La maladie d’Aujeszky, ou maladie du sanglier

La maladie d’Aujeszky, aussi appelée maladie du sanglier, est une maladie infectieuse d’origine virale qui, à l’origine, touche principalement les suidés, c’est-à-dire les porcs ou les sangliers. Elle peut toucher les chiens, les chats, et la plupart des carnivores amateurs de viande crue.


Elle a été découverte en 1902 par Aladár Aujeszky, un chercheur et vétérinaire hongrois qui a isolé le virus chez un chien, un bœuf et un chat, et a alors prouvé qu’il s’agissait du même que chez le porc et le lapin.


Si des pays comme la Belgique et la Suisse sont considérés comme indemnes car le virus n’y sévit plus, ce n'est pas le cas de la France, même si la maladie y est très rare. Quant au Canada, d’après l’Agence canadienne d’inspection des aliments, elle n’a jamais été déclarée dans le pays.


Voici comment les chiens sont susceptibles d’attraper la maladie d’Aujeszky, les symptômes qu’elle engendre et les manières de s’en prémunir.

Partager :  

La transmission au chien de la maladie du sanglier

La contamination d’un chien par la maladie du sanglier s’opère lorsqu’il mange des abats crus infectés par l’herpès virus porcin 1, un virus qui affecte principalement les porcs et les sangliers. Cet agent se trouve dans le sang, le sperme, la salive ainsi que les muqueuses nasales et oculaires des suidés infectés.

Après absorption de ces abats contaminés, la maladie atteint le système nerveux du chien en partant de l’endroit infecté,

Les individus les plus susceptibles d’y être exposés sont les chiens de chasse, qui mangent de la viande de sanglier ou de porc crue, et qui peuvent également être susceptibles de croquer dans l’animal abattu par un chasseur. Ils peuvent également l’attraper à la suite d'un contact corporel, par exemple s’ils lèchent un animal infecté.

La maladie peut aussi se transmettre, de façon indirecte, d’un suidé à un autre ou d’un suidé à un chien, via les aérosols qui se trouvent au sein d’un élevage, ou à travers du matériel contaminé, comme des pelles ou des râteaux. L’ingestion de nourriture maison faite à base de suidés infectés est un autre mode de transmission de la maladie.

Il est néanmoins important de noter que, même si la maladie d’Aujeszky peut toucher d’autres animaux de compagnie, elle ne se transmet pas à l’Homme : il ne s'agit donc pas d'une zoonose. En ingérant de la viande crue, l'Homme peut toutefois attraper une autre forme de maladie, la trichinellose, causée par un virus du nom de Trichinella spiralis, présent chez certains suidés. Mais cette maladie est sans rapport avec la maladie d’Aujeszky.

Les chiens qui suivent un régime BARF, soit Bones And Raw Food (« Os et aliments crus ») ou Biologically Appropriate Raw Food, autrement dit de la nourriture crue biologiquement adaptée, sont donc plus susceptibles d’être touchés par cette maladie mortelle. Pour limiter les risques, un maître préparant lui-même la nourriture de son chien dans le cadre du régime alimentaire BARF doit impérativement s’enquérir de la provenance de la viande employée.

En revanche, un chien qui se nourrit de viande cuite n’a pas de risque d’être atteint par le virus à l’origine de la maladie, dans la mesure où celui-ci est détruit par la chaleur.

Si vous aimez votre chien, vous devez l'assurer !
Si vous aimez votre chien, vous devez l'assurer !

Pourrez-vous faire face si votre chien tombe gravement malade ?

Comparateur des offres d'assurances et mutuelles : gratuit & sans engagement.

Les symptômes de la maladie du sanglier chez le chien

Également connue sous le nom de pseudo-rage, du fait de la proximité de ses symptômes avec ceux de la rage canine, la maladie d’Aujeszky n'entraîne néanmoins aucune agressivité chez le chien.

Elle se caractérise par une période d’incubation d’environ 2 à 6 jours, à l’issue de laquelle les premiers symptômes apparaissent. Le chien commence alors à perdre l’appétit, mais aussi toute motivation et tout entrain, le virus altérant le système nerveux et le laissant amorphe.

Dans un second temps, le chien contaminé développe un prurit au niveau de la tête, c’est-à-dire de fortes démangeaisons et, ne supportant pas la douleur, se met à se gratter vivement, parfois jusqu’à l’auto-mutilation. Certains chiens se grattent frénétiquement l’œil, orifice par lequel le virus a pu se faufiler, et en viennent même à se l’arracher pour mettre fin au supplice.

Mais ce ne sont malheureusement pas les seuls symptômes : petit à petit, le chien éprouve de plus en plus de difficultés à respirer, car son larynx se paralyse très rapidement. Il ne peut donc plus déglutir ou saliver, ce qui l'empêche de s’alimenter ou de boire. La maladie évolue très vite et mène dans 100% des cas à la mort du chien, généralement 48 heures après sa paralysie corporelle.

Les traitements contre la maladie du sanglier

Malheureusement, il n’existe à ce jour aucun traitement contre la maladie d’Aujeszky. Un chien qui en est atteint n’a aucune chance de survivre et mourra au bout de quelques jours seulement. Les vétérinaires conseillent d’ailleurs généralement aux maîtres d’opter pour l’euthanasie du chien afin de lui éviter de longues souffrances inutiles.

Pour autant, il n’existe pas de moyen d’avoir un diagnostic 100% fiable lorsque l’animal est vivant. Il faut attendre d’opérer une biopsie après sa mort pour déterminer de façon certaine s’il s’agissait ou non de la maladie du sanglier.

Par ailleurs, il n’existe aucun vaccin pour l’Homme ou pour le chien. En revanche, en France comme au Canada, il existe un vaccin pour les porcs, qui a permis de venir à bout de la maladie dans une grande partie de la France. En Belgique, le vaccin n’est plus utilisé. En Suisse, il n’est pas autorisé.

En tout état de cause, faute de traitement, c’est sur la prévention contre la maladie du sanglier qu’il faut insister. Il convient en particulier d’être vigilant lorsqu’un chien est en contact avec de la viande crue qui n’est pas issue du système de commercialisation traditionnel. L'Association Nationale des Chasseurs de Grand Gibier estimait en effet en 2012 qu'environ 5% des sangliers présents en France étaient séropositifs, c'est-à-dire atteints du virus. Ce pourcentage s'élèverait même à 30% dans certains massifs français, sachant que plus l'animal est âgé, plus il a de chances d'être porteur du virus.

Comment empêcher la contamination des chiens par la maladie du sanglier ?

La Fédération départementale des chasseurs de l’Aisne a invité les amateurs et professionnels de la chasse à ne pas laisser d’abats ou de sangliers morts derrière eux, afin d'éviter que d’autres animaux ne soient infectés.

 

En effet, la contamination peut se faire lors d'une banale promenade du chien en forêt, si ce dernier mord dans une carcasse de sanglier ou de porc se trouvant sur son chemin. Les chiens de chasse ne sont donc pas les seuls exposés au danger.

Il est également impératif de s’assurer que les élevages porcins sont dépourvus du virus. Des mesures de biosécurité, c’est-à-dire de prévention contre toute prolifération d’infections dangereuses pour l'espèce humaine, doivent aussi être mises en œuvre afin de leur éviter tout contact avec des sangliers sauvages.

Les éleveurs de porcs se doivent de reporter toute suspicion de maladie à un vétérinaire afin d’éviter qu’elle ne se propage au reste de l’élevage. Si certains animaux deviennent fiévreux, commencent à avoir du mal à respirer et perdent leur appétit, ils sont peut-être concernés par le virus de l’herpès, et doivent être pris en charge rapidement.

Si un individu au sein d’un élevage de porcs s’avère contaminé, l’élevage entier doit être abattu. En outre, le sperme, les embryons et les ovules porcins de l’exploitation doivent être détruits. Toujours afin d’éviter tout risque de contamination, les lieux ainsi que le matériel doivent être nettoyés de fond en comble et désinfectés, avant d’y installer un nouvel élevage.

Le mot de la fin

La maladie d’Aujeszky atteint principalement les chiens de chasse et ceux qui suivent un régime BARF, à base de viande crue. Le virus à l’origine de cette maladie fait partie de la famille des herpès et atteint principalement les animaux carnivores (le chat n’est d’ailleurs pas à l’abri non plus) - en dehors de l’Homme - qui se retrouvent en contact direct ou indirect avec un animal contaminé, que ce soit un porc ou un sanglier.

 

Il est donc important de ne pas donner ou laisser manger de cette viande à son chien sans s’être au préalable assuré de la provenance de la nourriture, afin d’éviter tout risque d’infection par la maladie et de mort dans de douloureuses circonstances.

Dernière modification : 01/05/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Si vous aimez votre chat, vous devez l'assurer !
Si vous aimez votre chien, vous devez l'assurer !

Pourrez-vous faire face si votre chien tombe gravement malade ?

Comparateur des offres d'assurances et mutuelles : gratuit & sans engagement.