Plus de jeux d'animaux

L’herpèsvirose canine : symptômes, causes et traitement

L'herpèsvirose canine, également connue sous le nom de CVH (Canine Herpes Virus) est une maladie contagieuse et infectieuse qui peut entraîner des troubles de la reproduction, l'infertilité, des avortements et/ou la mortinatalité.


Présente sur tout le globe, elle touche des individus de tous les âges, mais est potentiellement mortelle uniquement pour les chiots nouveaux-nés. Les chiens vivants en communauté sont les plus susceptibles de souffrir de cette maladie.


En connaître les symptômes, causes et traitements permet de réagir en conséquence.

Partager
 

Les symptômes de l'herpèsvirose canine

Les symptômes de l'herpèsvirose canine varient selon l'âge de l'animal touché.

Les symptômes de l'herpèsvirose canine chez le chiot nouveau-né

Cette forme d'herpèsvirose est la plus grave et peut entraîner très rapidement la mort du chiot nouveau-né, particulièrement s'il est âgé de moins de 3 semaines. Plus précisément, la période d'incubation de l'herpèsvirus canin (le virus qui est à l'origine de la maladie) dure entre 4 et 6 jours. Une fois la maladie déclenchée et à défaut de traitement, un chiot peut mourir en seulement 4 ou 5 jours.

 

Dans l'ordre chronologique d'évolution, la maladie se manifeste par :

  • une incapacité à téter, entraînant une anorexie du chiot ;
  • des troubles digestifs, tels qu'une modification des selles, des selles peu abondantes ou encore des signes de douleurs abdominales ;
  • des vomissements ;
  • des cris et gémissements : le chiot se met à hurler, couiner et/ou gémir sans raison apparente ;
  • une incoordination des mouvements qui fait que le chiot n'arrive pas à se tenir debout ni à marcher convenablement, et chancelle. Cette incoordination des mouvements traduit une encéphalomyélite (fatigue chronique) ;
  • des raideurs et une hyperextension des membres, lorsque la maladie en est déjà à un stade évolutif grave ;
  • une hypothermie importante : la température corporelle du chiot atteint alors 34°, suite à quoi il est rejeté par sa mère.

Les symptômes de l’herpèsvirose canine chez le chien adulte

Alors que chez le nouveau-né elle se manifeste de façon assez spectaculaire, l’herpèsvirose canine est quasiment asymptomatique chez le chien adulte : il est très rare que des symptômes soient clairement observables.

 

Le plus souvent, le virus circule silencieusement et persiste de façon latente dans l’organisme des chiens adultes infectés. Plus précisément, l’animal subit une séroconversion et devient séropositif. Ensuite, si les défenses immunitaires du chien contaminé sont suffisantes pour contrôler l’infection, le virus s’intègre à son ADN cellulaire. Il rentre en "latence" dans différents organes : système nerveux (notamment les ganglions lombo-sacrés et trijumeaux), amygdales, nœud sous-maxillaire et foie. Il peut alors se réactiver à tout moment à la faveur d’un stress du chien ou d’une immunodépression. De ce fait, l’infection par le CHV doit être considérée comme une infection à vie.

 

Si l'herpèsvirose est généralement sans conséquence grave pour le chien adulte, elle peut tout de même provoquer des lésions et d'autres pathologies visibles dont elle est la cause directe, telles que :

Si vous aimez votre chat, vous devez l'assurer !
Si vous aimez votre chien, vous devez l'assurer !

Pourrez-vous faire face si votre chien tombe gravement malade ?

Comparateur des offres d'assurances et mutuelles : gratuit & sans engagement.

Les causes de l'herpèsvirose canine

L'herpèsvirose canine est due au virus herpès, un virus spécifique des canidés, et tout particulièrement des chiens. Il est présent et actif dans le monde entier.

 

Si elle ne présente aucun danger pour l'Homme, cette maladie se trouve en revanche être extrêmement contagieuse parmi les chiens. L'herpèsvirus canin est ainsi très présent dans les lieux de regroupement animalier comme les refuges pour animaux ou les élevages canins, allant jusqu'à contaminer 90 à 100% des individus. Ceux vivant seuls sont moins atteints.

 

Le CHV peut se transmettre de différentes manières d'un chien à l'autre :

  • par voie trans-placentaire : en cas de primo-infection d'une chienne gestante, le fœtus peut être infecté in utero ;
  • par voie vénérienne, car le CVH est une infection sexuellement transmissible ;
  • par voie oronasale et oro-fécale, lors d'un contact avec les sécrétions nasales ou fécales d'individus infectés.

 

Autrement dit, les matières contaminantes sont :

  • les excréments de chiots malades ;
  • les sécrétions oro-nasales, qui sont contaminantes jusqu'à 15 jours après l'infection ;
  • les sécrétions génitales (sperme) ou pathologiques (pertes vulvaires pendant les chaleurs de la chienne, ou bien suivant un avortement de la chienne, ou encore une mise bas) ;
  • les foetus avortés ou enveloppes foetales lors d'un avortement ou d'une mise bas d'une mère contaminée.

 

Un chiot peut donc être contaminé par le virus de l'herpèsvirose :

  • avant la mise bas, alors qu'il n'est encore qu'un fœtus ;
  • au moment de la mise bas, par contact avec les sécrétions vaginales contaminantes de sa mère ;
  • après la mise bas, par contact avec des sécrétions oro-fécales ou oro-nasales d'individus infectés.

 

La transmission par contact avec un être humain ayant manipulé un autre animal contaminé a également été suspectée, sans pour autant être avérée.

 

Chez le tout jeune chiot, l'infection se propage très rapidement. De fait, s'il est âgé de moins de 3 semaines, ses chances de survie sont malheureusement très minces. Passé l'âge de 3 semaines, la réponse immunitaire du chiot est meilleure grâce aux anticorps protecteurs transmis par le lait maternel ; la sensibilité des chiots à l'herpèsvirose devient moindre. Leurs chances de survie en sont accrues d'autant. Enfin, si le chiot est infecté au-delà de ses 6 mois, la probabilité de décès est très faible.

 

Pour ce qui est du chien adulte, le CHV entre dans la catégorie des virus de "collectivité", puisque l'environnement est clairement en cause dans la contamination. En d'autres termes, il s'agit essentiellement d'une pathologie de groupe.

Le diagnostic de l’herpèsvirose du chien

L'existence dans un élevage canin d'une mortalité importante chez les chiots de moins de 3 semaines, de problèmes respiratoires ou encore de troubles de la reproduction chez les chiens adultes permet d'alerter sur la possible présence du virus CVH. La suspicion est amplifiée si jamais on décèle des vésicules génitales.

 

Afin de prouver la présence de l'herpèsvirus dans l'organisme d'un chien, le vétérinaire doit mettre en évidence de l'ADN viral et/ou effectuer une sérologie. En d'autres termes, il doit chercher à mesurer la charge virale dans l'organisme du chien ou bien à détecter concrètement la présence de ce virus. Ensuite, il peut éventuellement effectuer une sérologie, c'est-à-dire une analyse d'un échantillon après un prélèvement pour déterminer la présence ou l'absence d'un anticorps spécifique, ou bien mesurer la quantité de cet anticorps.

 

En ce qui concerne le chien mâle, seule la présence d'ADN viral dans son sperme permet de conclure qu'il est contaminant. Une sérologie positive indique seulement qu'il est porteur du virus, mais n'implique pas nécessairement que l'animal soit contaminant.

 

Quant à la femelle, le virus sort généralement de latence au moment des chaleurs de la chienne, qui sont une période à risque. Il est donc conseillé d'attendre la fin de cette période afin d'effectuer les analyses.

Le traitement de l’herpèsvirose canine

Il n'existe à ce jour aucun traitement médicamenteux spécifique contre le virus CHV, car les antiviraux sont inefficaces.

 

Néanmoins, il existe un traitement physique pour les chiots, qui consiste à les réchauffer sous une lampe infrarouge. Une couveuse pédiatrique est la meilleure solution, car elle permet de maintenir leur température interne au-dessus de 38°. Ceci permet de limiter la multiplication virale, qui est maximale entre 35 et 36°. Malheureusement, ce traitement n'est pas efficace dans 100% des cas.

 

En outre, il existe aussi un vaccin contre l'herpèsvirose destiné à la la mère. Effectuée pendant la gestation de la chienne, il permet d'obtenir un taux maximal d'anticorps au moment de la mise bas de la chienne. Cette vaccination supprime ainsi totalement le risque de mort néonatale due à l'herpèsvirose canine.

La prévention contre l’herpèsvirose canine

Afin d'éviter au maximum la contamination par l'herpèsvirose canine, et en particulier la contamination des chiots, il convient :

  • de désinfecter les locaux, car le virus CHV est très fragile. En particulier, il est très sensible aux rayons ultraviolets du soleil, aux solvants de type chloroforme ou éther, ainsi qu'à de nombreux désinfectants, comme par exemple le formol ;
  • d'isoler les femelles dans les semaines qui précèdent la mise bas ;
  • d'éviter d'introduire et d'utiliser un nouveau chien pour la reproduction dans un élevage de chiens qui sont séronégatifs, s'il est susceptible d'être porteur du virus.

Le mot de la fin

L'herpesvirose est une maladie extrêmement répandue chez les chiens partout dans le monde, que ce soit en élevage canin ou chez les particuliers. Il s'agit d'une maladie très contagieuse qui met en péril la vie des chiots nouveaux-nés qui en sont atteints.

 

Bien qu'aucun traitement médicamenteux ne puisse soigner les individus qui en sont atteints, de simples mesures de prévention et d'hygiène peuvent aider à réduire sensiblement le risque de transmission du virus. En complément, la vaccination des chiennes gestantes est le moyen le plus sûr d'éviter une contamination des petits.

Dernière modification : 02/07/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Si vous aimez votre chat, vous devez l'assurer !
Si vous aimez votre chien, vous devez l'assurer !

Pourrez-vous faire face si votre chien tombe gravement malade ?

Comparateur des offres d'assurances et mutuelles : gratuit & sans engagement.