Gérer une pension pour chiens : qualités requises, formation et débouchés

Gérer une pension pour chiens : qualités requises, formation et débouchés

En France, de nombreuses pensions canines permettent de partir en vacances sans son chien. Ces endroits rassurent bon nombre de propriétaires, car ils laissent leur compagnon entre de bonnes mains durant leur absence.


Le métier de pensionneur canin est ouvert à tous, mais comment fait-on pour ouvrir une pension pour chiens ? Quelles sont les qualités requises et quelles formations peut-on suivre ?

Page 1 :
Le métier de pensionneur canin

Une pension canine, ou chenil, est l'endroit où l'on peut laisser son chien lorsque l'on part en vacances ou en week-end. Certaines pensions acceptent parfois plusieurs types d'animaux, du chien au chat en passant par des animaux plus exotiques.

 

S'il est primordial d'aimer les animaux et les chiens lorsque l'on souhaite ouvrir un chenil, cela ne suffit pas : bien d'autres qualités sont requises.

 

Tout d'abord, être organisé est très important lorsque l'on est à la tête d'une pension pour chien. Il faut en effet s'occuper de plusieurs animaux – éventuellement de différentes espèces - en même temps. Il faut donc connaître les besoins de chacun des pensionnaires et y répondre méthodiquement et rigoureusement. Par exemple, pour les régimes alimentaires des chiens ou la prise de médicaments, l'erreur est exclue, car elle peut avoir des répercussions dramatiques.

 

Par ailleurs, savoir faire des piqûres est également indispensable, car on peut être amené à accueillir un chien diabétique. Les gestes précis peuvent être enseignés par un vétérinaire. De manière générale, lorsque l'on est à la tête d'une pension canine, on est responsable de la santé des chiens que l'on garde.

 

D'autre part, faire preuve de courage, de psychologie et de finesse sont des qualités importantes. Gérer plusieurs animaux, aux caractères différents, peut s'avérer compliqué : ils peuvent ne pas s'entendre. En cas de bagarre entre chiens, il faudra pouvoir les séparer et les calmer, et, pour cela, ne pas avoir peur d'être mordu ou griffé.

Outre la solidité psychologique, une certaine endurance physique - voire de la robustesse - est requise. En effet, que les animaux soient dans des box ou qu'ils partagent la maison comme des membres de la famille, l'hygiène est primordiale et les chiens doivent évoluer dans des milieux propres. Pour cela, il faut utiliser des produits spécifiques, pour éviter d'intoxiquer les chiens.

 

Dans un autre registre, un bon sens de la communication est requis. Il faut pouvoir écouter et rassurer les maîtres qui laissent leur compagnon en pension, et qui sont parfois plus stressés que les animaux eux-mêmes. Et lorsqu'il s'agit de refuser un animal, savoir faire preuve de diplomatie et de tact est essentiel.

 

Enfin, la passion pour les chiens est peut-être la qualité la plus importante lorsque l'on souhaite ouvrir une pension canine, car c'est d'elle que découlera l'envie de bien faire : prendre soin des pensionnaires, promener les chiens, appeler le vétérinaire,  gérer l'éventuelle anxiété de séparation des chiens et les consoler de l'absence de leurs maîtres...

 

Pour autant, il faut aussi être capable de ne pas trop s'attacher, car les chiens ne sont là que pour un court moment. Il ne s'agit pas d'être déchiré par le départ d'un pensionnaire !

Page 1 :
Le métier de pensionneur canin
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager :  

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Sommaire de l'article

Discussions sur ce sujet