Mon chien tousse : pourquoi, et que faire ?

Un chien Berger Allemand assis sur le sol en train de tousser

Comme un humain, un chien peut parfois bâiller, ronfler, haleter, éternuer... et aussi tousser. C'est même d'ailleurs courant et le plus souvent bénin, en tout cas tant que cela reste anecdotique.


La toux peut toutefois être aussi le signe d'un problème sous-jacent plus grave - notamment sur le plan respiratoire. Il ne faut donc pas l'ignorer, en particulier si elle revient régulièrement sans vraiment de raison connue.


Pourquoi un chien tousse-t-il ? Qu'est-ce que cela signifie s'il crache, siffle et/ou vomit en même temps ? Quand doit-on s'inquiéter, et comment réagir ?

Qu'est-ce que la toux ?

Un petit chien sur la plage tousse à cause du sable

La toux désigne une expiration brutale, bruyante et violente par la bouche d'air contenu dans les voies respiratoires, à la suite d'une irritation. Il s'agit d'un réflexe de l'organisme qui permet d'épurer les voies respiratoires, et qu'il est difficile de contenir (un peu comme l'éternuement). Elle concerne les humains, mais aussi les chiens, les chats et beaucoup d'autres animaux.

 

La toux n'est pas une maladie, mais un symptôme causé le plus souvent par la présence d'un élément qui gêne les voies aériennes et/ou par une irritation des muqueuses. Elle peut être passagère ou au contraire persistante (c'est-à-dire durer plus longtemps que quelques jours seulement), et alors généralement bien plus problématique.

 

Par ailleurs, elle peut prendre différentes formes, en fonction de la façon dont elle se manifeste.

Les différentes formes de toux chez le chien

Un chien marron en train de tousser au milieu des feuilles qui tombent

Comme chez l'humain, il existe deux formes de toux chez le chien :

  • la toux grasse, définie par la présence de glaires (un liquide épais et visqueux sécrété par le nez) et autres sécrétions qui encombrent les voies respiratoires ;
  • la toux sèche, en l'absence de la production de telles mucosités.

 

Le type de toux dépend de la cause sous-jacente : la toux sèche est le plus souvent la conséquence d'une irritation au niveau de la gorge, tandis que la grasse découle généralement d'une infection ou de la présence de particules indésirables dans les voies respiratoires.

 

Les sécrétions produites ont en effet pour rôle de faciliter le nettoyage de l'appareil respiratoire en évacuant les poussières, microbes, acariens... qui sinon pourraient le gêner. Elles sont donc utiles au bon fonctionnement de l'ensemble, même si elles ne sont pas très agréables.

Les causes de la toux chez le chien

Un grand nombre de raisons différentes peuvent expliquer qu'un chien tousse : une maladie, un objet coincé dans sa gorge et qui gêne sa respiration, une allergie...

Une maladie respiratoire

Un Caniche avec un masque respirateur est allongé sur une table

La toux est l'un des principaux symptômes d'un grand nombre de maladies respiratoires.

 

C'est le cas notamment de :

 

  • la toux du chenil, sans grande gravité mais très contagieuse ;

  • le rhume du chien, une infection virale semblable au rhume de l'humain ;

  • la bronchite, une inflammation passagère des bronches ;

  • la pneumonie, une infection bactérienne aigüe qui touche les poumons ;

  • l'asthme, qui se manifeste par crises au cours desquelles l'animal éprouve des difficultés à respirer ;

  • l'oedème pulmonaire, qui correspond à la présence de liquide dans les poumons ;

  • la maladie de Carré, une infection virale susceptible d'attaquer différents organes - dont les poumons ;

  • le collapsus trachéal, qui correspond à un affaissement de la trachée sur elle-même ;

  • le cancer du poumon, d'autant plus dangereux qu'il se métastase rapidement.

 

Selon les cas, la toux engendrée par ces maladies peut être grasse ou sèche, et durer plus ou moins longtemps. Il n'y a pas forcément beaucoup d'autres symptômes présents, mais la fièvre et les glaires sont assez courantes - a fortiori en cas d'infection par des virus ou des bactéries.

Une maladie cardiaque

Un vétérinaire écoute le coeur d'un chien avec un stéthoscope

Même si cela peut surprendre, beaucoup de maladies cardiaques sont susceptibles d'entraîner à terme des difficultés respiratoires, et en particulier de la toux. C'est ce que l'on appelle la toux cardiaque.

 

En effet, lorsque le coeur est très affaibli et que le chien souffre d'insuffisance cardiaque causée par une de ces maladies, un oedème pulmonaire (c'est-à-dire une présence anormale de liquide dans les poumons) est susceptible d'apparaître. La respiration est alors entravée, et une toux généralement sèche, persistante et se produisant par quintes apparaît. En général, d'autres symptômes sont également présents : le chien est facilement essoufflé, a une respiration sifflante...

 

Parmi les maladies susceptibles d'entraîner une insuffisance cardiaque et donc de la toux cardiaque, on peut citer notamment la cardiomyopathie dilatée, l'endocardiose, la sténose aortique et la dirofilariose (maladie des vers du coeur). Néanmoins, il en existe d'autres.

La présence d'un corps étranger

Un chien ferme les yeux en tousssant

Lorsqu'un corps étranger vient se loger dans les voies respiratoires, le chien est susceptible de se mettre à tousser pour tenter de l'en expulser. Il peut s'agir d'un épillet, d'un morceau de nourriture ou d'un petit objet ayant fait une « fausse route » lors de la déglutition, d'eau s'il boit la tasse voire manque de se noyer, etc.

 

En fonction de la taille du corps étranger, de la façon dont il est positionné dans les voies aériennes et de l'ampleur de la gêne respiratoire, le chien peut également avoir une respiration sifflante, donner l'impression de suffoquer et/ou émettre des sortes de râles, comme s'il étouffait. Dans le cas où sa respiration est complètement bloquée, il ne peut d'ailleurs même pas réellement tousser ni émettre de son. Il s'agit alors évidemment d'une urgence vitale, qui nécessite une prise en charge absolument immédiate.

Une allergie

Un beau chien noir et brun debout dans un champ de pissenlits

Une allergie est susceptible d'entraîner toutes sortes de symptômes, et notamment de la toux.

 

Elle peut être causée par de la poussière, des acariens, de la fumée... La toux est généralement persistante et sèche, mais peut devenir grasse si des microbes en profitent pour proliférer et causer une surinfection. Lorsqu'elle a pour origine une exposition au pollen (ce que l'on appelle couramment le rhume des foins), elle est alors plutôt cyclique et saisonnière, ce qui permet d'en identifier la cause assez facilement.

 

Dans tous les cas, la toux causée par une allergie s'accompagne souvent d'autres signes comme le nez qui coule, ou bien des yeux rouges et/ou qui pleurent. Tout dépend toutefois de l'allergène en question, et de la façon dont l'organisme de l'animal y réagit.

La vieillesse

Un vieux Jack Russel âgé de 10 ans avec un air heureux
Les vieux chiens sont souvent sujets à des toux cardiaques

Il est assez courant de voir un vieux chien tousser plus ou moins régulièrement, à cause de l'affaiblissement progressif de son système cardiaque et/ou respiratoire.

 

En effet, le système cardiovasculaire du meilleur ami de l'Homme se fatigue peu à peu avec le temps, comme d'ailleurs celui de l'humain ou de n'importe quelle autre espèce. Le phénomène est particulièrement marqué chez les races de grande taille, qui sont prédisposées à développer une toux cardiaque en raison d'un coeur globalement plus fragile et qui fatigue plus vite que celui de leurs congénères plus petits.

 

L'appareil respiratoire du chien tend lui aussi à fatiguer avec les années. En effet, les anneaux qui composent la trachée tendent à devenir plus mous ; cette perte de rigidité favorise les problèmes respiratoires, donc potentiellement l'apparition de toux.

L'obésité

Trois Golden Retrievers en fort surpoids assis dans le vent

On n'y pense pas forcément spontanément, mais l'obésité est un important facteur de risque de la toux, et plus précisément de la toux chronique.

 

Il y a plusieurs raisons à cela :

 

  • un surpoids important fatigue le coeur et augmente donc à long terme le risque d'insuffisance cardiaque et de toux cardiaque ;

  • dans le cas d'un chien asthmatique, il accentue également l'asthme ;

  • il entraîne une baisse des défenses immunitaires, et cause donc un risque accru d'infections respiratoires : bronchites, pneumonies... ;

  • il accentue les reflux gastriques, or ceux-ci irritent les muqueuses de la gorge ;

  • l'excès de graisse au niveau du cou et de la cage thoracique gêne la respiration en exerçant une pression sur les voies respiratoires.

 

Il n'existe pas (encore ?) d'étude permettant de connaître la prévalence de la toux chez les chiens obèses. En revanche, plusieurs ont mis en avant une forte corrélation chez les humains. C'est le cas notamment de celle intitulée « Risk Factors for Chronic Cough Among 14,669 Individuals From the General Population » et publiée en 2017 dans la revue scientifique Chest : elle conclut que les personnes obèses ont en moyenne presque 50% de chances de plus de souffrir de toux chronique que le reste de la population, toutes choses égales par ailleurs.

Le tabagisme passif

Un homme fume une cigarette à côté de son Chihuahua

Il n'y a pas que les humains qui sont sensibles au tabagisme passif : les animaux aussi. C'est peut-être même encore plus dangereux pour les chiens que pour nous, dans la mesure où leur appareil respiratoire est plus fragile que le nôtre.

 

Lorsqu'elle pénètre dans les voies aériennes par le biais de l'inspiration, la fumée de cigarette agresse les muqueuses et peut donc occasionner de la toux. C'est d'ailleurs vrai pour toutes les fumées en général, et pas seulement celle issue du tabac.

Un air ambiant trop sec

Un chien blanc dort sur le lit à côté d'un ventilateur

Il peut arriver à certains moments que l'air ambiant soit trop sec, c'est-à-dire que son taux d'humidité soit inférieur à 40 ou 50%. Cela se produit souvent en hiver à cause du chauffage, et en été du fait de la climatisation et/ou du ventilateur. Néanmoins, il y a de grandes différences d'un territoire à l'autre, en fonction du climat local.

 

Quoi qu'il en soit, un air ambiant trop sec est susceptible d'irriter les muqueuses des voies respiratoires, et donc de déclencher des quintes de toux. Il favorise également la suspension de particules (poussières, pollen...) ainsi que le développement de certains microbes, qui sont tous deux des causes potentielles de toux.

Certains chiens toussent-ils plus que d'autres ?

Un vieux chien Boxer assis devant une balle de tennis

Même si absolument tous les chiens peuvent tousser, certains sont davantage concernés que d'autres.

 

Ce peut être du fait de leur race, dès lors que celle-ci est soit : 

  • prédisposée aux maladies respiratoires, comme le Husky ;
  • dotée d'un nez écrasé au point que cela empêche de bien respirer, comme le Boxer ;
  • sujette aux problèmes cardiaques, comme le Dobermann ou le Cocker ;
  • de grande taille, car leur système cardiovasculaire est souvent fragile et vieillit mal.

 

Toutefois, des caractéristiques propres à chaque individu sont également susceptibles d'entrer en ligne de compte. Le problème concerne donc aussi davantage : 

  • les sujets en fort surpoids, car celui-ci impacte négativement le coeur et les capacités respiratoires ;
  • les sujets âgés, car le coeur et l'appareil respiratoire se détériorent avec l'âge.

 

Cela ne signifie pas par exemple que tout chien de grande taille, possédant un museau écrasé et/ou en surpoids tousse forcément : simplement, le risque est plus élevé que chez un individu ne présentant aucune de ces particularités. En effet, il demeure une grande part d'aléatoire : certains individus prédisposés aux troubles respiratoires ne développent finalement jamais de problème à ce niveau, tandis que d'autres a priori sans facteur de risque toussent régulièrement.

Les symptômes présents en même temps que la toux

Un chien Beagle qui tousse sous sa couverture

Lorsqu'un chien tousse, d'autres symptômes sont souvent présents.

 

Les cas de figure les plus fréquents sont :

  • des difficultés à respirer et/ou des sifflements ;
  • des crachats de glaire et/ou de mousse ;
  • des vomissements ou des tentatives de vomissements ;
  • des éternuements, et éventuellement le nez qui coule ;
  • des yeux rouges et/ou qui pleurent ;
  • une fièvre plus ou moins prononcée ;
  • une tendance à baver davantage qu'à l'accoutumée.

 

La présence ou non de chacun de ces symptômes dépend de la cause sous-jacente de la toux : par exemple, une infection se traduit bien souvent par de la fièvre, tandis qu'une allergie entraîne souvent des yeux rouges et gonflés. Quoi qu'il en soit, le fait de les noter aide le vétérinaire à établir un diagnostic et à identifier avec précision l'origine de la toux, étant donné qu'elle a de nombreuses causes possibles.

Chien qui tousse : quand faut-il s'inquiéter ?

Un petit chien de type Spitz avec la gueule ouverte

Le fait qu'un chien tousse de temps en temps ne nécessite pas forcément de s'inquiéter. En effet, c'est alors souvent le fait d'une irritation passagère, causée par exemple par du pollen ou de la poussière. En revanche, si cela se produit régulièrement et sans raison, cela mérite qu'on s'y arrête, car c'est peut-être le signe d'un problème plus grave : infection, cancer...

 

Dans l'ensemble, mieux vaut s'inquiéter si :

  • le chien tousse beaucoup et/ou régulièrement sans raison apparente ;
  • la toux semble douloureuse pour lui ;
  • elle survient lorsqu'il est excité et/ou effectue un effort ;
  • elle s'accompagne de difficultés à respirer ;
  • d'autres symptômes sont présents : fièvre, apathie, vomissements...

 

Si l'on est dans l'un des cas précédents, il est probable que la toux ne soit pas liée à une simple irritation. Mieux vaut alors contacter un vétérinaire pour tirer les choses au clair.

Que faire si mon chien tousse ?

Une femme emmène son chien Beagle chez une vétérinaire pour un examen

Si l'on se situe dans un cas qui nécessite que l'on s'inquiète (toux importante, présence d'autres symptômes, etc.), il ne faut surtout donner à son chien un médicament contre la toux sans l'avis d'un professionnel de santé. En effet, la toux est un mécanisme de défense de l'organisme qu'il n'est pas toujours pertinent d'empêcher, même si elle n'est pas agréable.

 

Sachant que la cause sous-jacente peut être sérieuse, la bonne conduite à avoir est de se rendre chez un vétérinaire. Si des signes de difficultés respiratoires, d'étouffement et/ou de suffocation sont présents, c'est même une urgence vitale : il n'y a pas une seconde à perdre. Dans les autres cas, il faut tout de même ne pas laisser traîner si le problème ne s'arrête pas de lui-même au bout de quelques jours, même s'il ne s'agit pas d'une urgence.

 

Pour tenter d'identifier ce qui provoque la toux, le vétérinaire réalise généralement un ou plusieurs examens : une écoute du coeur et de la respiration avec un stéthoscope, une radiographie du thorax, des prélèvements au niveau du nez et/ou des yeux s'il soupçonne une infection, etc.

 

Afin de faciliter le diagnostic, il est utile de noter si possible pendant quelques jours les moments où la toux se produit, l'intensité des crises et l'ensemble des autres symptômes présents : cela peut aider grandement le professionnel à écarter certaines pistes ou au contraire à en privilégier certaines. L'idéal est même carrément de filmer le chien pendant une quinte de toux et de lui montrer l'enregistrement : cela l'aide à juger de l'ampleur des crises et des éventuels autres symptômes présents, surtout si la toux est peu fréquente car il est alors peu probable qu'il puisse l'observer par lui-même au cours de la consultation.

Quel traitement donner à un chien qui tousse ?

Un chien qui tousse peut être soigné de deux façons complémentaires :

  • en guérissant la cause sous-jacente ;
  • en soulageant sa toux, pour éviter qu'elle ne le fasse souffrir.

Le traitement de la cause sous-jacente

Un homme donne un médicament en gélule à son chien malade

Le traitement d'un chien qui a de la toux dépend évidemment de la cause sous-jacente : on ne soigne pas de la même façon une irritation causée par une allergie, une infection bactérienne ou un épillet coincé dans la gorge - d'où d'ailleurs l'importance d'un diagnostic précis.

 

Ainsi, différentes options sont possibles :

  • une infection bactérienne se soigne avec des antibiotiques ;
  • un cancer des poumons se traite via une opération et/ou une radiothérapie ;
  • un corps étranger se retire par endoscopie ou opération ;
  • une allergie se gère en évitant le contact avec l'allergène en question ou, si ce n'est pas possible, avec des anti-histaminiques (c'est-à-dire des médicaments qui réduisent les crises) ;
  • un fort surpoids nécessite de faire maigrir son chien avec une alimentation spéciale et des exercices adaptés.

 

En revanche, une infection virale ou une maladie cardiaque est rarement soignable. Néanmoins, il est parfois possible d'en atténuer les symptômes à l'aide de divers traitements : des antivomitifs en cas de vomissements, des boosters d'appétit en cas d'anorexie, etc.

Le traitement contre la toux

Différents médicaments permettent d'atténuer la toux ainsi que les douleurs qu'elle occasionne : ce sont ce que l'on appelle des « antitussifs ». Ils peuvent être utiles en attendant la guérison, ou pour soulager l'animal si cette dernière n'est pas possible - notamment dans le cas d'une maladie incurable comme l'insuffisance cardiaque.

 

Ils ne doivent toutefois pas être utilisés n'importe comment ni dans n'importe quelle situation, au risque d'être inefficaces voire contreproductifs.

Dans quels cas utiliser un traitement contre la toux ?

Des médicaments et un sirop contre la toux

Stopper la toux d'un chien grâce à un médicament ou un sirop n'est pas toujours une bonne idée.

 

En effet, ce mécanisme certes désagréable est en réalité un moyen de défense de l'organisme, qui expulse ainsi les intrus gênant l'appareil respiratoire : poussières, microbes, acariens... Tenter de stopper la toux serait alors contreproductif, puisque cela reviendrait à freiner l'expulsion naturelle de ces particules et donc à ralentir le processus de guérison.

 

De fait, les médicaments contre la toux sont surtout utiles dans le cas où la cause sous-jacente met un certain temps avant d'être soignée - voire n'est pas soignable du tout. En effet, ils évitent alors au pauvre animal de souffrir inutilement pendant tout ce temps. La toux sèche étant la plus douloureuse et irritante, c'est généralement celle qui nécessite un traitement. La toux grasse quant à elle participe à l'élimination des microbes et autres éléments indésirables : elle présente bien souvent une utilité pour la guérison, si bien qu'il n'est forcément pertinent de chercher à la stopper par un médicament.

 

Cela dit, chaque cas est unique : le mieux à faire est donc d'écouter les conseils de son vétérinaire et de suivre ses instructions, car lui seul est pleinement en mesure de juger si un antitussif est utile ou dispensable.

Les traitements classiques contre la toux

Une femme vétérinaire donne un sirop à boire à un Jack Russel

Lorsque cela s'avère pertinent, le vétérinaire prescrit des antitussifs destinés à la gent canine, qui permettent de soulager les irritations, d'adoucir la gorge et d'apaiser la toux.

 

Comme ceux conçus pour les humains, ces médicaments prennent souvent la forme de sirops un peu visqueux. La quantité à donner dépend du gabarit de l'animal et de l'intensité de la toux, mais est généralement de l'ordre de 2 ou 3 cuillères à café par jour. Normalement, le traitement doit être suivi jusqu'à la guérison.

 

Le prix d'un sirop contre la toux pour chien est variable d'un produit à l'autre, mais il faut compter généralement entre 10 et 20 euros pour un flacon de 150 mL (soit environ 30 cuillères à café). Ces dépenses sont généralement couvertes par les assurances santé pour chien.

 

Quoi qu'il en soit, les sirops contre la toux pour humain ou pour chat sont à bannir absolument : ils ne sont pas du tout adaptés pour un chien, et peuvent le rendre très malade.

Les traitements naturels contre la toux

Un petit chien blanc à côté d'une tasse de thé et d'un pot de miel

Si l'on souhaite éviter les antitussifs classiques, il existe des traitements naturels contre la toux destinés aux chiens, à base notamment d'extraits de plantes, d'huiles essentielles et/ou de produits homéopathiques.

 

Eux aussi se présentent généralement sous forme de sirops, et ils ont l'avantage d'être disponibles dans le commerce sans ordonnance. En revanche, contrairement à l'image que l'on s'en fait souvent, ils ne sont pas forcément moins forts que les produits classiques : en particulier, ceux à base d'huiles essentielles sont assez concentrés et doivent donc être donnés dans des quantités bien précises. Le prix de ces produits se situe à peu près au même niveau que celui des sirops classiques : il faut compter là aussi autour de 15 euros pour 150 mL.

 

Une autre solution est de donner du miel à son chien. En effet, le miel est réputé pour ses vertus antiseptiques, anti-inflammatoires et adoucissantes, ce qui est parfait contre la toux. Cela étant, dans la mesure où il contient une très grande quantité de sucre, il ne doit être donné qu'en petites quantités : pas plus de quelques millilitres par jour, sauf exception.

 

Dans tous les cas, les traitements naturels contre la toux ne doivent pas remplacer les médicaments classiques sans l'accord préalable d'un vétérinaire. L'automédication est en effet à proscrire, y compris dans des cas apparemment sans gravité comme une simple toux, car elle a de fortes chances d'aggraver le problème au lieu de le résoudre.

Conclusion

À l'instar d'un être humain, tout chien tousse de temps à autres, sans que cela soit forcément problématique. Petit rhume, air un peu trop sec, irritation passagère... : les causes potentielles ne manquent pas, et la plupart sont sans gravité aucune.

 

Toutefois, la toux peut aussi être un symptôme d'un problème de santé plus grave, notamment sur le plan respiratoire et/ou cardiaque. Si elle ne semble pas vouloir s'arrêter ou revient régulièrement sans raison apparente, une visite chez le vétérinaire s'impose, pour tirer la situation au clair et mettre en place un traitement adapté. Dans certains cas, un sirop contre la toux peut s'avérer utile : ce n'est toutefois pas systématique, car celle-ci peut avoir une utilité pour l'organisme et n'est pas forcément mauvaise en soi.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 11/03/2022.