Les maladies du système nerveux du chien

Les maladies du système nerveux du chien

Le système nerveux, centre de coordination et de contrôle des différents appareils de l'organisme du chien, peut-être le siège de lésions de toutes sortes. Leur gravité est variable et dépend souvent de l’âge de l’animal.

Page 1 :
Les origines des maladies du système nerveux chez le chien

Le système nerveux du chien

Tout comme chez l'être humain, le système nerveux du chien est le centre de contrôle du fonctionnement du corps. Il réceptionne les informations originaires des différentes parties du corps du chien, les analyse et envoie des commandes sous forme d'impulsions pour contracter les muscles.

 

Le système nerveux est divisé en deux parties : le système nerveux central et le système nerveux autonome, aussi appelé végétatif. Le cerveau, la moelle épinière et les nerfs forment le système nerveux central, alors que le système nerveux autonome gère la vie végétative indépendante de la conscience, comme la respiration, les battements cardiaques, la thermorégulation ou encore la digestion. 

 

Les nerfs périphériques, aussi appelés nerfs sensitifs, transmettent au cerveau les informations concernant les sensations, comme le froid ou le chaud, les odeurs ou encore la douleur. Une fois ces données analysées par le cerveau, celui-ci donne l'ordre d'agir. Les ordres venant du cerveau circulent alors grâce aux nerfs moteurs. 

Si vous aimez votre chat, vous devez l'assurer !
Si vous aimez votre chien, vous devez l'assurer !

Pourrez-vous faire face si votre chien tombe gravement malade ?

Comparateur des offres d'assurances et mutuelles : gratuit & sans engagement.

Les maladies du système nerveux chez le chien

Le système nerveux du chien peut souffrir de diverses affections. En général, les troubles nerveux chez le jeune chien évoquent en premier lieu une origine congénitale, infectieuse ou traumatique, alors que chez le chien âgé, ils sont souvent liés à une maladie dégénérative, vasculaire ou à une tumeur

 

Les maladies d'origines vasculaires sont l'hémorragie et l'occlusion vasculaire, aussi appelée thrombose. Par contre, les accidents vasculaires cérébraux, ou AVC, sont rares chez le chien quand il n'y a pas de cause traumatique. 

 

Les maladies d'origine tumorale, malignes ou bénignes, auront toujours des conséquences graves par l'effet de masse qu'elles entraînent. Les tumeurs cérébrales sont le plus souvent observées chez le chien âgé, et certaines races de chien, comme le Boxer, le Colley ou le Berger Allemand, sont dites à risque. 

 

Les maladies d'origine virale, comme la maladie de Carré ou la rage, ainsi que les maladies d'origine parasitaire, comme la néosporose, la toxoplasmose ou bien encore les méningites, affectent également le système nerveux du chien. 

 

Par ailleurs, le vieillissement cérébral s'accompagne d'une dégénérescence des cellules nerveuses plus ou moins prononcée. Chez le jeune chien, on parle d'une maladie de surcharge, ou maladie lysosomale, qui, comme son nom l'indique, résulte d'une accumulation d'une substance dans la cellule en raison d'un défaut d'origine héréditaire du métabolisme cellulaire. 

 

Quant aux diverses malformations, telles l'épilepsie ou l'hydrocéphalie, elles sont d'origine héréditaire. 

Les examens vétérinaires des affections nerveuses du chien

Dès l'apparition de symptômes liés à une affection nerveuse, le vétérinaire s'attèle à rechercher l'origine des symptômes et à localiser la lésion dans un territoire précis du système nerveux, sachant que certaines données comme l'âge, la race du chien ou son mode de vie lui font d'emblée privilégier certaines hypothèses. Par exemple, des convulsions répétées chez un jeune chien évoquent en premier lieu une malformation congénitale ou une épilepsie, alors que des symptômes identiques chez un chien âgé de race Boxer peuvent indiquer une tumeur cérébrale. 

 

L'examen neurologique permet au vétérinaire de repérer une atteinte nerveuse. Il observe la posture du chien, puis examine attentivement ses déplacements. Il teste ensuite le fonctionnement des nerfs et des structures nerveuses. 

 

Les examens sanguins peuvent apporter de nouveaux éléments ou confirmer un diagnostic. 

 

Les examens sérologiques sont indispensables si le vétérinaire suspecte une encéphalite infectieuse, comme lors de la maladie de Carré, d'un herpèsvirose ou d'une néosporose

 

La ponction intrarachidienne, pratiquée sous anesthésie générale, sert à prélever le liquide céphalo-rachidien afin de mettre en évidence une pathologie d'origine infectieuse, inflammatoire ou tumorale

 

L'électrodiagnostic enregistre l'activité électrique au niveau des muscles et des nerfs, permettant ainsi d'évaluer l'origine nerveuse ou musculaire d'une faiblesse motrice. 

 

Le scanner permet l'examen des structures intracrâniennes. 

 

Enfin, l'IRM, ou imagerie par résonance magnétique, permet d'obtenir des vues en deux ou trois dimensions de l'intérieur du corps du chien. 

Le traitement des maladies du système nerveux chez le chien

Dans de nombreux cas, les chances de récupération après une maladie du système nerveux sont modestes, et l'effet des traitements est limité. 

 

De fait, l'objectif premier du vétérinaire est d'éviter l'apparition de lésions secondaires pouvant être responsables d'une aggravation. Par ailleurs, les maladies chroniques comme l'épilepsie relèvent d'un traitement à vie pour le chien. 

 

La neurochirurgie est techniquement délicate. Pour autant, elle est souveraine dans de nombreuses affections médullaires, en particulier la hernie discale. 

 

De son côté, la chirurgie de l'encéphale est beaucoup moins courante. 

 

Enfin, dans la plupart des cas, les mesures de rééducation de l'animal paralysé sont importantes pour éviter la fonte musculaire et favoriser le retour à la normale. 

 

Malheureusement, les pertes lésionnelles sont presque toujours irréversibles. En cas de lésion du nerf périphérique, la régénération des protéines neuronales ne gagne que quelques centimètres par jour, et peut donc prendre plusieurs semaines. Autrement dit, quand bien même des progrès et une récupération au moins partielle sont possibles après une affection du système nerveux du chien, cela est souvent très long.

Page 1 :
Les origines des maladies du système nerveux chez le chien
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager :  

Besoin d'aide ?

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Discussions sur ce sujet