Devenir maître-chien : qualités requises, formation, salaire...

Devenir maître-chien : qualités requises, formation, salaire...

Seul, même le mieux formé et le plus intelligent des chiens policiers n’est rien. Tout au long de sa vie active, il fait équipe en permanence avec son maître-chien, et c’est la collaboration très étroite de ce binôme qui permet d’obtenir d’extraordinaires résultats.


Si les formations de maître-chien policier comportent des variantes d’un territoire à l’autre, la sélection des candidats reste toutefois assez comparable, et vise à tester à la fois à la fois les motivations du candidat, sa relation avec les chiens et ses aptitudes physiques.

Qu'est-ce qu'un maître-chien ?

Qu'est-ce qu'un maître-chien ?

Un maître-chien est comme son nom le laisse penser une personne responsable du dressage puis de l'utilisation d'un chien pour accomplir certaines missions particulières comme la garde, la défense, la détection de substances illicites ou encore la recherche de personnes disparues.

 

Il suit un programme de dressage afin de préparer son compagnon canin à exécuter les tâches qui lui sont confiées et obéir aux ordres donnés. Il doit pour cela créer une véritable relation de confiance avec lui, pour être en mesure de s'en faire obéir en toutes circonstances.

 

L'expression « maître-chien » est la plus employée à ce jour pour désigner ce métier, même si elle prête à confusion avec le métier de dresseur au sens large. On parle parfois aussi de conducteur cynotechnicien, de conducteur de chien ou d'agent cynophile.

Les différents types de maître-chien

Un chien policier allongé sur le sol à côté de son maître

Il existe différents types de maître-chien en fonction des missions à accomplir :

 

  • la patrouille, pour intercepter des intrus dans des zones interdites ;

 

  • la recherche de produits illicites (stupéfiants, armes, faux billets...) ;

 

  • la recherche de personnes disparues ;

 

  • le gardiennage, c'est-à-dire la surveillance de certains lieux (immeubles, entreprises, lieux protégés...) ;

 

  • l'assaut, pour intercepter des personnes retranchées.

Dans quel cadre exercer le métier de maître-chien ?

Dans quel cadre exercer le métier de maître-chien ?

Le métier de maître-chien peut s'effectuer de différentes façons :

 

  • dans le civil, en tant qu'agent de sécurité pour effectuer des missions de gardiennage à destination de particuliers (immeubles, propriétés privées...) ou d'entreprises (centres commerciaux, zones de stockage, usines, entrepôts...) ;

 

  • dans la police ou la gendarmerie (en France), pour participer à des missions variées allant de la recherche de produits illicites jusqu'aux missions d'intervention voire d'assaut.

Les qualités pour devenir maître-chien

Les qualités pour devenir un bon maître-chien sont globalement les mêmes qui sont attendues quels que soient les cas de figure, même s'il existe bien sûr des particularités en fonction des missions.

Être à l'aise avec des chiens

Un maître fait un gros câlin à son chien

Il faut en premier lieu aimer les chiens et être à l'aise en leur présence, ce qui n'a rien de très surprenant. Ainsi, toute personne atteinte de cynophobie ou qui n'est pas spécialement rassurée en compagnie d'un membre de la gent canine ne peut prétendre devenir maître-chien.

 

Il en va évidemment de même de ceux qui souffrent d'allergie aux chiens : même s'ils les adorent, il risque d'être difficile pour eux de passer beaucoup de temps en leur compagnie et donc de remplir leur mission.

Avoir une très bonne condition physique

Un policier marche d'un pas assuré avec son Malinois

Un maître-chien doit disposer d'une très bonne condition physique et pratiquer un sport régulier pour effectuer correctement son métier.

 

En effet, il lui faut être suffisamment endurant pour pouvoir suivre son compagnon lors des interventions et ne pas se laisser distancer, ce qui n'a rien d'évident quand on sait qu'un chien est beaucoup plus rapide et endurant qu'un humain. Il peut ainsi être contraint de rester debout longtemps et/ou marcher de longues heures.

 

De plus, il doit être en mesure de porter son chien pour l'aider à accéder à des zones en hauteur, sachant qu'un chien d'intervention pèse en moyenne autour de 30 kilos.

 

Tous ces éléments font qu'il n'est pas donné à tout le monde de devenir maître-chien.

Avoir certaines qualités humaines

Un policier entraîne son chien à détecter de la drogue

Pour devenir maître-chien, il est essentiel de faire preuve de constance, de rigueur et de pédagogie. En effet, même si les races généralement utilisées pour ces tâches sont choisies pour leur docilité et leur obéissance, le dressage n'est pas une mince affaire. Quelqu'un qui se montre impatient voire perd rapidement ses nerfs a peu de chances de devenir un bon maître.

 

La patience est d'ailleurs une qualité indispensable si l'on souhaite exercer dans le domaine du gardiennage, de la surveillance ou de la sécurité. En effet, une bonne partie du temps passé dans ces missions consiste simplement à attendre de longues heures que quelque chose se passe.

 

Dans le même temps, il faut disposer d'une grande force de caractère, de sang-froid et de détermination pour être en mesure de tenir le coup face à des situations difficiles et à des individus potentiellement agressifs voire dangereux.

Avoir des connaissances sur les chiens

Un homme avec son chien marchent dans l'herbe

Aimer les chiens et être à l'aise en leur compagnie ne suffit pas pour être un bon dresseur, ni même un bon maître. Il faut en effet disposer pour cela de connaissances approfondies sur la psychologie canine, le langage canin, leur fonctionnement et la façon de les éduquer de la manière la plus efficace possible.

 

Cela étant, ces connaissances sont souvent apportées au cours de la formation pour devenir maître-chien : il n'est donc pas forcément nécessaire d'en avoir beaucoup avant de se lancer. Néanmoins, c'est évidemment un plus d'avoir déjà des connaissances dans ce domaine.

La formation pour devenir maître-chien

La formation pour devenir maître-chien dépend de chaque territoire et du cadre dans lequel on souhaite exercer (civil, police ou gendarmerie).

La formation de maître-chien en France

En France, il existe plusieurs types de formation pour devenir maître-chien selon que l'on souhaite exercer dans la police nationale ou municipale, la gendarmerie, les services des douanes ou le civil.

Dans la police nationale

Un chien policier entourés de policiers

Toute personne souhaitant devenir maître-chien dans la police nationale en France doit être gardien de la paix depuis au moins deux années, ou bien être gradé.

 

Le processus de sélection inclut notamment un entretien oral devant un jury composé de membres des centres de formation ainsi que d’un psychologue. Le candidat y parle de sa carrière et de ses motivations, passe des tests d’aptitude physique, et est mis en présence de chiens afin de juger ses réactions.

S’il est retenu, il intègre la formation au Centre National de Formation des Unités Cynophiles, ou dans l'un des Centres régionaux s'il souhaite effectuer des missions de patrouille. Il y effectue trois mois de formation avec un chien fourni à cette occasion. Après cela, le binôme passe un examen final pour être opérationnel.

Dans la police municipale

Un chien policier allongé sur le sol, en extérieur

Pour les polices municipales qui emploient des chiens policiers, il faut être déjà policier municipal et faire une demande de formation, qui sera généralement effectuée par une société privée agréée par l'Etat, comme pour les agents de sécurité.

 

Pour avoir accès à la formation, plusieurs attestations sont nécessaires, notamment celle de Sauveteur Secouriste du Travail et celle d’Équipier de Première Intervention.

 

Par ailleurs, contrairement aux autres institutions, le candidat forme son propre chien ou est amené à en adopter un – la plupart des centres de formation aux métiers avec des chiens en proposent, mais il peut aussi avoir la possibilité de se fournir à l’extérieur. La formation du binôme dure sept semaines et se termine par un examen final.

Dans la gendarmerie

Dans la gendarmerie

Pour devenir maître-chien dans la gendarmerie, il faut d'abord y avoir exercé au moins 5 ans dans une unité opérationnelle et être au moins au grade de sous-officier. Il est alors possible de postuler pour la formation en question, qui se déroule dans le Centre National d’Instruction Cynophile de la Gendarmerie situé à Gramat, dans le Lot (46).

 

Le candidat peut suivre différents types de formation en fonction de la spécialité qu'il souhaite acquérir : la recherche (de personnes, de stupéfiants, d'explosifs...) ou l'intervention (dans la gendarmerie ou dans une unité spéciale comme la Garde républicaine ou le GIGN).

 

La formation dure 14 semaines. Le binôme maître-chien est constitué lors des deux premiers jours en fonction des profils psychologiques de chacun (le gendarme ne choisit donc pas son compagnon), puis apprend à se connaître et à créer un lien fort pendant les deux premières semaines. Ce n'est qu'ensuite que le véritable entraînement peut commencer.

 

Au terme de la formation, si le binôme réussit l'examen final et est jugé opérationnel, il est alors intégré à une équipe cynophile correspondant à sa spécialité. Il fonctionnera ainsi pendant 7 à 8 ans, jusqu'à ce que le chien parte à la retraite vers l'âge d'environ 9 ans.

Dans le civil

Un agent de sécurité cynophile et son chien devant un établissement à surveiller

Pour exercer le métier de maître-chien dans le civil, il faut au préalable obtenir un CAP agent de prévention et sécurité, ou un BEP agent de prévention et sécurité, dans un centre de formation reconnu par l'Etat.

 

Pour pouvoir postuler, il faut disposer d'un casier judiciaire vierge, avoir effectué sa Journée d'Appel et de Préparation à la Défense, et posséder un chien ou s'engager à en acquérir un respectant les critères du centre en question. La formation dure environ 9 mois, comprenant à la fois des cours et des stages pratiques.

 

Au terme de cette formation, le candidat valide un titre professionnel d'agent cynophile de sécurité, lui permettant de se voir délivrer une carte professionnelle et d'exercer dans le civil.

 

Il peut alors postuler pour intégrer une entreprise privée travaillant dans le domaine de la sécurité ; les places étant toutefois limitées et demandées, mieux vaut s'inspirer de modèles de CV et d'autres astuces pour avoir plus de chances d'obtenir un poste. Il peut aussi faire le choix de se mettre à son compte, mais parvenir à se faire une clientèle en sortant de formation n'est pas chose aisée.

La formation des maîtres-chiens en Belgique

Un Malinois renifle des valises pour détecter de la drogue

Comme en France, il faut déjà faire partie de la police pour pouvoir prétendre à une formation comme maître-chien. Au sein de la Police Fédérale, le chien et son maître sont formés à part, contrairement à ce qui se fait dans de nombreux pays. C’est seulement à travers leur vie commune par la suite que les liens se créeront.

Au niveau local, c’est très différent. Un policier qui veut devenir maître-chien doit former son propre chien lui-même dans un centre de formation aux métiers canins agréé et se présenter ensuite aux examens. S’il les réussit, le binôme est opérationnel, et devra par la suite valider ses aptitudes chaque année.

La formation des maîtres-chiens en Suisse

Un maître-chien et son Berger Allemand se donnent la patte

En Suisse, les aspirants maître-chiens (ou plus couramment appelés « conducteurs chiens » dans le pays) peuvent se former avec leur chien dans des clubs cynologiques gérés par la Société Cynologique suisse, ou dans des écoles d’éducation canine privées.

 

Le test d'aptitude a lieu tous les 2 mois, à tour de rôle dans les cantons. Le chien doit avoir au moins 14 mois révolus pour pouvoir participer, même s'il peut être plus jeune pour commencer la formation. Si le binôme réussit le test, il peut ensuite exercer dans le public (il faut alors qu'il fasse partie de la police) ou dans le privé, selon son choix.

La formation des maîtres-chiens au Canada

La formation des maîtres-chiens au Canada

Au Canada, il faut faire partie d’un corps de police (Gendarmerie Royale du Canada, Service de police de la Ville de Montréal, ou un autre corps similaire dans une autre province) pour devenir maître-chien.

 

Le candidat reçoit le chien lorsqu’il est âgé d’un an à un an et demi, alors que celui-ci a déjà eu une formation initiale.

 

À partir de là, leur formation est commune. Sa durée est de 18 semaines, auxquelles peuvent s’ajouter 5 semaines de spécialisation en recherche. Ils seront déclarés opérationnels après une évaluation finale, puis devront effectuer des stages de recyclage annuel obligatoires tout au long de leur période active.

Le maître-chien peut-il choisir son chien ?

Le maître-chien peut-il choisir son chien ?

Il est assez rare que le maître-chien puisse choisir le compagnon avec lequel il sera ensuite en binôme. En effet, l'animal doit répondre à des critères précis d'âge, de caractère et de docilité, ce qui limite considérablement le choix. Selon les pays, il peut aussi avoir reçu une éducation spéciale au préalable.

 

Ainsi, en France et en Belgique, seuls les maîtres-chiens opérant dans la police municipale ou dans le privé peuvent choisir leur compagnon, alors que dans la police nationale et la gendarmerie (pour la France), le binôme est constitué au début de la formation en fonction du caractère de chacun.

 

En Suisse, c'est l'aspirant maître-chien qui choisit et forme son propre animal dans un centre agréé, la seule condition étant que ce dernier doit avoir au moins 14 mois pour pouvoir passer le test de validation.

 

Au Canada, le chien est fourni au candidat par le centre de formation, après avoir déjà reçu une éducation spéciale pendant les mois qui précèdent.

Quel est le salaire d'un maître-chien ?

Quel est le salaire d'un maître-chien ?

Le salaire que peut espérer obtenir un maître-chien dépend d'un certain nombre de facteurs, notamment le domaine dans lequel il officie.

 

En France par exemple, un maître-chien gagne en début de carrière :

  • autour de 1300 euros s'il est un simple gardien de la paix, sachant que des grades plus élevés lui permettent d'obtenir de meilleurs revenus ;
  • autour de 1700 euros s'il officie dans la gendarmerie ;
  • entre 1500 et 2000 euros s'il travaille dans le privé.

 

Tout dépend ensuite du pays dans lequel on exerce, du service pour lequel on travaille et de sa spécialité.

Le mot de la fin

L’univers des chiens policiers et de leurs maîtres est passionnant et en constante évolution, car il faut sans cesse s’adapter aux nouvelles menaces, aux nouveaux trafics, aux nouvelles substances, ainsi qu’aux efforts et techniques de dissimulation.

 

La formation initiale du maître-chien et de son compagnon est indispensable, mais elle n’est rien sans entraînement régulier et sans pratique. Il est toujours possible de s’améliorer pour essayer d’être plus efficace dans la neutralisation d’individus dangereux, d’intercepter plus de trafiquants, de sauver plus de vies, de retrouver plus de personnes disparues - ou au moins leur dépouille si elles ne sont plus en vie.

Même s’il existe des limites à leurs talents, leur efficacité et leur fiabilité ne sont plus à prouver et font l’unanimité aux quatre coins du monde. Ils forment des tandems inséparables et en harmonie totale, et les histoires de ces binômes maître/chien, au-delà de simples chiffres de forcenés arrêtés, de kilos saisis ou d’affaires résolues, illustrent de façon éclatante cette relation si particulière qui unit l’Homme et le chien depuis la nuit des temps.

 

Sources :

https://www.police-nationale.net/policier-maitre-chien/

https://www.police-nationale.net/gendarme-maitre-chien/

https://www.profession-securite.org/cynophile/agent-de-securite-cynophile/

https://www.jobijoba.com/fr/fiches-metiers/Agent+cynophile+securite

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AEtre-chien_en_France

Dernière modification : 03/06/2022.