Faire faire une saillie à sa chienne

Faire faire une saillie à sa chienne

Même si de nombreux propriétaires de chiens rêvent d'avoir un jour une portée de leur animal favori, il est en général préférable de laisser la reproduction aux éleveurs de chiens professionnels. En effet, la reproduction ne s'improvise pas.


Ainsi, avant une saillie, il faut se demander si l'on est apte à gérer la gestation et sa mise bas, mais également si l'on saura s'occuper des chiots après leur naissance. Il est aussi très important d'être conscient que tous les chiots ne trouveront peut-être pas une nouvelle famille, et qu'il faudra donc peut-être s'occuper d'eux tout au long de leur vie.

Préparer la saillie de la chienne

Préparer la saillie de la chienne

La première chose à avoir en tête avant toute saillie est de ne pas croiser deux races de chiens différentes, notamment au vu du contexte législatif français actuel. Ainsi, croiser un chien de catégorie 2 avec un autre chien reviendrait à mettre les futurs chiots en catégorie 1. Or, en France, l'acquisition d'un chien de première catégorie est interdite s'il n'est pas inscrit à un livre généalogique. De plus, le croisement de deux races différentes pourrait entraîner des anomalies génétiques.

 

Il est également important d'avoir en tête que certaines races, les Bouledogues par exemple, n'accouchent presque jamais par voies naturelles, et qu'il faut donc prévoir une césarienne, intervention chirurgicale représentant un risque pour la chienne et pour ses chiots.

 

De plus, les deux chiens choisis devront avoir des proportions similaires. En effet, il est conseillé d'éviter les disproportions importantes, surtout dans le cas des races où le standard est très souple, de manière à ce que la chienne et les chiots n'aient pas de problèmes lors de la mise-bas.

Faire dépister ses chiens avant la saillie

Faire dépister ses chiens avant la saillie

Il est impensable de faire reproduire des chiens de race sans procéder préalablement à des tests génétiques et/ou radiographiques sur les deux parents, afin de s'assurer de leur bonne santé.

 

Cela passe par un dépistage des maladies génétiques, notamment de dysplasie (hanche, coude...) qui est une maladie très invalidante. Dépister une dysplasie de la hanche chez le chien est nécessaire pour faire confirmer un chien inscrit au LOF. Dans d'autres pays, elle est recommandée, mais non obligatoire.

Les maladies héréditaires chez le chien

Les maladies héréditaires chez le chien

Il existe plus de 370 maladies génétiques chez le chien, entraînant des malformations congénitales, des maladies hématologiques et métaboliques, des altérations immunitaires, des anomalies comportementales, des maladies dégénératives, des cancers, etc.

 

Les maladies sont différentes en fonction des races, et induisent des souffrances durant toute la vie de l'animal, ou réduisent considérablement son espérance de vie.

 

Il est donc très important de procéder à un dépistage avant d'envisager une reproduction de ses chiens.

 

Voici une liste non exhaustive de maladies génétiques canines :

  • La cystinurie : 20 % des Terres-Neuves et des Landseer seraient porteurs sains, c'est-à-dire qu'ils peuvent transmettre la maladie sans pour autant qu'elle soit déclarée chez eux ;
  • La néphropathie familiale : 20 % des Cockers Anglais en seraient porteurs ;
  • La cécité de nuit (APR-CSNB) atteint 11% des Briards ;
  • L'atrophie de la rétine touche 5% des Corgis, Setters Anglais, Sloughis, Mastiffs, Braques Allemands, Huskys, Samoyèdes, Labradors, Caniches, Cockers Anglais, Cockers Américains, Borders Collie et des Chiens d'eau Portugais ;
  • La surdité a une origine génétique chez les Dalmatiens, les Borders Collie et les Setters Anglais ;
  • Les problèmes cardiaques (insuffisance cardiaque...) sont plus fréquents chez les Cavaliers King Charles et les Boxers ;
  • L'adénite sébacée et la maladie de Harada (VKH) touchent en particulier les Akita Inus ;
  • L'histiocytose maligne atteint beaucoup de lignées de Bouviers Bernois en raison d'un grand nombre de sujets consanguins ;
  • Des anomalies de l'utérus peuvent se développer chez les Westies ;
  • Les lymphômes touchent les Pointers ;
  • Des problèmes sanguins atteignent les Dobermanns ;
  • Des malformations du squelettes, en particulier au niveau des hanches sont plus fréquentes chez les Labradors ;
  • Des problèmes oculaires touchent les Setters Irlandais et les Springers Spaniels ;
  • L'ataxie néonatale atteint les Cotons de Tulear.

 

Il existe des tests génétiques dont le prix varie de 30 à 75 €, nécessaires pour la survie et le bien-être des futurs chiots.

Page 1 :
La préparation de la saillie d'une chienne
Dernière modification : 07/05/2020.

Commentaires sur cet article

Bonjour,j'ai une petite chienne pinscher nain de 2 kg,elle a 5 ans et 5 mois ma question est:est ce que je peut la laisser faire une nouvelle portée?Merci

   

Bonjour,
Je ne suis pas en accord avec votre mise en contexte. Nous avons deux femelles et un mâle tous pures race enregistrés. Chaque femelle a une portée par année et ce n'est pas du tout difficile et couteux. Au contraire...

0    0
Par Cam

Discussions sur ce sujet