L'occlusion intestinale du chien : causes, symptômes, traitement...

L'occlusion intestinale du chien : causes, symptômes, traitement...

L’occlusion intestinale est un problème médical sérieux et pouvant survenir chez n’importe quel chien. Si elle n’est pas traitée à temps, elle peut entraîner des dommages importants, voire causer la mort du chien.


Qu’est-ce qu’une occlusion intestinale, et qu’est-ce qui peut en être la cause? Comment se manifeste-t-elle ? Quels sont les traitements possibles, ainsi que les séquelles éventuelles ? Et peut-on réduire le risque d'occlusion intestinale ?

Partager
 

L’occlusion intestinale du chien : définition et causes

Aussi appelée obstruction intestinale, l’occlusion intestinale est un blocage mécanique des matières digestives dans une partie ou la totalité du tube digestif. Elle est assez fréquente et touche des chiens de tout âge.

 

Il existe plus précisément deux types d’occlusion intestinale :

 

  • L’occlusion intestinale totale

    Elle a souvent pour origine l’ingestion par le chien d’un corps étranger tel qu’un os, un morceau de plastique, une ficelle etc. Cet objet reste généralement coincé dans l’intestin grêle.
    Néanmoins, d’autres causes sont également susceptibles d’entraîner une occlusion intestinale totale. Parmi elles, la présence d’une masse dans l’intestin (tumeur du chien, hématome, infiltration inflammatoire…), une hernie ombilicale contenant une portion de l’intestin, une contamination de l’intestin par des vers ou encore une compression de ce dernier : fécalome (accumulation d’amas de selles volumineux dans l’intestin), hernie, etc.

 

  • L’occlusion intestinale partielle, ou subocclusion intestinale

    Dans le cas d'une occlusion intestinale partielle, le transit digestif n’est qu'en partie bloqué. Il continue à avoir lieu de bout en bout, mais est fortement ralenti. Il s’agit du type d’occlusion intestinale le plus fréquemment rencontré.

    Les causes peuvent être la présence d'un corps étranger ou une intussusception digestive (les anses intestinales s’agglutinent les unes aux autres).

 

L’occlusion intestinale touche le plus souvent les chiens qui passent beaucoup de temps à l’intérieur du foyer, car ils sont davantage susceptibles d’ingérer des petits objets. Les risques d’ingestion sont d’ailleurs particulièrement élevés pour les chiots, car ils ont tendance à explorer leur environnement avec leur museau et leur gueule.

 

Quel que soit leur âge, certains chiens souffrent en outre du syndrome de Pica, c’est-à-dire qu’ils ingèrent régulièrement des substances non comestibles, qui ne sont pas du tout destinées à être mangées (objets en plastique, morceaux de tissu, cailloux, etc.). Ce problème peut avoir une origine médicale ou comportementale ; quoi qu’il en soit, il peut être utile de consulter un vétérinaire ou un comportementaliste canin, qui sera en mesure d’identifier la cause et de proposer un traitement ou un moyen d’y remédier. Dans la plupart des cas, un changement d’alimentation du chien, un accroissement des activités (sorties, jeux, etc.), une modification de la relation entre le maître et son animal ou encore une thérapie comportementale est nécessaire pour résoudre ce trouble alimentaire.

 

Enfin, les individus appartenant à des races de chiens de grande taille (Berger Allemand, Labrador, Boxer, etc.) présentent un risque plus important d’occlusion intestinale, car ils possèdent une grande mâchoire qui leur permet d’ingérer plus facilement de gros objets.

Les symptômes de l’occlusion intestinale du chien

Les symptômes d'une occlusion intestinale du chien sont variés, car ils dépendent du type de blocage et d’où il se situe dans le tube digestif. Celui-ci commençant au niveau de la bouche, une salivation excessive provoquée par un corps étranger coincé dans le palais ou la gorge peut être un premier signe d’occlusion intestinale.

Les symptômes de l’occlusion intestinale totale

Les symptômes de l’occlusion intestinale totale

Si une obstruction totale est située au début de l’intestin grêle, le chien peut souffrir d’importants vomissements, le liquide ayant parfois une odeur fécale, ou bien de diarrhées de consistance très liquide.

 

S’il se trouve à la fin de l’intestin grêle ou au début du côlon, différents symptômes peuvent apparaître de manière moins brutale :

  • des vomissements du chien en faible quantité, avec souvent une odeur fécale, qui s’accompagnent de fatigue et de baisse d’appétit ;
  • une distension de l’abdomen : on peut alors voir le chien se positionner les pattes avant au sol et l’arrière-train en l’air, pour soulager la douleur ;
  • des diarrhées liquides, avec parfois une présence de sang.

Les symptômes de l’occlusion intestinale partielle

Les symptômes de l’occlusion intestinale partielle

Les symptômes d’une occlusion intestinale partielle diffèrent de ceux d’une occlusion intestinale totale. On peut ainsi constater :

  • de la fatigue, une baisse d’appétit et parfois des vomissements ;
  • une constipation, voire un arrêt presque total de l’expulsion des selles ;
  • des ballonnements et une position du chien « en prière », c’est-à-dire l’arrière train en l’air.

Comment réagir si un chien semble victime d’une occlusion intestinale

Comment réagir si un chien semble victime d’une occlusion intestinale

Il convient de noter que les vomissements sont peu fréquents au début d’une occlusion intestinale. La plupart du temps, le chien semble simplement très fatigué, et refuse de manger. Toutefois, après quelques jours d’obstruction, les vomissements du chien deviennent plus nombreux, car les liquides se sont accumulés dans l’intestin en amont de l’obstacle.

 

Quoi qu’il en soit, face à des symptômes pouvant faire penser à une occlusion intestinale, il est indispensable d’emmener rapidement son animal chez le vétérinaire, car elle peut mettre sa vie en danger. Il est inutile en revanche de le forcer à manger ou de prendre l’initiative de lui donner des laxatifs, car cela pourrait être pire que tout : sa condition serait susceptible de rapidement s’aggraver, et il pourrait fortement se déshydrater.

Diagnostic et traitement de l’occlusion intestinale du chien

Diagnostic et traitement de l’occlusion intestinale du chien

Le vétérinaire commence généralement l’examen du chien par une palpation de l’abdomen, et confirme le diagnostic d’occlusion intestinale par des examens complémentaires d’imagerie (le plus souvent, une radiographie ou une échographie). Dans certains cas, une prise de sang du chien permet de vérifier son état de santé général et les éventuelles conséquences de l’occlusion intestinale.

 

Le traitement de l’occlusion intestinale partielle consiste généralement à faciliter le transit intestinal grâce à un traitement médicamenteux, notamment à base de lubrifiants. L’objectif est que le chien parvienne à se débarrasser naturellement de l’objet encombrant. Toutefois, cette méthode peut être utilisée uniquement si ce dernier est relativement malléable. Si ce n’est pas le cas et qu’il risque d’endommager l’intestin de l’animal, une opération de chirurgie peut être nécessaire. Si tel est le cas, il s’agit de réaliser une entérostomie sous anesthésie générale, c’est-à-dire une ouverture de l’estomac ou de l’intestin, de manière à retirer le corps étranger. Toutefois, si ce dernier est situé dans la partie haute du tube digestif, une endoscopie peut être pratiquée : cela consiste à faire passer dans la gorge de l’animal une minuscule caméra permettant de visualiser l’objet bloquant. Celui-ci peut ensuite être retiré à l’aide d’une pince.

 

Quant au traitement de l’occlusion intestinale totale, il nécessite systématiquement une chirurgie, qu’il s’agisse d’une endoscopie pour extraire la matière bloquante à l’aide d’une pince ou bien d’une ouverture de l’estomac, de l’intestin grêle ou du gros intestin.

 

Si l’occlusion intestinale est liée à une pathologie inflammatoire, infectieuse ou interne au chien, la matière bloquante peut être retirée par une chirurgie. Dans certains cas, par exemple si une tumeur ou une hernie est présente, il peut être nécessaire d’enlever une petite portion de l’intestin.

 

Dans tous les cas, le vétérinaire peut prescrire un traitement médicamenteux à la suite de l’opération et perfuser le chien pendant plusieurs heures, afin de lui permettre de se réhydrater.

 

L’alimentation est reprise progressivement avec un aliment très digeste, prescrit spécifiquement par le vétérinaire. Cette alimentation temporaire peut durer de quelques jours à plusieurs semaines, le temps que le transit digestif reprenne son fonctionnement normal. Il est ensuite nécessaire de procéder à une transition alimentaire afin de revenir progressivement à l’alimentation habituelle et de ne pas perturber davantage le système digestif du chien.

 

Si l’obstruction (totale ou partielle) a pour origine une pathologie interne, le vétérinaire peut également proposer un traitement adapté. Selon les cas, il peut aussi proposer une réhydratation de l’animal.

 

Toute intervention chirurgicale comportant des risques, le vétérinaire se doit d’en informer au préalable le propriétaire du chien. Une grande vigilance s’impose tout particulièrement pour veiller à l’absence de germes, et peut conduire le vétérinaire à proposer un traitement antibiotique préventif avant et après l’intervention. Par ailleurs, si l’animal est en état de choc, il peut être nécessaire de le stabiliser avant l’opération, afin de justement limiter les risques de cette dernière.

 

L’occlusion intestinale peut être à l’origine d’une destruction de la paroi de l’intestin pouvant conduire à une perforation intestinale. Elle peut mettre en péril la vie du chien si elle n’est pas prise en charge rapidement. Il n’y a généralement pas de séquelle directe du traitement.

 

Quoi qu’il en soit, le succès de l’opération et la durée de la convalescence dépendent du temps écoulé depuis le début de la pathologie. Plus celui-ci est long, plus le risque de complications est élevé et le temps de convalescence étendu. L’âge du chien ainsi que son l’état de santé général influent bien sûr également sur son rétablissement. Enfin, la localisation du corps étranger a elle aussi son importance. En particulier, l’œsophage cicatrisant difficilement, le pronostic peut être plus sombre si c’est là qu’il se situe.

 

Le prix d’une opération de chirurgie nécessitant d’ouvrir l’estomac ou l’intestin pour mettre fin à une occlusion intestinale se situe entre 1.000 et 2.500 €, en fonction de l’intervention exacte à réaliser et de la taille du chien. Dans le cas où une endoscopie est suffisante pour retirer le corps étranger, les tarifs varient entre 250 et 600 €, selon l’emplacement de l’objet. Si le maître a eu la sagesse de faire assurer son compagnon, l'assurance chien prend généralement en charge les coûts de consultation et de chirurgie.

Réduire le risque d’occlusion intestinale du chien

Réduire le risque d’occlusion intestinale du chien

Afin de prévenir le risque d’occlusion intestinale chez les chiens, il est conseillé de ne pas laisser des petits objets à une hauteur facilement accessible, de façon à réduire les risques d’ingestion.

 

Il convient au passage de bien être conscient que les objets qu’un chien peut ingérer (et qui peuvent entraîner une occlusion intestinale) sont divers et variés : boutons, élastiques, ficelles, noyaux de fruit, billes, etc. Les périodes de fête étant particulièrement propices à la présence de petits objets sur le sol (rubans, papier cadeau, décorations…), il faut alors redoubler de vigilance.

 

Par ailleurs, vermifuger son chien à intervalle régulier permet d’éviter la prolifération de vers dans son appareil digestif.

 

L’alimentation du chien a également un rôle à jouer pour réduire le risque d’occlusion intestinale.

 

Ainsi, il est déconseillé de donner des os à viande à son chien car, en les rongeant, de petits morceaux peuvent se détacher, être ingérés et risquer de ralentir le transit intestinal, voire provoquer une occlusion. Le propos vaut d’autant plus si les os sont fins et anguleux, car s’ajoute alors le risque de perforation de la paroi digestive si des petites parties viennent à être ingérées.

 

Heureusement, si le chien raffole d’os, il existe des substituts. Ainsi, à la place des os à viande, il est possible de lui donner des os spécifiques pour les chiens, conçus à base de cartilage ou de peau de bœuf ou de porc. On en trouve dans n’importe quel magasin d’alimentation pour chien, à des prix situés entre 2 et 5 euros selon les marques.

 

Enfin, il est conseillé de fournir à son chien une alimentation riche en fibres, car elles facilitent le transit intestinal.

Le mot de la fin

L’occlusion intestinale du chien est une situation médicale sérieuse, qui nécessite de se rendre sans tarder chez le vétérinaire et de ne surtout pas chercher à solutionner le problème par soi-même. De fait, si elle est prise en charge à temps, elle a toutes les chances d’être soignée efficacement.

 

Un environnement sécurisé, la prévention contre les parasites du chien ainsi qu’une bonne hygiène alimentaire font partie des mesures de prévention utiles à mettre en place pour limiter le risque d’occlusion intestinale.

Dernière modification : 10/08/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.