L'empoisonnement du chien par des champignons

Un chien malade allongé dans l'herbe à côté d'un panier rempli de champignons

Un chien est généralement un animal gourmand, qui aime croquer dans à peu près tout ce qui se trouve sur son chemin et a l'air mangeable. Cela vaut notamment pour les champignons, qu'il est susceptible de croiser dans de nombreux endroits, que ce soit par exemple pendant une promenade, une sortie en forêt ou au parc, ou tout simplement dans le jardin.


Or, comme l'Homme, il court alors un risque d'empoisonnement, si par mégarde il en ingère un qui est vénéneux pour lui.


Voici comment reconnaître une intoxication du chien aux champignons et comment réagir le cas échéant, mais aussi quelques mesures de prudence pour réduire le risque d'accident.

Les champignons dangereux pour les chiens

Un petit chien blanc est intrigué par des champignons toxiques dans son jardin

Dans l'ensemble, les champignons dangereux pour l'humains le sont aussi pour le chien. C'est le cas notamment de certaines amanites : l'amanite phalloïde, l'amanite tue-mouche, l'amanite jonquille, l'amanite panthère, l'amanite regalis...

 

Certaines espèces des genres Inocybes et Clitocybes sont également dangereuses, tant pour l'un que pour l'autre.

 

Toutefois, il existe également des champignons toxiques pour le chien alors qu'ils sont comestibles pour l'être humain. À titre d'exemples, on peut citer les pleurotes, les morilles, les bolets, les cèpes ou encore les vesses-de-loup. Ils sont toutefois bien moins dangereux que les amanites, les clitocybes et les inocybes, et certains comme les pleurotes et les morilles sont même comestibles pour lui dès lors qu'ils sont suffisamment cuits, car la chaleur détruit la toxine problématique qu'ils contiennent.

Comment savoir si un chien s'est intoxiqué avec des champignons

Un Shiba Inu renifle un champignon dans un bois

Il existe à peu près autant de types de symptômes d'intoxication d'un chien par des champignons que de types de champignons toxiques.

 

Les pleurotes, morilles, bolets, cèpes, vesses-de-loup et autres champignons peu toxiques ne provoquent que de simples troubles digestifs passagers, notamment quelques diarrhées et vomissements dans les heures qui suivent l'ingestion.

 

Les inocybes et les clitocybes sont bien plus problématiques : en plus des troubles digestifs précédents, leur ingestion cause une salivation excessive, un état de faiblesse et des difficultés respiratoires. Les premiers symptômes apparaissent 2 à 3 heures après consommation.

 

Les amanites, les plus toxiques, occasionnent quant à elles par des troubles neurologiques (tremblements, agitation importante, hallucinations...), en plus des diarrhées et vomissements que l'on retrouve dans la plupart des cas d'intoxication. Ces signes apparaissent généralement 1 à 2 heures après ingestion. Toutefois, ce qui les rend véritablement dangereuses, ce sont les dégâts qu'elles provoquent sur le foie et les reins, qui sont visibles seulement quelques jours plus tard : selon l'espèce et la quantité consommées, ces atteintes peuvent aller jusqu'à entraîner un coma voire la mort de l'animal.

Que faire en cas d'empoisonnement d'un chien par des champignons ?

Un chien malade allongé à côté d'un champignon

La gravité de l'intoxication d'un chien par un champignon dépend fortement du type de champignon dont il s'agit, et de la quantité qui en a été ingérée. Or, dans la mesure où certaines espèces se ressemblent beaucoup, il n'est pas toujours facile de les reconnaître et de savoir s'il s'agit véritablement d'une urgence vitale pour le chien. C'est encore plus vrai s'il a déjà mâchouillé et donc en partie détruit le champignon en question...

 

Au moindre doute, il ne faut pas chercher à faire boire ou manger son animal, mais plutôt le conduire le plus rapidement possible chez un vétérinaire. Si possible, il convient alors d'emporter le champignon incriminé (ou ce qu'il en reste) et/ou les vomissures, si l'animal a vomi après l'ingestion. Cela peut être déterminant pour identifier la ou les toxine(s) problématique(s).

 

Si aucun symptôme n'est encore apparu, le praticien réalise généralement une injection afin de forcer le chien à vomir le champignon, et ainsi prévenir l'intoxication. Si en revanche des signes cliniques sont déjà présents, il lui donne du charbon actif afin de réduire l'absorption des toxines par l'appareil digestif, et en parallèle administre un antidote destiné à faciliter l'élimination des substances problématiques.

 

Dans la plupart des cas, un chien traité rapidement après avoir consommé un champignon vénéneux se rétablit en quelques jours.

Réduire le risque d'intoxication du chien aux champignons

Un chien observe un champignon rouge et blanc dans la forêt

Pour réduire le risque qu'un chien s'empoisonne, mieux vaut prendre l'habitude d'éliminer systématiquement les champignons suspects qui poussent dans le jardin, au cas où ils seraient toxiques. C'est surtout vrai si on n'a pas de connaissance approfondie en la matière, car faire la différence entre un champignon vénéneux et un autre qui est comestible n'est pas toujours facile.

 

Cette vigilance ne doit toutefois pas s'arrêter aux limites du jardin, car le risque d'empoisonnement existe aussi à l'extérieur. Par conséquent, il est essentiel de bien surveiller son chien pendant les promenades et de lui retirer immédiatement de la gueule tout champignon qu'il aurait attrapé.

 

Enfin, comme certains champignons comestibles pour les humains sont toxiques pour les chiens (en particulier s'ils sont crus), mieux vaut s'abstenir de donner à son compagnon des restes de table qui en comportent. Même si ceux-là sont normalement peu dangereux, ils provoquent tout de même des diarrhées et des vomissements : ce n'est agréable ni pour lui, ni pour son entourage.

Dernière modification : 10/11/2021.