La dysplasie folliculaire chez le chien

La dysplasie folliculaire chez le chien

Fréquence : Rare
Vice rédhibitoire :

Non

Maladie héréditaire :  Oui

 

La dysplasie folliculaire est une anomalie de la synthèse et de la croissance du follicule pileux. Les poils produits sont alors anormaux, tordus, sinueux et fragiles ; ils se cassent et s'arrachent facilement. Le pelage du chien apparaît d'abord terne et en mauvais état, puis une chute de poils anormale survient, d'abord localisée au niveau des zones de frottement avant de se généraliser à l'ensemble du corps.

 

On distingue deux types de dysplasies folliculaires chez le chien :

  • la dysplasie folliculaire des poils noirs ;
  • l'alopécie récurrente des flancs.

 

Le diagnostic nécessite de réaliser une biopsie de la peau. et de comparer l'aspect des poils en zone atteinte et en zone saine. Dans un cas comme dans l'autre, il n'existe pas de traitement à l'heure actuelle.

La dysplasie folliculaire des poils noirs

La dysplasie folliculaire des poils noirs

La dysplasie folliculaire des poils noirs est caractérisée par une atteinte exclusive des zones où le pelage est noir. Les poils atteints sont petits, se cassent facilement. La peau présente un grand nombre de pellicules, des comédons, ainsi que des taches dépigmentées assez évocatrices.

 

La maladie se manifeste très tôt, dès la 4ème semaine. Elle peut toucher un grand nombre de chiens, mais certaines races y sont prédisposées, comme le Dobermann, le Border Collie, le Petit Münsterländer ou encore le Saluki.

 

On ignore encore avec certitude le mécanisme d'apparition des lésions, mais l'origine génétique est fortement soupçonnée.

L'alopécie récurrente des flancs

L'alopécie récurrente des flancs

L'alopécie récurrente des flancs est un type particulier de dysplasie folliculaire qui ne dépend pas de la couleur du poil. Elle consiste en des épisodes cycliques et saisonniers de chute de poils localisée au niveau des flancs, ce qui donne au pelage un aspect typique dit "en carte de géographie".

 

Les deux côtés du corps peuvent être touchés ou non. Les poils perdus repoussent ensuite spontanément en quelques mois. L'alopécie peut survenir occasionnellement, ou bien se manifester tous les ans, à chaque changement de saison. Dans ce dernier cas, les poils repoussent de moins en moins, tandis que la peau sous-jacente s'épaissit et se pigmente de plus en plus.

 

L'origine de la maladie n'est pas connue avec certitude, mais elle semble liée au photopériodisme qui provoque habituellement les mues saisonnières. Certaines races sont prédisposées, comme le Berger de Brie, l'Airedale Terrier, le Boxer et le Schnauzer.

 

Aucun traitement n'est réellement efficace à l'heure actuelle, mais des études prometteuses sont en cours.

Dernière modification : 04/08/2021.