Le shiatsu pour les chiens

Le shiatsu pour les chiens

Homéopathie, acupuncture, naturopathie, ostéopathie, shiatsu… : toutes ces disciplines non conventionnelles se développent de plus en plus, au point que beaucoup de personnes ont déjà consulté un praticien pour eux-mêmes… ou pour leur chien. En effet, un nombre croissant de propriétaires sont à la recherche de tout ce qui peut apporter un mieux-être à leur compagnon.


En quoi consiste le shiatsu ? Depuis quand est-il pratiqué sur le meilleur ami de l’Homme ? Quel est l’intérêt du shiatsu pour chien ? Est-il possible de le pratiquer soi-même, ou faut-il faire appel à un professionnel ?

Partager
 

Les origines du shiatsu

Les origines du shiatsu

Né au Japon, le shiatsu est une technique thérapeutique manuelle basée sur des connaissances issues de la médecine traditionnelle chinoise ainsi que de l’anatomie et la physiologie modernes. Le terme vient des mots japonais « shi » et « tsu », qui signifient respectivement « doigt » et « pression ». Autrement dit, il signifie littéralement « pression des doigts ».

 

Il était originellement destiné aux humains, et c’est dans son livre intitulé Ampuku Zukai paru en 1827 que le maître de massage japonais Shinsai Ota décrit pour la première fois les techniques fondatrices du shiatsu actuel. En effet, bien que le titre de cet ouvrage puisse se traduire par « Le manuel illustré de Anma sur le ventre », l’auteur va beaucoup plus loin que l’explication du simple Anma (technique de massage sur le ventre), décrivant des protocoles de pressions sur tout le corps.

 

Ce n’est toutefois qu’en 1939 que le mot « shiatsu » est employé pour la première fois, donnant même son titre à un livre intitulé Shiatsu Ryoho - qui signifie littéralement « Thérapie shiatsu ». Ecrit par Tenpeki Tamai, maître de massage japonais, il est devenu l’ouvrage fondateur de cette technique.

 

La première transposition aux animaux est due à Pamela Hannay, une praticienne américaine. Formée à l’institut de shiatsu Oashi à New York, elle y devient enseignante dans cette technique à partir de 1975, avant de commencer à le pratiquer en 1983 sur les chevaux, puis sur les chiens. En 1998, elle écrit le livre Shiatsu for Dogs, qui devient une référence dans le domaine.

 

Aujourd’hui proposé à de nombreux autres animaux (chats, lapins, chèvres, etc.), le shiatsu est de plus en plus populaire en tant que médecine complémentaire, et pratiqué dans un grand nombre de pays.

Qu'est-ce que le shiatsu ?

Le principe du shiatsu

Le principe du shiatsu

Le shiatsu est basé sur la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), dont il utilise certaines techniques énergétiques, et y adjoint des techniques mécaniques, comme le fait le massage. La notion d’énergie utilisée pour la pratique du shiatsu est commune aux cultures chinoise et japonaise, et n’a aucun équivalent en Occident. Elle peut être vue comme un courant, un souffle, une force de vie. Le shi aurait d’ailleurs inspiré la notion de Force dans l'univers de Star Wars.

 

Selon la MTC, lorsqu’une personne est en pleine santé, l’énergie circule librement dans son corps. En revanche, en cas de déséquilibre, elle stagne à certains endroits de l’organisme et finit par entraîner une maladie. L’objectif du shiatsu est donc de rééquilibrer sa circulation afin d’harmoniser les niveaux physiologiques et émotionnels du patient.

 

Les « canaux » par lesquels l’énergie s’écoule sont appelés méridiens. Ils forment un véritable réseau : chacun d’entre eux est associé à un organe et régule une fonction spécifique, liée elle-même à une émotion particulière. Par exemple, le méridien poumon dirige l’énergie de la respiration et est associé à la sérénité.

 

Le long de ces méridiens, on trouve des zones stratégiques appelées points d’acupuncture. C’est en stimulant ces points que le shiatsuki (le praticien en shiatsu) est en mesure d’agir sur la circulation de l’énergie : il peut la renforcer si elle fait défaut, ou au contraire la disperser si elle est en excès.

Les spécificités du shiatsu

Les spécificités du shiatsu

Comme l’ostéopathie ou les massages, le shiatsu est une thérapie manuelle. Il s’en distingue toutefois par plusieurs aspects.

 

En effet, l’ostéopathie s’appuie essentiellement sur l’anatomie, la biomécanique articulaire et musculaire ainsi que la neurophysiologie. Surtout connue pour prévenir et soigner les troubles physiques, elle agit également sur les plans nerveux, fonctionnels et psychologiques. Son objectif est de redonner de la mobilité dans toutes les structures du corps via des techniques de manipulations des muscles, articulations, enveloppes, fascias et viscères.

 

Les massages visent également à améliorer le bien-être physique et psychique, mais il est fondé essentiellement sur l’anatomie et se pratique uniquement sur les tissus mous : peau, muscles, tendons et ligaments.

 

Quant au shiatsu, il est lui aussi fondé sur l’anatomie et se rapproche donc plutôt du massage. Mais il s’en distingue parce qu’il se pratique habillé, et surtout parce qu’il associe aux techniques mécaniques du massage certaines techniques énergétiques issues de la MTC. Il fut reconnu comme un massage médical en 1955 au Japon, avant d’être différencié des massages 9 ans plus tard, en 1964.

 

Cette distinction officielle effectuée au pays du Soleil Levant n’a pas vraiment été reprise ailleurs, où il reste généralement considéré comme un type de massage. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre parler de « massage shiatsu » ou qu’il soit présenté comme un « massage japonais », au même titre par exemple qu’il existe des « massages thaï ». La Fédération Québécoise des Massothérapeutes agréés (FQM) le considère même comme une thérapie de massage.

Les bienfaits du shiatsu pour les chiens

Les bienfaits du shiatsu pour les chiens

À ce jour, peu d’études scientifiques sérieuses ont été menées concernant les bienfaits du shiatsu sur les humains, et encore moins sur les chiens.

 

Une revue systématique intitulée « The Evidence for Shiatsu : A Systematic Review of Shiatsu and Acupressure » a cependant été publiée en 2011 dans le journal BMC Complementary Medecine and Therapies, dans le but d’analyser les résultats de neuf études menées sur le shiatsu humain. Parmi celles-ci, trois n’étaient pas contrôlées (c’est-à-dire qu’il n’y avait aucun groupe témoin, de contrôle). Trois autres n’étaient pas randomisées en double aveugle (c’est-à-dire que la répartition entre les groupes n’a pas été faite aléatoirement). Une proposait un simple questionnaire aux participants, et une autre n’était qu’une simple observation. Au final, une seule étude avait une méthodologie scientifiquement valide : elle concluait que les premiers résultats obtenus étaient encourageants, sans être suffisants pour faire office de preuve formelle.

 

Il serait donc utile de mener davantage de recherches sérieuses pour établir les bénéfices réels du shiatsu. Néanmoins, de nombreuses études ont montré les bénéfices du massage ; étant donné qu’il en utilise certaines techniques, on peut imaginer qu’il a au moins les mêmes effets.

 

Comme les autres thérapies manuelles, le shiatsu permet en tout cas de stimuler le système nerveux parasympathique et de baisser son taux de cortisol, qui est l’hormone du stress. Que le patient soit un humain ou un animal, le corps retrouve alors son état de repos : la respiration ralentit, l’anxiété diminue, les fibres musculaires se relâchent.

 

Cela fait du shiatsu un anti-stress très utile pour les sujets soumis à un stress important, comme le sont par exemple les chiens de travail, ceux qui participent à des compétitions de sports canins ou encore ceux qui sont présentés en expositions canines. Il apporte également des améliorations sur les plans digestif (diminution des ballonnements, spasmes, diarrhées…), circulatoire (meilleure irrigation de tous les tissus), lymphatique, hormonal et immunitaire.

 

Le shiatsu aurait également des bienfaits spécifiques sur la santé dans d’autres domaines, et plus particulièrement en cas de désordres physiques et physiologiques :

  • problèmes d’yeux, de poils, de peau : démangeaison, eczéma, pellicules... ;
  • troubles digestifs : difficultés à s’alimenter, ulcères, diarrhée... ;
  • tensions musculaires, tendineuses, ligamentaires ;
  • défauts mineurs du squelette, arthrose ;
  • problèmes respiratoires ;
  • allergies ;
  • fatigue après une gestation, problèmes d’allaitement ;
  • convalescence à la suite d’une maladie ou une opération.

 

Il peut aussi avoir des effets face à des désordres émotionnels :

  • troubles du sommeil, stress, angoisse, anxiété ;
  • tristesse profonde ou déprime du chien (perte d’un compagnon ou du propriétaire, par exemple) ;
  • choc émotionnel : accident, déménagement, abandon, changement de propriétaire, etc. ;
  • troubles du comportement : agressivité ou soumission, malpropreté, boulimie…

 

Sa pratique peut donc être utile dans un grand nombre de situations.

 

Même si la liste de ces bienfaits est établie à partir d’études réalisées principalement sur des humains, les problèmes de nos compagnons à 4 pattes sont très similaires aux nôtres. Par conséquent, les bienfaits du shiatsu pour les humains sont selon toute vraisemblance valables aussi pour les toutous.

Les limites du shiatsu pour les chiens

Le shiatsu est à éviter dans certains cas

Le shiatsu est à éviter dans certains cas

Dans certains cas de figure, le shiatsu est contre-indiqué, car il implique pour l’animal des risques bien plus importants que les gains qu’il pourrait en tirer.

 

C’est le cas pour :

  • les chiens fiévreux, car le shiatsu pourrait provoquer une augmentation de la température de leur corps, alors que celle-ci est déjà trop élevée ;
  • ceux ayant une phlébite (c’est-à-dire un caillot sanguin qui bouche une veine dans un des membres), car le shiatsu risquerait de déplacer le caillot vers des zones bien plus problématiques, comme le cerveau ou les poumons du chien ;
  • ceux souffrant d’infection virale ou bactérienne, car la pratique du shiatsu pourrait entraîner le déplacement des agents pathogènes vers d’autres zones du corps ;
  • les chiennes gestantes, car il y a un risque de fausse couche.

 

Par ailleurs, si un individu souffre d’une simple inflammation ne résultant pas d’une phlébite, le shiatsu n’est pas contre-indiqué, mais il faut éviter de toucher la zone douloureuse.

Le shiatsu seul n’est généralement pas suffisant

Le shiatsu seul n’est généralement pas suffisant

Le shiatsu peut avoir des effets très positifs, mais il ne faut pas pour autant le considérer comme une méthode miracle, ou même un substitut aux autres moyens permettant de régler les problèmes de son chien.

 

En effet, il ne se suffit pas à lui-même et ne peut qu’être envisagé en complément d’autres pratiques thérapeutiques plus classiques. Ainsi, il demeure indispensable de solliciter un vétérinaire en cas de problème de santé, ou un comportementaliste canin s’il s’agit d’un trouble de comportement.

 

Ainsi, que ce soit en cas de stress, de mauvaise alimentation, de manque d’exercice ou autre, le shiatsu seul n’est qu’une solution à très court terme, puisqu’il ne traite que les symptômes, sans s’attaquer au problème de fond. Le maître doit donc avant tout s’attaquer aux racines du problème, afin de le solutionner durablement. Par exemple, si son animal souffre de diarrhées causées par des croquettes spécifiques, la seule pratique du shiatsu ne règle pas le problème : il faut bien évidemment changer aussi son alimentation.

 

De façon plus générale, comme les autres médecines orientales, le shiatsu s’inscrit dans une logique davantage préventive que curative. Il permet de faciliter le fonctionnement des organes vitaux et de dépister tôt d’éventuels déséquilibres internes, avant qu’ils ne causent tous types de symptômes.

Pratiquer soi-même le shiatsu sur son chien

Pratiquer soi-même le shiatsu sur son chien

Sans avoir besoin d’être un expert dans le domaine, tout maître est capable d’apporter du bien-être à son chien en lui massant certains points d’acupuncture. C’est d’ailleurs un excellent moyen de créer une relation privilégiée avec lui à travers le toucher.

 

Aucun équipement particulier n’est requis de manière indispensable, mais une table peut être utile pour un confort optimal des deux protagonistes. Les tables de massage pour chien sont idéales en la matière, mais présentent néanmoins l’inconvénient d’être très onéreuses (entre 300 et 1000 euros, selon qu’il s’agisse d’une table manuelle ou électrique), et il peut être difficile de s’en procurer en tant que particulier non professionnel. Les tables de massage pour humains ne sont malheureusement pas adaptées car elles sont matelassées, trop longues et pas assez larges. Une table de toilettage peut s’avérer suffisante, et on trouve de nombreux choix à moins de 100 euros.

 

A défaut de table, selon la taille du chien, le maître peut simplement s’asseoir à côté de lui ou le prendre sur ses genoux.

 

Le point d’acupuncture le plus simple pour commencer est sans doute le « 3ème œil », situé entre les yeux du chien. Masser ce point en effectuant des petites rotations avec un doigt lui apporte généralement de la détente. Si jamais l’animal manifeste des signes d’inconfort ou de douleur, il faut évidemment arrêter aussitôt la séance.

 

Contrairement à ce que beaucoup croient, les points d’acupuncture n'ont pas en eux de vertu thérapeutique spécifique. Autrement dit, il n'existe pas un point du stress, un point de la diarrhée, etc. Le massage des points permet simplement d'influer sur la circulation de l’énergie de manière générale, ce qui contribue à améliorer le bien-être physique et psychologique global du chien. Si l’on veut agir sur certains maux en particulier, il est nécessaire d’avoir une connaissance approfondie du shiatsu ou de faire appel à un professionnel de la question.

 

Pour apprendre les rudiments, il est possible de se procurer un livre, par exemple celui de Pamela Hannay, qui a été la première à adapter le shiatsu pour les chiens. Intitulé Shiatsu for dogs, il est illustré de plusieurs photos explicatives mais n’est malheureusement plus édité. On peut toutefois encore le trouver sur le marché de l’occasion. À défaut, d’autres livres sur le shiatsu canin ont été publiés depuis, dont certains en langue française. C’est le cas par exemple de Shiatsu et comportement canin (Dorothee Leble, 2015) ou de Shiatsu santé pour les chiens (Hervé Eugène, 2006).

 

Pour aller encore plus loin, il existe différentes formations d’initiation au shiatsu pour les chiens. S’étalant sur une ou deux journées, elles peuvent être effectuées en ligne ou en présentiel, et leur tarif se situe généralement entre 90 et 250 euros. Elles n’ont pas vocation à former une personne qui souhaiterait devenir praticien professionnel, mais permettent à tout maître d’apprendre à correctement utiliser le shiatsu sur son chien.

Faire appel à un shiatsuki pour chien

Pour que le shiatsu apporte de véritables bénéfices au chien, il est indispensable de se tourner vers un shiatsuki, c’est-à-dire un professionnel de cette pratique.

Le métier de shiatsuki canin

Le métier de shiatsuki canin

Contrairement à un maître qui pratique le shiatsu avec son chien, un shiatsuki canin ne se contente pas de masser certains points d’acupuncture, mais effectue un véritable bilan de l’énergie qui circule dans le corps du chien. En parcourant ce dernier avec ses mains, il sait identifier les déséquilibres et sentir la qualité de l’énergie circulant dans les méridiens. Cela lui permet de proposer des interventions adaptées en fonction de ce qu’il perçoit alors. Il est capable notamment d’appuyer avec la bonne pression, de changer de point lorsque c’est nécessaire ainsi que d’utiliser la technique adéquate au bon moment (étirement, pression, mobilisation, etc.).

 

Toutefois, le shiatsu pour chien n’étant pas encore très répandu (il en va d’ailleurs de même pour les autres animaux de compagnie), il peut être difficile de trouver un professionnel à proximité de son domicile. Les habitants des grandes villes sont toutefois généralement logés à meilleure enseigne que les autres.

 

© Bray Shiatsu
© Bray Shiatsu

Avant de sélectionner un praticien et prendre rendez-vous, il est important de se renseigner sur la formation qu’il a suivie. En effet, ce métier n’étant pas aussi structuré que d’autres professions de santé plus établies, n’importe qui peut s’auto-déclarer praticien en shiatsu canin, par exemple après avoir simplement lu un livre sur le sujet…

 

En France, la formation Bray Shiatsu se distingue par son sérieux, et est d’ailleurs reconnue par la Fédération Française de Shiatsu Traditionnelle (FFST). Elle propose un cursus de plus de 2 ans, avec examens annuels et mémoire, permettant l’obtention d’un certificat fédéral de praticien shiatsu canin délivré par la FFST.

 

En Belgique, la formation proposée par l’Ecole Belge de Shiatsu Canin est également digne de confiance, puisqu’elle est reconnue par la Fédération Belge de Shiatsu. Elle comporte elle aussi de nombreuses heures d’enseignement, alliant à la fois théorie, pratique et études de cas. Le cursus de 3 ans est validé par un examen écrit et pratique.

 

Il ne semble en revanche pas y avoir d’équivalent en Suisse et au Québec.

Le déroulement d’une séance avec un shiatsuki canin

Le déroulement d’une séance avec un shiatsuki canin

En général, trois séances espacées de deux à trois semaines sont nécessaires pour constater une amélioration. Chacune d’entre elles dure entre 20 et 45 minutes, selon les habitudes du praticien ainsi que la taille et la disponibilité du chien. Il faut compter généralement entre 35 et 70 euros par séance, auxquelles viennent généralement s’ajouter des frais de déplacement si le thérapeute intervient à domicile.

 

En effet, il est préférable de privilégier les séances à la maison : étant dans son milieu, le chien est rassuré, alors qu’il pourrait être stressé dans un environnement inconnu et rempli d’odeurs de congénères pas forcément plus rassurés que lui.

 

Durant la séance, le maître reste aux côtés de son animal afin de le mettre en confiance.

 

La première fois, certains chiens ont envie de jouer, d’autres sont agités et changent sans cesse de position, d’autres encore se montrent craintifs parce qu’ils n’ont pas l’habitude du toucher – détente. le praticien doit s’adapter à ces réactions, et s’accommoder de la posture de son petit patient, quelle qu’elle soit (debout, assis, couché, sur le dos…). Autrement dit, il doit être capable de continuer à pratiquer son art dans toutes les configurations.

 

Au début de la séance, il commence par étudier le comportement de l’animal et l’observer. La première fois, il pose également des questions au maître pour connaître l’historique personnel et médical de son petit patient. Dans un deuxième temps, il parcourt le corps de ce dernier avec ses mains, pour déterminer la qualité de l’énergie dans ses méridiens ainsi que les zones de tension.

 

Une fois ce bilan effectué, le thérapeute pratique son art : mobilisations, pressions et étirements sur les méridiens, dans le but de faciliter la circulation de l’énergie dans le corps. En fin de séance, il fait part de ses conclusions au maître, et peut également formuler des conseils spécifiques. Le plus souvent, il recommande simplement d’éviter que le chien effectue une activité physique intense durant les 24 à 48 heures qui suivent la séance, et de l’encourager à boire beaucoup d’eau. Cela permet de favoriser l’élimination des toxines, d’accélérer le drainage lymphatique et d’assurer le repos du corps.

Savoir si le shiatsu est efficace

Savoir si le shiatsu est efficace

Dans la plupart des cas, qu’il se fasse manipuler par un shiatsuki professionnel ou par son maître (sous réserve que ce dernier ait acquis un certain savoir-faire), le chien se détend rapidement après le début de la séance. Il se laisse faire, ferme les yeux et ne bouge plus, voire s’endort. Ce sont les premiers signes qui montrent que le shiatsu n’est pas sans effets sur lui.

 

Après un rendez-vous avec un shiatsuki professionnel, il est souvent très fatigué et dort beaucoup. Il peut aussi souffrir de différents problèmes, comme un écoulement nasal ou oculaire, ou bien une diarrhée : ces symptômes disparaissent normalement d’eux-mêmes au bout de quelques jours.

 

Si des désordres physiques, physiologiques ou émotionnels avaient motivé le recours à cette thérapie, il arrive parfois qu’ils disparaissent de manière spectaculaire dès l’issue de la première séance. Néanmoins, l’évolution est le plus souvent progressive : il faut compter plusieurs rendez-vous avant que le maître puisse observer les effets du shiatsu sur le chien et les bénéfices qu’il lui procure sur la durée (c’est-à-dire la disparition des symptômes à l’origine de la consultation et/ou le fait qu’il est plus détendu et apaisé qu’auparavant).

Le mot de la fin

La pratique du shiatsu canin peut améliorer le bien-être physique, psychique et émotionnel d’un chien, en rétablissant l’équilibre général de son corps pour en faciliter le fonctionnement harmonieux. Courante dans son pays d’origine, le Japon, cette pratique reste peu répandue ailleurs – que ce soit d’ailleurs pour les humains ou pour les animaux. Elle commence néanmoins à se développer progressivement, et même à attirer l’attention du législateur dans certains pays.

 

Certains vétérinaires approuvent également les bénéfices de cette technique et peuvent même la conseiller, sous réserve qu’elle soit pratiquée par un professionnel ayant reçu une formation sérieuse et, bien sûr, qu’elle soit effectuée en complément des traitements prodigués par leurs soins (ou de l’éventuelle intervention d’un comportementaliste canin, si la cause est d’origine psychologique).

Dernière modification : 07/09/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Commentaires sur cet article

mon Jack russel âgé de 11 ans est ultra calme - très peureux (à la maison, franchit les portes à reculons, sur le matin, il pleure parce qu'il a soif et n'ose pas aller boire : je me lève et l'accompagne etc...) pas très à l'aise dans la rue, marche comme un vieux chien- ça fait rire les vétos et comportementalistes.

   
Par Herbert

Depuis qu'il est tout jeune, je "masse" mon Jack Russel en partant du cou, les épaules et je le masse jusqu'à la queue.
Je ne sais pas si je fais du Shiatsu mais il adore ça et en réclame.

0    0
Par zeus01400

Je cherche désespérément un patricien en shiatsu pour mon cheval qui fait des crises d'emphysème pulmonaire, de plus en plus raprochées...
J'habite vers Agen, dans le lot et garonne (47).
Merci de me venir en aide svp.

0    0
Par veronique.ponchet