L'accouplement des chiens : période idéale et problèmes possibles

La période idéale pour une saillie

La période idéale pour une saillie

Le meilleur moment pour que la saillie fonctionne se situe habituellement entre le dixième et le douzième jour après les premiers écoulements sanguins de la femelle, soit en moyenne 48 heures après le début de l'ovulation. Il est donc important d'être attentif et de ne pas manquer le début de l'oestrus, même si dans la pratique, c'est rarement faisable.

 

La période idéale varie selon la chienne : certaines femelles sont en effet prêtes pour l'accouplement plus tôt ou plus tard. Le meilleur moment se situe en général un ou deux jours après que la chienne soit décidée à accepter le mâle. Elle montrera qu'elle est prête en tenant sa queue de côté et en écartant légèrement les pattes, comme pour supporter le poids du mâle.

 

Si l'on n'arrive pas à déterminer avec certitude quel est le jour idéal, le vétérinaire pourra apporter son aide en effectuant plusieurs examens :

  • une prise de sang du chien permet de déterminer le taux de progestérone (une hormone qui prépare l'utérus à une gestation de la chienne) dans le sang et de calculer la date précise d'ovulation ;
  • une série de frottis vaginaux permet de mettre en évidence les changements d'aspect des cellules du vagin au fur et à mesure de l'oestrus.

 

Il est préférable d'emmener la femelle au mâle plutôt que l'inverse. En effet, les mâles sont souvent plus désorientés que les femelles si on les transfère dans un endroit inconnu. Il est conseillé de ne pas laisser les deux chiens ensemble en permanence, sous peine de trop fatiguer le mâle, ou de risquer une fracture de l'os pénien, le baculum, suite à de trop violents assauts.

L'accouplement chez le chien

L'accouplement chez le chien

Avant la saillie, le mâle procède à une cour relativement courte, se contentant le plus souvent de renifler la vulve de sa partenaire. Il monte la femelle, la pénètre et, après quelques mouvements de va-et-vient, se retourne. Les chiens se retrouvent dos à dos, comme collés.

 

Il faut surtout éviter de déranger les chiens à ce moment-là. Le mâle pourrait en effet se blesser et la femelle, en bougeant, pourrait provoquer la fracture du pénis du chien. Il faut simplement surveiller qu'ils ne s'énervent pas trop et qu'ils n'essaient pas de s'asseoir, comme cela arrive parfois. Le mythe du seau d'eau à leur jeter dessus pour les décoller ne fonctionne en aucun cas et peut au contraire empirer les choses.

 

En effet, le pénis du chien présente une particularité anatomique : un renflement terminal de 5 à 7,5 cm au niveau du gland. Cette partie du pénis est retenue par les muscles vaginaux de la femelle, si bien que les animaux ne peuvent se séparer. C'est ce que l'on appelle « le verrouillage ». Il arrive que certains chiens s'agitent pendant la saillie et que le mâle pivote, si bien que les deux animaux restent collés par le train postérieur. Lorsque les chiens sont verrouillés, il faut les tenir ensemble jusqu'au décollement, car s'ils tirent, la chienne peut être gravement blessée. Le traitement par la suite est lourd, et la chienne risque de devenir stérile. Le verrouillage prendra fin de lui-même ; il ne faut pas essayer d'intervenir pour séparer les partenaires.

 

Pour cette raison, si une chienne est saillie au hasard et que l'on trouve les deux animaux accouplés, il ne sert à rien de tenter de les séparer, car il est déjà trop tard.

 

L'accouplement dure généralement une vingtaine de minutes, bien que certains étalons soient plus rapides. Cela ne diminue cependant en rien la performance. Les éleveurs canins attachent souvent une grande importance à la durée de cette phase, mais celle-ci n'influe en réalité pas sur les chances de fécondation, même si elle dure cinq minutes. Dans certains cas, il y a même conception sans verrouillage, même si l'on estime généralement qu'un bon accouplement ne peut avoir lieu sans.

 

Après l'accouplement, il arrive qu'un peu de sperme ressorte de la vulve de la femelle. En outre, laisser jouer les chiens après permet de stimuler la femelle, ce qui peut permettre une meilleure montée des spermatozoïdes.

Les difficultés de la saillie

Les difficultés de la saillie

Il est préférable que l'un des deux chiens se soit déjà accouplé auparavant, car deux animaux inexpérimentés risquent de jouer des heures sans jamais en venir au fait. Il ne faut pas non plus les laisser seuls trop longtemps, au cas où la femelle attaquerait le mâle. Bien que cela se produise peu, un jeune étalon peut être découragé de la saillie s'il est blessé par une femelle qui repousse ses avances.

 

Les femelles inexpérimentées, nerveuses ou agressives doivent être maîtrisées fermement, mais il ne faut en aucun cas tenir une femelle qui refuse la saillie. Elle n'est simplement pas prête, et il est alors préférable de renoncer à la tentative, quitte à recommencer le jour suivant ou aux prochaines chaleurs de la chienne.

 

Si la chienne présente des difficultés à concevoir, il est conseillé de la faire saillir plusieurs fois pendant l'oestrus, quotidiennement pendant deux à trois jours, ou bien un jour sur deux. L'idéal est d'en discuter avec le vétérinaire et le propriétaire du mâle, car tous n'acceptent pas cette façon de procéder.

 

On peut également procéder à une insémination artificielle après avoir récupéré le sperme du chien si, par exemple, ce dernier risque d'être trop brutal ou la chienne peu consentante pour un chevauchement. On peut également utiliser du sperme congelé pour pallier à une indisponibilité du mâle.

Le mot de la fin

Si l'on souhaite avoir une portée, il convient de bien prendre en compte les contraintes que cela va engendrer, et s'assurer de disposer du temps et de l'espace nécessaires pour les chiots. En effet, certaines races de chiens ont des portées pouvant atteindre 12 chiots. Il est donc préférable de se demander à l'avance s'ils trouveront tous une famille d'adoption adéquate, d'autant qu'il n'est pas forcément évident de sélectionner des propriétaires bien renseignés, disposant d'assez de temps et d'espace pour s'occuper d'un chien. C'est d'ailleurs en partie pour cette raison que les refuges se trouvent surpeuplés de chiens que les propriétaires n'ont pas su gérer. Abandonnés de cette manière, il serait dommage que vos chiots soient euthanasiés après quelques longs mois de vie en refuge.

 

Il faut de plus être bien conscient du fait que la reproduction canine ne rapporte pas nécessairement d'argent : les frais vétérinaires sont nombreux (soins et suivi de la gestation de la chienne, vermifuges, vaccins, puce électronique...), l'alimentation des chiots est coûteuse et, pour obtenir des chiens de race, il faut aussi compter le prix de la ou des saillies.

 

Enfin, il est faux de penser que la chienne a besoin d'avoir au moins une portée ou que le mâle a besoin de connaître le sexe opposé au cours d'une saillie pour vivre une vie épanouie. Par contre, si les maîtres empêchent un mâle de rejoindre une femelle en chaleur à proximité, ils le soumettent à un véritable supplice, compte tenu des instincts du chien qui le poussent à se reproduire, et peuvent engendrer chez leur animal des troubles du comportement passagers : aboiements, gémissements et autres vocalises, grattements, refus de manger, fugue du chien...

Dernière modification : 05/07/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Commentaires sur cet article

Bonjour,j'ai une petite chienne pinscher nain de 2 kg,elle a 5 ans et 5 mois ma question est:est ce que je peut la laisser faire une nouvelle portée?Merci

   

Bonjour,
Je ne suis pas en accord avec votre mise en contexte. Nous avons deux femelles et un mâle tous pures race enregistrés. Chaque femelle a une portée par année et ce n'est pas du tout difficile et couteux. Au contraire...

0    0
Par Cam

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet