Présence d'une race de chien sauvage

28.04.2012
Partager
 

AISNE. La présence d'une race de chien sauvage est signalée dans les forêts de l'Aisne. Le dernier témoignage provient du Soissonnais. Les chasseurs tentent d'évaluer le phénomène.

CERTAINS d'entre vous l'ont croisé sans le savoir. Le chien viverrin est bien présent dans l'Aisne, mais aussi en Champagne-Ardenne, en Alsace-Lorraine, en Bourgogne, en Franche-Comté.
Des témoignages de sa présence sont précieusement collectés par la Fédération des chasseurs de l'Aisne. Pascal Liénard, technicien, est en possession de sept signalements. Ils proviennent surtout des zones boisées entre Laon et Soissons. « Nous voulons vraiment évaluer cette présence. Il n'y a pas de plan spécifique de lutte contre lui », dit-il.
Originaire de Corée, de Russie, de Chine orientale, du Japon et du nord de l'Indochine, cette espèce est la seule du genre à hiberner. Si son apparence rappelle celle du blaireau ou du raton laveur, c'est bien d'un chien qu'il s'agit. Mais pas question de le promener en laisse, ce chien appartient bien à la faune sauvage.
Aux dernières nouvelles, le chien viverrin a été aperçu à Cuisy-en-Almont, près de Soissons le 10 avril. Il s'agissait d'une femelle qui a été piégée par un chasseur un peu interloqué par l'apparence de la bestiole.


Plusieurs hypothèses
Un autre animal a été aperçu en forêt de Retz l'an dernier. Mais cette présence ne date pas d'hier. La première vérifiée date de 1979 à Guise.
Pour expliquer ce curieux phénomène à des milliers de kilomètres de son implantation naturelle, il n'y a que des hypothèses. Pascal Liénard penche pour des lâchers orchestrés par des particuliers peu désireux de les conserver ou des cas d'animaux enfuis. Dans l'ex-URSS, le chien viverrin a été élevé pour sa fourrure. Dans l'Aisne, il se montre plutôt discret, en se déplaçant la nuit.
Pascal Liénard estime cette population à quelques dizaines de spécimens. Il précise que ce chien n'est pas dangereux pour l'homme. Il n'est d'ailleurs pas agressif mais peut tout de même transmettre la rage. « C'est une espèce qui prend la place d'autres. Elle est en concurrence avec le renard », souligne le technicien.

Thierry de LESTANG PARADE
[email protected]
Les personnes ayant aperçu un chien viverrin dans l'Aisne peuvent s'adresser à Pascal Liénard à la Fédération des chasseurs de l'Aisne : 03.23.23.30.89.