La fièvre chez le chien

La fièvre chez le chien

Veiller sur la santé de son chien, c’est aussi savoir déceler des modifications de son comportement qui pourraient résulter d’un problème de santé du chien. Manque d’appétit, faiblesse, apathie, tremblements,... sont autant de signes potentiels que le chien a de la fièvre, pouvant être causée par une infection virale, bactérienne ou des parasites du chien.


Mais à partir de quel seuil considère-t-on qu’un chien a de la fièvre ? Quelles sont les causes possibles d’une augmentation de la température corporelle du chien ? Faut-il s’en inquiéter ? Comment réagir en cas de fièvre du chien ?

Partager
 

Quelle est la température corporelle normale d'un chien ?

Quelle est la température corporelle normale d'un chien ?

A la naissance, la température du chiot avoisine les 35°C. Cette température augmente ensuite progressivement durant ses premières semaines de vie, pour se stabiliser à l’âge d’un mois aux alentours de 38.5°C, température considérée comme normale pour un chien adulte en bonne santé.

 

Cette température moyenne est toutefois sujette à variations, en fonction de différents facteurs.

 

En premier lieu, elle dépend de la température extérieure. En effet, la température corporelle d’un chien en bonne santé a tendance à augmenter s’il fait chaud et à baisser lorsqu’il fait froid.

 

Elle est influencée également par l’activité de ce dernier. Ainsi, il est normal qu’un chien effectuant une activité nécessitant d’importants efforts voie sa température augmenter.

 

A l’inverse, une chienne en chaleurs ou en train de mettre bas voit sa température corporelle diminuer, pour se situer en moyenne à 37.4°C.

 

Enfin, il est fréquent que la température d’un chiot ou même d’un chien adulte augmente les jours suivant une vaccination du chien ou un rappel. Ces fluctuations sont parfaitement normales et ne doivent pas soulever d’inquiétude.

A partir de quel seuil peut-on parler de fièvre pour un chien ?

A partir de quel seuil peut-on parler de fièvre pour un chien ?

La température corporelle d’un chien adulte varie entre 38°C et 39°C.

 

Si elle descend en deçà des 38°C, on parle d’hypothermie. Une température anormalement basse peut être due à une maladie (diabète du chien, insuffisance cardiaque…) ou être la conséquence d’une exposition prolongée de l’animal au froid. Si elle descend en dessous de 36°C, son pronostic vital est engagé : il s’agit d’une situation d’urgence, et il n’y a pas de temps à perdre !

 

Il peut arriver à l’inverse que la température corporelle du chien dépasse le seuil des 39°C. C’est un phénomène d’hyperthermie, plus couramment appelé "fièvre". La fièvre est une réaction immunitaire qui se déclenche lorsque l’organisme doit faire face à une agression d’un corps étranger : agent allergène, virus, bactérie... Cela dit, l'hyperthermie peut aussi simplement être la conséquence d’un coup de chaleur chez le chien. Si la température de votre chien atteint voire dépasse les 41.5°C, sa vie est en danger, et il faut alors réagir au plus vite.

Les causes possibles de fièvre chez le chien

En dehors des variations physiologiques évoquées précédemment, une augmentation ou une diminution sensible et persistante de la température de votre animal de compagnie peut être synonyme d’un dysfonctionnement ou d’une pathologie nécessitant une intervention du vétérinaire.

 

Les causes les plus courantes de la fièvre du chien peuvent avoir différentes origines :

Un parasite

Ennemie numéro un des chiens, une tique peut inoculer à l’animal des maladies graves telles que la piroplasmose, la borréliose (maladie de Lyme) ou encore l'ehrlichiose, qui se manifestent par de la fièvre, des troubles digestifs, un manque d’appétit... Face à un chien porteur de tiques, la réaction appropriée est de consulter immédiatement le vétérinaire, au risque que son état de santé ne se dégrade de façon irrémédiable.

Une infection

La fièvre peut être la conséquence d’une maladie infectieuse localisée (infection urinaire du chien, gastro-entérite, bronchite du chien…) ou généralisée (tétanos du chien, leptospirose, toxoplasmose...).

Un virus

La fièvre peut être l’une des manifestations d’une pathologie virale telle que la maladie de Carré, la toux de chenil, la parvovirose ou encore la rage. Seul le vétérinaire est à même de poser un diagnostic et de proposer un traitement adapté au mal dont souffre votre compagnon.

Une tumeur

La fièvre peut également révéler la présence d’une tumeur chez le chien : on parle alors d’hyperthermie maligne.

Un coup de chaleur

Le risque d'un coup de chaleur du chien est grand lorsqu’il reste enfermé dans un endroit chaud et mal aéré (voiture, niche...). Un tel coup de chaleur peut faire monter sa température aux alentours des seuils critiques de 41°C ou 42°C, qui peuvent lui être fatals.

 

Il convient au passage de souligner que les races de chiens brachycéphales (Pékinois, Carlin, Bulldog…) sont davantage sensibles à la chaleur, et peuvent être victimes de coups de chaleur même hors période de canicule.

 

Que ce soit à la plage avec son chien, au bord de la piscine, en promenade avec son chien ou même tout simplement dans le jardin, veillez à ce que votre compagnon ne soit pas exposé trop longtemps au soleil, et assurez-vous qu’il dispose toujours d’eau fraîche à sa disposition, pour prévenir le risque de déshydratation. S’il ne semble pas porter un grand intérêt à sa gamelle d’eau, n’hésitez pas à l’y inciter.

Comment prendre la température de son chien ?

Comment prendre la température de son chien ?

Contrairement aux idées reçues, la truffe du chien n’est pas un indicateur de température fiable. Un chien fiévreux peut tout à fait avoir une truffe fraîche et humide, laissant présumer qu’il est en bonne santé. Prendre la température de son chien reste le moyen le plus sûr de déterminer s’il a effectivement de la fièvre, et le cas échéant de savoir à combien s’élève sa température.

 

Même s’il peut être tentant - car moins contraignant pour vous et pour lui - d’utiliser un thermomètre frontal ou un thermomètre à infrarouge pour prendre la température de son chien, mieux vaut éviter d’utiliser ces appareils, car l’épaisseur des poils risque fort de fausser les résultats. C’est évidemment tout particulièrement vrai avec les races de chiens à poil long.

 

La température rectale étant la plus fiable, le thermomètre anal s’impose.

 

Pour que la prise de température du chien se déroule dans les meilleures conditions, certaines règles sont à respecter :

  • Privilégiez un thermomètre souple à affichage digital, pour faciliter le protocole de prise de température et la lecture du résultat. Veillez également à ce que le résultat s’affiche rapidement, afin d’éviter que votre chien ne s’impatiente trop durant l’opération ;
  • N’hésitez pas à solliciter l’aide d’une tierce personne pour maintenir la queue de votre animal pendant que vous prenez sa température ;
  • Pour son confort, pensez à humidifier l’embout du thermomètre avec de l’eau ou à le lubrifier avec de la vaseline avant de l’insérer délicatement dans son anus  ;
  • Même s’il est totalement inoffensif, cet acte intrusif est assez désagréable pour votre compagnon. Il est donc important de le pratiquer dans un environnement calme, et de le rassurer tout au long de la manipulation.

 

En cas de doute ou de difficulté à prendre la température de votre chien, il convient de se tourner vers un vétérinaire.

Les autres symptômes accompagnant la fièvre

Les autres symptômes accompagnant la fièvre

La plupart du temps, le syndrome fébrile ne se résume pas à une augmentation de la température corporelle du chien.

 

Ainsi, en fonction des cas, différents symptômes peuvent accompagner la fièvre : inappétence, agitation, tremblements, fatigue, faiblesse voire apathie, accélération du rythme cardiaque, toux, écoulements nasaux, vomissements du chien, diarrhées chez le chien... Si vous observez un ou plusieurs de ces symptômes, votre premier réflexe doit être de prendre la température du chien. Elle sera un indice précieux pour aider le vétérinaire à poser un diagnostic.

Que faire si mon chien a de la fièvre ?

Que faire si mon chien a de la fièvre ?

Si votre chien a de la fièvre mais que son état général est bon (il se nourrit correctement, ne montre pas de signe de faiblesse ou de difficultés à respirer), il peut s’agir d’un phénomène éphémère ; le cas échéant, il est probable que sa température descende d’elle-même au bout de quelques heures. Il n’en faut pas moins rester attentif, en contrôlant régulièrement sa température et en observant son comportement. Si sa température augmente ou si d’autres symptômes apparaissent, une consultation chez le vétérinaire s’impose.

 

Dans d’autres cas, la fièvre s’accompagne de signes qui montrent qu’il n’y a pas lieu d’attendre :

  • En cas de coup de chaleur du chien, celui-ci salive excessivement et/ou a du mal à respirer. Il faut alors le transférer immédiatement dans un endroit frais et ventilé, et appliquer sur lui des serviettes mouillées, afin de tâcher de faire redescendre un peu sa température. Il faut ensuite le conduire rapidement chez le vétérinaire, qui fera le nécessaire afin d’éviter l’oedème cérébral, potentiellement fatal.
  • En cas de maladie infectieuse, le chien est faible et/ou abattu. Il faut alors appliquer quelques serviettes humides sur son corps puis le sécher, et l’inciter à boire en lui proposant régulièrement de l’eau ou du bouillon de légumes.

 

Si toutefois la fièvre persiste plus de 24 heures ou approche voire franchit les 41°C, il devient nécessaire de l’emmener chez le vétérinaire. Ce dernier effectuera probablement une prise de sang, afin d’identifier la cause de l’infection et donc d’établir un traitement adéquat. Il peut également être amené à réaliser des examens supplémentaires (échographie, radio, examen urinaire...) pour écarter certaines causes ou au contraire confirmer certaines hypothèses.

 

Dans tous les cas, il ne faut jamais donner un médicament à son chien sans avoir consulté le vétérinaire en amont. En particulier, il convient de rappeler que certains antalgiques ou anti-inflammatoires destinés aux hommes (paracétamol, ibuprofère, aspirine...) s’avèrent être de véritables poisons pour les chiens.

Comment éviter le risque de contagion si un chien a de la fièvre ?

La contagion entre chiens

De nombreuses infections transmissibles entre chiens donnent de la fièvre : maladie de Carré, hépatite, grippe, toux de chenil, leptospirose, parvovirus, rage... La plupart de ces maladies sont véhiculées dans l’air, par la salive ou par les excréments. Autant dire que la contagion entre chiens est chose plus que courante, a fortiori dans les lieux où ils sont nombreux : refuges animaliers, élevages canins, pensions pour chien...

 

Par conséquent, si vous avez plusieurs animaux de compagnie et que l’un d’entre eux a de la fièvre, la première chose à faire est de l’éloigner et l’isoler des autres animaux. Par ailleurs, lorsque vous l’emmenez chez le vétérinaire, prenez soin de prévenir au préalable la secrétaire que votre chien est peut être porteur d’une maladie contagieuse afin d’éviter la propagation des agents infectieux ou bactériens.

La contagion de l’Homme

Diagnostiquer, traiter et prévenir les maladies du chien est important non seulement pour lui, mais aussi pour éviter une potentielle contagion des humains qui l’entourent. En effet, certaines maladies appelées zoonoses du chien sont transmissibles à l’être humain, même si les symptômes ne sont pas forcément les mêmes chez ce dernier. Il en existe de quatre types, en fonction de leur mode de transmission :

  • zoonoses bactériennes : lorsque l’agent responsable de la pathologie est une bactérie, comme c’est le cas par exemple pour la maladie des griffes du chat ou la leptospirose ;
  • zoonoses virales : lorsque l’agent infectieux est un virus, comme dans le cas de l’hépatite B ou de la rage, par exemple ;
  • zoonoses parasitaires : lorsque c’est un parasite du chien qui est à l’origine de la maladie, à l’instar du paludisme ou de la toxoplasmose ;
  • zoonose fongiques : lorsque c’est un champignon microscopique qui est responsable de la maladie. C’est ce qui se produit par exemple avec la candidose.

 

Pour éviter toute transmission de maladie à l’Homme, il convient donc d’adopter quelques mesures préventives d’hygiène :

  • Veillez à ce que les vaccins du chien soient en permanence à jour, et traitez-le régulièrement contre les parasites avec un vermifuge pour chien efficace que vous aura prescrit votre vétérinaire ;
  • Evitez les contacts trop rapprochés entre le chien et les bébés, enfants ou personnes fragiles (personne âgée ou immunodépressive, femme enceinte…). Par exemple, évitez que le chien ne lèche le visage ou les mains des personnes qui l’entourent ;
  • Lavez-vous systématiquement les mains après avoir touché un chien, et apprenez aux enfants à en faire autant ;
  • Ne touchez pas les excréments ou l’urine du chien, et désinfectez les zones ayant été en contact avec ses déjections.

Le mot de la fin

La plupart du temps, la fièvre du chien disparaît au bout de quelques jours, spontanément ou suite à la prise d'antibiotiques pour chien prescrits par le vétérinaire. Il est donc inutile de s’affoler si votre chien a de la fièvre, tant bien sûr que cette dernière ne franchit pas un seuil critique. Ménagez simplement ses efforts, assurez-vous de lui offrir un régime alimentaire adapté à la race du chien et à son âge, et restez attentif à l’évolution de la situation. Si la plupart des infections se soignent très bien, il convient d’avoir les bons réflexes et d’emmener le chien chez le vétérinaire lorsque cela est nécessaire, plutôt que de laisser perdurer la fièvre, et prendre le risque de voir son état de santé se dégrader.

Dernière modification : 09/05/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.

Discussions sur ce sujet