Le syndrome brachycéphale chez le chien

Le syndrome brachycéphale chez le chien

Fréquence : Commune chez les races dites brachycéphales
Maladie héréditaire : Oui
Vice rédhibitoire : Non

Les symptômes de la brachycéphalie

Les symptômes de la brachycéphalie

Le syndrome brachycéphale, ou syndrome obstructif des voies respiratoires, résulte d'anomalies au niveau des voies respiratoires, comme une fermeture des narines (appelée sténose des narines) ou une longueur trop importante du voile du palais. Il concerne les races de chiens au nez écrasé (Bouledogue Français, Bouledogue Anglais, Carlin...), caractérisées par leur crâne court, leurs yeux globuleux et leur museau aplati.

 

En raison de cette morphologie si particulière et qui n'est en rien naturelle (elle découle en vérité d'un travail de sélection des éleveurs afin de donner à ces races un visage plus enfantin et expressif), un chien souffrant de brachycéphalie présente bien souvent des difficultés respiratoires, qui peuvent mettre sa vie en danger. On note par exemple des ronflements, une intolérance à l'exercice et à l'effort, un risque d'hyperthermie accru pendant l'été, des syncopes, ainsi qu'une fatigue excessive du coeur qui tente de compenser par des battements accélérés la mauvaise oxygénation de l'organisme. La prévention joue donc ici un rôle central, car elle permet d'éviter l'apparition de lésions cardiaques ou respiratoires, qui sont pour le coup irrécupérables.

 

En plus de ces symptômes, le syndrome brachycéphale engendre souvent des troubles digestifs (vomissements, régurgitations...), accompagnés de maladies oculaires du fait de la proéminence des yeux. Si comme souvent le chien a des plis faciaux, il peut y avoir un risque d'infection bactérienne appelée intertrigo.

Faire opérer un chien brachycéphale

Faire opérer un chien brachycéphale

Si les symptômes sont trop importants et mettent en danger la vie du chien brachycéphale, deux opérations chirurgicales peuvent être réalisées afin d'améliorer sa respiration et faciliter le passage de l'air vers ses poumons :

  • la rhinoplastie, qui consiste à agrandir ses narines ;
  • la palatoplastie, qui vise à raccourcir le voile de son palais pour qu'il n'obstrue plus l'entrée du larynx et/ou ne gêne plus les mouvements de l'épiglotte.

 

Selon les cas, une seule ou les deux interventions sont nécessaires. L'une comme l'autre permettent d'améliorer sensiblement la qualité de vie du chien brachycéphale, et constituent la meilleure - voire peut-être la seule - solution réellement efficace à ce jour. Elles peuvent être pratiquées dès l'âge de 4 mois.

 

Cependant, ces opérations sont relativement lourdes : elles doivent être effectuées sous anesthésie générale, et nécessitent la prise d'anti-inflammatoires et une alimentation liquide pendant au moins une semaine après le réveil. Elles sont également onéreuses, puisque le prix pour une rhinoplastie ou une palatoplastie se situe entre 450 et 750 euros chacune, soit jusqu'à 1500 euros si les deux sont nécessaires. Ces dépenses n'étant généralement pas couvertes par les assurances santé pour animaux, le maître ne peut espérer un remboursement, et ce même s'il a fait le choix de souscrire une assurance pour son chien. L'opération n'est donc généralement pratiquée que si la détresse respiratoire est telle qu'elle met la vie de l'animal en danger.

Dernière modification : 06/30/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Discussions sur ce sujet