Palmarès 2012 des chiens préférés des français

22/03/2013
Partager :  

Si le berger allemand, le golden et le berger belge reste les races de chiens préférées des Français et que certaines autres maintiennent leur rang, quelques nouvelles tendances se dessinent.

Chaque année, la SCC (Société centrale canine) publie les statistiques des inscriptions au LOF (Livre des origines français). Cela correspond au nombre de chiens de pure race qui ont été “déclarés” et enregistrés sur ce livre dont elle assure la gestion.

Le nombre des naissances par race donne une image des grandes tendances. Elles correspondent aux races qui ont les faveurs du public, même si ces statistiques ne sont pas un palmarès des ventes.

Tête de liste inchangée

Pas de grandes surprises dans les premiers chiens du Top 10. Le berger allemand arrive toujours en tête avec ses 11.205 naissances en 2012, suivi du golden retriever (8.877) et du berger belge (8.145).

La Cavalier King Charles, petit chien très apprécié pour la compagnie du fait d’un caractère “souple” et qui se destine à toutes sortes de maîtres, garde la quatrième place.

Parmi les races qui ont la côte et maintiennent leur rang, on peut également citer le bouledogue français, le setter anglais, le Jack Russel terrier, ou encore le Yorkshire, bouvier bernois, beagle

Un berger et un type bull créent la surprise

Si le chihuahua continue de progresser (+ 11 % avec 5.522 naissances), la plus grosse surprise vient du berger australien. Le nombre de ses naissances fait un bond de 21 % sur la période 2011-2012, passant de 5.805 à 7.047.

Autre forte progression (la plus élevée d’ailleurs), celle du Staffordshire bull terrier (staffie) : + 37 % (4.149 naissances en 2012, contre 263 dis ans plus tôt).

Pourquoi un tel engouement de la part des éleveurs dans sa production et des maîtres dans son choix ? Certainement parce qu’il est l’ancêtre de l’ amstaff ( American Staffordshire terrier), de taille plus petite et non concerné à la différence de son cousin par la loi de janvier 1999 sur les chiens dits “dangereux”. Ce qui n’a pas empêché à l’ amstaff de passer de dixième à la septième place du Top 10, avec une progression de 15 % de ses naissances (6.533). Deux races qui requierent elles aussi de frapper aux bonnes portes en vue de leur acquisition.

Modes et revers de fortune

Les races de chiens connaissent des modes, ce qui n’est pas toujours pour leur rendre service. Elles attirent en effet ceux que l’on appelle les « marchands de chiens » à l’origine d’une production de piètre qualité.

Ce qui doit inciter le futur acquéreur d’un chiot de prendre son temps. Visiter plusieurs élevages dès lors que l’on choisit de passer par cette filière est vivement recommandé.

Cela permet de s’assurer de l’état sanitaire des lieux, de voire les parents des chiots, du moins la mère, de constater si les petits sont correctement socialisés, etc.

Enfin, il existe aussi pour certaines races des tests en vue de dépister des maladies génétiques. Des parents détectés “indemnes” offriront une garantie supplémentaire au nouveau maître.

Rappelons en effet que les tares héréditaires ne sont pas prises en charge par l’assurance santé animale (mutuelle chien) pour les maîtres qui souhaiteraient par la suite souscrire ce type de contrat visant à rembourser les frais vétérinaires en cas d’accident ou de maladie.
Claude Pacheteau