pour percer la peau et creuser de minuscules sillons dans l'épiderme (les stylostomes), dans lesquels il injecte ensuite des enzymes lytiques. Ces derniers transforment les cellules de la peau en bouillie liquide, qu'il ingurgite ensuite pour s'en nourrir.


Contrairement à d'autres parasites, l'aoûtat ne reste pas très longtemps sur le corps de son hôte : dès qu'il s'est suffisamment nourri (ce qui prend en moyenne 5 à 7 jours), il se laisse tomber au sol pour poursuivre son évolution. Il se transforme d'abord en lymphe, puis en adulte à 8 pattes. Une fois ce stade atteint, il n'a plus beaucoup de temps à vivre : il doit donc se reproduire avant que les températures redescendent à l'approche de l'automne. Il pond alors des centaines d'oeufs, qui attendront le printemps suivant pour éclore et démarrer un nouveau cycle. L'adulte, lui, meurt peu de temps après sa reproduction.

Les symptômes d'une infestation par des aoûtats

Les symptômes d'une infestation par des aoûtats

Savoir que son chien est infesté par des aoûtats n'est pas chose aisée. En effet, non seulement les larves sont invisibles à l'oeil nu, mais en plus les symptômes qu'elles provoquent sont similaires à nombre d'autres maladies dermatologiques.

 

Le maître peut tout de même soupçonner une infestation du chien par des aoûtats si celui-ci manifeste les signes suivants :

 

  • il se gratte intensivement, se mordille et lèche particulièrement certains endroits précis, tels que l'espace entre les doigts, l’intérieur des cuisses, l’aine, les zones anale et génitale, ou la plicature sur le bord de l’oreille (c'est-à-dire l’endroit où celle-ci se dédouble). Ces démangeaisons sont dues à une réaction allergique provoquée par la salive du parasite. Elles s'accompagnent souvent de croûtes, d'une alopécie du chien localisée au niveau de l'infestation, et parfois également de plaques rouges plus ou moins étendues, comme l’a montré notamment l’article intitulé « Trombiculasis clinical contribution », publié en 2005 dans la revue European Journal of Dermatology.

 

  • il présente des papules, c'est-à-dire des boutons roses légèrement surélevés. Lorsque les larves sont très nombreuses et regroupées en une même zone, elles forment au centre de ces papules des amas orangés ressemblant à du pollen. En revanche, si elles ont déjà quitté le corps de leur hôte lorsque les symptômes apparaissent, seules les papules sont visibles.


Il est toutefois important de souligner que ces observations ne suffisent pas pour être certain qu'il s'agit d'une trombiculose, car nombre de maladies ont des symptômes similaires. Elles peuvent juste donner une première indication au maître ; pour un diagnostic précis, il est nécessaire de faire appel à un vétérinaire.

Les risques des aoûtats pour le chien

Les risques des aoûtats pour le chien

Si la piqûre d'un aoûtat est indolore et généralement sans grande conséquence, une infestation du chien par des aoûtats n'est pas non plus anodine, en particulier si elle est massive. Les risques liés à leurs piqûres sont de différents types :

 

  • des démangeaisons intenses du chien, si ce dernier est allergique à la salive du parasite (ce qui est loin d'être une exception). Elles peuvent durer jusqu'à un mois après la disparition des larves et sont très désagréables pour l'animal, pouvant d'ailleurs même le conduire à faire preuve d'agressivité envers son entourage ;

 

  • une surinfection bactérienne, car certaines bactéries profitent des lésions causées par les piqûres et le grattage intense pour proliférer anormalement, voire traverser la peau et se propager dans l'organisme ;

 

  • en cas d’infestations répétées, des réactions d’hypersensibilité allergique sévères pouvant aboutir à une parésie, c'est-à-dire une légère paralysie transitoire de certains muscles de l'animal. C'est ce qu'ont mis en évidence H. Prosl, A.Rabitsch et J.Brabenetz dans une étude intitulée « Nervous systems in dogs following massive infestation », publiée en 1985. Dans le cadre de leurs travaux, deux Yorkshire Terriers âgés d’environ 3 ans ont présenté à la suite d'une infestation massive par 2000 aoûtats des signes de parésie des extrémités arrière, puis des extrémités avant, jusqu’à ne plus pouvoir se tenir debout. Après traitement, ces symptômes ont disparu en seulement trois jours.

 

  • la transmission d'autres maladies, car à l'instar d'autres parasites, les aoûtats semblent pouvoir être vecteurs de diverses affections. Les spécialistes estiment ainsi qu'il existe un risque de transmission de la maladie de Lyme, et que près de 10% d'entre eux seraient porteurs des germes responsables de l'ehrlichiose. Le principal vecteur de ces deux maladies potentiellement graves reste toutefois très majoritairement la tique.

Le diagnostic de la trombiculose chez le vétérinaire

Le diagnostic de la trombiculose chez le vétérinaire

Les aoûtats ne constituent pas une très grande menace pour la santé du chien, car ils quittent d'eux-mêmes son épiderme au bout d'environ une semaine. Malgré tout, leurs morsures sont très désagréables pour lui, et peuvent être l'objet de complications plus graves. Mieux vaut donc se tourner vers un vétérinaire si on soupçonne son animal d'être infesté ou de l'avoir été très récemment.

 

Pour diagnostiquer une trombiculose chez un chien, le praticien procède à ce que l'on appelle un raclage cutané : il s'agit de malaxer un pli de peau afin de déloger les parasites des poils, puis d'en prélever un petit morceau pour l'observer au microscope. Un faible grossissement suffit pour apercevoir les aoûtats, s'ils sont toujours présents dans l'épiderme.

 

Si cette technique ne donne rien mais que le vétérinaire soupçonne fortement une trombiculose, il effectue un diagnostic différentiel, c'est-à-dire qu'il élimine par divers examens toutes les autres maladies qui pourraient provoquer des symptômes similaires. Il prend également en compte les conditions environnementales et climatiques au moment de l'apparition de ces derniers : s'ils se sont déclarés pendant une période froide, il est peu probable d'avoir affaire à des aoûtats.

Que faire si mon chien a des aoûtats ?

Que faire si mon chien a des aoûtats ?

Une fois le diagnostic établi, le vétérinaire peut proposer différents traitements afin de soulager les morsures d'aoûtats sur le chien. Les soins s’articulent globalement autour de 4 axes :

 

  • l’éradication des larves au moyen de produits antiparasitaires, le plus souvent au moyen d’un spray à pulvériser sur les zones infestées. Une application hebdomadaire est nécessaire jusqu'à leur anéantissement total. Il est alors préférable de faire porter à son chien une collerette, pour éviter qu'il n'avale le produit en se léchant. Une autre solution consiste à utiliser d'autres types d'antiparasitaires, par exemple ceux se présentant sous la forme de pipette ou de collier. Il faut également garder en tête qu'un chien hypersensible aux médicaments peut ne pas supporter les produits classiques, et doit donc recevoir un traitement adapté à sa condition.

 

  • le cas échéant, le traitement des infections bactériennes avec des antibiotiques pour chien, qui peuvent prendre la forme de lotion, pommade ou comprimés à avaler. Le vétérinaire choisit le mode d'application adéquat en fonction des lésions dermatologiques constatées et de l'étendue de l'infection bactérienne.

 

  • en cas d'importante réaction allergique du chien, des antihistaminiques et/ou des corticoïdes locaux peuvent être prescrits afin de soulager les démangeaisons.

 

  • enfin, le domicile doit être aéré et nettoyé à l'aspirateur au moins deux fois par semaine, afin de diminuer au maximum les risques de réinfestation future.

 

Si ce traitement est mis en place rapidement, les symptômes de la trombiculose disparaissent en quelques jours à quelques semaines.

Protéger son chien contre les aoûtats

Certaines plantes odorantes repoussent les aoûtats
Certaines plantes odorantes repoussent les aoûtats

Le célèbre adage « Mieux vaut prévenir que guérir » vaut aussi pour les aoûtats.

 

Malheureusement, dans la mesure où ces petites bêtes pullulent en été dans les parcs, les hautes herbes et même les jardins, il est vain d'espérer empêcher son chien d'être infesté par des aoûtats, en particulier s'il passe une bonne partie de son temps en extérieur. ll est en effet impensable de le priver de sortie pendant toute la saison à risques, qui s'étend sur plusieurs mois...

 

Malgré tout, quelques astuces simples à mettre en place permettent de protéger efficacement son chien contre les aoûtats. Il est possible par exemple de :

 

  • utiliser des répulsifs anti-parasites, tels que des anti-puces ou anti-tiques. Ces produits ne sont pas 100% efficaces contre les aoûtats, car ils n'ont pas été développés spécifiquement contre eux, mais ils permettent toutefois de réduire les risques d'infestation ;

 

  • examiner régulièrement la peau et de le pelage du chien après les sorties, en particulier lors de la saison estivale, pour pouvoir l’amener rapidement chez un vétérinaire au moindre symptôme et ainsi enrayer l’infestation ;

 

  • éviter les promenades dans les herbes hautes pendant la période sensible ;

 

  • éviter les points d’eau attirant les petits animaux (batraciens, rongeurs...), car ces derniers peuvent être porteurs d'aoûtats ;

 

  • si on a un jardin, tondre régulièrement la pelouse, se débarrasser des herbes humides et enlever les ronces et autres mauvaises herbes, qui sont des endroits de prédilection pour le parasite ;

 

  • traiter les parties du domicile (à l'intérieur comme dans le jardin) infestées avec de la terre de diatomée, un mélange d’algues fossilisées microscopiques efficace pour détruire toutes sortes de parasites : puces, punaises de lit, cafards... Il faut veiller toutefois à ne pas en abuser, car ce produit est également toxique pour d'autres insectes et animaux inoffensifs, voire indispensables à la bonne santé du jardin ;

 

  • planter de la mélisse, de la citronnelle, de la sauge, de la menthe..., car ces végétaux odorants éloignent naturellement les aoûtats. Il faut toutefois prendre garde à ne pas choisir une plante toxique pour les chiens.


Si ces quelques précautions sont prises, les risques d'une contamination du chien par des aoûtats sont relativement faibles.

Le mot de la fin

L’infestation par les larves d’aoûtats est source de mal-être pour le chien, en raison du prurit intense qu’elle déclenche habituellement. Elle peut aussi être source de plaies, d’infections bactériennes, voire de réactions allergiques et de maladies potentiellement graves.

 

Heureusement, les risques de contamination peuvent être réduits en prenant quelques mesures simples de prévention. Si ces dernières ne suffisent pas, il existe toutefois des traitements efficaces pour soigner un chien infesté par les aoûtats. Au global, la présence de ce petit parasite n'empêche donc pas un maître bien informé et son compagnon de passer un été agréable.

Dernière modification : 08/08/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Discussions sur ce sujet