L'intoxication du chien : causes, symptômes et traitement

L'intoxication du chien : causes, symptômes et traitement

Le chien est non seulement un grand gourmand, mais c'est aussi un animal qui découvre principalement son environnement avec sa gueule - contrairement par exemple au chat, qui utilise davantage ses pattes.


Or, cette caractéristique est susceptible de se retourner contre lui, car les produits toxiques sont malheureusement partout : à l'intérieur du domicile, dans le jardin, lors des sorties... Sachant qu'ils peuvent le rendre très malades voire le tuer, mieux vaut savoir quelles sont les sources de danger afin d'être sur ses gardes pour éviter tout accident.


Quelles sont les causes possibles d'empoisonnement et d'intoxication d'un chien, et que faire pour en réduire le risque ? Comment réagir quand un chien s'est intoxiqué ?

Pourquoi le chien est-il sujet aux intoxications ?

Un Husky Sibérien mort empoisonné dans la neige

On croit parfois à tort que les animaux en général et les chiens en particulier sont capables de faire le tri entre ce qui est bon pour eux et ce qui ne l'est pas. Il est vrai que les animaux sauvages savent instinctivement reconnaître une substance comestible d'une autre qui est toxique : c'est d'ailleurs grâce à cela qu'ils parviennent à survivre lorsqu'ils cherchent à se nourrir.

 

Malheureusement, cela est globalement faux pour les chiens domestiques : n'ayant plus besoin de chercher eux-mêmes leur nourriture, ils ont progressivement perdu cet instinct au fil des siècles.

 

Le risque d'empoisonnement est d'autant plus grand pour eux qu'ils ont tendance à utiliser leur gueule pour découvrir leur environnement et « goûter » ce qu'ils ne connaissent pas, contrairement aux chats qui utilisent davantage leurs pattes. Comme de surcroît le sens du goût du chien ne lui permet pas de bien détecter l'amertume (qui est souvent le signe qu'une substance est toxique), il distingue moins bien les poisons et produits dangereux que le chat, dont les papilles perçoivent au contraire très bien la saveur amère.

 

Ces raisons font que le meilleur ami de l'Homme est plus exposé au risque d'empoisonnement et d'intoxication que les félins domestiques. Pour éviter un drame, il faut donc redoubler de vigilance et bien savoir quels sont les produits les plus dangereux pour lui.

Les produits les plus toxiques pour les chiens

Un petit chien blanc assis devant des aliments toxiques

La liste des produits toxiques pour les chiens est particulièrement longue et variée. On y trouve :

  • des plantes, comme l'acacia, le lierre et l'aglaonema ;
  • des champignons, y compris certains pourtant comestibles pour les humains ;
  • des fruits, comme le raisin ou l'avocat ;
  • des aliments divers, comme le chocolat, les oignons ou l'alcool ;
  • des médicaments ;
  • les drogues, notamment le cannabis ;
  • des pesticides et herbicides ;
  • des produits ménagers comme la javel, la peinture ou le white spirit ;
  • les métaux lourds, notamment le plomb ;
  • l'eau de mer.

 

Nombre d'entre eux font partie du quotidien, ce qui fait que le risque d'intoxication accidentelle est réel lorsqu'on possède un chien.

Chez le chien aussi, la dose fait le poison

Un maître donne un avocat à manger à son chien

L'alchimiste suisse Paracelse (1493-1541) avait insisté au 16ème siècle sur le fait que c'est la dose qui fait le poison : ceci vaut également chez le chien.

 

Même si cette vision fait aujourd'hui débat parmi les scientifiques, il demeure certain que le dosage a une importance non négligeable. Par exemple, l'eau de mer est toxique pour les chiens dès lors qu'elle est avalée en grande quantité, mais quelques gouttes ou coups de langue restent le plus souvent sans conséquences. De la même façon, une consommation très faible d'avocat n'est pas spécialement problématique, alors qu'une ingestion massive ou régulière peut être mortelle.

 

Cela étant, comme les doses toxiques ne sont pas forcément connues avec précision et qu'elles varient d'un animal à l'autre (notamment en fonction de son gabarit), la meilleure règle à respecter pour prévenir les empoisonnements est de proscrire toute consommation de produits toxiques, quelle qu'en soit la quantité. Par ailleurs, en cas d'ingestion accidentelle, mieux vaut contacter immédiatement un vétérinaire ou un centre antipoison, même si la quantité est faible et/ou qu'aucun symptôme ne se manifeste.

Les symptômes d'un empoisonnement chez le chien

Un chien noir et blanc vomit sur le sol

Dans l'ensemble, on constate quatre grands types de symptômes permettant de savoir qu'un chien s'est intoxiqué :

 

  • des troubles digestifs, en particulier des nausées, des vomissements et/ou des diarrhées éventuellement sanglantes. Ils apparaissent généralement en premier dans les heures qui suivent l'ingestion, et sont quasi systématiques ;

 

  • des troubles neurologiques, tels qu'une agitation, une hypersalivation, des hallucinations, des tremblements, des convulsions, voire un coma dans les cas les plus graves. Ils sont fréquents sans pour autant être systématiques - tout dépend des toxines ingérées ;

 

  • des problèmes cardio-respiratoires, tels qu'une accélération du rythme cardiaque ou des difficultés respiratoires ;

 

  • des saignements et hémorragies : ils sont très courants lors de l'empoisonnement d'un chien à la mort-aux-rats, car ce produit chimique contient des anticoagulants. En revanche, ils sont assez rares dans les autres cas.

 

Tous ces symptômes ne sont pas forcément présents lors d'une intoxication, car tout dépend du poison concerné et de la quantité ingérée. Ils peuvent également ne pas apparaître en même temps : par exemple, les diarrhées et vomissements sont souvent les premiers à se manifester après l'ingestion, les autres survenant généralement dans un second temps.

Que faire si un chien s'est empoissoné ?

Si l'on soupçonne qu'un chien s'est empoisonné ou a avalé un aliment ou produit dangereux, il faut absolument réagir sans attendre. En effet, son pronostic vital est peut-être engagé, même si tout dépend de la substance et la quantité ingérées. Or, les chances de guérison dépendent en grande partie de la rapidité d'intervention.

Ne pas tenter de le faire boire ou vomir

Une femme donne de l'eau à boire à son chien

Il ne faut surtout pas prendre l'initiative de donner à boire ou à manger à un chien qui a avalé un produit toxique, y compris des substances connues pour être détoxifiantes comme le charbon actif. Encore plus que dans les autres cas, l'automédication est à bannir lors d'un empoisonnement.

 

À moins bien sûr que le vétérinaire ou le centre antipoison le recommande, il ne faut pas non plus tenter de le faire vomir. En effet, cela pourrait aggraver le mal au lieu de l'apaiser : par exemple, il existe un risque de fausse route susceptible d'abîmer les voies respiratoires et/ou de brûlures supplémentaires au niveau de l'appareil digestif du chien si la substance ingérée est corrosive ou caustique.

Contacter d'urgence un vétérinaire

Un chiot malade hospitalisé et placé sous perfusion

La première chose à faire en cas d'empoisonnement d'un chien est de contacter un vétérinaire ou un centre antipoison sans attendre (même s'il n'y a pas encore de symptôme), décrire la situation et attendre les instructions. Dans la plupart des cas, le spécialiste demande à voir le chien afin de pouvoir l'examiner et éventuellement le mettre sous perfusion et/ou antidote.

 

Lorsque c'est possible, il est préférable de lui apporter alors l'aliment, la plante ou le produit suspecté d'être un poison : cela facilite le diagnostic et aide à savoir quel traitement utiliser. Si l'animal a vomi après l'ingestion, il faut pour les mêmes raisons ramasser ses vomissures et les emporter.

 

Le plus souvent, le chien doit être hospitalisé pendant quelques jours afin de surveiller son état et lui administrer un antipoison. Il est alors généralement placé sous perfusion, jusqu'à ce que tout danger soit écarté.

Prévenir les intoxications et empoisonnements du chien

Un bac contenant des produits ménagers posé sur une cuisinière

Même si le risque zéro n'existe pas, il est possible d'éviter un grand nombre d'accidents et d'empoisonnements du chien en prenant quelques mesures simples, telles que :

 

  • stocker ses produits chimiques et ménagers en lieu sûr ;

 

  • éviter de cultiver chez soi des plantes, légumes et fruits toxiques pour la gent canine ;

 

  • s'abstenir de donner à son animal de la nourriture pour les humains ;

 

  • ne jamais lui administrer de médicaments sans accord préalable d'un vétérinaire ;

 

  • faire attention à ce qu'il boit et mange lors des sorties et promenades.

 

Par ailleurs, dans la mesure où la rapidité de prise en charge peut être déterminante, il est utile d'être paré pour réagir au quart de tour en cas de problème. Ainsi, il est conseillé d'avoir toujours dans son téléphone le numéro pré-enregistré d'un vétérinaire ou d'un centre antipoison à proximité du lieu où on réside (y compris lorsqu'on est en vacances loin de son domicile) : cela évite de perdre de précieuses minutes à devoir chercher ces informations dans l'urgence.

Le cas des empoisonnements intentionnels

Un homme tient un appât empoisonné dans la main

Dans bon nombre de pays, empoisonner un chien (qu'il s'agisse du sien ou de celui d'une autre personne) est considéré comme un acte de cruauté, que l'animal décède ou non.

 

De telles initiatives résultent souvent de conflits de voisinage causés par un chien et qui n'ont pas été résolus - par exemple des aboiements incessants ou des dégradations répétées, qui finissent par conduire un voisin excédé à commettre l'irréparable.

 

La gravité des sanctions encourues en cas d'empoisonnement d'un chien diffère d'un pays à l'autre :

  • en France, l'auteur des faits s'expose à une amende de 1500 euros la première fois, et de 3000 euros en cas de récidive ;
  • en Belgique, l'amende peut atteindre 30.000 euros et être accompagnée d'une peine allant jusqu'à 2 ans de prison ferme ;
  • en Suisse, l'amende peut aller jusqu'à 20.000 francs suisses (environ 18.000 euros) et la peine de prison jusqu'à 3 ans ;
  • au Québec, le malfaiteur encourt une amende pouvant aller jusqu'à 10.000 dollars canadiens (environ 7000 euros) ainsi qu'une peine de prison ferme maximum de 5 ans.

 

Les sanctions pour une personne ayant empoisonné volontairement un chien peuvent donc être lourdes et sont de ce fait dissuasives - du moins en théorie. En effet, dans la pratique, la question est comme souvent de parvenir à identifier le malfaiteur, puis de prouver que son agissement était délibéré. À moins de réussir à le prendre sur le fait, ce n'est pas une mince affaire...

 

C'est d'autant plus vrai que certains empoisonnements sont en réalité accidentels, c'est-à-dire que la substance était destinée à un autre animal. Il peut arriver ainsi qu'une personne dispose des appâts destinés à se débarrasser de certains nuisibles (rats, renards...), mais que ceux-ci finissent en fait avalés par un chien un peu trop curieux.

Page 1 :
Protéger son chien contre les empoisonnements
Par Aurélia A. - Dernière modification : 10/11/2021.

Discussions sur ce sujet