10 conseils pour avoir un chien en bonne santé

Un chien heureux court dans l'herbe

Adopter un chien implique d'en prendre soin, de le rendre heureux, mais aussi de tout faire pour qu'il soit en bonne santé. Certes, il peut arriver de ne pas s'en occuper autant qu'il le faudrait, mais c'est surtout par manque de temps ou de connaissances, plutôt que par désinvolture ou intention de mal faire.


La bonne volonté n'est malheureusement pas toujours suffisante pour assurer sa santé. En revanche, respecter certains principes simples et efficaces permet de protéger son compagnon au mieux.


Voici donc 10 règles d'or pour avoir un chien en pleine forme et le garder en bonne santé le plus longtemps possible.

Surveiller sa croissance

Images illustrant un chiot qui grandit

La croissance est la période la plus critique dans la vie d'un chien, car elle conditionne en grande partie sa santé et sa sensibilité une fois adulte. Durant cette période, il est particulièrement fragile et peut facilement se blesser ou tomber malade, avec parfois des conséquences graves à la clé.

 

Par exemple, une croissance trop rapide causée par une alimentation trop riche en calcium ou par des efforts physiques trop importants conduit généralement à des malformations articulaires voire à un risque accru de développer une dysplasie du coude ou une dysplasie de la hanche, en particulier chez les races qui y sont prédisposées. À l'inverse, une carence en vitamines ou nutriments peut conduire à un retard de croissance et à un développement plus lent de certains organes, notamment le cerveau.

 

Dans un autre registre, certaines maladies sont particulièrement meurtrières pour les chiots, et laissent bien souvent des séquelles à vie chez ceux qui y survivent. C'est le cas notamment de la maladie de Carré ou de l'hépatite de Rubarth.

 

Pour ces raisons, il est plus que conseillé de surveiller étroitement la croissance de son chiot et contrôler régulièrement que tout semble normal, de veiller à ne pas trop le solliciter pendant cette période où il est encore fragile, et de contacter sans attendre un vétérinaire en cas de doute, d'anomalie ou de souci de santé - même si celui-ci semble bénin.

Le nourrir correctement

Un chien mange dans sa gamelle

Une condition sine qua non pour avoir un chien en pleine forme est de bien le nourrir tout au long de sa vie, tant quantitativement que qualitativement.

 

En effet, c'est par le biais de l'alimentation qu'il obtient la plupart des nutriments (protéines, vitamines, minéraux...) dont son organisme a besoin pour fonctionner correctement. Des repas de mauvaise qualité ont toutes les chances d'entraîner des carences ou des excès dans certains nutriments, qui à terme provoquent des problèmes de santé plus ou moins graves : une fatigue chronique, une perte de poils, des problèmes musculaires ou articulaires, etc.

 

Même si ce n'est pas systématiquement le cas, les aliments industriels pour chien que l'on trouve dans le commerce sont généralement bien équilibrés en nutriments, de sorte qu'ils occasionnent rarement une carence ou un excès. Il faut toutefois parvenir à bien les choisir et à en donner une quantité adéquate, ce qui n'est pas toujours évident. Pour ce qui est des options un peu plus atypiques telles que l'alimentation maison ou le régime BARF pour les chiens, c'est encore plus difficile de bien les équilibrer correctement.

 

L'enjeu étant de taille, mieux vaut dans tous les cas se tourner vers un vétérinaire au fait de ces questions, pour s'assurer de fournir à son animal une nourriture de qualité tout au long de sa vie.

Respecter son sommeil

Un chien dort sur le tapis du salon

Même s'ils sont moins paresseux que les chats, les chiens ont tout de même besoin de beaucoup dormir : entre 12 et 15 heures par jour à l'âge adulte, et jusqu'à 20 heures pour les chiots ! Cela dit, on ne s'en rend pas forcément compte, car contrairement aux humains, ils sont davantage adeptes des micro-siestes tout au long de la journée plutôt que des longues nuits réparatrices.

 

Ces nombreuses heures de sommeil sont en tout cas indispensables à la bonne santé d'un chien, car c'est pendant cette phase qu'il récupère des efforts physiques et mentaux effectués le reste du temps. De plus, son organisme en profite pour se débarrasser d'une partie des déchets accumulés pendant les moments d'éveil, et qui pourraient être toxiques s'ils devenaient trop nombreux. Ainsi, un manque de sommeil - a fortiori chronique - a des conséquences néfastes sur sa santé.

 

Par conséquent, une des premières règles à respecter pour avoir un chien en pleine forme est de ne pas perturber son sommeil et de le laisser se reposer.

Article détaillé : Le sommeil chez le chien

Le traiter contre les parasites

Un chien reçoit une pipette antipuce

Comme beaucoup d'autres mammifères, le chien n'échappe pas au fléau des infestations parasitaires : puces, tiques, poux, aoûtats, vers... Il faut dire que ces petites bêtes sont partout autour de nous, et qu'il est peu réaliste d'espérer y échapper indéfiniment. Or, elles sont susceptibles de transmettre des maladies parfois graves : c'est le cas par exemple de la maladie de Lyme, qui s'attrape par des morsures de tiques.

 

Les antiparasitaires pour chien sont donc essentiels pour éviter les infestations et réduire le risque de problèmes de santé. Certains ont une action répulsive, d'autres éliminent les parasites, et quelques-uns font carrément les deux à la fois.

 

En tout cas, pour maximiser les chances de garder son chien en pleine santé, il faut bien penser à utiliser deux types d'antiparasitaires : un contre les parasites externes (c'est-à-dire qui se trouvent sur la peau, comme les puces ou les tiques) et un autre contre les vers (comme le ténia ou les vers du coeur). Quelques produits couvrent les deux à la fois, mais c'est loin d'être le cas général.

L'emmener régulièrement chez un vétérinaire

Une vétérinaire tient un chien dans ses bras

Un chien n'est pas forcément très souvent blessé ou malade, a fortiori s'il est de constitution robuste et passe peu de temps en extérieur. Il peut donc sembler inutile de l'emmener chez un vétérinaire alors qu'il n'a pas de problème particulier, uniquement dans un but préventif - d'autant que cela représente un coût non négligeable.

 

Pourtant, nos compagnons demeurent des êtres fragiles, dont la santé peut rapidement vaciller et dont l'espérance de vie reste bien courte  : une dizaine d'années en moyenne, voire moins pour certaines races. En comparaison, nombre de chats atteignent sans problème les 20 ans, et même ceux de pure race (donc plus fragiles que les autres) ont une espérance de vie plus que correcte. Par exemple, un chat de race Scottish Straight vit en moyenne autour de 15 ans : même les chiens les plus robustes peinent à faire de même...

 

Pour maximiser les chances de garder son compagnon à ses côtés le plus longtemps possible, il est indispensable de ne pas attendre l'apparition de problèmes pour réagir, et de l'emmener chez un vétérinaire au moins une fois par an, voire davantage pour les sujets les plus fragiles. En effet, faire faire à son chien un bilan de santé complet permet de vérifier s'il est en pleine forme, ou de déceler un éventuel problème à ses débuts. Dans un tel cas de figure, cette détection précoce permet de mettre rapidement en place un traitement s'il en existe un, ou au moins de prendre diverses mesures pour réduire ou retarder les symptômes - et plus généralement limiter la progression du mal.

Le faire stériliser

Un chien endormi en pleine opération chez un vétérinaire

Les idées reçues sur la stérilisation des chiens ont la vie dure : faire opérer son animal serait inutile voire cruel, le rendrait même obèse, malheureux, différent de celui qu'il était avant...

 

En réalité, la stérilisation a plusieurs avantages intéressants pour lui et sa santé :

  • elle limite les fugues, et donc le risque d'accidents et de bagarres qui va avec ;
  • elle supprime le risque d'infections utérines des femelles et de cancers des testicules des mâles ;
  • elle réduit considérablement les chances de développer une tumeur mammaire, et ce chez les deux sexes.

 

Il s'agit donc indéniablement d'un moyen efficace de limiter les problèmes de santé et donc de garder son chien en bonne forme plus longtemps. Cela explique qu'il est généralement conseillé de faire stériliser les animaux que l'on ne souhaite pas ou plus faire reproduire.

Le faire vacciner

Un chiot Husky se fait vacciner par un vétérinaire

Comme pour les humains, les vaccins sont d'une grande utilité pour les chiens, car ils permettent de réduire fortement les risques de contracter certaines maladies graves et/ou difficiles à soigner - ou au moins d'en réduire les symptômes.

 

Il existe à ce jour une dizaine de vaccins différents destinés à la gent canine, qui protègent contre la maladie de Carré, l'hépatite de Rubarth, la parvovirose, la leishmaniose, la leptospirose, la rage, la toux du chenil, la maladie de Lyme et la piroplasmose. La plupart nécessitent une ou deux injections la première année, puis par la suite un rappel annuel afin de maintenir la protection. Comme chez l'être humains, certains de ces vaccins peuvent être combinés afin d'être administrés ensemble et donc limiter le nombre de piqûres.

 

Cela dit, tous ne sont pas forcément indispensables, car les chances de contracter les maladies en question diffèrent d'un chien à l'autre - en fonction notamment de l'endroit où il réside et de son mode de vie. Par exemple, s'il passe peu de temps en extérieur, le risque d'attraper la rage est faible, et un traitement contre les tiques limite les risques d'attraper la maladie de Lyme. Charge donc à chacun de discuter avec son vétérinaire pour déterminer en fonction de sa situation quels sont les vaccins incontournables pour garder son chien en bonne santé.

Le faire se dépenser

Un chien court avec un frisbee dans la gueule

L'une des clés pour avoir un chien en bonne santé est de lui donner chaque jour suffisamment d'occasions de se dépenser.

 

En effet, la plupart des chiens sont assez sportifs, et ne peuvent rester inactifs toute la journée : il leur faut des occasions de marcher, courir, sauter, explorer ou encore jouer. C'est indispensable pour le physique, car un corps qui n'est pas suffisamment sollicité finit par dépérir, mais aussi pour le mental. En effet, un chien a besoin d'évacuer ses frustrations, de se divertir et de stimuler ses facultés intellectuelles.

 

Heureusement, les occasions pour lui permettre de faire de l'exercice et de se dépenser ne manquent pas. Qu'il s'agisse de jouer avec lui, de l'emmener en promenade dans des lieux variés, de lui permettre de se baigner, de pratiquer avec lui des sports canins ou encore de lui faire rencontrer des congénères, toutes ces activités contribuent à son bien-être psychologique et sa bonne santé de manière générale.

Le toiletter

Un homme brosse son Husky Sibérien

Le toilettage est trop souvent négligé par manque de temps ou de connaissances sur le sujet. Pourtant, il participe clairement à la bonne santé du chien. C'est en effet ce qui permet de garder sa peau, son pelage, ses yeux, ses oreilles, ses ongles et ses dents en bon état, et de repérer rapidement un éventuel problème de santé à ce niveau-là.

 

Les principales étapes du toilettage d'un chien sont les suivantes :

  • démêler les poils pour enlever les noeuds ;
  • brosser le pelage pour retirer les poils morts ;
  • faire un shampoing de temps en temps ;
  • examiner et nettoyer les oreilles ;
  • examiner les yeux, et les nettoyer si besoin ;
  • brosser les dents ;
  • couper les ongles.

 

Tous les chiens n'ont pas besoin de faire l'objet de ces différents soins à la même fréquence, mais tous doivent en bénéficier régulièrement pour rester en bonne santé le plus longtemps possible. Chez beaucoup de races, une fréquence hebdomadaire suffit pour la plupart de ces soins : leur toilettage n'est donc pas très contraignant, et l'enjeu justifie pleinement de ne pas délaisser pas cet aspect.

Réduire le risque qu'il ait un accident

Un chien en pleine rue sur un passage piéton

Moins prudents et agiles que les chats, les chiens se montrent plus volontiers imprudents voire carrément casse-cous. En effet, il suffit parfois de pas grand-chose pour les voir partir à toute allure : une femelle en chaleur dans les environs, un petit animal qui galope devant eux, un joggeur ou un cycliste qui passe à proximité et réveille leur instinct de prédation, etc. Or, dans ces moments-là, ils oublient bien souvent les dangers qui rôdent autour d'eux, et peuvent donc facilement être victimes d'accidents.

 

Ces derniers peuvent aussi parfaitement se produire au domicile : électrocution en mâchouillant un câble branché, chute dans les escaliers, brûlure en s'approchant un peu trop de la cheminée, blessure en jouant avec un objet pointu, intoxication en avalant accidentellement des médicaments ou un produit chimique...

 

Quel que soit l'endroit, les risques ne manquent donc pas. Par conséquent, garder son chien en bonne santé implique de tout mettre en oeuvre pour limiter le risque d'accidents, que ce soit chez soi ou en extérieur. Cela passe notamment par le fait de lui apprendre à marcher en laisse lors des sorties, de sécuriser le logement et d'éviter de laisser traîner des objets et des produits au sol.

Le mot de la fin

Nombre de ces conseils pour un chien en bonne santé relèvent du bon sens, et ne sont pas très difficiles à mettre en oeuvre. Pris séparément, chacun n'a pas forcément un grand impact, mais s'ils sont tous appliqués en même temps, on augmente considérablement ses chances d'avoir un compagnon en bonne forme pendant longtemps.

 

Cela dit, il faut aussi être conscient que tous les chiens ne se valent pas en termes de santé, y compris au sein d'une même race : certains sont naturellement moins robustes voire plus fragiles que d'autres, du fait par exemple de leur bagage génétique ou de leur hérédité.

 

Il existe aussi une part d'aléatoire et d'imprévisible contre laquelle il est difficile de lutter : toutes les précautions et toute la prudence du monde ne suffisent pas toujours à garder son petit compagnon en bonne santé. La fatalité ne doit toutefois pas conduire à baisser les bras : au contraire, il s'agit d'une invitation d'autant plus forte à prendre de bonnes habitudes, de façon à écarter autant que possible les dangers qui eux au moins peuvent être évités.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 10/03/2021.