L'insuffisance hépatique aiguë chez le chien

L'insuffisance hépatique aiguë chez le chien

Le foie est un organe vital pour de nombreux animaux, dont le chien. Une insuffisance hépatique aiguë, c’est-à-dire un dysfonctionnement sévère du foie (le terme « hépathique » signifiant « ayant rapport au foie »), quelles qu’en soient la nature et la cause, peut donc avoir de graves répercussions sur son organisme, voire engager rapidement son pronostic vital.


C’est la raison pour laquelle il convient d’en connaître le principe et les symptômes afin de pouvoir traiter l’animal dans les plus brefs délais. C’est vrai tout particulièrement pour les chiens âgés ainsi que certaines races de chiens particulièrement sujettes à des troubles du foie.


Qu’est-ce qu’une insuffisance hépatique aiguë ? Quels sont les symptômes que l'animal peut manifester, et comment peut-on traiter une insuffisance hépatique aiguë chez le chien ?

Partager
 

Qu'est-ce que l'insuffisance hépatique aiguë ?

Qu'est-ce que l'insuffisance hépatique aiguë ?

Le foie est un organe abdominal qui fait partie de l’appareil digestif du chien et remplit un grand nombre de rôles essentiels, parmi lesquels une fonction digestive, une fonction de synthèse de cellules sanguines et d’hormones et une fonction d’épuration de l’organisme.


Contrairement à la plupart des organes, il se régénère facilement. De ce fait, des atteintes ou des lésions du foie, si elles demeurent minimes, peuvent conduire à une insuffisance hépatique temporaire sans que celle-ci ne soit réellement problématique pour le reste de l’organisme - et ce alors même que le foie est un organe vital.


En revanche, des atteintes de grande ampleur peuvent entraîner une défaillance hépatique sévère : on parle alors d’insuffisance hépatique aiguë. Celle-ci survient lorsque le foie a perdu plus de 75 % de ses fonctions à la suite d’une nécrose hépatique, c’est-à-dire la mort d’une partie de ses cellules. Une fois ce seuil franchi, l’organe ne parvient plus à remplir ses missions et des symptômes multiples et variés commencent à apparaître, car le dysfonctionnement du foie a des répercussions sur l’ensemble de l’organisme.


En effet, dans la mesure où il purifie le sang, emmagasine des réserves de nutriments et de vitamines essentielles pour le chien, et est responsable de la production d'hormones qui régulent de multiples processus organiques, les chiens victimes d'insuffisance hépatique aiguë peuvent aussi souffrir de dysfonctionnements dans de nombreux autres systèmes et organes. Le système cardiaque du chien, son système musculaire, ses yeux (à travers diverses maladies oculaires canines) ou encore le système nerveux du chien (avec des maladies neurologiques canines) peuvent ainsi être affectés par une insuffisance hépatique aiguë. Un traitement immédiat est donc nécessaire.

À quoi est due l'insuffisance hépatique aiguë chez le chien ?

Il existe un grand nombre de facteurs pouvant entraîner une insuffisance hépatique aiguë chez le chien. Cette dernière peut d’ailleurs survenir brutalement, par exemple en cas d’empoisonnement, ou se développer lentement, par exemple à la suite d’une maladie hépatique chronique. Par ailleurs, certaines races sont prédisposées à développer une insuffisance hépatique aiguë.

Les causes courantes d'insuffisance hépatique aiguë chez le chien

Les causes courantes d'insuffisance hépatique aiguë chez le chien

Les causes les plus courantes chez le chien d’insuffisance hépatique aiguë sont les suivantes :

 

 

  • une maladie infectieuse, comme par exemple l'hépatite canine infectieuse, la leptospirose canine (une maladie bactérienne transmise par l'urine d'un autre chien), la toxoplasmose canine (une maladie due à un parasite, peu fréquente toutefois chez le chien) ou une infection fongique (c’est-à-dire causée par un champignon) ;

 

  • une hépatite chronique, qui cause une inflammation du foie et entraîne la destruction des tissus avec le temps ;

 

 

  • un kyste du foie, un cancer du foie ou tout autre cancer du chien dont des métastases peuvent se loger dans le foie ;

 

  • une anomalie congénitale, telles que l'amylose hépatique (production de protéines insolubles dans l'organisme), les glycogénoses (maladies du stockage du glycogène résultant d'une déficience enzymatique génétique), la fibrose hépatique (les cellules hépatiques normales sont remplacées par du tissu cicatriciel) ou une anomalie des vaisseaux du foie ;

 

  • la présence de caillots dans le sang, responsables d’une mauvaise irrigation du foie et donc de la destruction de ses cellules ;

 

Les chiens prédisposés à l'insuffisance hépatique aiguë

Les chiens prédisposés à l'insuffisance hépatique aiguë

Certains chiens sont prédisposés aux maladies du foie : ils ont donc davantage de chances de souffrir d’insuffisance hépatique aiguë. C’est le cas notamment :

 

 

 

  • des chiens seniors, car le foie est un organe qui vieillit relativement mal chez les canidés ;

 

Les symptômes de l'insuffisance hépatique aiguë chez le chien

Les symptômes de l'insuffisance hépatique aiguë chez le chien

Comme chez l’Homme, il existe chez le chien une grande variété de symptômes pouvant résulter d’une insuffisance aiguë.


Les premiers signes typiques de la maladie sont des troubles digestifs du chien, tels qu'un faible appétit (qui se traduit par une perte rapide de poids) ou des vomissements du chien.


Après une durée variable en fonction de ce qui a provoqué la défaillance du foie (par exemple, un empoisonnement du chien peut aller très vite, alors qu’un cancer canin peut prendre beaucoup plus de temps), la maladie atteint un stade avancé et d’autres symptômes apparaissent, certains pouvant d’ailleurs eux-mêmes constituer une urgence nécessitant une intervention immédiate :

  • une jaunisse (ictère), caractéristique d’une atteinte hépatique, et repérable notamment par le fait que le blanc de l'œil devient jaune ;
  • des diarrhées du chien ;
  • la présence de sang dans les selles et/ou la salive, qui traduit des saignements gastro-intestinaux ;
  • un gonflement important du ventre, signe d’une accumulation de liquides dans l'abdomen ;
  • une désorientation et un manque de coordination ;
  • une brusque et soudaine agressivité du chien ;
  • une bave excessive ;
  • des crises d'épilepsie du chien.

Le diagnostic de l'insuffisance hépatique aiguë chez le chien

Le diagnostic de l'insuffisance hépatique aiguë chez le chien

Dans un premier temps, le vétérinaire établit un pré-diagnostic sur la base des symptômes décrits, des antécédents médicaux et/ou familiaux de l'animal, et sur ce qu’il a fait au cours des dernières heures / derniers jours – ceci permet par exemple de déterminer s’il a pu être en contact avec certains poisons.


Dans un second temps, il réalise une prise de sang du chien dans le but d'effectuer une numération globulaire complète et établir un profil biochimique de son sang. Il peut aussi prendre un échantillon d'urine pour comprendre le dysfonctionnement et la cause des symptômes.


D'autres tests peuvent être effectués pour appuyer le diagnostic et déterminer la cause sous-jacente de l’insuffisance hépatique aiguë. Il peut s'agir par exemple d'une mesure du taux d'ammoniac dans l’urine, d'un coagulogramme (profil de coagulation du sang), d'une biopsie du foie ou encore d'une chirurgie exploratoire par cœlioscopie. Cette dernière technique consiste à pratiquer une petite incision au niveau de l'abdomen pour y introduire un tube optique muni d'une caméra afin de pouvoir observer le système digestif du chien sans avoir besoin de recourir à une chirurgie dite lourde.

Le traitement de l'insuffisance hépatique aiguë du chien

Le traitement de l'insuffisance hépatique aiguë du chien

Le traitement de l’insuffisance hépatique aiguë du chien se fait en deux étapes :

 

  • dans un premier temps, stabiliser son état en traitant les symptômes et en assurant le nettoyage de son sang, tâche que le foie endommagé n’est plus en mesure d’assurer correctement ;

 

  • dans un second temps, traiter la cause sous-jacente qui a provoqué l’insuffisance hépatique. Une fois la cause éliminée, s’il n’est pas trop atteint, le foie peut se régénérer, et l'insuffisance finit par disparaître d'elle-même.

 

Une assurance ou mutuelle pour les chiens prend généralement en charge le traitement de l'insuffisance hépatique aiguë canine, à condition qu'elle ait été causée par une autre maladie qui elle-même est apparue après la signature du contrat. En revanche, les cas d'empoisonnement du chien sont quant à eux rarement couverts.

Stabiliser l’état d’un chien souffrant d’insuffisance hépatique aiguë

Stabiliser l’état d’un chien souffrant d’insuffisance hépatique aiguë

Un traitement immédiat est nécessaire quand un chien présente une insuffisance hépatique aiguë. Mais avant de s’attaquer à la cause sous-jacente de la maladie, le vétérinaire traite d'abord les symptômes et stabilise son état.

 

Pour cela, il passe souvent par une injection en intraveineuse d'électrolytes, dont le rôle est de diminuer la toxicité du sang.

 

Un traitement diurétique ou un lavement peut aussi être prodigué pour nettoyer l'organisme.

 

En outre, s'il y a trop de liquide dans l'estomac du chien, le vétérinaire peut décider d’en retirer une partie en pratiquant une opération chirurgicale.

 

Enfin, s'il y a des problèmes de coagulation, une transfusion sanguine du chien peut être nécessaire, ainsi que le recours à des médicaments comme l'héparine ou la vitamine K, qui sont deux anticoagulants à effet immédiat.

Traiter la cause de l’insuffisance hépatique aiguë

Traiter la cause de l’insuffisance hépatique aiguë

Une fois que l’état du chien est stabilisé et que le vétérinaire a déterminé le ou les problèmes sous-jacent(s) à son insuffisance hépatique aiguë, il peut déterminer le meilleur traitement à lui administrer :

 

  • dans le cas d'un empoisonnement, son état peut se résorber de lui-même une fois que les toxines ont été éliminées de son organisme, à condition toutefois que le foie et les autres organes n'aient pas été trop sévèrement endommagés ;

 

  • pour les infections fongiques et bactériennes, des médicaments antifongiques et des antibiotiques pour chien peuvent être prescrits ;

 

  • dans le cas des infections virales, c'est le système immunitaire de l'animal qui combat le virus responsable de la maladie : l'insuffisance hépatique aiguë disparaît dès lors que le virus est éliminé. Le vétérinaire intervient donc uniquement en soutien en traitant les symptômes que le chien présente ;

 

  • pour les kystes et les tumeurs du chien, en fonction de son état général, une chirurgie peut être recommandée une fois son état stabilisé. La chimiothérapie est également une option pour traiter certains types de cancer du chien ;

 

  • pour une anomalie vasculaire, la chirurgie peut être recommandée, sous réserve que l'animal soit en assez bonne santé ;

 

  • dans le cas d’une hépatite chronique, des médicaments prescrits à long terme peuvent aider à réduire les problèmes de stockage du cuivre ;

 

  • des changements alimentaires peuvent aussi être recommandés si l’insuffisance hépatique aiguë est la conséquence d’une mauvaise alimentation ;

 

  • si le chien souffre d'insuffisance hépatique aiguë causée par une pathologie incurable, par exemple s'il est en phase terminale, un traitement de soutien lui est fourni afin de ralentir la progression de la maladie, à défaut de pouvoir soigner la cause sous-jacente.

 
Enfin, afin de l’aider à se rétablir, le vétérinaire peut prescrire un soutien nutritionnel, voire une modification de l'alimentation du chien. Par exemple, un régime faible en protéines et en sodium servi lors de petits repas fréquents aide à minimiser le stress sur le foie, tout comme des complémentations alimentaires en antioxydants, zinc et/ou vitamines B, C et E. Il existe d’ailleurs des aliments spécifiques pour les chiens qui ont des problèmes de foie.

Le mot de la fin

Le foie remplit de nombreuses fonctions vitales, et c’est ce qui justifie qu'une insuffisance hépatique aiguë doit être traitée sans délai. Néanmoins, il peut s’avérer difficile de la reconnaître au premier abord, car en plus de pouvoir être causée par un grand nombre de facteurs différents, ses symptômes sont multiples et variés. Il n’en demeure pas moins que les chiens âgés, les chiens en surpoids et ceux appartenant à certaines races sont connus comme étant à risque, et doivent à ce titre être particulièrement surveillés.


Dans tous les cas, le rétablissement d’un sujet malade dépend de la quantité de foie détruite et de la mesure dans laquelle la cause ou l'affection sous-jacente peut être traitée. Tout au long du rétablissement, des rendez-vous de suivi réguliers sont nécessaires pour que le vétérinaire puisse suivre les progrès réalisés, et le traitement médical doit être accompagné d’un régime alimentaire irréprochable pour aider le foie à se reconstruire.

Dernière modification : 11/29/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.