Le diabète sucré du chien : causes, symptômes, traitement...

Le diabète sucré du chien : causes, symptômes, traitement...

Non content d'être très courant chez l’Homme, le diabète sucré est aussi l'une des maladies hormonales du chien les plus fréquentes. Ses causes, ses conséquences et les méthodes pour le traiter diffèrent toutefois de celui que nous connaissons chez l'être humain.


À quoi est dû le diabète sucré chez le chien ? Quelle est la différence avec le diabète insipide ? Comment reconnaître un chien diabétique ? Quels sont les traitements efficaces contre cette maladie ?

Qu'est-ce que le diabète sucré ?

Globules rouges et glucose sanguin
Le diabète sucré est dû à un excès de glucose dans le sang

Le diabète sucré est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c'est-à-dire une concentration trop élevée de glucose (c'est-à-dire de sucre) dans le sang pendant un certain laps de temps. Il se distingue donc de la simple hyperglycémie par le fait que la situation n'est pas juste ponctuelle. Les excès de glucose étant à terme toxiques pour l'organisme, il finit par engendrer diverses complications.

 

Le diabète sucré est connu depuis très longtemps chez l'être humain, puisque différents écrits datant du 16ème siècle avant J.-C. décrivaient déjà les symptômes de cette maladie avec précision. Le terme "diabète" fut choisi par les Grecs aux alentours du 2ème siècle de notre ère : ce mot signifie « qui passe à travers » et fait référence à l'augmentation de la soif et de la production d'urines que provoque cette maladie, qui donne l'impression que l'eau ne fait que "passer au travers du corps" sans être assimilée par ce dernier. Ce mot est d'ailleurs utilisé pour désigner également le diabète insipide, une maladie bien distincte du diabète sucré mais qui provoque elle aussi une soif et des urines importantes.

La prévalence du diabète sucré chez le chien

Bocal de sucre sur une table avec cuillère et panneau stop

Si les premiers cas de diabète sucré chez l'être humain remontent donc à plusieurs milliers d'années, il est difficile de dater précisément la découverte de cette maladie chez le chien. Chez le chat en revanche, la description du premier cas remonterait à 1916, d'après l'Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort (France).

 

Même si le diabète sucré est une maladie relativement répandue chez le chien, il semble l'être beaucoup moins que chez l'Homme : en effet, d'après une étude américaine intitulée « Time trends and risk factors for diabetes mellitus in dogs: analysis of veterinary medical data base records (1970-1999) » et publiée en 2003 dans The Veterinary Journal, la prévalence du diabète sucré chez le chien est de moins de 1%.

 

Elle est toutefois beaucoup moins fréquente que chez nous, puisqu'elle toucherait environ 10% des humains sur la planète, d'après une étude intitulée « National, regional, and global trends in fasting plasma glucose and diabetes prevalence since 1980: systematic analysis of health examination surveys and epidemiological studies with 370 country-years and 2·7 million participants » et publiée en 2011 dans la revue The Lancet - sachant toutefois qu'il existe de grandes disparités d'un pays à l'autre.

Les causes du diabète sucré chez le chien

Rôle de l'insuline dans la régulation de la glycémie
L'insuline est chargée de réduire le taux de glucose sanguin

Différents mécanismes du corps se chargent de réguler la quantité de glucose dans le sang (nommée glycémie), c'est-à-dire de la maintenir à un niveau acceptable. Elle est considérée comme normale chez un chien à jeun lorsqu'elle est comprise entre 0,7 et 1,1 gramme par litre de sang.

 

Cette régulation est très précise et permanente. Par exemple, lorsqu'une hyperglycémie survient (à la suite notamment d'un repas trop riche en glucides), le pancréas produit une hormone appelée insuline, qui favorise l'absorption de l'excès de glucose par le foie, les cellules adipeuses et certains muscles. À l'inverse, diverses hormones ont pour effet d'augmenter la concentration sanguine en glucose : on peut citer notamment le glucagon, le cortisol, l’hormone de croissance ou encore l’adrénaline.

 

Néanmoins, il arrive parfois que certains de ces mécanismes de régulation fonctionnent mal et que le taux de glucose soit anormalement élevé ou faible dans le sang. Ceci peut se produire par exemple si l'insuline n'est pas produite en quantité suffisante ou si l'organisme ne réagit pas à sa présence : le glucose en excès n'est alors plus suffisamment éliminé, ce qui provoque du diabète. Lorsque la glycémie est comprise entre 1,3 et 1,8 g/L, le chien présente un début de diabète ; lorsqu'elle est supérieure à 3 g/L, les symptômes typiques du diabète sucré apparaissent.

Les différents types de diabète sucré chez le chien

Le diabète sucré chez le chien peut avoir des origines variées. Les chercheurs ont donc établi différentes classifications, en fonction des causes et des mécanismes en jeu. L'une d'entre elles consiste à répartir les cas de diabète en deux types : le diabète de type 1 (ou insulino-dépendant) et le diabète de type 2 (ou non insulino-dépendant).

Le diabète de type 1, ou insulino-dépendant

Samoyède blanc en extérieur
Le Samoyède est une race prédisposée au diabète sucré

Le diabète de type 1 est caractérisé par un défaut grave de production d'insuline par le pancréas. Il est parfois appelé aussi diabète insulino-dépendant, en référence à la classification des différents types de diabète chez l'Homme. Cette appellation est toutefois de plus en plus remise en cause dans le cas du chien.

 

Quoi qu'il en soit, contrairement à ce qu'on observe chez les humains et chez les chats, le diabète de type 1 semble être le type le plus courant au sein de cette espèce.

 

Il peut avoir différences origines, notamment :

 

  • une malformation du pancréas : dans ce cas, les symptômes apparaissent très tôt, le plus souvent avant l'âge d'un an. Il est alors appelé aussi diabète juvénile. Une composante génétique est fortement soupçonnée ;

 

  • une maladie auto-immune, c'est-à-dire une défaillance du système immunitaire : celui-ci se met à détruire les cellules chargées de produire l'insuline. Là encore, le bagage génétique joue très probablement un rôle, dans la mesure où certaines races comme le Samoyède et le Cairn Terrier sont prédisposées à ce cas de figure ;

 

  • une pancréatite du chien, pouvant elle-même avoir des causes très variées (intoxication, maladie virale, cancer du pancréas, effets secondaires de certains médicaments...). La pancréatite représenterait une part conséquente des cas de diabètes sucrés chez la gent canine.

Le diabète de type 2, ou non insulino-dépendant

Chien obèse assis
Les chiens obèses sont prédisposés au diabète de type 2

Le diabète de type 2 est dû non pas à une faible production d'insuline, mais à une résistance de l'organisme à cette substance : les cellules et muscles censés absorber le glucose présent en excès sont de moins en moins sensibles à cette hormone et absorbent donc de moins en moins le glucose présent dans le sang. Il est parfois qualifié de diabète non insulino-dépendant, en référence à la classification ayant cours chez l'être humain - l'emploi de cette appellation est toutefois de plus en plus contesté pour les animaux.

 

Le diabète de type 2 est fréquent chez les chiens en surpoids, voire obèses : en effet, compte tenu de l'accumulation de graisses dans l'organisme, les muscles tendent à utiliser davantage les lipides comme source d'énergie, plutôt que le glucose présent dans le sang.

 

Toutefois, d'autres facteurs peuvent aussi en être à l'origine, tels qu'un faible niveau d'activité ou l'utilisation de certains médicaments (par exemple des corticoïdes).

 

La première conséquence de ce type de diabète est que les situations d'hyperglycémie ne se résolvent pas aussi rapidement qu'elles le devraient. Le pancréas compense donc cette plus faible réactivité de l'organisme en produisant de plus en plus d'insuline. Toutefois, à force d'être trop sollicitées, les cellules chargées de fabriquer cette dernière finissent par s'épuiser et mourir. L'organisme devient donc à terme incapable de produire suffisamment d'insuline : autrement dit, en l'absence d'intervention, le diabète de type 2 évolue généralement vers un diabète de type 1.

Les symptômes du diabète sucré chez le chien

Chien blanc couché

À l'instar de ce qu'on constate chez les humains, les symptômes du diabète sucré du chien mettent du temps à apparaître, car il s'agit d'une maladie silencieuse. En effet, elle progresse lentement et discrètement pendant des mois voire des années, avant de finir par devenir visible.

 

Lorsqu'ils apparaissent, les symptômes sont généralement les mêmes d'un chien à l'autre, indépendamment du type de diabète et de son origine. À terme, des complications graves sont susceptibles d'apparaître, car les excès de glucose sont néfastes pour l'organisme s'ils se prolongent dans le temps.

La phase asymptomatique du diabète sucré

Le diabète sucré du chien commence par une phase de plusieurs mois à plusieurs années au cours de laquelle le taux de glucose dans le sang de l'animal augmente durablement, sans pour autant que des symptômes ne se manifestent.

Le début de l'hyperglycémie chronique

Chien mangeant un gâteau
Les premiers excès de glucose ne sont pas visibles

Le diabète sucré du chien commence à se développer lorsque la glycémie atteint environ 1,5 g/L de manière chronique, au lieu d'être comprise entre 0,7 et 1,1 g/L comme chez un individu en bonne santé.

 

À ce stade, l'hyperglycémie peut bien sûr être détectée de manière fortuite, par exemple à l'occasion d'une prise de sang. Pour autant, elle n'a pas encore de conséquences visibles. Par exemple, les mictions restent tout à fait normales, car tant que la glycémie reste en-dessous d'environ 2 g/L, les reins du chien sont capables de "retenir" les excès de glucose dans l'organisme : les urines en contiennent donc très peu.

Le début de la glycosurie

Chien en train d'uriner
La glycosurie n'est pas visible tout de suite dans les urines

Lorsque la glycémie atteint environ 2 grammes par litre de sang, les capacités rénales du chien sont dépassées : par conséquent, une partie du glucose en excès commence à être envoyé dans les urines afin d'être éliminé.

 

Ces dernières commencent donc à contenir plus de sucre que d'ordinaire : c'est ce que l'on appelle la glycosurie. Une analyse d'urines permet de détecter cette situation. Mais là encore, la maladie n'est pas vraiment visible, car aucun symptôme facilement détectable n'est présent : le chien n'urine pas forcément beaucoup plus que d'habitude, et sa soif n'est pas spécialement augmentée.

Les symptômes caractéristiques du diabète sucré chez le chien

Les premiers symptômes du diabète sucré apparaissent lorsque le taux de glucose dans le sang du chien dépasse environ 3 g/L.

L'augmentation de la soif et des urines

Samoyède en train de boire à une bouteille
Les chiens diabétiques ont besoin de boire beaucoup

Au-delà d'une glycémie de 3 g/L, les urines de l'animal contiennent beaucoup trop de sucres et prennent donc une consistance plus épaisse.

 

Dans le même temps, le glucose étant connu pour avoir un effet dit osmotique (c'est-à-dire qu'il a tendance à "attirer" l'eau présente dans les cellules alentour), sa présence en excès dans les urines provoque une augmentation du volume de celles-ci par absorption de l'eau de l'organisme. Concrètement, cela se traduit par une augmentation du nombre et du volume des mictions journalières ; un phénomène que l'on nomme polyurie. Le chien peut aussi redevenir malpropre s'il n'a pas la possibilité de se soulager chaque fois qu'il en a besoin (par exemple s'il vit en intérieur).

 

Pour éviter la déshydratation, il compense ces pertes en eau en buvant beaucoup plus qu'à l'accoutumée - ce que l'on appelle la polydipsie.

L'augmentation de l'appétit

Chien devant une gamelle de croquettes
Les chiens diabétiques donnent l'impression d'avoir toujours faim

Le meilleur ami de l'Homme est connu pour être un animal gourmand et parfois glouton : rien d'étonnant donc à ce qu'il refuse rarement la nourriture qu'on lui propose. Mais dans le cas d'un sujet diabétique, il est très fréquent d'observer une polyphagie, c'est-à-dire une augmentation notable de son appétit sans lien avec la gourmandise.

 

En effet, en temps normal, l'apparition du sentiment de satiété est liée à l'absorption de glucose par certaines zones du cerveau du chien, sous l'effet de l'insuline. Or, dans le cas d'un sujet diabétique, cette dernière ne joue plus correctement son rôle (soit parce qu'elle n'est plus suffisamment produite par le pancréas, soit parce que l'organisme y est devenu moins sensible). Il en résulte une diminution de l'absorption du glucose par le cerveau, et donc un retard d'apparition de la sensation de satiété.

La perte de poids

Chien très maigre en train de boire
Près d'un chien diabétique sur deux se met à perdre du poids

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'augmentation de l'appétit ne se traduit pas nécessairement par une prise de poids visible. En effet, le chien diabétique maigrit notablement dans près d'un cas sur deux, d'après une thèse intitulée « Diabète sucré chez le chien : prise en charge médicale et diététique » et présentée en 2015 à l'Université Claude Bernard de Lyon (France).

 

Parfois fulgurante, cette perte de poids est liée au fait que l'insuline joue également un rôle dans le maintien de la structure des tissus, des muscles et des graisses présents dans le corps : sa raréfaction et/ou son incapacité à agir dans l'organisme provoquent donc une fonte musculaire et adipeuse.

Les complications liées au diabète sucré chez le chien

En plus des symptômes caractéristiques évoqués précédemment, le diabète sucré du chien peut être responsable de graves complications, en raison de la quantité de sucre qui s'accumule dans le sang. Certaines d'entre elles peuvent être mortelles en l'absence de traitement.

La cataracte et d'autres problèmes oculaires

Chien atteint de cataracte
La cataracte est fréquente chez les chiens diabétiques

La cataracte est l'une des conséquences les plus connues du diabète sucré, tant chez les humains que chez les chiens. Elle est directement liée à l'hyperglycémie : le glucose en excès se dépose dans les petits vaisseaux sanguins situés dans les yeux du chien, et faute de pouvoir être éliminé, s'accumule notamment dans le cristallin, qu'il finit par déformer et dont il détruit les fibres. Il en résulte une baisse notable de la vision, voire une cécité. La cataracte peut apparaître de manière très brutale (en seulement quelques jours) ou au contraire se développer de manière progressive, sur une durée de plusieurs mois voire années.

 

Le diabète sucré peut également occasionner d'autres problèmes oculaires, qui sont toutefois moins fréquents que la cataracte. On peut citer par exemple l'uvéite (c'est-à-dire une inflammation de l'uvée, qui est une partie de l'oeil) ainsi que certaines affections de la rétine, liées là aussi à la dégradation de petits vaisseaux sanguins causée par un excès de glucose.

L'acido-cétose diabétique

Chien malade allongé sur un tapis vert

L'acido-cétose diabétique est une conséquence à la fois fréquente et grave du diabète sucré.

 

En effet, en raison du défaut d'insuline ou de son inefficacité, les muscles et les tissus n'ont plus la possibilité d'utiliser suffisamment de glucose pour fonctionner correctement. À la place, ils se tournent donc vers les graisses stockées dans l'organisme, qu'ils dégradent afin d'obtenir l'énergie dont ils ont besoin. Il résulte de ce mécanisme non seulement une perte de poids notable (et ce en dépit d'un appétit souvent augmenté), mais aussi une accumulation de corps cétoniques dans le sang, qui sont des déchets produits lors de la dégradation des lipides.

 

Lorsque ces corps sont trop nombreux, ils acidifient le sang, ce qui a des répercussions néfastes sur tout l'organisme. Le chien présente alors une baisse de son état général : il est abattu, perd l'appétit, vomit et/ou souffre de diarrhées, deux phénomènes qui eux aussi augmentent les pertes en eau, en plus des mictions plus fréquentes. Dans les cas graves, il peut tomber en état de choc, sombrer dans le coma et même mourir.

Les autres complications possibles du diabète sucré

Vétérinaire en train de prendre la tension artérielle d'un chien
L'hypertension est une conséquence grave du diabète

En plus de problèmes oculaires et de l'acido-cétose diabétique, le diabète sucré peut entraîner diverses autres complications, parmi lesquelles :

 

  • des atteintes rénales, du fait de l'accumulation de glucose dans les vaisseaux sanguins des reins. En effet, à terme, cela les détériore. Les capacités rénales sont alors dégradées, si bien que certains déchets de l'organisme censés être filtrés par les reins ne sont plus éliminés et s'accumulent donc dans le sang ;

 

  • une hypertension artérielle. Il s'agit d'une conséquence fréquente, puisque plus d'un chien diabétique sur deux serait concerné. Les mécanismes d'apparition de cette pathologie chez les sujets diabétiques ne sont pas encore clairement compris, mais il pourrait y avoir un lien avec les atteintes rénales ;

 

  • des infections, notamment urinaires. La présence d'un diabète constitue en effet un terreau favorable pour la prolifération des bactéries.

Le diagnostic du diabète sucré chez le chien

Vétérinaire faisant une prise de sang à un Border Collie
Le diagnostic du diabète sucré nécessite une prise de sang

Savoir si un chien est diabétique n'est pas très compliqué, dans la mesure où la polydipsie, la polyurie et la polyphagie sont des symptômes aisément identifiables et typiques de cette maladie.

 

Leur existence n'est toutefois pas suffisante pour établir un diagnostic précis et surtout connaître le stade d'évolution de la maladie. Pour cette raison, le vétérinaire procède à une prise de sang du chien afin de mesurer sa glycémie à jeun, ainsi qu'à une analyse d'urine pour déterminer la quantité de glucose présente dans ses urines.

 

Des examens complémentaires peuvent ensuite être réalisés dans le but de mettre en évidence l'origine éventuelle du diabète, ce dernier pouvant être causé par divers problèmes de santé sous-jacents.

Le traitement contre le diabète du chien

Quelle que soit la cause à l'origine de la maladie, il est très peu probable que le chien guérisse une fois le diabète sucré installé, même avec un traitement. De fait, les différents soins prodigués sont dits symptomatiques : ils visent à réduire les symptômes et à éviter les complications, mais ne font pas disparaître le diabète lui-même. En outre, à de très rares exceptions près, le traitement ne peut jamais être interrompu : il doit être poursuivi pendant toute la vie de l'animal.

 

Toutefois, même s'il est contraignant et n'est pas toujours efficace à 100%, il permet de limiter fortement les risques de complications graves. De fait, chien et maître parviennent généralement à mener une vie quasiment normale malgré la maladie.

L'insulinothérapie pour chien diabétique

Le traitement du diabète sucré chez le chien passe généralement a minima par des injections d'insuline, afin d'aider l'organisme à réduire le taux de glucose dans le sang.

Le type d'insuline à utiliser

Trois flacons d'insuline

Il existe deux types d'insuline utilisable chez le chien, qui se distinguent notamment par leur durée d'action :

 

  • une insuline dite vétérinaire, d'origine porcine et destinée au traitement du diabète sucré chez les animaux (notamment les chiens et les chats). Elle a une durée d'action intermédiaire, dans le sens où elle agit jusqu'à plus de 10 heures après la prise. C'est celle qui est utilisée en premier lieu, et c'est seulement dans le cas où elle se révèle inefficace qu'elle est remplacée par un autre type d'insuline ;

 

  • les insulines dites humaines, qui ont globalement une action plus rapide. Elles sont surtout utilisées lorsque le chien présente une acido-cétose diabétique et en cas d'inefficacité de l'insuline vétérinaire.

 

Un mélange des deux types peut parfois être utile, par exemple dans le cas où une action plus continue est préférable à une action par "pics".

 

C'est le vétérinaire qui, après examen, détermine la ou les insuline(s) à utiliser. Une hospitalisation du chien diabétique pendant quelques jours est souvent nécessaire afin de surveiller l'efficacité des produits et ajuster le dosage quotidien. Cet ajustement doit impérativement être effectué par un spécialiste, car une quantité inappropriée de produit peut avoir de graves conséquences pour l'animal. En effet, l'insuline est inefficace si elle est sous-dosée, et provoque une hypoglycémie potentiellement mortelle si elle est surdosée.

Comment administrer l'insuline à son chien

Seringues destinées aux injections d'insuline

Quelle que soit la situation, l'insuline s'achète en flacons et s'administre sous forme d'injections sous-cutanées. Quelques produits existent sous forme orale, mais leur efficacité n'est pas prouvée à ce jour. En effet, l'insuline étant fragile, elle est généralement détruite lors de la digestion. Par conséquent, ils sont très rarement utilisés chez les animaux.

 

Dans la plupart des cas, deux injections quotidiennes sont nécessaires afin d'obtenir un résultat satisfaisant. Il est alors de coutume d'en réaliser une le matin et une le soir, toujours aux mêmes heures de la journée, afin que la glycémie reste le plus stable possible. C'est au maître de s'en charger lui-même, mais le fait que les piqûres soient totalement indolores pour son chien facilite grandement la tâche.

 

Humain s'apprêtant à faire une piqûre à un chien

Avant usage, le flacon d'insuline doit être homogénéisé (c’est-à-dire agité lentement) sans pour autant être secoué, car cela endommagerait les molécules et les rendrait moins efficaces. Les injections peuvent être réalisées à l'aide d'une seringue ou d'un stylo injecteur avec aiguille à usage unique. Pour maximiser leur efficacité, il est préférable de les réaliser dans des zones pauvres en graisse, comme par exemple au niveau du thorax. Le fait de tondre le pelage de son chien localement peut faciliter l'administration, en particulier dans le cas d'une race de chiens à poil long.

 

Après usage, le flacon d'insuline doit impérativement être conservé au réfrigérateur. La température ne doit toutefois pas être trop basse, car si le produit gèle, il perd en efficacité. Il en va de même s'il est exposé durablement à une trop forte chaleur. Dans un cas comme dans l'autre, mieux vaut en cas de doute le jeter et en utiliser un autre.

 

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que la dose quotidienne d’insuline à administrer à un chien diabétique évolue dans le temps. Il est donc indispensable d’effectuer des contrôles réguliers chez le vétérinaire, afin que celui-ci ajuste le traitement lorsque cela est nécessaire. Le maître ne doit en aucun cas prendre l'initiative de changer lui-même le dosage, car la moindre variation inappropriée peut avoir de graves répercussions sur l'animal. En particulier, si la dose est trop importante, il y a notamment un risque d'hypoglycémie aux conséquences potentiellement très graves.

Le prix du traitement à base d'insuline

Chien et femme assis devant des factures
Le traitement du diabète sucré est plutôt coûteux

Traiter un chien diabétique avec des piqûres d'insuline est non seulement contraignant au quotidien, mais également très coûteux.

 

En effet, quand on additionne le prix des flacons, celui des seringues et les examens réguliers chez le vétérinaire, on aboutit généralement à un montant compris entre 50 et 100 euros mensuels. Ce montant peut bien sûr varier en fonction de la taille de l'animal (toutes choses égales par ailleurs, plus il est grand, plus les quantités à injecter sont importantes), du type d'insuline à utiliser et du nombre d'injections à effectuer. Dans la mesure où un chien reste généralement diabétique toute sa vie, les dépenses correspondantes ne sont clairement pas négligeables, en particulier s'il tombe malade jeune.

 

En fonction de l'offre choisie, l'assurance santé de l'animal peut couvrir tout ou partie des dépenses liées au diabète sucré. Souscrire une assurance santé pour son chien est donc une option potentiellement intéressante pour limiter le risque d'être un jour confronté à des dépenses importantes lorsqu'on possède un animal prédisposé à cette maladie. Il faut simplement veiller à opter pour une offre qui prend en charge cette maladie, et s'assurer de bien respecter les conditions du contrat : en particulier, le diabète sucré n'est généralement pris en charge que s'il se déclare après la souscription et la fin du délai de carence.

L'alimentation du chien diabétique

Régime BARF pour chien ou chat
Un régime pauvre en sucres est essentiel contre le diabète

Le traitement à base d'insuline doit très souvent s'accompagner d'un changement d'alimentation du chien afin d'éviter les repas trop riches ou trop pauvres en glucides, qui pourraient occasionner des variations importantes du taux de glucose dans le sang. C'est le vétérinaire qui le définit en même temps qu'il met en place l'insulinothérapie.

 

Même s'il dépend en réalité de chaque animal à traiter, le nouveau régime alimentaire institué est généralement pauvre en sucres rapides et graisses, et plutôt riche en protéines et en fibres. Il permet de limiter le risque de complications et d'aider à retrouver un poids normal : l'animal maigrit s'il était en surpoids, et reprend des couleurs s'il avait anormalement maigri. Dans les deux cas, la transition doit être régulière et la variation de poids très progressive.

 

Le régime doit être suivi avec rigueur et ne souffrir aucun écart (ou presque) : les aliments correspondants sont donc à donner tous les jours, dans les mêmes quantités et si possible aux mêmes heures. Quant aux friandises, elles sont à éviter autant que faire se peut, car elles sont généralement très caloriques.

 

Pour ce qui est de la prise d'eau, il est inutile de tenter de la réduire : en effet, le chien boit beaucoup car il urine beaucoup, et non l'inverse. Le priver d'eau serait même très dangereux pour lui, car cela augmenterait le risque d'une déshydratation potentiellement fatale. Il est donc important au contraire de s'assurer qu'il a toujours accès à de l'eau claire et fraîche. De toute façon, au fur et à mesure du traitement, la polydipsie devrait progressivement s'atténuer puis disparaître.

Quelques conseils pour traiter un chien diabétique

Matériel pour faire un suivi de glycémie
Un suivi vétérinaire régulier du chien diabétique est obligatoire

En plus des injections d'insuline et du changement d'alimentation qui sont tous deux quasi indispensables, il existe d'autres précautions à connaître afin de prendre en charge un chien diabétique du mieux possible :

 

  • faire stériliser sa chienne est souvent recommandé si elle est encore entière et n'est pas trop âgée. En effet, les hormones sexuelles qu'elle produit influent sur sa glycémie et rendent le suivi du diabète très délicat, en particulier pendant certaines périodes du cycle ovarien et durant la gestation ;

 

  • la mise en place d'exercices physiques spécifiques est généralement nécessaire : ils doivent être suffisamment éprouvants pour que l'animal se défoule et perde du poids (s'il est en surpoids), mais pas trop pour éviter de provoquer une hypoglycémie ;

 

  • un suivi du chien diabétique par le vétérinaire est impératif, pour s'assurer qu'il répond bien au traitement, vérifier qu'il ne souffre pas de complications, et adapter la quantité d'insuline chaque fois que cela est nécessaire ;

 

  • un chien diabétique présente un risque important de crise d'hypoglycémie, lié à une quantité trop importante d'insuline ou à une prise alimentaire réduite, par exemple s'il n'a pas mangé tout son repas. Une hypoglycémie légère ne prête pas à conséquence, mais une crise importante peut mettre sa vie en danger. Le maître doit donc absolument apprendre à en reconnaître les signes (fatigue, convulsions, perte de connaissance...) et savoir comment réagir si cela se produit. Il doit aussi noter les crises chaque fois qu'elles surviennent et en faire part au vétérinaire afin que celui-ci puisse ajuster le traitement si nécessaire ;

 

  • un respect strict des consignes du vétérinaire n'est malheureusement pas toujours suffisant pour éviter l'apparition de complications liées au diabète, comme une cataracte ou une acido-cétose. La mise en place d'un traitement ne dispense donc aucunement le maître de rester attentif à l'état de santé de son animal. Si des symptômes de complications apparaissent, une consultation en urgence s'impose ;

  • l'insuline est une hormone fragile, qui se dégrade facilement si elle est mal conservée. Il est donc indispensable de suivre scrupuleusement la notice pour éviter toute perte d'efficacité. Elle doit notamment être conservée au frais et ne jamais être exposée à la chaleur. Si le maître en emporte sur lui, par exemple à l'occasion d'une longue sortie ou d'un voyage avec son chien, il doit impérativement la placer dans une glacière ou un sac isotherme. Au moindre doute, mieux vaut ne plus utiliser le flacon actuel et s'en procurer un nouveau.

En résumé...

En résumé...

  • Le diabète sucré correspond à une quantité trop importante de glucose dans le sang sur du long terme. Les causes possibles sont nombreuses et pas toujours bien connues.

 

  • Certaines races comme le Samoyède et le Cairn Terrier, et certains chiens comme les chiens obèses, ont des prédispositions marquées au diabète sucré.

 

  • Les symptômes les plus évidents sont une soif intense, des urines plus importantes, une augmentation de la faim et souvent une perte de poids.

 

  • Le traitement du diabète sucré chez le chien requiert à la fois des doses quotidiennes d'insuline, un régime alimentaire strict et un suivi régulier de la glycémie.

Le mot de la fin

Le diabète sucré est une maladie hormonale fréquente chez le chien, même si elle l'est moins que chez l'Homme. En l'absence de prise en charge rapide et de mise en place d'un traitement, il peut avoir des conséquences très graves et même être mortel. Heureusement, les soins permettent généralement à l'animal de retrouver une vie quasiment normale.

 

S'il est difficile d'empêcher son chien de devenir diabétique, il est tout de même possible de réduire les risques en lui offrant un mode de vie sain, qui allie notamment bonne alimentation et exercices quotidiens. Mais la maladie pouvant être d'origine génétique, toutes les précautions du monde ne peuvent garantir un risque zéro. Charge donc au maître d'apprendre à en reconnaître les signes si elle se présente, pour pouvoir agir avant qu'il ne soit trop tard.

 

Sources :

Clinique vétérinaire Saint-Exupéry

Ecole vétérinaire d'Alfort

Centre hospitalier vétérinaire FREGIS

Wikipedia

Par Aurélia A. - Dernière modification : 01/25/2021.

Discussions sur ce sujet