Plus de jeux d'animaux

Les effets négatifs de la domestication et de la création des races sur la santé des chiens

Pourquoi les chiens domestiques se portent-ils moins bien que leurs cousins les loups ou les chiens sauvages pourtant tous issus de la même famille ? Une étude menée par l'Académie Américaine des Sciences tente d'apporter une réponse à cette question...

26/02/2016
Partager :  

Les effets négatifs de la domestication et de la création des races sur la santé des chiens

Dès la préhistoire, la domestication du chien a entraîné la formation de petites meutes à l'intérieur desquelles les chiens se reproduisaient entre eux. Cette consanguinité et l'appauvrissement du patrimoine génétique qui en a découlé a favorisé l'apparition de maladies graves.

La création des races canines au XVIIIe siècle n'a rien arrangé à la situation, car elle a provoqué l'apparition de problèmes morphologiques et génétiques entraînant des effets délétères. On peut citer, en particulier, des problèmes morphologiques chez les bouledogues, des anomalies génétiques chez les chiens de berger entraînant des réactions mortelles à certains médicaments courants et, de manière plus générale, des paralysies chez tous les chiens de race.
 
En un siècle, les races de chiens ont beaucoup évoluées. Pour preuve, le livre de W.E. Mason paru en 1915 et intitulé « Dogs of all nations », sorte de répertoire des chiens du monde entier. Il permet de constater la différence frappante entre les chiens de race de cette époque et ceux d'aujourd'hui. L'homme a fait évoluer les races pour les adapter à ses besoins sans se préoccuper des répercussions que cela pourrait avoir sur la santé des chiens et ceux-ci en paient aujourd'hui le prix.

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet