La dysplasie de la hanche : symptômes, diagnostic, traitement et prévention

La dysplasie de la hanche : symptômes, diagnostic, traitement et prévention

Hantise de bon nombre d'éleveurs et adoptants, la dysplasie de la hanche, aussi appelée dysplasie coxo-fémorale, est une malformation souvent bilatérale de l'articulation de la hanche, susceptible de se déclarer au cours de la croissance de n'importe quel chiot. Contrairement à une idée reçue, tous les maîtres sont donc potentiellement concernés, sans exception.


Quels sont les symptômes d'une dysplasie de la hanche ? Comment savoir qu'un chien est dysplasique ? Peut-on diminuer le risque d'adopter un chien dysplasique ?

Les meilleures croquettes pour la santé de votre chien
Les meilleures croquettes pour la santé de votre chien
Les meilleures croquettes, ce sont celles conçues sur mesure pour lui par des nutritionnistes canins professionnels !

Offre d’essai sans engagement.
Plus de 20.000 avis clients positifs !
Cliquez ici
Partager
 

Qu'est-ce que la dysplasie de la hanche du chien ?

Une hanche normale à gauche, et une rongée par l'arthrose à droite
Une hanche normale à gauche, et une rongée par l'arthrose à droite

La dysplasie coxo-fémorale, plus communément appelée dysplasie de la hanche, est une maladie de l'appareil locomoteur du chien relativement courante.

 

Il s'agit d'un dysfonctionnement de la hanche qui provoque, à plus ou moins longue échéance, des problèmes articulaires invalidants pouvant aller de l'arthrose à une paralysie complète du membre arrière. Elle est due à une malformation des os qui forment l'articulation, ou bien à une défaillance du ligament qui relie le fémur au bassin. Le plus souvent, elle est bilatérale, c'est-à-dire qu'elle touche les deux hanches.

 

Cette maladie est rarement congénitale, c'est-à-dire qu'elle n'est généralement pas présente dès la naissance. Elle apparaît surtout pendant la croissance du chiot, mais peut en vérité se déclencher à n'importe quel âge, pour toute une série de raisons qui sont encore mal comprises des chercheurs. Il s'agit d'une des maladies osseuses les plus répandues chez le chien, puisqu'elle représenterait plus des deux-tiers des cas présentés en chirurgie. Elle concerne surtout les plus grandes races de chiens, mais peut théoriquement affecter n'importe quel individu.

 

En France, en Belgique et dans plusieurs autres pays, elle est considérée comme un vice rédhibitoire lors de l'achat d'un chien : sa détection dans les mois qui suivent l'adoption peut donc justifier une demande de remboursement auprès du vendeur.

Les différentes formes de dysplasie de la hanche chez le chien

Les différentes formes de dysplasie de la hanche chez le chien

Il existe trois formes de dysplasie coxo-fémorale chez le chien :

 

  • une défaillance ligamentaire : il s'agit de la forme la plus courante. En temps normal, le fémur est emboîté dans l'acétabulum, c'est-à-dire la cavité articulaire du bassin. Il y est maintenu par les muscles de la zone, par une capsule fibreuse et enfin par un ligament. Lorsque ce dernier est défaillant, il ne fixe plus complètement l'os, qui bouge alors anormalement dans l'articulation ;

 

  • une malformation de la tête du fémur, qui peut être trop petite, déformée ou aplatie au lieu d'être lisse ;

 

  • une malformation de l'acétabulum : si ce dernier, au lieu d'être concave, est évasé ou insuffisamment profond, la tête du fémur ne peut pas s'y emboîter correctement.

 

Dans les trois cas, les mouvements anormaux qui découlent de ces anomalies provoquent avec le temps une déformation du fémur et/ou de la cavité articulaire : c'est ce qui provoque la dysplasie de la hanche.

Les causes de la dysplasie de la hanche chez le chien

La dysplasie de la hanche est une maladie courante, mais dont les causes sont encore mal comprises. Elle semble en tout cas multifactorielle, ce qui la rend difficile à prédire et à éradiquer.

La prédisposition génétique à la dysplasie

Les grands chiens sont prédisposés à la dysplasie
Les grands chiens sont prédisposés à la dysplasie

Il semble exister une forte prédisposition génétique à la dysplasie de la hanche, qui serait liée à des anomalies sur de nombreux gènes. Cette prédisposition est héréditaire : si les parents sont prédisposés à la dysplasie, leurs petits le sont aussi. Pour autant, tous les chiens porteurs des anomalies génétiques associées ne développent pas nécessairement la maladie, et même ceux qui la développent peuvent rester asymptomatiques.

 

Ce sont le plus souvent les races de grande taille comme le Berger d'Anatolie ou le Landseer qui sont dans l'ensemble les plus prédisposées, mais la dysplasie est également présente chez des plus petites, comme le Shiba Inu ou le Beagle. Sa prévalence est en tout cas très variable d'une race à l'autre. Ainsi, d'après l'ouvrage Genetics of the Dog écrit par Malcom B. Willis et publié en 1989, 50% des individus sont touchés chez le Saint-Bernard, contre 25% chez le Schnauzer Géant et 15% chez l'Airedale Terrier.

 

Chez le Labrador Retriever, souvent associé à la dysplasie coxo-fémorale, le pourcentage d'individus atteints n'est "que" de 15% : c'est donc loin d'être une des races les plus touchées par la maladie. Cette idée reçue vient probablement du fait qu'il s'agit d'une des races de chiens les plus populaires au monde : comme il est très répandu, il est normal qu'il y ait dans l'absolu beaucoup d'individus atteints de cette malformation.

Les autres facteurs de risque de la dysplasie

Les autres facteurs de risque de la dysplasie

Si la génétique est clairement le facteur de risque prédominant, ce n'est pas le seul : certains chiens non prédisposés génétiquement peuvent être atteints de dysplasie de la hanche.

 

En dehors de la prédisposition génétique, les principaux facteurs de risque connus chez le chien sont :

 

  • une mauvaise alimentation, en particulier pendant les premiers mois : si le chiot est nourri avec une alimentation trop riche ou mal équilibrée (par exemple si elle contient trop de calcium), cela peut aboutir à une croissance trop rapide, et donc à une déformation des os du bassin ;

 

 

  • un accident ou un traumatisme engendrant une altération des os qui forment la hanche : chute dans les escaliers, choc avec un véhicule... Le risque que cela débouche sur une dysplasie est bien plus élevé si l'accident survient avant l'âge adulte ;

 

  •  certaines particularités morphologiques occasionnant une pression importante sur les articulations, comme une peau pendante, un corps lourd et peu musclé, voire le surpoids ou l'obésité du chien. C'est peut-être ce qui explique que les chiens de type lévrier, qui se caractérisent par leur minceur, sont dans l'ensemble moins impactés que leurs congénères, alors même qu'ils sont de grande taille.

 

Ainsi, tous les chiens peuvent être atteints de dysplasie de la hanche, et pas seulement ceux qui sont prédisposés génétiquement. La phase de croissance est particulièrement déterminante, car les articulations de l'animal sont alors encore fragiles.

Les symptômes de la dysplasie de la hanche chez le chien

Les symptômes de la dysplasie de la hanche chez le chien

La dysplasie de la hanche n'est pas considérée comme une maladie congénitale : de fait, très peu de chiens naissent avec une malformation au niveau des hanches. Dans la très grande majorité des cas, elle se déclare pendant la croissance, entre le 4ème et le 12ème mois, lorsque le corps du chiot grandit rapidement et que ses articulations encore fragiles sont fortement sollicitées. Le plus souvent, les deux hanches sont touchées, mais il peut arriver que ce ne soit pas le cas, par exemple si la dysplasie est provoquée par un choc physique.

 

Les premiers symptômes apparaissent généralement entre 4 et 8 mois : on constate un dandinement de l'arrière-train, des sautillements simultanés des pattes postérieures faisant penser à des sauts de lapins, et de manière générale une posture inhabituelle. Le chien compense en sollicitant davantage ses pattes antérieures, ce qui cause à terme une disproportion de son corps vers l'avant. À cette étape, la maladie n'est pas particulièrement douloureuse, même si elle empêche déjà le chien de se déplacer normalement.

 

Dans un deuxième temps, le plus souvent entre 6 et 10 mois, l'usure prématurée de la hanche commence à provoquer les premières douleurs : le chien souffre si on le manipule à cet endroit, se met à boiter d'une ou des deux pattes arrière (en particulier le matin, quand ses muscles sont à froid) et a du mal à sauter, courir, descendre les escaliers ou effectuer tout autre effort physique important. Le manque de mouvement de cette partie du corps conduit à une atrophie des muscles fessiers, et ce alors que dans le même temps la croupe s'élargit à cause des mouvements anormaux au niveau des hanches.

 

La dysplasie de la hanche et ses symptômes

Au terme de la deuxième phase, entre 10 et 12 mois, il est courant de constater une amélioration spontanée des symptômes, au point que le malade peut temporairement retrouver une démarche normale ou quasi normale. Mais la boiterie finit généralement par réapparaître au fur et à mesure du développement de l'arthrose causée par l'usure prématurée, du fait de l'articulation anormale des os entre eux. La douleur engendrée par cette usure est d'ailleurs très handicapante, et peut conduire à une paralysie d'une ou des deux pattes arrière.

 

Il s'agit ici du développement classique de la dysplasie chez un chien, mais il peut y avoir des différences d'un individu à l'autre, notamment en fonction des causes sous-jacentes. Il faut savoir également que certains individus peuvent rester asymptomatiques malgré une malformation manifeste au niveau des hanches.

Comment diagnostiquer la dysplasie de la hanche

Pourquoi détecter la dysplasie

Pourquoi détecter la dysplasie

Encore plus que pour n'importe quelle autre maladie, le dépistage de la dysplasie de la hanche est primordial et doit être effectué le plus tôt possible.

 

En effet, cette affection gravement handicapante si elle n'est pas traitée correctement a une dimension héréditaire indéniable, même s'il ne s'agit pas de sa seule cause. Il est donc important de la dépister tôt pour décider si l'individu doit être exclu de la reproduction, et donc le cas échéant stérilisé. Il n'est d'ailleurs pas rare que les différents clubs de race de chaque pays, qui veillent à l'amélioration et la bonne santé des races, portent un intérêt particulier à cette question. Ils peuvent par exemple imposer un dépistage systématique avant toute saillie.

 

Le diagnostic précoce de la maladie a également un autre avantage : certaines interventions chirurgicales visant à restaurer l'articulation de la hanche pour limiter l'apparition des symptômes ne peuvent être effectuées qu'avant un certain âge, lorsque le chien est encore jeune et que ses articulations ne sont pas trop atteintes. Or, les premiers signes d'arthrose apparaissent le plus souvent entre 6 et 10 mois, ce qui laisse peu de temps pour agir.

Les difficultés du diagnostic de la dysplasie

Les difficultés du diagnostic de la dysplasie

Si tous les vétérinaires et spécialistes de la question s'accordent sur la nécessité de poser rapidement un diagnostic de la dysplasie de la hanche, la principale difficulté réside dans le fait qu'il n'est pas si simple à effectuer.

 

Dans les faits, un chien atteint de dysplasie de la hanche de manière précoce peut être diagnostiqué dès l'âge de 3 ou 4 mois, car l'instabilité de son articulation est alors déjà détectable. Mais une absence de signe à cet âge ne signifie pas pour autant qu'il ne sera pas dysplasique, car la maladie est d'évolution lente et peut se manifester seulement plusieurs mois plus tard.

 

De plus, les symptômes de la dysplasie de la hanche ne sont pas spécifiques à cette maladie. Par exemple, une boiterie ou un chaloupement de l'arrière-train ne sont pas forcément signes de dysplasie, en particulier chez un chiot. Il existe par exemple ce que l'on appelle des boiteries de croissance et des panostéites qui touchent les jeunes : même si les symptômes sont identiques à ceux de la dysplasie, elles n'ont rien à voir avec, et disparaissent d'elles-mêmes une fois que le chien a fini de grandir.

 

Pour ces raisons, l'Orthopedic Foundation for Animals (OFA), une organisation américaine à but non lucratif spécialisée dans la recherche et la prévention des maladies orthopédiques et héréditaires chez les animaux de compagnie, considère qu'il faut attendre l'âge de 2 ans pour déclarer un chien à risques comme étant non atteint. Malheureusement, à cet âge, il est trop tard pour intervenir si au contraire il est effectivement souffrant, car ses articulations sont alors déjà grandement détériorées.

 

Plusieurs méthodes ont donc été développées au fil des années afin de pouvoir détecter la dysplasie de la hanche chez un chien le plus tôt possible, bien avant l'apparition des symptômes problématiques. Les méthodes les plus utilisées à ce jour sont la manoeuvre d'Ortolani, la méthode PennHip et la méthode OFA, mais il en existe d'autres. En tout état de cause, comme aucune de ces méthodes n'est pleinement satisfaisante, elles sont souvent combinées afin d'établir un pronostic fiable.

La manoeuvre d'Ortolani

La manoeuvre d'Ortolani

La méthode de palpation, aussi appelée manoeuvre d'Ortolani, permet d'établir un premier diagnostic de dysplasie chez le chien. Elle peut être pratiquée très tôt, dès l'âge de 3 à 4 mois, par un vétérinaire ayant des connaissances en orthopédie. Elle est utilisée sur les humains nouveaux-nés depuis 1937, et sur les chiots depuis 1985.

 

Le principe est relativement simple : il s'agit d'allonger l'animal sur le côté, de saisir son grasset (c'est-à-dire son genou) à pleine main, et d'exercer une pression sur la cuisse en direction de la colonne vertébrale afin de la mettre en abduction. Si la hanche est dysplasique, on peut entendre un claquement caractéristique chaque fois que la tête du fémur entre et sort de l'acétabulum : c'est ce qu'on appelle le signe d'Ortolani. Le chien manipulé est généralement sous sédatif voire sous anesthésie générale, pour qu'il conserve la position adéquate. Une mesure de l'angle de réduction, c'est-à-dire celui entre le plan horizontal et l'axe du fémur au moment où il réintègre l'acétabulum, permet d'avoir une idée de la gravité de l'atteinte : plus cet angle est important, plus la laxité de la hanche est forte.

 

Bien que très largement utilisée à travers le monde, cette méthode ne permet pas de mettre directement en évidence une dysplasie : elle indique simplement une éventuelle laxité de la hanche et donc un fémur mal emboîté, qui peuvent à terme dégénérer en une dysplasie. Son inconvénient est qu'elle ne permet pas de détecter tous les cas : une étude intitulée « Relationships Between Results of the Ortolani Method of Hip Joint Palpation and Distraction Index, Norberg Angle, and Hip Score in Dogs » et publiée en 1999 dans le Journal of the American Veterinary Medical Association concluait ainsi qu'environ la moitié des chiens négatifs au signe d'Ortolani présentent tout de même un risque de devenir dysplasiques. C'est pourquoi elle doit simplement être utilisée à titre indicatif, en complément d'autres examens.

La méthode PennHip

La méthode PennHip

La méthode PennHip est une technique de radiographie mise au point par des chercheurs de l'université de Pennsylvanie, aux Etats-Unis, et brevetée depuis 2013. Elle est très répandue aux Etats-Unis, mais encore relativement peu utilisée en Europe et au Canada.

 

Elle consiste à faire allonger le chien de dos sur la table d'examen et à réaliser trois radiographies dans trois postures différentes :

  • une en situation normale, les pattes arrière allongées et alignées ;
  • une en "compression", les fémurs bien emboîtés dans les hanches ;
  • une en "distraction", les têtes de fémur étant au contraire déplacés hors des acétabulums.

 

Pour y parvenir, l'animal est anesthésié et maintenu immobile à l'aide de sangles. Le vétérinaire le place dès lors à chaque fois dans la position requise.

 

Ces radiographies permettent d'évaluer l'aspect des têtes de fémur et des acétabulums, mais aussi et surtout de calculer un indice de distraction. Ce dernier est compris entre 0 et 1, et correspond au degré de laxité de la hanche. Ainsi, il permet d'évaluer les chances qu'un chien finisse par devenir dysplasique : il est inférieur à 0,4 chez un sujet sain, entre 0,4 et 0,7 en cas de laxité discrète à modérée, et supérieure à 0,7 en cas de laxité sévère.

 

L'avantage de cette méthode est qu'elle permet d'effectuer un diagnostic précoce sur les chiens à risques, puisqu'elle peut être réalisée dès l'âge de 4 mois, alors que les autres techniques de radiographie ne sont fiables qu'après 1 ou 2 ans.

 

L'inconvénient principal de la méthode PennHip est qu'elle coûte plus cher que les autres techniques, puisqu'il faut compter autour de 400 euros rien que pour le diagnostic. De plus, seuls les vétérinaires ayant été dûment formés à cette technique sont habilités à l'utiliser : à ce jour, ils ne sont qu'une poignée en Europe et au Québec à être dans ce cas. Enfin, l'examen des radiographies effectuées ne peut être réalisé que par le personnel de l'université de Pennsylvanie : cela nécessite donc de leur envoyer les documents et d'attendre leur réponse, ce qui peut prendre plusieurs semaines.

La méthode de radiographie OFA

La méthode de radiographie OFA

La méthode PennHip est une technique de détection encore très récente. Avant qu'elle n'apparaisse, une autre technique de radiographie était utilisée afin de diagnostiquer les chiens dysplasiques : la méthode dite OFA, car elle est celle préconisée par l'association du même nom.

 

Elle est également recommandée par la Fédération Cynologique Internationale (FCI), et toujours très largement employée en Europe et au Québec.

Le principe de la méthode OFA

La méthode OFA consiste à faire s'allonger le chien de dos sur une table et à effectuer une seule radiographie de ses hanches. À partir de ce cliché, il est possible d'évaluer l'état de l'articulation, de déterminer s'il y a déjà de l'arthrose et de mesurer l'angle dit de Norberg-Olsson, formé par la droite joignant les centres des deux têtes fémorales et la droite joignant le centre de la tête fémorale au bord crânio-acétubulaire.

 

Une note est ensuite déterminée pour chaque hanche, à partir des observations effectuées :

 

Angle Etat de l'articulation Note
Supérieur à 105° Hanche parfaite ou quasi parfaite A
Entre 100 et 105° Légère déformation de la tête du fémur et léger aplatissement de l'acétabulum B
Entre 90 et 100 ° Acétabulum déformé et arthrose légère C
Inférieur à 90° Acétabulum déformé et arthrose modérée D
Inférieur à 90° Luxation articulaire de la hanche et arthrose sévère E

 

A chaque note correspond un certain stade de dysplasie de la hanche :

 

Note Stade de la dysplasie
A Individu exempt, aucun signe de dysplasie
B Hanche presque normale, conformation imparfaite
C Dysplasie légère
D Dysplasie moyenne
E Dysplasie sévère

  

Dans le cas d'une dysplasie moyenne ou sévère, l'anomalie est nettement visible sur la radio.

 

Par ailleurs, les stades peuvent être eux-mêmes découpés en sous-stades : par exemple, au sein du stade A, A1 désigne les articulations parfaites et A2 les anomalies minimes. Lorsque les deux hanches n'en sont pas au même stade de la maladie, c'est la note de la plus touchée qui est retenue.

 

Quoi qu'il en soit, même s'il existe évidemment un lien, le stade de la maladie n'est pas directement corrélé à la douleur ressentie par l'animal ni à son niveau de boiterie.

Les limites de la méthode OFA

Les limites de la méthode OFA

La méthode de détection OFA et sa grille de notation font encore figures de référence dans une grande partie du monde. Pourtant, ce système présente plusieurs défauts importants :

 

  • Il n'est pas fiable avant l'âge d'un ou deux ans, car l'angle de Norberg-Olsson n'a de sens qu'à condition que la croissance du chiot soit déjà achevée. On n'y a donc généralement recours qu'à partir de l'âge d'un an afin d'avoir un premier aperçu de la situation, puis à nouveau vers son deuxième anniversaire, une fois sa croissance achevée et les résultats fiables. Cela ne permet donc pas un dépistage précoce, avant que les dégâts soient importants.

 

  • Les stades D et E sont difficiles à distinguer, dans la mesure où l'angle de Norbert est le même dans les deux cas. Seul l'état de la hanche permet de les différencier : comme il est laissé à l'appréciation du vétérinaire, cela peut prêter à débat.

 

  • Une certaine précision de la mesure de l'angle de Norberg-Olsson est nécessaire, or cette mesure est difficile à effectuer. Différents facteurs peuvent entrer en ligne de compte et fausser l'analyse : le savoir-faire du vétérinaire effectuant la radio (la tête du fémur n'étant pas tout à fait ronde, il n'est pas aisé d'en déterminer le centre exact), le matériel utilisé, le fait que le chien ait été anesthésié ou seulement sédaté, la proximité des période de chaleurs de la chienne, etc. Or, une erreur de 1mm de part et d'autre peut faire varier l'angle de 102 à 108°, et une erreur de 3mm peut le faire passer de 96 à 114°, c'est-à-dire du stade E au stade A...

 

Pour toutes ces raisons, la méthode de détection OFA est loin d'être infaillible. Pour autant, faute d'alternatives facilement applicables, elle constitue encore la technique de référence aux yeux de nombreuses institutions, en particulier en Europe.

 

Certains imposent toutefois des règles afin d'assurer un minimum de fiabilité au dépistage. Par exemple, en France, la radiographie doit être effectuée après l'âge d'un an, lue et analysée par un lecteur officiel choisi par le club de race correspondant, et marquée de manière indélébile afin d'empêcher toute falsification. Pour ce faire, elle doit comporter le numéro d'identification du chien, sa race, sa date de naissance, la date de l'examen et le nom du vétérinaire.

Traiter la dysplasie de la hanche chez le chien

Traiter la dysplasie de la hanche chez le chien

Comme pour toutes les maladies de l'appareil locomoteur du chien, le traitement de la dysplasie de la hanche n'est pas une mince affaire, même si elle est détectée tôt.

 

À ce jour, deux types de traitements sont possibles :

  • les traitements médicamenteux ;
  • les interventions chirurgicales.

 

Selon les individus et la gravité de l'atteinte, le vétérinaire propose l'un et/ou l'autre de ces traitements. Il faut toutefois savoir que les frais correspondants sont rarement pris en charge par les assurances santé pour chien : les moyens dont dispose le maître peuvent donc aussi entrer en ligne de compte dans l'arbitrage.

Le traitement médicamenteux de la dysplasie de la hanche

Le traitement médicamenteux de la dysplasie de la hanche

Le traitement médicamenteux de la dysplasie de la hanche du chien est un traitement principalement symptomatique : il n'agit pas sur les causes de la maladie en tant que telle, mais sur ses manifestations.

 

Il consiste en des anti-inflammatoires permettant de réduire les douleurs causées par l'arthrose du chien, et éventuellement aussi des chondroprotecteurs (c'est-à-dire des substances renforçant les articulations et le cartilage) afin d'en ralentir la progression.

 

Il implique également la mise en place de règles de vie strictes pour contenir la maladie, telles que :

  • le maintien d'un poids minimal, sans aucun excès ;
  • une durée d'exercice quotidien très limitée ;
  • la pratique de certaines techniques de physiothérapie afin de renforcer la musculature autour de la hanche, naturellement affaiblie par le fait que le chien a du mal à utiliser sa patte endommagée ;
  • des prises de sang à intervalle régulier, pour s'assurer que le recours continu à de puissants anti-inflammatoires n'entraîne pas d'effets secondaires importants, tels que des lésions au niveau du foie et des reins.

 

Le traitement médicamenteux n'est donc pas adapté à tous les chiens : il est généralement préconisé pour les individus peu actifs (donc ayant déjà un certain âge), dont le style de vie est plutôt sédentaire, qui sont de corpulence fine afin d'éviter tout effort sur les articulations, et dont la dysplasie est peu avancée. En effet, si l'atteinte est importante, la quantité d'anti-inflammatoires à prescrire est plus élevée : à long terme, le coût du traitement et des prises de sang peut devenir plus important que celui d'une intervention chirurgicale, dont les résultats s'avèrent en outre généralement plus satisfaisants.

Les opérations chirurgicales pour la dysplasie de la hanche

Alors qu'un traitement médicamenteux de la dysplasie de la hanche agit sur les symptômes sans s'attaquer à la cause sous-jacente, les interventions chirurgicales visent au contraire à reconstruire tout ou partie de la hanche pour que l'articulation entre le fémur et l'acétabulum redevienne normale.

 

Il en existe principalement quatre différentes à ce jour, toutes réalisées sous anesthésie générale.

La symphysiodèse juvénile pubienne

La symphysiodèse juvénile pubienne

Comme son nom l'indique, la symphysiodèse juvénile pubienne se pratique sur les chiots très jeunes, entre 3 et 5 mois. Elle nécessite donc un diagnostic effectué de manière très précoce via la méthode PennHip.

 

Elle vise à fermer artificiellement une partie du bassin en faisant fusionner certains os immatures du pubis pour les empêcher de bouger et de croître. Ainsi, lorsque le bassin se développe pendant la croissance de l'animal, ces os forment une sorte de point fixe forçant les deux acétabulums à se développer de manière latérale, et donc à mieux recouvrir chaque tête de fémur.

 

L'avantage de cette technique est qu'elle est moins coûteuse que les autres interventions, et qu'elle permet de traiter les deux hanches à la fois. Elle est également peu invasive comparativement aux autres opérations chirurgicales, au point que le chiot est généralement en mesure de rentrer à son domicile le jour-même de l'intervention. Son inconvénient majeur est qu'elle ne peut plus être pratiquée une fois la croissance des os commencée, donc globalement au-delà de l'âge de 5 mois. Elle ne permet pas non plus de traiter les cas de dysplasie très sévère, contrairement à des interventions plus lourdes.

 

Après une symphysiodèse juvénile pubienne, le chiot ne doit effectuer aucun autre exercice physique autre que de la marche en laisse jusqu'à l'âge de 10 mois en moyenne. Une nouvelle radiographie est alors effectuée, qui permet de confirmer la réussite de l'opération. Il doit également être nourri avec une alimentation pauvre en protéines (autour de 20% de la quantité quotidienne normale).

La double ou triple ostéotomie du bassin

La double ou triple ostéotomie du bassin

L'ostéotomie du bassin est une technique chirurgicale visant à fracturer volontairement le bassin en certains endroits afin de corriger l'orientation de la cavité articulaire, et ainsi de reconstruire une hanche de forme plus proche de la normale. Elle permet à la fois de réduire les douleurs endurées par les sujets atteints, et d'empêcher le développement de la maladie chez ceux qui n'ont pas encore de symptômes.

 

On parle de double ostéotomie du bassin (DOB) lorsque deux fractures sont effectuées (une au niveau du pubis, l'autre au niveau de l'illium), et de triple ostéotomie du bassin (TOB) lorsqu'elles sont au nombre de trois (les mêmes que pour la DOB, plus une fracture au niveau de l'ischium). La DOB est en fait une version améliorée de la TOB, qui permet de limiter les risques de complication en réduisant le nombre de fractures à effectuer ; c'est donc elle qui est désormais privilégiée chaque fois que faire se peut.

 

L'une comme l'autre sont pratiquées sur des chiots âgés en moyenne de 6 à 8 mois, dont les hanches présentent peu de laxité et ne sont pas trop frappées d'arthrose. Les radiographies utilisées pour effectuer le diagnostic permettent de savoir ce qu'il en est, et donc de déterminer si ces techniques sont envisageables.

 

L'ostéotomie du bassin est une méthode efficace pour traiter une dysplasie de la hanche chez le chien, et qui reste relativement peu invasive, même si elle l'est davantage que la symphysiodèse juvénile pubienne. Elle nécessite toutefois d'intervenir sur chacune des hanches séparément si les deux sont atteintes. Un repos complet est ensuite préconisé pendant 5 semaines après l'opération, et des radiographies sont réalisées dans les mois qui suivent afin de s'assurer de la bonne cicatrisation des os et des tissus. Le plus grand risque est celui de rejet, de cassure ou de déplacement des plaques de métal utilisées pour corriger l'orientation des os de la hanche.

La pose d'une prothèse de hanche

La pose d'une prothèse de hanche

Pour les sujets déjà fortement affectés par la dysplasie, la meilleure solution consiste en un remplacement de l'articulation par une prothèse de hanche pour chien.

 

Il s'agit d'une opération plutôt lourde, puisqu'une bonne partie des os du bassin est remplacée, mais qui permet de retrouver une grande mobilité au niveau des pattes arrière. La tête du fémur et l'acétabulum sont remplacés par des implants en métal et en polyéthylène, fixés sur les os restants avec du ciment, des embouts ou d'autres techniques.

 

Cette intervention est recommandée pour les individus ne pouvant être traités par symphysiodèse pubienne ou par ostéotomie du bassin, et qui sont suffisamment âgés pour supporter une telle intervention (généralement plus d'un an). Elle nécessite ensuite jusqu'à 6 mois de rééducation, au terme desquels l'animal est censé avoir récupéré la quasi-totalité de sa mobilité.

 

En dehors du fait que l'intervention est lourde et qu'elle ne peut donc être pratiquée sur tous les chiens, elle présente également l'inconvénient d'être onéreuse, puisqu'il faut compter plus de 2000 euros uniquement pour la prothèse, ce à quoi viennent s'ajouter les frais de l'opération puis ceux liés à la rééducation.

L'ostéotomie de la tête du fémur

L'ostéotomie de la tête du fémur

L'ostéotomie de la tête du fémur vise à soulager les douleurs occasionnées par le frottement constant du fémur sur la cavité articulaire du bassin. Elle peut être pratiquée à tout âge, mais est privilégiée chez les chiens ne pouvant bénéficier des autres traitements, car elle ne permet pas de recréer un fonctionnement normal de la hanche.

 

Cette intervention consiste à retirer la tête et le col du fémur en les sciant, de façon à ce que l'os ne s'articule plus directement dans la cavité. Une fois l'opération terminée, les tissus fibreux alentour s'étirent jusqu'à l'ancienne jonction entre fémur et hanche. Cela crée une sorte de pseudo-articulation qui maintient l'ensemble en place, mais qui ne permet pas d'effectuer des efforts importants. Ainsi, les individus subissant une ostéotomie fémorale doivent demeurer le plus mince possible afin d'éviter toute pression sur leurs articulations, et les exercices qu'ils effectuent ne pas dépasser une intensité supérieure à celle de la marche en laisse. Tout effort plus conséquent est prohibé, et ce jusqu'à la fin de leur vie.

Prévenir la dysplasie de la hanche chez le chien

Prévenir la dysplasie de la hanche chez le chien

S'il n'est pas évident de la soigner, il est encore plus difficile de prémunir son chien contre la dysplasie de la hanche. En effet, les mécanismes qui mènent à son apparition sont encore mal compris : certains sujets à risques ne développent finalement jamais de symptôme, alors qu'à l'inverse, d'autres qui paraissent peu prédisposés finissent par en être atteints.

 

Les scientifiques sont toutefois parvenus à mettre en évidence certains facteurs de risques qui aggravent les chances pour un animal de souffrir effectivement de dysplasie coxo-fémorale, qu'il soit ou non prédisposé à l'origine du fait de son bagage génétique. Il est donc essentiel de les connaître et d'en tenir compte autant que possible dès les premiers mois du chiot - d'autant que la détérioration d'une hanche peut entraîner celle d'autres articulations par effet de compensation...

Surveiller l'alimentation de son chiot

Surveiller l'alimentation de son chiot

Pour prévenir l'apparition de la dysplasie de la hanche, il est essentiel de surveiller de près l'alimentation du chiot pendant sa croissance.

 

En effet, c'est pendant cette phase cruciale que ses muscles grandissent et que son squelette se consolide. Il faut donc absolument lui apporter une alimentation de qualité - par exemple des croquettes premium - afin qu'il reçoive tous les nutriments et minéraux dont il a besoin pour bien grandir. De fait, une nourriture trop pauvre entraîne des carences en vitamines et en minéraux, qui peuvent être à l'origine de retards de croissance, de malformations et/ou d'une insuffisance musculaire, tous susceptibles de provoquer une dysplasie. Mais l'inverse est vrai aussi : un régime trop riche peut conduire à des pics de croissance et/ou à du surpoids, qui sont également des facteurs de risques. Un bon moyen de savoir qu'un chien est en surpoids est de le caresser au niveau des côtes : si on ne peut pas les sentir ou qu'il faut pour cela enfoncer fortement le doigt, c'est qu'il y a un problème, et qu'il faut donc le faire examiner par un vétérinaire.

 

Pour prévenir la dysplasie de la hanche, il est donc important de respecter scrupuleusement les rations recommandées à chaque âge, afin que que la croissance du chiot soit aussi régulière que possible. Une attention particulière s'impose s'il appartient à une race de grande corpulence, car il a alors tendance à prendre rapidement du volume alors que ses os mettent du temps à se consolider.

 

Enfin, dans le cas d'un chiot effectivement atteint de dysplasie de la hanche, il faut théoriquement le maintenir à un poids inférieur ou égal à celui attendu compte tenu de son âge, afin de limiter l'aggravation de son état.

Limiter l'activité physique de son chiot

Limiter l'activité physique de son chiot

Limiter l'activité physique de son chiot pendant la première année de sa vie est également un bon moyen de réduire le risque de dysplasie, en particulier s'il est prédisposé génétiquement et/ou morphologiquement.

 

Cela ne signifie pas bien sûr qu'il faut le priver totalement d'exercice. En revanche, les activités les plus susceptibles d'éprouver ses articulations doivent être prohibées. Par exemple, il est préférable de le porter plutôt que de le laisser monter ou descendre des escaliers, sauter, courir à toute allure...

 

Les longues promenades sont également à proscrire pendant les premiers mois de sa vie. Mieux vaut commencer par des sorties courtes de 5 minutes, puis en allonger progressivement la durée chaque mois de 5 minutes. Par ailleurs, pendant la balade, il est préférable d'opter pour un harnais de type easywalk plutôt qu'une simple laisse ou un collier étrangleur. En effet, par le biais de la traction qu'ils exercent sur le cou du chien, ces derniers agissent sur les vertèbres et ont des répercussions sur le squelette du chien.

 

La dysplasie de la hanche et ses symptômes

Pour compenser la réduction des sorties, qui peut être à l'origine de troubles psychologiques s'il n'est pas suffisamment en mesure de se dépenser chaque jour, il est possible notamment de jouer avec son chien. Qu'il soit pratiqué seul, avec ses maîtres ou avec des congénères, le jeu est d'ailleurs indispensable à son bon développement, mais il faut là encore veiller à éviter tout effort physique trop intense. Pas question donc de faire des courses effrénées dans le jardin, des glissages sur le carrelage, des exercices soutenus et des sauts inconsidérés pendant les premiers mois du chiot.

 

Des jeux plus tranquilles, comme par exemple des exercices de marche au pied sans laisse ou d'apprentissage des ordres de base (assis, debout, couché), permettent non seulement de le stimuler, mais aussi d'approfondir la relation qui l'unit à son maître, le tout sans lui faire prendre de risques inutiles. Les baignades sont également un bon moyen de lui permettre de faire de l'exercice, tout en soulageant ses articulations. Elles sont aussi l'occasion d'apprendre à son chien à nager, ce qui lui permettra plus tard de se régaler, que ce soit à la mer, dans un lac, une rivière...

Bien choisir les reproducteurs pour éviter la dysplasie

Bien choisir les reproducteurs pour éviter la dysplasie

Compte tenu de la dimension héréditaire de la dysplasie de la hanche, le choix des individus reproducteurs revêt une importance capitale pour toute personne souhaitant faire se reproduire son chien.

 

Ainsi, bon nombre de clubs de race fixent de manière officielle un seuil au-delà duquel un individu est exclu de la reproduction, en utilisant les notations de la méthode OFA. Cela dit, même si rien n'est imposé, un éleveur consciencieux évite normalement de faire se reproduire un sujet atteint d'une dysplasie dont le stade est supérieur au niveau B.

  

Pour autant, quand bien même les deux parents sont notés A, un éleveur ne saurait s'en prévaloir pour garantir à un éventuel acheteur l'absence totale de risque de dysplasie future pour l'animal adopté, puisque tout n'est pas affaire que de génétique et d'ascendance. Il a néanmoins un rôle important à jouer en offrant de bonnes conditions d'élevage à ses animaux, et dans l'idéal en les faisant systématiquement dépister de manière précoce.

Comment éviter d'adopter un chiot avec un risque de dysplasie

Lorsqu'on souhaite adopter un chiot, mieux vaut s'assurer que ses géniteurs, grands-parents et même arrières-grands-parents n'ont pas été touchés par la dysplasie de la hanche, en réclamant les résultats des radiographies effectuées. En effet, la maladie peut sauter plusieurs générations.

 

Il est important de ne pas être laxiste sur le sujet, car la dysplasie de la hanche est un véritable fléau, dont on ne se débarrasse pas si facilement. Par conséquent, si l'éleveur n'est pas en mesure de présenter les résultats des ancêtres du chiot, mieux vaut ne pas prendre de risques et passer son chemin. C'est tout particulièrement vrai pour une race prédisposée à la dysplasie de la hanche, comme le Bouvier Bernois, le Golden Retriever ou encore le Chow Chow.

 

Il convient toutefois de garder en tête que, quand bien même tous les indicateurs sont au vert, cela ne garantit pas un risque zéro, car d'autres facteurs autres que génétiques influent sur l'apparition de la maladie. Néanmoins, le risque est alors fortement réduit.

Le mot de la fin

Incurable, la dysplasie de la hanche est une maladie assez insidieuse, mais quelques précautions peuvent en limiter grandement le risque, sans toutefois l'éviter totalement. Le constat est d'ailleurs le même pour d'autres problèmes locomoteurs.

 

Cela étant, même si un chien est atteint de dysplasie, il ne faut pas forcément céder à la panique ou au désespoir : tant que l'atteinte n'est pas très sévère, il peut vivre quasiment normalement. De plus, la forte prévalence de ce problème fait qu'il suscite depuis longtemps un grand intérêt de la communauté scientifique. De ce fait, il existe de nombreux traitements, adaptés à tous types de situations : certains soulagent la douleur, d'autres restaurent la mobilité, d'autres encore font les deux. Une consultation chez le vétérinaire permet d'obtenir bon nombre de conseils quant aux différentes pistes envisageables.

 

Enfin, dans certains pays comme la France et la Belgique, la dysplasie de la hanche fait partie des vices rédhibitoires lors de l'achat d'un chien. Cela signifie que des recours légaux sont possibles en cas d'achat auprès d'un éleveur.

Dernière modification : 09/04/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Commentaires sur cet article

Bonjour,
Lorsqu'elle n’avait qu'un an, ma chienne a été diagnostiquée pour une sévère dysplasie des deux hanches: elle ne marchait la plupart du temps que sur 3 pattes et malgré son jeune âge, elle ne jouait presque pas en raison de la douleur. Mon vétérinaire nous a recommandé le Carthrophen au 6 semaines + Flexadin et croquettes spéciale articulation à tous les jours. Cela a véritablement changé nos vies! Elle a maintenant 3 ans et c’est elle qui courre le plus vite au parc à chien! Je ne l’ai jamais revue boiter et elle a gagné en énergie.

   
Par Julie

Bonjour à tous et à toute .

Voilà mon labrador de 7 mois, Joker est atteint de dysplasie sévère des deux hanches ..

L'opération semble la seule solution et c'est pour cela que je publie ce message pour savoir si il y a des personnes qui on eu ou qui on un chiot avec le même soucis que Joker .

Il existe d'après mes renseignements 3 opérations possible :

- la pose de prothèse total de hanches a la fin de sa croissance

- la triple ostéotomie du bassin

- ablation de la tête et du col du fémur.

J'aurais aimez avoir les avis sur ces opérations en mettant de côté le point de vue financier .



Merci à tous .

0    0
Par Doriane

bonjour je posséde une chienne berger allemand de 4 mois qui présente une petite dysplasie de la hanche gauche mon vétérinaire lui a changer son alimentation et me dit qu'il faudras attendre ses 1 ans pour pouvoir voir son évolution dons plus de séance de dressage sauf assis,couché,pas bouger

0    0
Par patrick

moi c'est mon chat british shorthair de 13 mois acheté chez un éleveur, tout d'abord il a eu le problème d'un seul testicule de sorti, j'ai dû le faire castrer hier ( comme une femelle pour lui retirer le testicule resté dans l'abdomen)et l'horreur lors de la radio le vétérinaire m'a annoncé qu'il avait une dysplasie des hanches....lui a prescrit anti-inflammatoire et dit de lui faire des séances chez un ostéopathe...j'avais remarqué qu'il boitait un peu ou marchait bizarrement en trainant ses pattes arrières pensant que cela provenait de son testicule resté à l'intérieur!!! je suis dégoutée j'espère ne pas en arriver à le faire opérer plus tard, sinon si c'est le seul remède c'est sûr que je le ferai car il est adorable et il est tout pour moi c'est mon bébé et mon seul compagnon...qui a des conseils à me donner? ou me donner l'adresse si je devais plus tard le faire opérer ? mais est-ce qu'il souffrira après l'opération ? et quelle méthode sera la meilleure ? je suis prête à traverser la France et même aller à l'étranger pour le faire soigner, j'ai pas d'argent suis retraitée mais je m'en fiche je ferai un crédit ...

0    0
Par JORDAN M FRANCE

Bonjour, j'ai un Golden retriever de 6 ans, Boris, qui a été diagnostiqué dysplasie très sévère des deux hanches. Mon beau Boris a une énergie folle, il fait de longues marches à tous les jours, il adore se bagarrer gentiment avec sa soeur et il est très enjoué. Il a commencé à boiter il y a quelques jours et ce sont les premiers signes de la dysplasie que nous avons eu depuis sa naissance. Bien sûr, j'avais remarqué qu'il manquait un peu de souplesse. Il y a quelques années, j'en avais même parlé à mon vétérinaire. Celui-ci m'avait tout simplement dit que mon chien était moins souple que la moyenne... Avec le diagnostique qui vient de nous tomber dessus, je trouve que c'est un manque de vigilance et de professionnalisme important.

Je suis à la fois triste, fâchée, impuissante et, surtout, j'ai peur pour l'avenir de mon chien adoré que je considère comme un membre de ma famille.

La vétérinaire nous a parlé de deux options:

1) donner des injections de carthophen pendant 4 à 6 semaines et ensuite y aller au besoin, en plus de lui donner des suppléments (glucosamine, oméga, etc.), une nourriture adaptée et des anti-inflammatoires (au besoin)

2) l'opération

Depuis quelques jours, je lis beaucoup sur les différents forums et je réalise que l'opération, en plus d'être très dispendieuse, n'est pas gage de succès. De plus, je constate que le processus est très douloureux à subir.

Alors, je commence doucement avec les injections de cartohène, en espérant de tout coeur que ça fonctionne.

Certains témoignages que je lis me font un grand bien et me donne de l'espoir.

Merci de partager vos diverses expériences cela contribue à briser l'isolement qu'on ressent devant une si douloureuse situation.

Boris et Gen

0    0
Par Gen

ma chienne cocker anglais qui as bientôt 13 ans elle as eue vers 2 ans ce problème elle faisait une crise par an avec une cure de anti inflamatoire 1 semaine puis celà passé vite ,depuis quelques jours ce méme traitement ne suffit plus

0    0
Par jeannie

Bonjour, j'ai une braque d’Auvergne a qui a l'age de 4 mois nous lui avons diagnostiquer une dysplasie , toute simple opération par vétérinaire ostéopathe ! le soir même elle marchait . aujourd’hui elle a 2 ans elle saute comme un ressort ! il faut juste avoir le bon très bon veto ! l’opération n'est pas excessive !

0    0
Par marine

Ma chienne berger allemand diagnostiquée à 6mois est traité avec de l'homéopathie et de l'ostéopathie.
Sa marche très très bien.

0    0
Par céline

Bonjour,j`ai une chienne rottweiller de presque 6 ans et elle a été dianogtiquer a 6 mois de dysplasie sévére,depuis on lui donne carthophen au 5 a 6 semaines.Tout va bien jusqu`à maintenant.Elle mange aussi de la nourriture du vétérinaire et un peu de exercice mais pas trop.on se croise les doigts...

0    0
Par jocelyne

mon rott. agé de 7 ans souffre de dysplasie et ce depuis peu mais a degré important , le véto lui a prèscrit un nouveau traitement , franchement "magique" certe onéreux mais mon chien ne souffre plus , il remarche , joue comme avant , il s'agit de cachets T... , à essayer !

0    0
Par fournol

La chienne va mieux; on lui a fait perdre du poids; elle faisait 40 kg au lieu de 35... Donc croquettes de régime (ROYAL CANIN TRÈS CHÈRES); elle continue épisodiquement Arthrineral et si le mal empire on passera aux infiltrations puis à la morphine... Mais elle est heureuse et nous aussi :):)

0    0
Par Tristor

Bonjour, ma Kaina à été diagnostiqué a 8 mois dysplasie sévère aux 2 hanches et ligaments croisés par dessus ça...par chance nous avions pris une assurance 'santé' nous payons 20 % de la facture et eu 80% ... donc nous l'avons fais opéré les 2 hanches ... elle à 8 ans aujourd'hui et elle a eu une vie 'normal' je ne regrette rien elle à une belle qualité de vie ...mais comme prédit son ligament la laché(8 ans plus tard quand même ) et elle vient de subir une chirurgie TPLO pour son genou car elle était souffrante..TPLO réussi elle a changé d'humeur et va mieux mais ...malheureusement elle a une hanche qui lui fait mal et elle boite toujours ...semblerait que la cupule se soit déplacée ....a suivre

0    0
Par Julie

Bonjour, je suis furieux après la clinique vétérinaire; notre chienne a une dysplasie mais un produit pharmaceutique la soulageait très bien: Arthrineral pourtant nous avons cru devoir laisser le vétérinaire lui passer une radio et donner son traitement de cortisone et voilà, ils l'ont manipulé pour la radio et la voilà qui souffre le martyr depuis... Comment se fait t-il que passer une radio dans le but de faire un diagnostic invalide à ce point un animal? Je m'en veux de ne pas avoir continué simplement Arthrineral (et je vais de ce pas en rechercher, bien que le mal de la manipulation de la radio qui date de quinze jours semble irrévocable), voilà.

0    0
Par Tristor

Bonjour !
Nous avons également un chien atteint de cette condition.
Je remarque que les propriétaires semblent dépourvus devant cette condition. L'alimentation est très importante également. Cependant ce qui existe depuis des années et que les gens oublient
C'est que cette condition répond très bien aux traitements chiropratiques. Nous avons commencé ses traitements depuis une semaine.
Je suis moi-même chiropraticien de formation. Je comprend ce que pouvez ressentir et vous souhaite bonne chance pour trouver une aide quelconque.
Dr. Morier D.C.

0    0
Par serge morier

bonjour; aujourd'hui je viens d'ammener mon chien roméo(13mois) car ce matin il c'est lever en boitant le véto lui a priscris un médicament et dans deux jours nous ferons la radio pour vérifier si dysplasie et a quel degrés, je suis morte de trouille, je me sens si impuissante et que cela lui arrive a son age.

0    0
Par Sénéchaux

J'ai un chiot de 12 mois, un cavalier king charles.. et je ne sais pas s'il souffre vraiment de dysplasie mais sa hanche se déboite par moments, il se paralise et crie quelques secondes puis revient à la normal.. cela arrivait rarement, mais cette semaine, cela s'est répété 3 fois alors je m'inquiète fortement.

0    0
Par Samedda

bonjour j'ai egalement un labrador qui as eté opéré de la displasie aux deux hanche à l'age de 8 mois il a 8 ans maintenant. Nous avons préferer lui faire couper les têtes du femur plutôt que les prothese. Maintenant il va bien il court un peut bizzaremznt mais il va trés bien .J'habite dans un appartement au 4 eme étage donc il monte et descends les escalier réguliérement et je voudrais savoir si il y a des risques pour lui et si le fait d'avoir été opéré si jeune ne va pas le rendre "patraque" plus tôt merci pour vos réponses

0    0
Par sophie

voila deja 3 mois et demi que mon bob est operer , sa se passe tres bien , elle doit marcher tous les jours , elle devait se faire opere de l autre hanche et par bonheur , elle sait remise toute seule meme le veterinaire etait tres etonne, je remercie docteur L.... veterinaire de nantes , on est tres bien suivi meme apres l operation , on a decider d avoir un autre bob mais la je lui ferait une radio a ses 4 mois pour voir si la displaxie est la , bon courage a tous

0    0
Par lydie olivier

NOUS AVONS 1 CANE CORSO DE 2 ANS. ça fait 1an qu'il a étè opérè de la dysplasie de stade D voir E .pas une prothèse mais l'operation consiste a casser le bassin pour remettre la tete du femur dans sa cavité.ça coute moins cher mais c pas possible dans tous les cas.aujourd'hui tout va bien mais on continue a lui donner du glyco flex qui se trouve en pharmacie. il est revenu au stade B.Courage a tous et 1 grand merci au docteur flasse de wavre en belgique que je conseille vivement.

0    0
Par FRA

moi mon chien a huit mois il boité que le soir et un peu le matin je l ai emené au veto il a ut une traitement de 10 jour puis il a arreté de boiter mais j ai peur qu il et la maladi

0    0
Par marion

les troubles musculo-squelettique: dysplasie, arthrite, paralysie chez les animaux de tout âge.
L’hydrothérapie s’avère efficace en complément de la médecine vétérinaire. L’hydrothérapie est un traitement pour améliorer et accélérer la récupération de la fonction locomotrice post-traumatique ou postopératoire, aussi bien que pour maintenir un animal vieillissant en bonne santé physique... à voir physio-tech.com
Elle permet de soulager la douleur, de limiter les conséquences de l'inflammation et de l'immobilisation, et de restaurer l'activité locomotrice suite à un traumatisme.Elle peut également etre mise en oeuvre à titre préventif. Du fait de la portance de l’eau, les animaux ont plus de facilité et du même sont encourager à se déplacer, ressentent moins la douleur, sans toutefois nuire à l’intégrité articulaire ou osseuse.

0    0
Par Ysmene

je viens d'apprendre que mon golden retriever de 8 mois a C à une hanche, et E à la seconde. Alors que ses deux parents sont A ! Il faut dans l'immédiat qu'il perde un peu de poids et se muscle, avant d'envisager une prothèse d'ici deux ans.

0    0
Par angela

bonjour,mon bobtail sait fait operer il y a3 semaines , c etait dur , changement de comportement enver moi mais depuis qu on lui a enlever les fils , elle reprend confiance en elle , elle pose sa patte par terre , et joue avec les filles , bon courage a tous

0    0
Par olivierlydie

Bonjour à tous,

Voila, il y a presque 7 ans , j'ai acheté mon chien au C...de p... à g..., une femelle terre neuve. Quelques jours plutard, elle n'etait pas bien du tout donc rdv chez le veto et la on se rend compte que cette petite bete vient des pays de l'est, pas de vaccin, date de naissance traffiquée, 7 kg au lieu de 15 pour son age et le pire dysplasie des hanches,...au bout de quelques semaines elle ne marchait plus du tout... D'après un grand orthopédiste, elle est trop atteinte pour etre opérée, elle aurait du prendre des anti inflammatoires toute sa vie, et sa durée de vie selon lui 2 ans! Elle a aujourd'hui bientot 7 ans, elle se prote tres bien sans aucun anti inflammatoire juste quelques complementss alimentaires: aliment Hills J/D, seraquin dog, vinaigre de cidre et harpagophytum. Et bien sur de l'exercice, tous les 15 jours elle va faire une séance d'hydrothérapie à chaumont gistoux, c presque magique !!!
Courage à vous
Aline

0    0
Par Aline

bonjour, nous avons acheté en mai un bobtail , on vient de lui trouver une displaxie aux deux hanches , elle a huit mois, j ai confiance a mon veterinaire pour l operation ,mais c est les six semaines apres qui nous font peur .

0    0
Par olivier lydie

Bonjour, notre dogue de bordeaux de 6 mois a une dysplasie sévére. Il vient de subir la 1ère opération, la 2nde hanche sera opérée d'ici un mois. Il souffre beaucoup et nous ne savons pas trop quoi faire pour l'aider. Si vous avez trouvez des astuces, merci de les partager...

0    0
Par Audrey

moi j'ai mon chien bichon qui a 7ans qui est paralysé de son train arrière il ne sens +rien il ne pleure pas ,mange bien et va bien à pars qu'il est devient très sale et il ne se sent +pour faire pipi.Il va porter un harnais à roulette pour qu'il puisse de nouveau profiter de la vie et un peu courir. J'espère que sa l'aidera au-moins il ne se ferra +mal et il pourras refaire des promenades qu'il adorait tant.Les chiens à races de tailles moyennes et grandes ont tendances à avoir cette maladie.J'espere de tout coeur le tenir encore un moment car c'est comme mon bébé malgré que j'ai 2enfants il est trop adorable.merci de vos réponses et votre compréhension et de votre sensibilité.

0    0
Par whisky (marie)

bonjour j ai un labrador tea elle a 7 ans j ai eu du mal pour que l on me confirme une dysplasie car depuis toute petite je voyais qu elle marchais bizzarement plusieurs veto n ont rien vu jusqu a ce que j insiste pour qu on lui fasse des radios des hanches je l avait achete dans une animalerie je les ai prevenu et j ai demande le remboursement total de mon chien elle avait 1 an l animalerie n avait pas le choix car ils sont obliges de tester les parents avant de les faire se reproduire Aujourd hui elle a essaye plusieurs anti inflammatoire METACAM RIMADYL malheureusement je ne voit pas d amelioration flagrante elle n a pas l air de souffrir mais ce n est pas evident a voir Cette maladie est sounoise car des fois l animal n a pas trop mal mais ils finissent souvent paralyses du train arriere COURAGE A TOUS

0    0
Par isis

Bonjour, il y a 10 mois ma chienne de 6mois a été diagostiquée e l'ai faite opéré a l'âge de 7 mois aujourd'hui lle se porte comme un charme et elle peut recommencer à faire des bétises l calvaire dure 2_3 mois mais apres que du bonheur

0    0
Par carole

Bonjour, j'ai acheté en mai 2007 mon chien un malamute d'alaska, qui a très vite eu une démarche particulière. En allant chez le véto verdict: Dysplasie des 2 hanches. Nous l'avons fait opéré et en effet c'est assez honéreux et j'avou que pour le moment j'attend que passe les années pour savoir si c'était une bonne idée. L'opération c'est très bien passé mais il faut avoué que c'est très lourd pour le chien et il faut le chouchouté car c'est douloureux. ( Il a eu une triple ostéotomie du bassin). Il va bien mais a tjs une fatigue des postérieurs, dc l'avenir nous dira. Sinon j'en ai parlé avec mon éleveur pour l'informer mais mon chien avait déjà 1 an, cependant ils m'ont tout de suite offert un autre chiot sur une prochaine portée, et je vais dc chercher cette petite soeur lundi 12 octobre. Nous allons bien la suivre et j'espère ne pas avoir les même soucis car nous ne sommes pas sur de refaire l'opération

0    0
Par huart

Moi jai 11 ans et aujourd'huii jai apris que mon chien marley dogue de bordeauux avais cette maladie jai pleurer car jesperais quil naye pas sa et nous on va le faire opererr !

0    0
Par ari_cool

bjour a vous j ai un labrador avec une dysplasie des 2 hanches il a 7 ans il court des fois il boite un peu je luis donne un ketoprofene 25mg petit je le menai a la mer le + possible il c est muscle sans fatigue il court et joue comme tous il ce dandine un peu voila histoire d ugo bises a tous yvonne et ugo

0    0
Par yvonne146

bonjour voila une dure journée j'ai appris aujourd'hui que ma chienne Alia agée de six mois a peine a une dysplasie des deux hanches j'ai deux solutions soit la faire opérée mais sa à vraiment un coup deux milles euros environ entre toutes les radios et lui casser les hanches ainsi que la bassin ou bien un traitement d'une durée de six à douze mois selon son état puis on verra par la suite mais j'ai trés peur de la suite car je ne peux pas me permettre de l'opérer aider moi en me donnant des conseils otant pour mon moral que pour elle merci encore.

0    0
Par melanie

Bonjour mon chien Dax vient d'avoir 8 mois c'est un boxer et j'ai remarquer qu'il avait les pates arrière qui fonctionnées anormalement je l'ai mené chez le véto qui m'a révélé qu'il avait une dysplasie au niveau du bassin, pour le moment il a un traitement d'anti inflamatoire pour 15 j et des exercice que je lui fais faire tout les jours. A la suite des 15 jours le veridcte tombera opération ou cachets à vie. Si vous avez un chien dans la même situation dites moi si il peu vivre sans souffrir sans opération car il est petit pour lui infligé ça ! Merci d'avance

0    0
Par Stéphanie

Avez-vous essayé les Champs Magnétiques Pulsés(CMP)? On obtient des résultats extraordinaires. Certains vétérinaires (et autres médecins, excellents résultats chez l'Homme), les utilisent mais ils ne sont pas nombreux.Pourtant il existe des thèses sur les CMP. 90% des personnes qui les ont essayés en sont enchantés. Je peux vous en parler.J'ai reçu une formation à ce sujet par un chercheur en biologie. Je me tiens à votre disposition pour vous apporter tout renseignement.
Je possède un appareil de ce style que j'utilise pour moi avec réussite.
Alors à bientôt peut-être.

0    0
Par pierre

bjr laetitia moi j ai operer mon dog de bordeaux a 15 mois cela fait deja 2 mois qui est operer le debut fut tres dur pour moi maitenant il boite beaucoup moin et ne souffre plus ca ira de mieux en mieux moi jai pris l option de couper le bassin si tu decide de l operer je te conseille de t acheter une cage de tranport ca rend drolement service pour toi et ca permet d eviter a ton chien de faire le con car il faut qui reste tranquille pendant 2 a 3 mois voila pour moi si tu as d autre quesion ok pour te repond

0    0
Par SAUVAGE

bonjour non chien max je lais eu a noel il a 9 mois et une dysplasies des 2 hanches je lais enmener chez le veto ( tres bon veto) qui a fait des radios je doit le fair operais disi peux si non je doit aller le faire pique dans 4 MOI franchement je veus pas le faire pique je l'aime trop... en gros j'ai le choix entre 3 operations une consiste a couper un morseau de sa hanche pour que sa tete de femur et sa hanche puis se remet en place si non la 2eme operation et de lui enlever les tetes de femur pour quil puise ne plus soufrire mais l'inconvenient et quil ne marcherais plus jamais droit et la 3eme et un bassin en plastique le probleme et kil a que 9mois et quil risque de le casser et donc de le réoperait plusieur fois allor si vous pouver me conseiller je vous remerci davance cordialement laetitia

0    0
Par laetitia

J'ai adopté en septembre 2008 un bouvier des Flandres de 9 ans et demi, souffrant de dysplasie. Il a été opéré en 2001 au niveau des articulations des pattes avant. Lorsque je l'ai eu il couinait en se levant : je lui ai fait suivre un traitement homéopathique qui semble bien marcher : je continue des cures régulièrement. Il a eu 10 ans en février dernier et semble bien aller et ne plus ressentir de douleurs.

0    0
Par chgny

nous avon ètè voire un orthopedique veterinaire sarah ma petit border colleye aucune chirugie ne peu ètre envisagè ( triple ostèoptomie pelvienne ) de type d et elle a 8 nois nous somme trè triste qu'elle a mal

0    0
Par marie astrid

bonjour j'ai un border colie elle a 8mois on n'a remarquer quelle boite de l'arriere mous avons ete au veto et il a fait une radio et a vu quelle a une dysplasie des hanches j'ai acheter mon chien cher un eleveur sans pedigre quel reccour je peux avoir elle doit souffrire

0    0
Par marie astrid

Bonjour j'ai un saint bernard de 1 an et demi et il est atteint d'une dysplasie des 2 hanches cela fait 1 an qu'il à été opéré seulement d'un seul coté et aujourdh'ui sa recommence il boite de plus en plus.
Cette opération m'a couté 700 € et rien n'a changer.

0    0
Par Aline

Les différentes formes de dysplasies ( il n'y a pas uniquement celle de la hanche) est hélas devenu le lot de beaucoup de chiens depuis l'avènement de l'alimentation industrielle (croquettes) qui ne peuvent pas respecter le système digestif d'un chien.
Amicalement

0    0
Par Viggo

bonjour, je voudrais plus de renseignement sur la santé de mon yorshire, il a 14 ans. je suis allée chez le vétérinaire, il lui a fait 3 piqures antibiotique, 2 au cou et un à la patte car il vomit,diarrhée et se bute partout et pas déquilibre et traîne la patte arrière. sans avoir été tombé merci de me répondre

0    0
Par valérie

Ma chienne de 11 ans a des problèmes de locomotion. le vétérinaire lui a prescrit un médicament : le métacam 1,5 mg/ml suspension orale. La radiographie de l'arrière train n'a pas révélé de signes d'arthrose. Je voudrai savoir s'il y a des risques de paralysie.

0    0
Par NATHY

Bonjour j'ai une femelle Rottweiler de 3 ans et j'ai remarquer qu'après une marche de une heure ou plus elle à de la difficulté à se lever après s'être reposer de l'activité.Mais le lendemain ça va mieux jusqu'à la prochaine longue marche, je craint la dysplasie....et est-ceque la glucosamine pourrait l'aider.Merci!

0    0
Par Danielle

je viens d'apprendre pr mon veterinaire apres radio que ma chienne race hovawart souffre d'une dysplasie de la hanche;elle a seulement un an elle est superbe et elle nous comble de joie .nous avions confiance a notre vendeuse .Quelle deception Nous sommes tres inquiets pour notre chien rassurez moi

0    0
Par eliane

Bonjour,
Ma chienne Koba (croisée golden retriever et labrador) m'accompagne depuis 13 ans et demi... A ce jour, elle n'a jamais eu de gros problèmes de santé... mais je m'interroge sur ce qu'il s'est passé ce week-end à 2 reprises : elle est tombée sur le côté, alors qu'elle était statique. Et de temps en temps, elle rate quelques marches d'escalier.
Depuis plusieurs mois, je lui donne un comprimé de Locox, car elle avait du mal à se lever...
Aussi, ma question est la suivante : la chute sur le côté et dans l'escalier sont-ils des symptômes de la dysplasie de la hanche?

Pour info, aucun des vétos ne m'ont proposé de radiographie de la hanche.
Par avance merci!

0    0
Par aurélie

Bonjour Cathie,

Si votre chienne boite d'une ou des 2 pattes arrières, cela peut etre une douleur à la hanche mais pas forcément. Cela peut être ses genoux ou une autre partie du membre. Il faut déterminer où la douleur est localisée en la manipulant. En fonction de la localisation, les affections sont différentes.
S'il s'agit de ses hanches, le vétérinaire voudra sans doute faire une radiographie sous anesthésie générale pour voir la gravité de la dysplasie s'il y en a une. En effet, les gros chiens comme les bouviers bernois sont prédisposés à la dysplasie de la hanche. Même avec une très bonne sélection et des parents indemnes, il se peut que votre chienne soit dysplasique car cette maladie est fonction d'une composante génétique (plusieurs gènes avec des combinaisons diverses) et d'une composante environnementale (lieu de couchage glissant, escaliers, sauts et exercices trop intensifs, surpoids, mauvaise alimentation...).
En fonction de cela, il y a soit l'option médicale avec des anti-inflammatoires pour soulager l'animal, soit l'option chirurgicale si l'option médicale ne permet pas de le soulager.
Carine

0    0
Par Carine

Bonjour, je recherchais des infos sur LA DYSPLASIE DE LA HANCHE et je suis arrivé ici. je suis inquiète. j'ai une chienne bouvier bernois de 8 mois. elle bouette depuis 1 semaine et c,est de pire en pire. quand j'ai acheté mon chien on m'avais parlé que c'étais une race tres a risque pour cette maladie. j'espère quelle n'as pas cette maladie.
autre le bouettemant elle ne ce plain pas.comment peut-on savoir si elle a cette maladie.surtout quelle est jeune.elle n'as pa tombé ou autre.

merci de me répondre

0    0
Par cathie72

Bonsoir à tous, nous sommes dans la fatalité, je suis chef d'entreprise de 5 personnes au total et avons des problémes vu la conjoncture économique pour vous citer et situer notre situation.Nous ne gagnons à nous deux 2800€/mois.Sans parlerdes dettes liées à l'entreprise; bref...
Notre bulldog "tara" est décédée à l'àge de 5 ans empoisonnée.
J'ai chialé à la limite plus qu'au décés de ma mére (84ans )malade.
Mon bébé "TARA" crée tjrs un manque à ce jour(cela fait 6 mois)donc nous avons repris un Bulldog anglais nommée "DORA" qui a ce jour 8 mois et nous avons observé un disfonctionnement dans sa démarche et (nous n'hésitons pas d'aller chez le véto) meme pour un rhume car à ma "grosse" (TARA) j'ai juré sur son corps sans vie que je ne l'oublierai jamais!! (je consulte d'ailleurs un psy pour cela,preuves à l'appui) jen'en suis tjrs pas remis malgrés mes 1m76 et mes 98 kg ;dirigeant mes employés...Je dois avoir un coeur?!
Ma petite "DORA" à l'issue du diagnostique du véto fait apparaitre une dysplasie à la premiere radio, aprés demain on l'endort et une radio approfondie!!! Le véto annonce une opération sur LILLE(59) qui coute en tout 1900€ , ;ma femme pleure pour la petite bête mais aussi parce que nous avons des problémes d'argent! Que faire!!!!!
Le véto en qui nous avons" confiance " nous dit que certain clients ont euthanasié leur compagnon par manque d'argent à l'age de 1 an!!!
Mais que n'en dédit, je préfére crever moi meme que de suicider mon amour de "dora"!!!!il y a tjrs recours aux pret de "c..." ou autre!!
Je revendique l'interdiction de l'autorité de la vie ou de la mort sur des êtres vivant !!J'ai accepté mon bébé, le vendeur pour ma part n'y peut rien! Nous avons 43 ans pour notre couple et 2 enfants de 13 et 17 ans et je me vois mal flinguer dans la légalité tous ce qui fait parti de notre famille(nous avons également 2 yorckshire et eux sont en bonne forme dont "TAZZ 10ans et UNA 8ans" )des salopards de clébards qui s'accaparent de mon fauteuil devant la télé quand je rentre du boulot et qui daignent en sortir!!(lol) qu'est ce que je les adore !!! Ma question est ;pour la conclusion, est -il possible de soigner ma "DORA" autrement que de l'operer? avec massage régulier des muscles ,genre kiné pour les hommes ? ou autre ???
Je m'en reviens à vous tous pour m'aider!!! en parrallele je me vois mal envoyer une de mes filles se faire charcuter parce qu'elle a mal à son "derriére"!!Pourquoi un chien serait différent ??!!J'avais des problémes d'alcool liés à des problémes graves antérieurs et là je vous écris avec une petite "ballantine" , je sais ce n'est pas une solution!! mais que faire??? je ne pense qu'à mon toutou!!j'ai mal là!
Je voudrai des conseils ,des avis clairsmême s'ils ne sont pas rassurant ; pour avis je me suis fais opérer du canal carpien et je regrette à cet instant car je n'ai plus la force aux poignés alors que l'on m'avait assuré un retour normal des fonctions!! Les toutous ne parlent pas et ne se plaignent jamais! surtout le bulldog anglais!comment savoir à l'avenir s'il ira mieux!!!
On l'aime notre "DORA" comme nos deux filles!! et les deux york!!
Là je pleure rien qu'en pensant à elle! mais je mettrais les moyens pour l'a sauver !! AIDEZ MOI SVP !!!
Merci par avance pour votre aide et pour finir je dirais en ch'ti que je suis : "putain qu'est ce que j'laime mon enfoirée de klebar"!!
et j'ch peux pas comprinte qu'in fasse d'e maux à un'e biete!

Merci à tous!!!!!!!

0    0
Par BERTY JOEL

Pour faire suite à mon message,je veux simplement ne pas faire valloir la loi en vigueur sur le pouvoir de réclamer toute ou partie des sommes versées au vendeur, car comment pouvez vous affirmer que le vendeur était au courant des problémes du "bébé" que l'on a acquis !il n'est pas visionnaire de l'avenir et pour ma part je mettrais au courant "la vendeuse" parce qu'elle à tjrs souhaitée avoir des nouvelles de notre bébé et pourquoi lui demander une "ristourne"sauf si certains individus souhaitaient profiter de leur soit-disant compagnon (femelle)pour engendrer des petits à leur bénéfice!!
Notre "DORA" certe aurait pû engendrer mais pour notre part avoir un bébé qui aurait fait la continuité héréditaire de sa gentillesse comme l'être humain reçoit des enfants et petits enfants qui lui sont dû par amour pour que les liens perdurent de génération en générations...
Je terminerai par exprimer ce que je ressents vis à vis de tous les membres et lecteurs ma compassion commune pour nos êtres chers qui font partis de notre vie et qui sans eux dans ce monde brutes,aucun individu ne pourrait nous comprendre!! A méditer: de l'homme ou de l'animal qui est l'animal!!!??Personne ni de votre frére ni de votre femme ne vous le rendra cet amour aussi parfait!!
A TOUS LES AMIS ! Courage et aimez vos compagnons, ils ne vous ont pas choisit! c(est vous qui vous vous les avez occtroyé!

0    0
Par BERTY JOEL

Bonjour,
Je souhaite vous répondre Joel.
A 8 mois si votre chienne Dora est très dysplasique, il y a plusieurs possibilités. La chirurgie n'est pas forcément la première solution à envisager. En effet à 8 mois, on ne sait pas encore comment va se débrouiller votre chienne avec sa dysplasie. D'ailleurs, vous ne mentionnez pas de boiterie mais seulement une démarche anormale. Apparemment, elle n'a pas l'air d'en souffrir. Cela dépend des chiens.
L'instabilité au niveau de la hanche peut être plus ou moins compensée par la musculature autour. C'est cette variation qui fait que certains chien vont souffrir de leur hanche plus intensement que d'autres.
A cet âge, vous avez donc 2 possibilités :
- la chirurgie, la TOB=triple ostéotomie du bassin, comme je l'ai expliqué dans mon précédent message pour les jeunes chiens. Il s'agit en fait de réduire la dysplasie de votre chien en permettant un meilleur recouvrement de la tête du fémur par la hanche (et diminuer l'instabilité). La hanche sera donc plus stable, les lésions seront moins importantes et le chien en souffrira moins. En choisissant cette option, vous offrez à votre chien la chance de vivre en conservant son articulation et d'en souffrir le moins possible.
- les soins médicaux et une hygiène de vie stricte : votre chienne peut très bien s'accomoder de sa dysplasie actuelle. Il se peut très bien qu'elle ne boite que par crise (soulagée par des anti-inflammatoires) et vivre ainsi de façon correcte. Il se peut également que la boiterie soit très importante et qu'un jour elle l'handicape énormément. Hélas, on ne sait pas à l'avance.
Dans cette perspective, vous pouvez opter pour un traitement conservateur : éviter les promenades trop longue, les sauts, privilégier les sports peu traumatiques comme la nage, gardez votre chienne musclée, éviter la prise de poids, donner une alimentation spécialisée... il existe également des vétérinaires qui utilisent des médecines alternatives. Ainsi, vous allez retarder la formation d'arthrose et donc l'appartion de la douleur. Après cela dépend de l'animal.
Pour terminer, ce traitement conservateur peut permettre à l'animal de vivre correctement avec sa dysplasie avec parfois des phases douloureuses. Chez certains, cela peut fonctionner un temps plus ou moins long, mais peut un jour s'avérer inefficace. L'animal peut alors être dans l'incapacité de se déplacer. Ainsi, la chirurgie est la seule issue. Il s'agit là alors de chirurgies qui suppriment ou remplacent l'articulation (RTCF ou prothèse de hanche).
Comme conseil, je vous direz de prendre plusieurs avis ; d'aller voir des spécialistes qui vous donneront ce choix là. La chirurgie est quelque chose à ne pas envisager forcément tout de suite. D'autres alternatives existent encore à ce que j'ai cité.

Enfin, je tenais également à m'exprimer quand à demander le remboursement de l'animal à l'éleveur. Les éleveurs de chiens de race sont là pour améliorer une race. Ils sont donc dans la perspective d'une sélection de leur animaux.
Cependant, certains éleveurs vendent des chiots plus pour gagner de l'argent que pour améliorer la race. et c'est comme cela qu'un acheteur peut se retrouver avec un animal dysplasique parce que l'éleveur n'a pas bien sélectionner ses animaux. C'est à l'acheteur de bien s'assurer de la qualité de l'élevage où il prend son chiot.

Bon courage pour la suite
Cordialement
Carine

0    0
Par Carine

Bonjour,
Je souhaite répondre à Chantal et Lea. Je suis vétérinaire jeune diplômée de l'Ecole Vétérinaire de Lyon.
Vos animaux sont soignés avec des anti-inflammatoires ce qui permet de les soulager mais ne traite en rien le problème.
L'instabilité au niveau de la hanche crée des micro-fractures et l'apparition d'Arthrose au fil du temps ce qui cause la douleur.
Il existe des animaux chez qui les anti-inflammatoires suffisent à soulager l'animal. Dans d'autres cas, cela ne suffit pas et la chirurgie s'impose pour supprimer la douleur.
Il existe de nombreuses techniques en fonction de l'âge et du poids de l'animal. Il vous suffit de vous tourner vers un vétérinaire qui réalise ces chirurgies et à vous de choisir avec lui en fonction du prix et de ce qui est indiqué pour l'animal.
Il s'agit de vétérinaires spécialisés en chirugies osseuses près de chez vous ou bien vous pouvez vous tourner vers les Ecoles Vétérinaires qui regroupent de nombreux spécialistes dans divers domaines (chirugies osseuses, médecine spécialisée : dermatologie, ophtalmologie, neurologie, endocrinologie...).
Pour Lea, il s'agit d'un jeune petit chien. Avant 12 mois, la triple ostéotomie du bassin est réalisable et consiste à casser le bassin en 3 endroits pour le remodeler afin qu'il couvre mieux la tête du fémur pour limiter l'instabilité.
Après 12 mois, il existe la RTCF,= resection tete et col du fémur qui consite à couper la tête du fémur. Les muscles prennent le relais pour stabiliser le membre. C'est bien supporté par les petits et moyens chiens car de faible poids. Cependant, il faut toujours qu'ils restent musclés.
Il existe également une suppression de la douleur par coupure du nerf qui transmet l'information douloureuse.
D'autres vétérinaires peuvent encore vous parler d'autres techniques.

Il n'existe pas vraiment de sites sur lesquels sont décrites ces techniques. Autant vous informer auprès de Vétérinaires qui les pratiquent.

Carine

0    0
Par Carine

bonjour,
je souhaite réagir par rapport à cet article. En effet, il y a quelques jours, on a diagnostiqué une dysplasie sévère (principalement à droite) chez mon chien (bulldog anglais) âgé de 7 mois. Il est vrai que, à la vue de ses radios, il n'est pas nécessaire d'avoir beaucoup de notions d'anatomie pour voir un problème. A la lecture de l'article, je me pose des questions quant à la gravité de la situation étant donnée qu'il n'a que 7 mois et le vétérinaire est déjà très pessimiste. de plus, je souhaiterais, si possible avoir plus de renseignements concernant les possibilités chirurgicales. Pour l'instant le vétérinaire l'a mis sous traitement médicamenteux (cosequin DS, rimifin comprimés) mais la sévérité de la maladie semble nous amener rapidement vers la voie chirurgicale.
povez vous m'aider ou me donner des sites sérieux sur lesquels je pourrais m'informer ?
Merci d'avance
cordialement
léa

0    0
Par graziani.lea

ma chienne de 16 ans a de la dysplasie elle est soignée avec du métacam ,agilium et candilat est ce bien??????????? MERCI

0    0
Par chantal

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet