Exposition nationale d’élevage de bassets artésiens normands et de chiens d’Artois

24/07/2014
Partager :  

Le 2 et le 3 août, la fête de la vénerie, du cheval et de la chasse, organisée par les Amis du Vautrait de Ragy, se déroulera dans le parc du château de Bresse-sur- Grosne. À cette occasion, aura lieu l’exposition nationale d’élevage de bassets artésiens normands et de chiens d’Artois.

Le basset artésien normand est une race de chien de chasse d’origine française. Créé au XIXe siècle, il résulte de croisements entre des bassets de Normandie (ou basset de Lane) et des bassets d’Artois (issus du Chien d’Artois), deux races aujourd’hui disparues. La race fut introduite en Angleterre et aux États-Unis. Au départ créé pour la chasse, de nos jours il s’agit surtout d’un chien de compagnie.

Deux fois plus long que haut, le Basset Artésien Normand est porté par des membres courts et souvent torses. Il possède un dos large avec un rein légèrement harpé, des cuisses bien musclées, une poitrine large au sternum saillant. La queue, assez longue, est portée gaiement. La tête présente un crâne en dôme, un chanfrein busqué, de longues oreilles fines, souples et tire-bouchonnées. Grands et foncés, les yeux dégagent une expression douce et franche.

Le basset artésien normand est un chien calme, doux et affectueux. Ses qualités de chasseur sont un nez fin et une belle voix. Pas trop rapide, son maître pourra le suivre. Attention cependant, ses petites pattes lui interdisent les terrains trop accidentés. Il s’agit d’un chien courant qui poursuit en meutes, en autre, les renards, les sangliers et les chevreuils. Bon pisteur, il mène le gibier d’une voix grave et profonde. Courageux et efficace, il déniche les lièvres et les lapins. Par contre, ce passionné de chasse risque de faire la sourde oreille s’il découvre une piste alléchante.

À la maison, c’est un chien gai et patient avec les enfants. C’est un merveilleux compagnon, affectueux, vif toujours bien luné. D’un naturel plutôt obéissant, il nécessite cependant une éducation ferme. Il peut vivre en appartement, à condition de l’y habituer très jeune et de le sortir fréquemment. Le basset artésien normand sera plus heureux dans une maison avec jardin, dans un cadre campagnard que dans un appartement. Il ne faut pas se fier à sa petite taille. C’est un vrai sportif qui réclame des promenades régulières pour entretenir sa forme physique et éviter l’embonpoint.

Le chien d’Artois est un chien de taille moyenne, charpenté et musclé, pas trop long. Sa tête large et forte avec son oreille pratiquement plate le différenciant des autres chiens courants français. Sa robe est tricolore (fauve-noir-blanc). Ses yeux sont saillants, grands, très ouverts, l’air mélancolique et doux de couleur brun foncé.

Pour le chien d’Artois le gibier de prédilection est le lièvre. Sa finesse de nez et son endurance lui assurent également une excellente notoriété dans la chasse du sanglier et ces qualités participent à la progression des effectifs.

D’origine française, le chien d’Artois est un descendant direct, en taille réduite du Saint Hubert à robe noire qui, lui-même descendrait directement du « Canis Segurius ». Dès le XVe siècle, notamment pendant la guerre de Cent ans il est fait mention de Chiens d’Artois ; alors que le roi de France Charles VII, était contraint de se retirer à Bourges, son rival le roi d’Angleterre Henri VI fit en 1431 une entrée remarquée dans Paris accompagné de Chiens d’Artois. Son standard fut un temps modifié par différents croisements, mais avec la ténacité de quelques éleveurs, il a pu, siècle après siècle, conserver son type et ses qualités de chasseur tous terrains. Chasseur et campagnard, il n’est guère fait pour la vie urbaine. Il aime vivre en meute et avoir beaucoup de liberté. Le Chien d’Artois ne supporte pas d’être attaché, comme tout chien courant.

L’exposition nationale d’élevage de bassets artésiens normands et de chiens d’Artois, aura lieu le samedi 2 août dans le cadre de la fête de la vénerie, du cheval et de la chasse dans le parc du château de Bresse-sur-Grosne.

Sources : basset artésien normand et la société centrale canine.

Actualité suivante :
Les joies de la baignade

Discussions sur ce sujet