Frais de santé : le budget santé d'un chien

Frais de santé : le budget santé d'un chien

Grâce aux progrès de la médecine vétérinaire, l'espérance de vie des chiens augmente continuellement. Ainsi, selon une étude publiée par le groupe agroalimentaire Royal Canin sur les habitudes des propriétaires des animaux domestiques en France, elle s'élevait à 11 ans en moyenne en 2012, soit 20% de plus qu'en 2002.


Cet allongement de la durée de vie des chiens est une des conséquences d'une augmentation des dépenses de prévention et de soins de la part des maîtres. Mais c'en est aussi évidemment une des causes : plus un animal est âgé, plus son organisme est vulnérable, et donc plus il faut lui consacrer de temps, de soins et de visites chez le vétérinaire.


Quel budget santé prévoir pour un chien ? Y a-t-il de grandes différences d'un individu à l'autre ? Quels sont les principaux postes de coût ? Comment optimiser les frais de santé de son chien ?

Partager
 

Quelles dépenses de santé prévoir pour un chien ?

Quelles dépenses de santé prévoir pour un chien ?

Un animal domestique représente immanquablement des dépenses : alimentation, jouets, accessoires en tout genre, mais aussi et surtout santé, qui peut très vite constituer un gouffre financier. Par conséquent, parmi les questions à se poser avant de décider d'adopter un chien, il y a celle de la capacité à supporter les coûts que cela implique. Afin de décider de manière éclairée et d’être bien certain d’avoir les moyens de s’en occuper correctement, il est donc impératif d’estimer notamment les futures dépenses de santé du chien.

Lorsqu’on parle de budget santé, on pense en général aux frais liés aux visites chez le vétérinaire et aux différents médicaments, soins et traitements à lui prodiguer en cas de maladie ou d’accident. On peut également avoir en tête les frais d’hospitalisation, le coût des actes chirurgicaux ou encore le prix d'une prothèse pour chien.

Pourtant, les dépenses de santé sont plus larges que cela. De fait, ce n’est pas parce qu’un animal se porte bien qu’il n’y a aucune dépense à prévoir. C’est même plutôt l’inverse : les traitements préventifs comme les vaccins et les traitements antiparasitaires sont primordiaux pour maintenir son chien en bonne santé et limiter le risque de voir se développer des maladies parfois très graves. Or, si ces soins préventifs ne sont pas forcément très chers pris individuellement, ils doivent être réalisés à intervalle régulier pendant toute son existence, et représentent donc à ce titre des dépenses qu’il ne faut pas sous-évaluer.

Les dépenses vétérinaires préventives

Les dépenses vétérinaires préventives

Comme le dit le fameux adage, « mieux vaut prévenir que guérir ». Par conséquent, la meilleure façon de limiter le risque de voir le budget santé s’envoler à cause d’une maladie grave est encore d’« investir » dans des traitements préventifs, comme les vaccins, les antiparasitaires ou encore la stérilisation.

 

Certains ne sont à effectuer qu’une fois dans la vie du chien, mais d'autres doivent être effectués à intervalle régulier et représentent donc des dépenses annuelles plus ou moins fixes.

Le budget lié aux visites de routine chez le vétérinaire

Le budget lié aux visites de routine chez le vétérinaire

Les visites chez le vétérinaire permettent de s’assurer à intervalle régulier que le chien ne présente pas de maladie ou d’affection particulière. Ce bilan de santé du chien est aussi souvent l’occasion d’effectuer les rappels de ses différents vaccins. On recommande généralement un minimum d’une visite de routine par an pour les individus jeunes et adultes, et une visite tous les six mois pour les chiens âgés.

 

Que ce soit en France, en Belgique, en Suisse ou encore au Québec, les tarifs vétérinaires ne sont pas encadrés : par conséquent, chaque praticien est libre de fixer ses honoraires. En France comme en Belgique, une consultation de base coûte le plus souvent entre 30 et 50 euros.

Le budget lié à la vaccination du chien

Le budget lié à la vaccination du chien

Lorsqu’elle est possible, la vaccination est le moyen le plus efficace à l’heure actuelle d’éviter des maladies parfois très graves.

 

En France, quatre vaccins pour chiens sont obligatoires : le vaccin contre l’hépatite de Rubarth, le vaccin contre la leptospirose, le vaccin contre la maladie de Carré et le vaccin contre la parvovirose. Ils consistent en deux injections à un mois d’intervalle, puis en des rappels annuels ou biannuels. Ils peuvent être groupés afin de limiter les frais et simplifier le suivi des rappels. Dans tous les cas, il faut compter en moyenne entre 100 et 150 euros de vaccins la première année, puis entre 50 et 80 euros par an pour les rappels.

En fonction du mode de vie du chien et des maladies auxquelles il est confronté, il est possible d’ajouter des protections supplémentaires en plus de celles obligatoires. Par exemple, une vaccination du chien contre la rage peut être effectuée moyennant environ 70 euros par an, et le vaccin contre la piroplasmose coûte en moyenne 80 euros par an. Il est toutefois recommandé de combiner ce dernier avec le vaccin contre la maladie de Lyme, dans la mesure où le tout est généralement proposé pour environ 90 euros par an. Au maître ensuite de faire l’arbitrage entre le budget qu’il souhaite consacrer à la vaccination de son animal et les risques inhérents à chaque maladie.

Le budget lié aux traitements antiparasitaires du chien

Le budget lié aux traitements antiparasitaires du chien

Les traitements antiparasitaires permettent d’éliminer toutes sortes de parasites ayant colonisé le chien, qu’ils soient externes (puces, tiques, poux, etc.) ou internes (ver du cœur, ténia, ver des poumons, etc.). Ces traitements ne doivent pas être négligés, car la plupart des parasites sont susceptibles de causer à terme des infections parfois graves, comme la maladie de Lyme.

 

Pour limiter un tel risque, le chien doit être traité à intervalle régulier afin de ne pas laisser le temps aux éventuels parasites qu'il "héberge" de se multiplier et de causer des dégâts. Mieux vaut une petite dépense à intervalle régulier qu’un traitement lourd, coûteux et parfois long pour faire face à une infection sévère ou chronique… Il est préférable de traiter tous les chiens, y compris ceux qui ne semblent pas infectés à première vue, car les parasites ne sont pas toujours décelables immédiatement.

Les traitements antiparasitaires externes prennent le plus souvent la forme de colliers anti-puces / anti-tiques, de sprays ou de pipettes. Les colliers représentent l'option la plus économique : ils ont une durée de vie d'environ 6 mois et coûtent entre 20 et 30 euros en moyenne, ce qui correspond à une dépense annuelle d’une cinquantaine d’euros. Les pipettes et les sprays sont plus efficaces, mais plus onéreux : il faut compter une dizaine d’euros à chaque fois (sachant que plus l'animal est grand, plus le prix est élevé), et ils sont à renouveler tous les 1 à 2 mois, soit un budget annuel allant globalement de 60 à 120 euros selon le produit choisi et la taille du chien.

La vermifugation du chien permet quant à elle de lutter contre les parasites internes du chien. Elle doit être renouvelée tous les 3 à 6 mois en moyenne, en fonction du degré d'exposition aux vers. On trouve des vermifuges le plus souvent sous forme de comprimés ou de produit liquide à administrer par voie orale. Une boîte de deux comprimés coûte entre 10 et 15 euros, tandis qu'un flacon de 100 ml de liquide est vendu aux alentours de 25 euros. Au total, selon la taille de l'animal et le produit retenu, il faut compter entre 20 et 50 euros par an.

Le budget lié au détartrage des dents du chien

Le budget lié au détartrage des dents du chien

Faire détartrer les dents de son chien est indispensable pour prévenir l’apparition de maladies des gencives et de la mâchoire, comme la gingivite et la parodontose. Les frais d’un détartrage sont élevés, car l’intervention est loin d’être aussi anodine que chez l’Homme, notamment parce qu'elle se déroule sous anesthésie générale : en comptant la consultation, les examens préalables, l’anesthésie, le détartrage en lui-même et les éventuelles opérations annexes en cas de dent ou de gencive abîmée, il faut débourser entre 100 et 300 euros.

En moyenne, il est recommandé de faire effectuer un détartrage tous les deux ou trois ans. Pour les sujets les plus sensibles, un détartrage annuel peut même être nécessaire, ce qui représente rapidement des sommes considérables. Heureusement, en prenant quelques précautions, il est possible de ralentir fortement la formation de tartre sur les dents du chien, et donc de limiter le recours au détartrage.

Le budget lié à la castration ou la stérilisation du chien

Le budget lié à la castration ou la stérilisation du chien

La castration du mâle ou stérilisation de la chienne permet de réduire fortement le risque de maladies de l’appareil reproducteur et d’infections sexuellement transmissibles. Les mâles non castrés sont également plus volontiers fugueurs et bagarreurs que les autres : leur opération permet donc de réduire le risque d’accidents, de blessures et d’infections.

L’opération se pratique en une seule fois, sous anesthésie générale. Selon la taille du chien, le prix peut aller de 150 à 200 euros pour un mâle, et de 200 à 300 euros pour une femelle.

Les dépenses vétérinaires curatives

Les dépenses vétérinaires curatives

À l’inverse des actions préventives qui constituent des postes de dépenses régulières mais programmées et maîtrisées, les accidents ou les maladies ne sont pas prévisibles. Dans la mesure où on ne peut déterminer à l'avance le nombre et le type de soins dont un chien aura besoin chaque année de sa vie, il est plus que délicat d'établir un budget fiable pour les dépenses vétérinaires curatives.

 

Par ailleurs, la facture correspondant au traitement d'une maladie ou d'un accident peut très vite s'envoler, selon le type de soins à prodiguer et l'état de l'animal. Pour les maladies courantes comme l’otite ou la gale des oreilles du chien, qui ne nécessitent pas d’examen particulier ni de traitement lourd, les sommes à verser restent généralement abordables pour le maître. Mais dès lors qu’un chien doit être hospitalisé ou opéré, on parle alors de traitements coûtant plusieurs centaines voire dépassant le millier d’euros.

 

Voici une idée des prix qui peuvent être demandés pour quelques interventions, examens ou traitements types :

  • Prise de sang du chien : 10 à 20 euros ;
  • Analyse d’urine : 10 à 20 euros ;
  • Anesthésie générale : 30 à 50 euros ;
  • Radiographie : 40 euros ;
  • Echographie : 50 à 80 euros ;
  • Biopsie : 60 euros ;
  • Traitement d’une otite canine : 70 euros ;
  • Consultation vétérinaire d’urgence : 50 à 100 euros ;
  • Traitement d’une gastro-entérite : 80 euros ;
  • Ablation d’un kyste : 200 euros ;
  • Intervention chirurgicale suite à une fracture : 200 à 500 euros ;
  • Intervention chirurgicale dans le cadre d'une maladie : 800 à 1500 euros ;
  • Traitement d’un cancer du chien par radiothérapie : 1200 à 1500 euros.

 

Les prix peuvent varier non seulement selon le vétérinaire, mais également en fonction d’autres critères propres au chien, comme son âge, son poids ou son état de santé.

 

En tout état de cause, il est très difficile de mettre un montant précis en face des dépenses pour soigner son chien, car le budget qu'elles représentent dépend très largement des maladies qu'il contracte et/ou accidents qu'il subit.

Certains chiens coûtent-ils plus cher en frais de santé ?

Certains chiens coûtent-ils plus cher en frais de santé ?

Une santé plus fragile, une prédisposition génétique, une alimentation déséquilibrée, une mauvaise chute, une rencontre avec un congénère malade, ou même simplement la malchance : les raisons qui peuvent conduire à devoir débourser une grosse somme d’argent pour soigner son animal sont légion. Il est ainsi parfaitement possible que même au sein d’une portée donnée, les dépenses de santé diffèrent grandement d'un individu à l'autre.

Pour autant, toutes choses égales par ailleurs, certains chiens coûtent en moyenne plus cher en frais vétérinaires que les autres, que ce soit parce qu’ils ont plus de chance de tomber malades, ou simplement parce que les examens et traitements adaptés à leur morphologie sont plus coûteux.

Le budget santé selon la race du chien

Le budget santé selon la race du chien

Certaines races de chiens, comme le Chihuahua, le Beagle et le Shih Tzu, sont réputées pour vivre longtemps et en bonne santé. D’autres, au contraire, ont un organisme plus fragile et peuvent être prédisposées à toutes sortes de maladies plus ou moins graves : le Dalmatien est prédisposé à la surdité, le Labrador à des maladies de peau, le Teckel à des problèmes de vertèbres, etc. Cela ne signifie bien sûr pas que tous les individus appartenant à ces races connaissent ces problèmes et sont en mauvaise santé, mais le risque est plus élevé chez eux que chez les autres.

Il est donc judicieux de prendre le temps de se renseigner sur les risques potentiels au moment de choisir quelle race de chien adopter, mais également de s'enquérir des éventuelles maladies héréditaires et/ou génétiques dont souffrent les géniteurs du chien que l'on envisage d'acquérir. Le cas échéant, il peut alors être nécessaire de prévoir un budget santé plus conséquent qu'imaginé initialement.

Le budget santé selon la taille du chien

Le budget santé selon la taille du chien

C’est bien connu : les chiens de grande taille comme le Dogue Allemand, le Leonberg et le Bouvier Bernois vieillissent généralement moins bien que les très petits chiens. Ils sont notamment souvent prédisposés à des maladies cardiaques canines et à des troubles de l’appareil locomoteur, comme la dysplasie de la hanche.

Par ailleurs, le coût de certains traitements et interventions augmente avec la taille du chien. Ainsi, traiter un animal de 50 kg contre les puces ou les tiques est plus coûteux qu’en traiter un de 5 kg, car cela nécessite une quantité plus élevée de produit antiparasitaire. Certes, la différence de prix n’est que de quelques euros à chaque application, mais à l’échelle de plusieurs années, cela représente une somme d’argent non négligeable.

De la même façon, une anesthésie coûte quasiment deux fois plus cher si le chien est grand que s'il était petit (50 euros contre 30 en moyenne), car elle requiert d'injecter davantage de produit anesthésiant.

Le budget santé selon l’âge du chien

Le budget santé selon l’âge du chien

À l'image de ce que l'on constate chez l’Homme, un chien devient plus fragile au fur et à mesure qu’il vieillit. En effet, son système immunitaire est moins efficace : il a donc plus de risques de tomber malade, et les symptômes ont toutes les chances d’être plus prononcés et de mettre plus de temps à s’estomper. Les visites chez le vétérinaire se font ainsi plus fréquentes, d'autant qu'au-delà d'un certain âge, il est recommandé de faire faire un contrôle de santé à son chien tous les six mois, plutôt qu'une fois tous les ans. La santé d'un chien senior coûte donc en moyenne plus cher chaque année que celle d'un jeune ou d'un adulte.

Pour autant, la santé d'un chiot représente elle aussi un poste de coût important : non seulement elle doit être suivie de près étant donnée sa plus grande fragilité, mais en plus c’est généralement à cet âge-là que l’on s'occupe de faire stériliser, vacciner et identifier son chien par puce électronique ou tatouage, opération réalisée également par le vétérinaire. Les dépenses santé sont donc non négligeables lors des premiers mois de la vie d’un chiot.

Pour éviter au moins partiellement ces frais, une solution peut être d’adopter un jeune adulte : il sera très certainement en bonne santé, mais il aura déjà été identifié, vacciné et peut-être aussi stérilisé.

Maîtriser le budget santé de son chien grâce à une assurance

Maîtriser le budget santé de son chien grâce à une assurance

Qu’ils soient prévus ou liés à un problème de santé passager, les frais vétérinaires représentent bien souvent une charge non négligeable pour le budget du foyer. D’après une enquête réalisée en 2019 par l’Ipsos pour le compte de SantéVet sur les habitudes des ménages français, les propriétaires de chien dépensent en moyenne 223 euros tous les ans rien qu’en soins vétérinaires. Selon la même étude, faire euthanasier son chien est la solution pour laquelle 7% des maîtres opteraient face à une facture de plus de 1000 euros, faute de moyens suffisants pour pouvoir le faire soigner...


Dans la mesure où même le plus attentionné des maîtres peut un jour se retrouver confronté à une facture vétérinaire trop élevée pour lui, il apparaît judicieux de souscrire une assurance santé pour chien. Le principe est le même qu’une assurance pour humains : moyennant une cotisation mensuelle ou annuelle, la compagnie ou la mutuelle couvre tout ou partie des frais de santé du chien assuré. Il existe de nombreuses formules disponibles : selon la société choisie, le type de contrat et le montant des cotisations, le remboursement est plus ou moins conséquent. En général, les assurances pour animaux ont plutôt vocation à prendre en charge les frais liés aux maladies et aux imprévus, mais certaines proposent également de rembourser les dépenses courantes, comme les traitements antiparasitaires ou les vaccins.


En France, bien que l'existence des assurances pour animaux soit désormais largement connue, peu de maîtres ont pour l'instant décidé de franchir le pas : SantéVet estimait ainsi en 2017 que seuls 6% des animaux de compagnie étaient assurés, contre 40% en Grande-Bretagne et 80% en Suède. Cela étant, le nombre d’animaux - et plus particulièrement de chiens et chats - étant conséquent en France, le marché y est prometteur. Un grand nombre de compagnies d'assurances ayant pignon sur rue (Axa, Generali, Swisslife, etc.) ont ainsi des offres d'assurance animaux. On trouve également sur le marché des acteurs de la grande distribution, tels que Carrefour Assurance.

 

Il est parfois difficile de comparer les différents contrats proposés, mais il n'en reste pas moins que l'offre est diverse et variée : tout propriétaire envisageant d'assurer la santé de son chien ne doit donc pas hésiter à faire jouer la concurrence afin de trouver la formule et la compagnie qui correspondent le mieux à ses besoins et contraintes, ainsi qu'à ceux de son compagnon.

Le mot de la fin

Le prix d'achat d'un chien est loin d'être le seul aspect financier à prendre en compte quand on envisage d'adopter. En plus des accessoires de base et de la nourriture, il est important d'avoir en tête également le budget pour la santé du chien, qu’il s’agisse de dépenses préventives planifiées ou d'imprévus. Moyennant le versement d'une cotisation à intervalle régulier (généralement mensuellement), souscrire une assurance santé pour son chien permet de réduire considérablement l'aléa financier en cas de mauvaise surprise et de ne pas avoir à risquer de devoir sacrifier la santé de son compagnon.

 

En tout état de cause, il convient de ne pas oublier qu'en adoptant un chien, on s'engage notamment à faire en sorte de préserver sa santé à travers différentes actions préventives, mais également en le soignant en cas de coup dur. Au moment de prendre la décision d'adopter un chien, il faut donc être sûr de pouvoir assumer les dépenses que cela impliquera par la suite.

Dernière modification : 02/26/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Commentaires sur cet article

L'assurance c'est bien a faire

   
Par Morris/Gillian

D accord avec Vincent ! Je lui fais ses vaccins moi même !

0    0
Par Mimi

Et des personnes tel que vous devraient avoir la pudeur de se taire plutôt que de raconter des aneries pareils. Quel est ce raisonnement à deux balles ? Dans ce cas developpons la thèse : ne vous encombrez pas de choses inutiles tel que des gamins qui ont un cout enormement plus grand à l'année que 1200-1400€ et qui est pas bien plus utile qu'un enfant !
De plus une personne qui ne trouve pas que l'augmentation des produits de la vie courante (tels que les baguettes) ne sont pas révoltantes veux dire que vous êtes un mec qui n'a pas de soucis d'argent et qui n'a rien à dire concernant les galères des autres.
D'ailleurs une personne qui va sur un site d'animaux pour écrire ce type de commentaire ne doit pas avoir un brin de savoir vivre.

Cordialement,

Mr CHENARD

0    0
Par CHENARD

Pour la vaccination de votre chien il suffit d'aller a la pharmacie ou parapharmacie, d'acheter le vaccin et une seringue jetable et de faire vous meme une injection sous cutanée.
Cout entre 8 et 10€.

0    0
Par Vincent

L'assurance pour un chien c'est très bien, mais malheureusement à partir de 10 ans, que font les assureurs????? diminution des remboursements ou coût plus élevé!! c'est là qu'on aurait besoin d'être bien remboursé, surtout que la moyenne de durée de vie de nos compagnons, c'est 10-12 ans!!!

0    0
Par rapas

Devant le chiffre de la population totale d'animaix dits "de compagnie",les Français devraient avoir la pudeur de ne pas se plaindre du cout de la vie !
Les propriét&ires de chiens dépensent environ 1200/1400 Euros par an,mais protestent si la baguette
de pain augmente de 0,10 centimes.
je propose de rétablir un impot sur les chiens et chats. Cela calmerait cette folie.
Mais,comme disait Victor Hugo:" en France on aime mieux les chiens que les enfants". J.P.

0    0
Par JEAN PLASSE

Vos tarifs vétérinaires n'ont pas de sens (durée des traitements, ne tiennent pas compte de l'espèce).... Je vous conseille de plus travailler vos articles pour avoir un peu decrédibilit

0    0
Par louguy

je voullai prendre une assurance pour mon chien qui va arriver d'ici peu mais ce que vous dite me dissuade!!si c'est pour se faire arnaquer c'est pas la peine comme dit sophie vau mieux économiser en cas de pepin!!

0    0
Par biscote89

60 euros pour un rappel??? nous on paye 35 euros et on trouve déja ça cher ! Y a vraiment des vétos qui se font pas c...

0    0
Par Sim Br

Par expérience, les compagnies qui assurent contre les maladies, diront que telle maladie est congénitale, et donc qu'elle n'est pas pris en charge. Donc vous payez plus de 200 euros par an (sachant que chaque année le tarif augmente) pour au final, lorsque vous avez vraiment un gros pépin, votre assurance vous dit "NON ! ce n'est pas pris en charge".
Il faut faire super attention et lire entre les lignes et même en lisant entre les lignes, il n'est pas facile de savoir ce qui est remboursé ou non. Car même mon vétérinaire ne comprenait pas le motif de leur refus et leur avait même fait un courrier. Mais la réponse est restée inchangée.
On en a donc conclu que toutes maladies seraient donc congénitales (héréditaires) vis à vis des assurances.
Alors pourquoi s'assurer ?

0    0
Par Pitchoux

tout est bien explique Bravo jusqu'au prix habituellement pratique en france .Etant frontalier de l'Allemagne les tarif y sont 2 fois moins cher pourquoi ? les competences veterinaire seraient elles differents?? a mediter

0    0
Par pascal

hello , bravo pour les conseils émis par santé vet toutefois il est a déplorer que cet organisme n'assure que les chiens de moins de 7 ans ! au delà faut aller voir ailleurs ! dommage .

0    0
Par scottieland

C'est un choix à faire : Prendre le risque que notre chien ne souffrira jamais d'aucune maladie et économiser ainsi les mensualités ou faire comme pour nous : s'assurer. Le problème est de tomber sur une bonne compagnie. Moi....ça n'a pas été le cas. Il manque toujours un document au moment du remboursement

0    0
Par Sophie M.

Discussions sur ce sujet

Articles sur le même thème