La cécité chez le chien : causes, symptômes et traitement

Un chien roux se cache les yeux avec les pattes

Les yeux sont des organes puissants mais fragiles, qui peuvent être touchés par toutes sortes de maladies et dysfonctionnements. Parmi ces derniers figure notamment la cécité. Bien entendu, le chien n'est pas épargné par le phénomène et peut donc devenir aveugle, comme n'importe quelle espèce animale dotée d'yeux.


Sans être aussi handicapante que pour un humain, elle perturbe assurément son quotidien. À défaut de pouvoir la soigner, il est donc important d'être capable de la reconnaître, et même de la prévenir.

Qu'est-ce que la cécité ?

Un chien aveugle avec une serviette sur la tête

La cécité désigne un état dans lequel une personne ou un animal n'est pas ou plus en capacité de voir, à cause d'une déficience visuelle totale qui peut être innée (donc présente dès la naissance) ou acquise (c'est-à-dire qui apparaît au cours de la vie). Il ne s'agit pas d'une maladie, mais de la conséquence d'un accident, d'une pathologie, d'une malformation...

 

Elle touche bien sûr les humains, mais aussi les chiens et beaucoup d'autres espèces. Lorsqu'un individu en est atteint, il est qualifié d'aveugle ou de non-voyant.

 

La cécité constitue un handicap, dans la mesure où elle prive l'individu d'un de ses cinq sens. Elle est toutefois nettement moins gênante pour un chien que pour un humain, car la vue est un sens moins crucial pour lui que pour nous ; il parvient à la compenser assez facilement grâce à son odorat et son ouïe. La cécité peut d'ailleurs passer inaperçue un certain temps, en particulier si elle s'installe progressivement.

Les types de cécité chez le chien

Chez le chien comme d'ailleurs chez l'être humain, il existe différents types de cécité, en fonction de la gravité de l'atteinte, du type de vision impacté et de si les deux yeux sont touchés ou non.

Cécité unilatérale ou bilatérale

Un Labrador aveugle d'un seul oeil
Ce Labrador est aveugle d'un seul oeil

Même s'il s'agit du cas le plus courant, la défaillance visuelle ne concerne pas forcément les deux yeux. Par exemple, dans le cas d'un accident ou de certaines maladies, un chien peut très bien être aveugle d'un seul oeil et avoir une vision normale - ou au moins relativement préservée - de l'autre.

 

On parle donc de :

  • cécité unilatérale lorsqu'elle ne touche qu'un oeil ;
  • cécité bilatérale lorsqu'elle touche les deux.

 

Il est courant qu'une cécité unilatérale évolue vers une cécité bilatérale, car les deux yeux ne se dégradent pas forcément à la même vitesse. En revanche, un oeil aveugle ne guérit pas spontanément : en l'absence de traitement, la forme bilatérale n'a aucune chance d'évoluer vers une forme unilatérale.

Cécité diurne ou nocturne

Un vieux chien dans le jardin au coucher du soleil

Dans la mesure où ce ne sont pas exactement les mêmes mécanismes qui entrent en jeu pour voir de jour ou de nuit, les deux types de vision ne sont pas forcément atteints de la même façon.

 

On distingue ainsi :

  • la cécité diurne, qui désigne une perte de vision à la lumière ;
  • la cécité nocturne, qui correspond à une cécité dans la pénombre.

 

Quand on parle de cécité sans davantage de précision, il s'agit alors à la fois de la diurne et de la nocturne.

 

Il n'est pas rare qu'un chien commence par développer seulement une des deux formes, puis l'autre dans un second temps, pour finir totalement aveugle. Cela n'a toutefois rien de systématique : il peut être atteint des deux types en même temps, ou bien d'un seul sans jamais développer l'autre. Tout dépend de ce qui est à l'origine de sa défaillance visuelle.

Perte de vision centrale ou périphérique

Un chien observe une bulle de savon sur le côté

Chez le chien comme chez l'Homme, il existe deux types de vision :

  • la vision centrale, qui permet de voir avec précision et netteté les objets devant soi ;
  • la vision périphérique, qui détecte les masses et les mouvements sur les côtés, mais de manière floue.

 

La plupart du temps, les deux types de vision sont touchés par la cécité. Il existe toutefois quelques cas où l'un est impacté sans que cela soit le cas de l'autre. On distingue ainsi :

  • la perte de vision centrale, qui ne touche donc que l'observation des détails devant soi ;
  • la perte de vision périphérique, qui concerne les mouvements et les contours flous sur les côtés.

 

Dans la mesure où un chien a une vision périphérique bien meilleure que sa vision centrale, c'est clairement le deuxième type de cécité qui est le plus handicapant pour lui. Ce cas est toutefois assez rare.

Les causes de cécité chez le chien

Comme chez l'être humain ou les autres espèces, la cécité peut avoir chez le chien un grand nombre de causes et d'origines possibles : maladies, accident, traumatisme, malformation congénitale... En fonction de sa cause sous-jacente, elle apparaît plus ou moins tôt dans la vie de l'animal, et de manière plus ou moins progressive ou brutale.

Le vieillissement

Un vieux chien aveugle

Comme ceux d'un humain, les yeux d'un chien vieillissent naturellement, et perdent donc de leurs capacités avec les années. Il peut alors finir aveugle, en particulier si des maladies liées à la vieillesse (comme la cataracte) viennent s'ajouter à cette dégénérescence naturelle.

 

Dans ce cas-là, la perte de la vue est très progressive et le plus souvent bilatérale. Il arrive toutefois que l'un des deux yeux soit aveugle sans que l'autre ne le soit encore totalement, car ils ne se dégradent pas forcément tous deux à la même vitesse. Cela dit, il ne s'agit que d'une situation transitoire : la cécité reste rarement longtemps unilatérale.

Une maladie oculaire

Vue de près des yeux d'un chien

Même si ce n'est pas le cas de toutes, bon nombre de maladies oculaires sont susceptibles de rendre un chien aveugle. Il s'agit d'ailleurs probablement de la principale cause de cécité chez la gent canine.

 

Les plus courantes sont :

  • la cataracte, qui aboutit inéluctablement à une cécité ;
  • l'atrophie progressive de la rétine, une maladie génétique et héréditaire qui conduit à une cécité le plus souvent totale ;
  • le glaucome, qui correspond à une augmentation de pression à l'intérieur de l'oeil et finit en l'absence de traitement par le rendre aveugle ;
  • la luxation du cristallin, qui désigne une rupture des fibres maintenant le cristallin en place ;
  • une tumeur oculaire, qu'elle soit primaire ou secondaire à un autre cancer.

 

Il en existe d'autres, mais celles-ci sont les principales maladies oculaires susceptibles d'entraîner à plus ou moins long terme une cécité. Celle-ci est le plus souvent à la fois diurne et nocturne ; en revanche, selon les cas, les deux yeux ne sont pas forcément touchés.

Une autre maladie

Un Jack Russel renifle une pomme et un gâteau sucré
Sans traitement, un chien diabétique peut finir aveugle

Il n'y a pas que les problèmes oculaires qui sont susceptibles de rendre un chien aveugle : d'autres maladies peuvent aussi avoir une telle conséquence.

 

On peut citer notamment :

 

  • le diabète, car le glucose s'accumule dans les yeux et les abîme ;

 

 

 

  • l'hypertension, car une pression artérielle trop importante peut faire éclater les vaisseaux sanguins situés au fond des yeux ou provoquer un décollement de la rétine ;

 

 

Il s'agit là de quelques exemples de problèmes de santé courants pouvant aboutir à terme à une cécité, mais il en existe d'autres.

Un traumatisme local

Un gros chien dans un champ d'épillet

Un accident, un choc ou un traumatisme local peut dégrader les yeux au point qu'ils ne soient plus opérationnels.

 

Cela peut se produire par exemple quand l'animal se fait griffer, qu'un épillet s'incruste sous la paupière, qu'une branche cause des lésions au globe oculaire, ou encore lors d'une brûlure de l'oeil (par exemple si l'on utilise une lotion inadaptée pour nettoyer les yeux de son chien).

 

La cécité peut alors être unilatérale ou bilatérale, en fonction de l'ampleur du traumatisme en question et des yeux touchés.

Une intoxication

Des flacons contenant des produits chimiques et du méthanol

Certains produits toxiques pour les chiens sont susceptibles de causer une cécité, en plus d'autres symptômes plus ou moins graves. C'est le cas notamment de ceux qui occasionnent des dégâts au niveau cérébral.

 

On peut citer comme exemples :

 

Néanmoins, il faut généralement que la quantité de toxines soit assez élevée pour que des troubles oculaires se manifestent effectivement. Si l'intoxication n'est que légère, il est peu probable de voir apparaître de tels symptômes et que l'animal devienne aveugle.

Les symptômes de la cécité chez le chien

Les symptômes de la cécité d'un chien sont loin d'être aussi faciles à identifier que ce que l'on pourrait croire. Tout dépend en fait de si elle est congénitale (c'est-à-dire présente dès la naissance), apparaît progressivement ou brutalement.

Les symptômes d'une cécité congénitale

Un chiot aveugle marche en laisse avec son maître

Dans le cas où un chien naît aveugle ou le devient très jeune, il n'est pas conscient de ce qui lui manque, et grandit avec ce handicap. Il construit dès le début sa vie et ses repères en s'appuyant sur ses autres sens - en particulier l'ouïe et l'odorat, qui chez la gent canine sont de toute manière plus développés que la vue.

 

De ce fait, il n'est pas forcément évident de remarquer qu'il est aveugle : sa cécité peut très bien être découverte de manière fortuite des mois plus tard, en particulier si l'atteinte est partielle et ne concerne par exemple que la vision nocturne, comme dans le cas d'une APR-CSNB (atrophie progressive de la rétine entraînant une cécité de nuit).

 

Il existe quelques signes cliniques susceptibles d'attirer l'attention, à commencer par une certaine  difficulté à se déplacer et à se repérer lors des premières semaines en comparaison d'autres chiots ayant le même âge. Toutefois, comme à ce moment-là les chiots sont de toute façon assez patauds, ces symptômes n'attirent pas forcément l'attention.

Les symptômes d'une cécité progressive

Un gros chien aveugle allongé sur un lit

La perte de vision d'un chien est le plus souvent progressive et ne touche pas forcément les deux yeux en même temps. L'animal a alors le temps de s'adapter : il apprend petit à petit à solliciter ses autres sens (notamment l'ouïe et l'odorat) pour compenser sa vue défaillante, et n'est donc pas tant gêné que cela dans les lieux qu'il connaît bien.

 

C'est d'autant plus facile pour lui que sa vision n'est de base pas aussi bonne que celle d'un humain, en tout cas pour ce qui est de percevoir les détails et les objets immobiles devant soi. Même sans handicap, il se repère donc moins avec ses yeux que nous, ce qui explique qu'il peut plus aisément s'en passer - même si bien sûr tout est relatif.

 

Ainsi, la cécité progressive peut facilement passer inaperçue (en particulier lorsqu'elle est unilatérale) et n'être découverte que de manière fortuite lors d'un examen de routine. Il faut toutefois la suspecter dans le cas où le chien peine à se déplacer dans des lieux qu'il connaît mal (par exemple lors des sorties ou chez des amis), s'il devient progressivement moins actif sans raison apparente, ou encore s'il a du mal à s'adapter à certains changements dans le foyer (par exemple si on déplace des meubles).

Les symptômes d'une cécité brutale

Un chien aveugle se cache les yeux avec la patte

Il arrive parfois que la cécité survienne brutalement, en seulement quelques jours - voire instantanément dans le cas d'un accident. Il n'est alors pas possible pour le chien d'apprendre petit à petit à se passer de la vue : il perd tous ses repères en très peu de temps.

 

La cécité brutale est la plus dure à vivre et la plus handicapante pour lui, et donc fatalement la plus facile à reconnaître pour son entourage. En effet, son comportement est alors modifié de nombreuses manières :

  • il ne parvient plus à reconnaître des personnes familières ;
  • il se montre soudain agressif ou stressé lorsqu'on s'approche de lui ou qu'on tente de le caresser ;
  • il a beaucoup de mal à s'orienter et se met à se cogner partout, y compris dans des lieux dont il est censé connaître la configuration ;
  • il ne parvient plus à attraper des objets qu'on lui montre ou qu'on lui lance ;
  • il aboie à l'encontre d'objets inanimés ou de meubles.

Savoir si un chien est aveugle : le diagnostic de la cécité

Le diagnostic de la cécité est évidemment plus difficile à réaliser avec un chien qu'avec un humain, puisqu'il ne peut pas s'exprimer sur l'état de sa vue. Le vétérinaire effectue donc différents tests et examens afin de mettre les choses au clair.

Tester ses réflexes oculaires

Un vétérinaire examine l'oeil d'un lévrier avec une lampe

Différents tests permettent d'évaluer les réflexes oculaires du chien et donc sa capacité à bien voir dans différentes situations.

 

On peut citer notamment :

 

  • l'utilisation d'une source de lumière afin d'évaluer ce que l'on appelle les réflexes photomoteurs, qui correspondent au rétrécissement naturel de la pupille en présence d'un éclairage important ;

 

  • l'utilisation d'un objet éblouissant afin de provoquer un clignement ou un détournement réflexe des yeux à cause de la gêne occasionnée ; c'est ce que l'on appelle le réflexe de Dazzle.

 

L'absence de réaction à l'un ou l'autre de ces tests indique vraisemblablement une cécité au moins partielle.

Passer un objet devant ses yeux

Un homme passe son doigt devant les yeux d'un Husky

Pour tester la capacité d'un chien à détecter les mouvements (ce qu'il arrive normalement très bien à faire), le vétérinaire place devant ses yeux un petit objet ou encore un doigt de sa main, et le déplace très lentement de façon à balayer l'ensemble de son champ de vision. Si l'animal ne réagit pas, c'est que sa vue est altérée.

 

Il faut toutefois faire attention à ce que les mouvements en question ne provoquent ni bruit, ni vibrations dans l'air, car l'animal pourrait les percevoir avec ses autres sens et fausser le diagnostic. Il convient donc d'utiliser si possible un objet fin ou léger (par exemple une petite balle en mousse), et de le déplacer très lentement.

Evaluer sa capacité à se déplacer

Un Shetland assis devant un petit parcours d'obstacles

Le dernier examen utilisé pour diagnostiquer la cécité d'un chien consiste à évaluer sa capacité à se déplacer aisément dans un environnement inconnu et à éviter les obstacles.

 

Pour ce faire, le vétérinaire élabore un petit parcours d'obstacles dans la salle de consultation. Il observe ensuite la façon dont l'animal se déplace à travers la pièce, lorsque celle-ci est bien éclairée puis lorsqu'elle est dans la pénombre. Ces tests permettent d'évaluer à la fois sa vision nocturne et sa vision diurne, car les deux ne sont pas forcément atteintes de la même façon.

Les examens complémentaires

Une vétérinaire observe l'oeil d'un chien avec un tonomètre

Divers examens complémentaires peuvent être réalisés, en plus des trois cités précédemment. Ils visent non pas à savoir si le chien est aveugle, mais à analyser l'état de chaque oeil et de ses composants (rétine, cristallin, cornée...) afin de déterminer la cause sous-jacente de la cécité et éventuellement entamer un traitement.

 

Parmi les examens ophtalmologiques qu'il est ainsi possible de réaliser, on peut citer en particulier :

  • la mesure de la pression intra-oculaire avec un tonomètre ;
  • l'observation du fond de l'oeil et de la rétine ;
  • l'évaluation de la capacité à produire des larmes, avec le test de Shirmer ;
  • l'étude des éventuelles lésions à l'intérieur de l'oeil à l'aide d'un biomicroscope.

 

Les éventuels autres symptômes présents (rougeur de l'oeil, larmoiement excessif, douleurs manifestes, perte d'appétit...) peuvent également être utiles pour préciser le diagnostic, en aidant à identifier la cause sous-jacente de la perte de vue. De fait, il est rare qu'une cécité survienne sans être accompagnée d'un ou plusieurs autres signes.

Peut-on soigner un chien aveugle ?

Traiter un chien aveugle nécessite de distinguer deux choses : la cécité elle-même d'un côté, sa cause sous-jacente de l'autre. Il est très rare de pouvoir guérir la première, mais c'est plus souvent possible en revanche pour la seconde.

Le traitement de la cécité

Un vétérinaire ophtalmologue opère l'oeil d'un chien

Chez l'être humain, certains cas de cécité peuvent éventuellement être traités. En revanche, chez la gent canine, la cécité ne se soigne pas : un chien aveugle le reste jusqu'à la fin de sa vie.

 

Il existe toutefois de très rares exceptions à cette règle : par exemple, la cataracte peut parfois être guérie par une opération chirurgicale. Toutefois, étant donné que les cas où c'est effectivement le cas sont assez rares et que le prix de l'intervention est très élevé, la plupart des chiens atteints ne sont pas traités et restent donc aveugles.

 

En dehors donc de quelques exceptions, la cécité est incurable. La perte de vue peut éventuellement être ralentie voire stoppée dans certains cas ; en revanche, une fois la cécité installée, il n'y a rien qui puisse être fait pour restaurer la vision.

Le traitement de la cause sous-jacente

Un vétérinaire pose un cathéter sur la patte d'un chien

Si la cause sous-jacente de la cécité est toujours présente, il est dans certains cas possible de la soigner. Cela ne permet pas de redonner au chien la vue qu'il avait auparavant, mais au moins d'éviter que son état continue à se dégrade et que d'autres symptômes apparaissent.

 

Par exemple :

  • le diabète se gère avec des injections quotidiennes d'insuline ;
  • l'hypertension peut se maîtriser avec des médicaments ;
  • une intoxication se traite avec des perfusions permettant d'éliminer le poison de l'organisme ;
  • la dirofilariose se soigne avec des vermifuges ;
  • le glaucome peut parfois être traité via une opération chirurgicale ;
  • etc.

 

Ces différents traitements sont le plus souvent pris en charge au moins en partie par les assurances santé pour animaux telles que l'assurance FLOA, à condition bien sûr d'avoir pensé à en souscrire une en amont. Il peut toutefois exister des clauses d'exclusion : par exemple, les chiens ne sont généralement assurés que jusqu'à un certain âge, et les dépenses liées à des maladies génétiques sont rarement remboursées. Charge donc à chacun de bien se renseigner et de choisir l'assurance qui lui convient le mieux.

La prévention de la cécité du chien

Une vétérinaire met des gouttes dans l'oeil d'un Golden Retriever

Dans la mesure où la cécité d'un chien peut avoir de nombreuses causes différentes, il n'existe pas de moyen infaillible pour la prévenir.

 

En revanche, il est possible de limiter les risques qu'elle apparaisse, en prenant quelques précautions de bon sens telles que :

  • sécuriser son domicile (à la fois l'intérieur et le jardin, le cas échéant) pour éviter les intoxications et les accidents ;
  • vermifuger son chien de sorte qu'il soit protégé en permanence contre les vers, a fortiori si on vit dans une région à risque ;
  • inspecter ses yeux chaque semaine pour repérer rapidement d'éventuels symptômes, et contacter un vétérinaire au moindre doute ;
  • ne pas laisser traîner un éventuel problème de santé, car certaines maladies a priori sans lien avec les yeux (diabète, hypertension, problème rénal...) peuvent entraîner à terme une cécité.

 

En outre, dans le cas de maladies oculaires héréditaires comme l'atrophie progressive de la rétine, il est important d'écarter de la reproduction tout chien porteur de l'anomalie génétique en question, même s'il est porteur sain. On évite ainsi qu'il ne la transmette à sa descendance et que ses petits ne deviennent à terme potentiellement aveugles. Même si ce n'est pas toujours le cas, il existe en effet des tests génétiques permettant d'identifier les individus problématiques et de ne pas les faire se reproduire.

 

Toutes ces mesures réduisent le risque que survienne une cécité, ou au moins retardent son arrivée si celle-ci est inévitable, ce qui offre alors un peu plus de temps pour accompagner au mieux son animal dans cette transition.

Le mot de la fin

La cécité n'est pas une maladie, mais un état dans lequel un chien ne peut plus voir à cause d'un problème de santé, un accident ou une malformation. Elle se décline sous plusieurs formes, et l'ampleur de l'atteinte peut être variable, mais le constat est globalement toujours le même : les cas de cécité pouvant être soignés sont extrêmement rares.

 

Il ne faut pas croire pour autant que vivre avec un chien aveugle est un calvaire. Certes, le quotidien est nécessairement différent par rapport où celui-ci est en pleine possession de tous ses sens, mais il n'est pas forcément beaucoup plus compliqué. En effet, nos amis à quatre pattes possèdent une formidable capacité d'adaptation : pour peu que l'on aménage le domicile en conséquence et qu'on prévoie des activités adaptées, tout le monde est en mesure de s'accommoder de ce handicap.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 12/15/2021.