Les maladies de l'appareil locomoteur chez le chien

Les maladies de l'appareil locomoteur chez le chien

L’appareil locomoteur du chien est impliqué dans sa motricité, c'est-à-dire l'ensemble des mouvements et sa capacité à se déplacer, mais aussi dans le maintien de sa posture. Cette mécanique complexe fait intervenir le squelette osseux, la musculature et les tendons, les articulations et le système nerveux.

Page 1 :
Origines et diagnostic des maladies de l'appareil locomoteur du chien
Page suivante :
L'arthrose chez le chien

L'appareil locomoteur du chien

La structure de l’appareil locomoteur est globalement la même dans toutes les espèces, même si la biomécanique du chien est adaptée à la particularité de la quadrupédie :

  • Les os longs sont réunis par des articulations mobiles ;
  • L’activation et la coordination des mouvements sont commandées par le système nerveux ;
  • Les muscles jouent le rôle de levier osseux.

 

Quand on est confronté à une maladie affectant cet appareil locomoteur, un premier distinguo doit s’opèrer entre :

  • d'une part, les affections traumatiques (de type fracture, rupture, luxation, entorses…) ;
  • d'autre part, les maladies acquises, dont l’origine est très variée : hérédité, troubles de la croissance du chiot, mauvaise alimentation du chien, vieillesse...

 

En tout état de cause, la croissance du chiot est une phase sensible du développement du système osseux. Une large part des maladies du système locomoteur trouvent leur origine dans cette période clef, et plus précisément dans un trouble dudit développement. 

Si vous aimez votre chat, vous devez l'assurer !
Santé de votre chien : agissez avant qu'il ne soit trop tard

Ne laissez pas la santé de votre compagnon entre les mains du hasard : assurez-le !

Service de comparaison des offres d'assurances et mutuelles.
Gratuit & sans engagement !

Les examens vétérinaires de l'appareil locomoteur du chien

Les problèmes affectant l'appareil locomoteur du chien sont nombreux, et la plupart des maladies le concernant ont pour premiers symptômes une boiterie ou une démarche instable. En effet, la perte de mobilité caractérise une bonne partie des maladies de l’appareil locomoteur. La douleur quant à elle est plus ou moins manifeste, et révélée par certaines manipulations. La posture au repos peut également être modifiée. Enfin, des déformations sont parfois apparentes.

 

Malheureusement, les signes fonctionnels apportent peu d’indications sur l’origine exacte de l’atteinte locomotrice.  Ainsi, déterminer l'origine orthopédique, neurologique ou musculaire des symptômes observés est la première des difficultés. 

 

Pour répondre à la question de la localisation et de la cause de la maladie, le vétérinaire se livre donc à un examen clinique général, puis à un examen orthopédique et à un examen neurologique.

 

Il doit alors repérer le membre atteint et la structure concernée. En effet, le site lésionnel doit être déterminé le plus précisément possible afin de réaliser les examens complémentaires pertinents. Par exemple, une radiographie réalisée sans ces examens préalables ne donnera aucune information si elle n’est pas centrée sur l’élément suspect.

 

Les examens complémentaires sont nombreux. Ils seront choisis en fonction de la localisation probable de la maladie et de l’hypothèse diagnostique principale :

  • La radiographie est importante dans le diagnostic orthopédique, car les os sont visualisés de façon très précise. Elle donne très souvent le diagnostic ;
  • L’imagerie du rachis fait appel à la myélographie et au scanner ;
  • La ponction sert à recueillir le liquide articulaire dans le but d’être analysé. Il peut faire l’objet entre autres d’une analyse cytologique (étude des cellules isolées), qui s'avère particulièrement utile lors de phénomènes inflammatoires ;
  • L’arthroscopie permet une exploration directe de la cavité articulaire ;
  • L’électrodiagnostic a un grand intérêt pour différencier les atteintes nerveuses des atteintes musculaires.

 

Quel que soit le traitement mis en place pour faire face à la maladie, il s'accompagne généralement d'un traitement de la douleur et de l'inflammation, qui s'avère souvent incontournable. 

Page 1 :
Origines et diagnostic des maladies de l'appareil locomoteur du chien
Page suivante :
L'arthrose chez le chien
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager :  

Besoin d'aide ?

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Discussions sur ce sujet