Le comportementaliste canin : un médiateur entre le chien et son humain

Lorsque les relations entre un humain et son chien se dégradent, lorsque les changements de comportement des animaux de compagnie rendent perplexes, on sollicite de plus en plus un comportementaliste canin.


En effet, cohabiter avec un chien qui a des problèmes de comportement peut être difficile et contraignant, et le comportementaliste pour chien peut apporter une solution durale pour l’épanouissement de tous.


Quel est le rôle d’un comportementaliste pour chiens, et comment le choisir ?

Page 1 :
Le métier de comportementaliste canin et félin
Page suivante :
Devenir comportementaliste pour chats et chiens : formations, qualités requises...

La cohabitation entre l’être humain, les chiens et les chats

L’étroite cohabitation de l’être humain avec un chien ou un chat n’est pas forcément aussi facile que l’on imagine. En effet, les espèces humaines, canines et félines, lorsqu’elles sont mises en relation, sont deux ou trois mondes différents qui se rencontrent. Et, dans son besoin de la compagnie d’un animal et de sa présence affective, l’être humain oublie souvent que les facultés d’adaptation des chiens et des chats à un monde qui n’est pas le leur ne sont pas sans limite.

 

Par exemple, la domestication du chien et son intégration dans la société humaine a fait progressivement évoluer son statut. De chien de garde, chien de chasse, chien de troupeau ou chien de compagnie, il est aujourd'hui passé au statut de membre de la famille à part entière. Et avec ce phénomène, sont apparus des troubles du comportement et du caractère.

 

On entend ainsi régulièrement parler de chiens destructeurs, de chiens qui mordent et dominent leur maître, ou encore de chiens qui attaquent les enfants. Mais ce n'est peut-être qu'une conséquence de notre anthropomorphisme : nous avons prêté à un animal domestique des sentiments et sensations humaines dont il n'est pas imprégné. Du coup, l'éducation canine a été mise de côté pour laisser place à un débordement excessif de tendresse. Mis à une place qui n'est pas la sienne et qui ne correspond pas à ses besoins fondamentaux, le chien a perdu ses repères et son identité.

 

Lorsqu’un animal se met à produire des comportements inattendus et gênants, voire dangereux, il signale son inconfort, ou une détresse plus ou moins grande devant ce qu’il vit. Ces conduites du chat et du chien, qui sont souvent mal ou pas expliquées, sont fréquemment des réponses envoyées sous forme de comportements sociaux propre à leur espèce. Et bien souvent, ces attitudes sont inadaptées à un contexte de vie humain. Ces désordres du comportement ont des origines complexes et parfois multiples qui peuvent être décodées, puis souvent réévaluées comme étant légitimes. Un chien n'est pas foncièrement méchant : les problématiques résultent souvent d'une mauvaise compréhension entre l'humain et l'animal. Comprendre que les conduites du chat ou du chien sont des symptômes de ses difficultés à s’adapter aux multitudes attentes dont il est l’objet permet donc de pouvoir agir et de ne plus contrer ou réprimer l’animal.

 

Les comportements gênants du chien ou du chat sont de natures diverses :

  • L’agressivité envers les humains, ses propres congénères ou les autres espèces animales, accompagnée ou non de morsures ;
  • Des atteintes à tout son environnement avec dégradations (griffades de chat, par exemple) et destructions dans la maison, le jardin ou la voiture ;
  • Des états de crainte, de qui-vive, de peurs voire de terreurs devant les humains ou les congénères, les bruits de la maison, de la ville ou bien de tout et de rien ;
  • Des aboiements intempestifs, des hurlements allant jusqu’à gêner le voisinage ou, chez le chat, des miaulements incessants ;
  • Des souillures, des manques de propreté remarqués comme délibérés ;
  • Des fugues ;
  • Des états d’agitation permanente et épuisante pour tout le monde ;
  • Des problèmes liés à la nourriture, allant du vol de nourriture jusqu’à l’absorption d’excréments ou autres matières non comestibles ;
  • Des comportements nouveaux, quels qu’ils soient, à l’arrivée d’un bébé dans la famille ou d’un autre animal (chien, chat ou autre). Cela peut être de l’indifférence, ou au contraire de l’agitation, par exemple.

 

Aujourd’hui, il n’est plus digne de négliger les besoins éthologiques du chien et du chat. En effet, si jusqu’il y a quelques années, la réalité de la vie animale était à peu près ignorée, cela n’est aujourd’hui plus le cas, grâce aux nombreuses études et observations menées en éthologie depuis quelques décennies.

 

Ainsi, lorsque l’on constate des comportements gênants de la part de son chien ou de son chat, la meilleure solution est de faire appel à un comportementaliste professionnel qui pourra décoder le comportement de l'animal et déterminer la ou les raisons qui le pousse à agir de telle ou telle façon.

Qu’est-ce qu’un comportementaliste pour chiens ou chats ?

En France, le métier de comportementaliste a été créé en 1986 par Michel Chanton, éthologiste et membre de titulaire de la Société Française d'Étude du Comportement Animal (SFECA). Il est également président d'honneur de la Fédération Internationale des Comportementalistes.

 

Le comportementaliste est là pour aider les humains et leurs animaux à mieux vivre ensemble, en proposant aux premiers de reconsidérer leur désir de cohabitation et de compagnie avec les seconds. Il apporte son aide aux propriétaires de chiens ou de chats, mais aussi aux responsables de collectivités.

 

Parfois surnommé « psy pour chien et chat », le comportementaliste est avant tout un spécialiste des relations humain/animal. Il intervient lorsque les relations entre la famille et l’animal se sont détériorées, et qu’une aide extérieure est nécessaire pour revenir à une cohabitation agréable. Il propose de porter un autre regard sur les animaux dits difficiles et sur leurs agissements déroutants voire inquiétants. Sa connaissance des codes sociaux et de communication des chiens et des chats permet de mieux le comprendre, sans s’en tenir aux idées reçues, ni évaluer l’inconfort, la peur ou l’anxiété de l’animal avec des critères humains. En effet, par culture, par habitude, méconnaissance ou encore battage médiatique, un chien qui n'obéit pas ou qui a des comportements atypiques est souvent considéré comme un chien mal éduqué. Cependant, tout n'est pas qu'affaire d'éducation.

 

Ainsi, en prenant connaissance de la situation de la famille et de la vie de l’animal, le comportementaliste pour chien et chat peut expliquer les raisons des changements d’attitude du compagnon animal, et proposer d’apporter des solutions. L’objectif est donc de comprendre la raison du comportement de son chat ou de son chien, puis d’harmoniser la relation avec un minimum de contraintes mutuelles. Car ce qui est logique pour un humain ne le sera pas forcément pour un animal, et vice-versa. Les changements à mettre en place peuvent concerner aussi bien l’environnement physique de l’animal que les rapports de l’humain envers lui. Travailler efficacement avec un comportementaliste nécessite donc d’accepter de se remettre en question : la malpropreté du chat n’est probablement pas une vengeance, mais un signal d’alarme pour montrer que quelque chose ne va pas. Et si un chien est agressif, peut-être est-ce parce que sa relation avec son maître est déséquilibrée.

 

Pour résumer, ce psychologue canin et félin apprend aux maîtres à comprendre le langage du chien et du chat et rétablit une communication cohérente entre l'humain et l'animal.

 

Le comportementaliste écoute, conseille, mais s’abstient de tout jugement ou mise en cause de son consultant. Et quelles que soient les raisons qui amènent à le contacter, les propositions seront adaptées au foyer et au mode de vie de la famille. Chaque situation étant unique, le comportementaliste se doit d’agir au cas par cas, afin de proposer une aide efficace.

 

Par ailleurs, un comportementaliste félin et canin est formé à deux disciplines différentes :

 

En outre, il peut également apporter son aide dans le cadre de l’application de la loi concernant les chiens dits dangereux.

 

C’est sur ces bases que le comportementaliste pour chats et chiens propose son approche à tous ceux qui veulent comprendre leur compagnon à 4 pattes, pour réguler ses comportements et harmoniser leurs rapports avec lui. Il fait en sorte que l'animal soit équilibré, stable et bien dans ses pattes, ce qui lui permet d'obéir naturellement et de répondre aux consignes simples presque sans lui apprendre. In fine, son intervention doit permettre d'éviter les abandons et les euthanasies abusives, souvent liés à une méconnaissance du milieu canin ou félin.

 

Au final, le comportementalisme est un univers complexe, où psychologie, éthologie, biologie, neurologie, expérience, capacité d'observation, sensibilité et empathie se mélangent pour permettre au professionnel de gérer la relation humain-animal.

Quand consulter un comportementaliste ?

Un comportementaliste peut apporter son aide dans plusieurs domaines. Il est ainsi possible de faire appel à lui avant l’adoption d’un chien ou l'adoption d'un chat. Il pourra donner des informations sur la façon de bien choisir un élevage de chiens, sur une race de chien ou de chat, sur un sujet dans une portée, ou encore sur l'âge auquel adopter en fonction des conditions d'élevage. Il pourra ensuite aider à mettre en place les bases d’une cohabitation propice à un apprentissage aisé du chiot ou du chaton à la vie humaine.

 

En outre, en cas d’adoption dans un refuge, faire appel à un comportementaliste permet d’avoir une aide pour accueillir un animal avec un passé immanquablement traumatique : certains animaux ont en effet été abandonnés pour des comportements gênants que leurs précédents propriétaires n’ont justement pas su comprendre, certains ont été maltraités, et d'autres encore ont été abandonnés une fois adultes, car ils ne correspondant plus à l’image que les maîtres s’en faisaient. Les causes d'abandon d'un chien ou d'un chat sont malheureusement nombreuses.

 

Enfin, le comportementaliste ré-harmonise également la relation avec un chien ou chat qui fait montre de comportements indésirables ou dangereux autant qu’inexpliqués. Il est important d’agir le plus tôt possible, et de ne pas attendre que s’installent les incompréhensions, mésententes et conflits. Cela garantira de retrouver plus vite une bonne relation avec son chat ou son chien, et diminuera d'autant la probabilité d'en venir à se poser un jour la question d'abandonner son chien ou son chat.

Comment choisir un comportementaliste félin ou canin ?

En France, la profession de comportementaliste n’est pas réglementée. Il n’est donc pas forcément évident de bien choisir son comportementaliste pour chat ou chien.

 

Cependant, quelques critères sont à prendre en compte, et font état du sérieux de ce professionnel de la santé animale :

  • Il a un numéro de SIRET. C’est la garantie qu’il exerce son activité en toute légalité ;
  • Il a suivi une véritable formation et peut en rendre compte. Posséder des chats ou des chiens ne suffit pas pour être un bon professionnel des relations humain/animal ;
  • Ses tarifs sont clairs ;
  • Il ne vous promet pas, avant le premier rendez-vous, des résultats en un temps donné. Chaque animal a en effet ses réactions propres, et il est impossible de faire de telles prédictions sans connaître son histoire. Pour certains animaux, 2 ou 3 séances suffiront pour résoudre le problème ; pour d’autres, il faudra plus de temps ;
  • Il se déplace à votre domicile afin de voir le milieu de vie de votre animal ;
  • Il travaille dans le respect des besoins de chacun et ne parle ni de punition, ni d’isolement, ni de contraintes.

 

Enfin, regardez si le comportementaliste que vous envisagez de choisir adhère à une association de comportementalistes et à son code de déontologie. Pour cela, vous pouvez vous rapprocher de l'Organisme Européen des Conseillers Comportementalistes (OECC), qui propose sur son site un code de déontologie de la profession. Ce dernier vise à mieux définir l’approche et délimiter l’exercice de cette activité qui, par ailleurs, n’est en rien comparable à l’éducation d’un animal. Comportementaliste et éducateur sont deux métiers différents.

Page 1 :
Le métier de comportementaliste canin et félin
Page suivante :
Devenir comportementaliste pour chats et chiens : formations, qualités requises...
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager :  

Besoin d'aide ?

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Commentaires sur cet article

j'ai exploré tout le site lors de l'arrivée de mon chiot je l'ai trouvé excellent.il m'a aidé à comprendre le monde canin où les codes sont très différents du monde des hommes et j'ai appris à me situer par rapport à lui et à l'éduquer en faisant le moins d'erreur possible

   
Par le Gal
Rédiger un commentaire

Sommaire de l'article

Auteur

Amandine Roulet

Discussions sur ce sujet