Les maladies de la peau chez le chien

Les maladies de la peau chez le chien

La peau représente environ 12% du poids corporel d'un chien adulte. C'est un organe très exposé aux agressions extérieures, et tout changement de son état peut refléter un dysfonctionnement interne. Ainsi, une lésion de la peau pourra soit être le signe d'une maladie purement cutanée, soit celui d'une maladie du chien plus générale. 


Eczémas, prurits cutanés, démangeaisons... sont autant de troubles qui perturbent le chien et affectent son pelage.

Page 1 :
Les origines des maladies de peau du chien
Page suivante :
L'adénite sébacée

Les maladies cutanées et les problèmes de la peau du chien sont assez répandues puisqu'ils concernent 3 consultations vétérinaires sur 10. Les symptômes toujours très visibles qui altèrent l'aspect du chien ou les démangeaisons obstinées dont il souffre sont bien sûr les premiers signes évocateurs d'une maladie de peau.

 

Les maladies de la peau chez le chien peuvent avoir plusieurs origines : 

 

 

  • Dans les dermatoses bactériennes, comme par exemple les pyodermites, les agents microbiens vivant normalement à la surface de la peau y prolifèrent jusqu'à réussir à y pénétrer à la faveur d’un déséquilibre de l’écosystème cutané.

 

  • Les maladies endocriniennes (liées aux glandes endocrines) ont fréquemment des répercussions cutanées en raison de l’influence des hormones sur l’état de la peau et du pelage du chien.

 

 

  • Les prédispositions raciales aux maladies cutanées, souvent liées à la présence de plis cutanés (comme chez le Shar Pei ou le Carlin) ou à la nature du pelage sont bien connues et répandues.

 

  • Qu'elles soient bénignes ou malignes, les tumeurs cutanées apparaissent particulièrement diversifiées, puisque chacun des composants cellulaires peut être le siège d’une transformation tumorale.

 

  • Les maladies cutanées héréditaires congénitales sont relativement rares, mais elles existent. Certaines de ces maladies sont même très graves, pouvent entraîner la mort du chien - à l'image par exemple de l’acrodermatite létale du Bull Terrier. Les prédispositions raciales, voire familiales, sont en revanche très nombreuses.

 

  • Les troubles du comportement et le stress du chien peuvent aussi se traduire par des affections cutanées, souvent dues à un léchage excessif. En effet, le léchage procure au chien, tout du moins au début, un apaisement propre à soulager un état anxieux ou une tension. Cependant, cette activité dite de substitution entraîne une abrasion du poil, puis progressivement des lésions de la peau, qui aboutissent parfois à la formation de plaies ulcératives, souvent à l'extrémité des membres. D'une façon générale, le psychisme et/ou l'anxiété du chien est souvent l'une des premières causes suspectée face à une maladie cutanée.  

 

 

Les examens vétérinaires de la peau du chien

Si un chien présente des troubles cutanés du jour au lendemain, il est recommandé au maître de l'animal de se remémorer tous les changements intervenus récemment dans la vie de la famille, pour en faire part au vétérinaire

 

L'identification d'une maladie de la peau chez le chien paraît simple, puisque les symptômes sont bien visibles. Pour autant, le diagnostic précis du type lésionnel est beaucoup plus complexe.

 

Le vétérinaire doit examiner attentivement l'aspect des lésions et leur distribution sur le corps du chien. L'existence de démangeaisons constitue également un élément essentiel.  L'évolution dans le temps ou le contexte de déclenchement de la maladie, mais aussi les traitements entrepris ou le mode de vie, sont aussi des données indicatives majeures.

 

Dès cette étape, le vétérinaire dispose d'éléments pour choisir les examens complémentaires nécessaires, en sachant que les mêmes lésions peuvent avoir des origines différentes : 

  • Le raclage des lésions cutanées permet d'obtenir des débris cutanés dans lesquels figurent des parasites microscopiques ;
  • Certains agents, par exemple ceux de la teigne, sont mis en évidence grâce à la lampe ultra-violet de Woods ;
  • Le microscope permet l'identification sur des prélèvements des agents pathogènes microscopiques, comme les parasites du chien, les dermatophytes, les levures...
  • Le diagnostic des allergies du chien se fait par des tests cutanés, aussi appelés intradermoréactions, consistant à injecter dans le derme du chien des extraits d'allergènes inhalés ou venant des puces. Les allergènes inhalés testés le plus souvent sont les acariens, les squames humaines, les moisissures ou encore les textiles ;
  • Des allergènes saisonniers, comme le pollen d'arbre, de graminées ou encore des plantes diverses, peuvent s'y ajouter selon le lieu de vie de l'animal. 

 

Si un chien présente des facteurs de risques à un problème de peau (pelage ou pigmentation), il faut le protéger. Le port d'un vêtement, comme par exemple un manteau pour chien, reste une solution sûre, puisque l'efficacité des crèmes protectrice peut être réduite par le léchage, surtout au niveau du museau.

Page 1 :
Les origines des maladies de peau du chien
Page suivante :
L'adénite sébacée
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager :  

Besoin d'aide ?

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Discussions sur ce sujet