Quand les « pure race » ont le cerveau qui bascule

11/08/2010
Partager :  

(Agence Science-Presse) Si les chiens de race font tourner les têtes des humains, les humains font aussi tourner le cerveau des chiens : la sélection esthétique pratiquée depuis des générations sur certaines espèces a une influence sur la position des organes à l’intérieur de leur crâne.

Michael Valenzuela et son équipe de l’Université des Nouvelle-Galles-du-Sud ont utilisé un scanneur pour observer l'intérieur de la tête de 13 chiens de différentes races, dont les lignées ont été sélectionnées sur des milliers d’années afin d’obtenir des museaux de longueurs différentes. Ils ont constaté que le cerveau des chiens au museau le plus court était incliné de plus de 15 degrés vers l’avant et que leur bulbe olfactif — la zone cérébrale responsable de l’odorat située dans la région frontale — s’était donc déplacé vers le bas. « C’est la première étude qui suggère que la sélection en vue d’obtenir des critères anatomiques a un impact sur l’organisation du cerveau », ajoute Lisa Collins du Collège vétérinaire royal d’Hatfield au Royaume-Uni, dans le New Scientist. Cette réorganisation n’a en revanche pas d’effet connu sur la santé des différentes races, précise Mme Collins

Discussions sur ce sujet