les chiens préférés des Français

25/04/2012
Partager :  

Chiens de compagnie, chiens de « poche » ou bien imposants molosses : à quelles races de chiens va la préférence des Français ?

La France est au cinquième rang des pays d'europe, elle compte 8 millions de chiens dont 25% qui peuplent les foyers français.
Crédits photo : Jean-Christophe Bott/AP

Les chiens sont répartis au sein de dix groupes selon la nomenclature officielle de la cynophilie française. A chaque groupe correspondent certains types (bergers, terriers, retrievers, lévriers, etc.) avec des utilisations ou destinations différentes: compagnie, activités sportives, garde, chasse…

Les chiens de pure race sont inscrits au sein du LOF (Livre des origines français) géré par la SCC (Société centrale canine), placée sous l'égide du ministère de l'Agriculture.

Chaque année, la SCC publie les statistiques des naissances des chiens de pure race. Ce qui est le reflet de l'engouement des Français pour telle ou telle race de chien. Chaque période n'échappe pas à certains phénomènes de mode. Il y a eu, entre autres, par le passé, le husky et ses beaux yeux bleus, le dalmatien mis en vedette par les studios Disney. Puis au début des années 2000 les molosses et terriers de type bull.

Des phénomènes de mode qui sont à redouter. Car la demande augmentant, l'offre donne parfois lieu à une production de piètre qualité. Des «marchands de chiens» surfent sur cette vague, et des maîtres un peu trop pressés font l'acquisition d'un chiot sur un coup de tête ou un coup de cœur… sans prendre les précautions de se renseigner sur la race comme il se devrait: quels sont ses besoins, son caractère, son mode de vie. Cela malgré la loi de janvier 99 dont on parle souvent comme étant celle sur les chiens dits «dangereux», mais qui comportait un volet destiné à la moralisation du marché de la vente des animaux de compagnie.

Des chiens vendus sans traçabilité, souvent venus d'élevages intensifs de Belgique ou des pays de l'Est, séparés trop tôt de leur mère et de leur fratrie, mal socialisés. Des chiens qui n'auront de leur race et leur aspect que le nom. Et pour lesquels le risque de présenter des troubles du comportement en grandissant n'est pas à négliger. Celui de développer plus ou moins rapidement des maladies non plus. Berger allemand: l'indétrônable
Si le berger allemand est aujourd'hui de loin toujours en tête du Top 10 des chiens préférés des Français avec 11.374 naissances en 2011 (suivi du golden retriever et du berger belge), les petits chiens ont de plus en plus la côté.

Cela peut s'expliquer par le fait que les familles cherchent un chien de compagnie sympathique et peu encombrant, capable de vivre en ville, ce qui est parfois de plus en plus difficile avec un chien de taille plus imposante.

Les petits ont la côte
Cavalier King Charles, Yorkshire terrier et bouledogue français confortent donc leur position avec respectivement 7825, 6189 et 6085 naissances l'an passé. Mais parmi les chiens de compagnie et d'agrément, c'est le chihuahua qui fait une nette percée avec 4966 naissances (+30% sur la période 2010-2011), contre 3808 en 2010 (65 naissances en 1970!).

Le plus petit chien du monde - celui que Paris Hilton a souvent dans les bras et auquel les studios Disney ont aussi consacré un film! - attire de plus en plus. Passe-partout, présenté comme étant capable de faire ses besoins dans un bac à litière tout comme un chat, il séduit désormais un large éventail de maîtres. Aussi bien les personnes âgées que les jeunes «branchés»! Un chien qui doit toutefois être considéré comme tel et pour lequel son éducation ne doit en rien différer de celle à prodiguer aux plus grands de ses congénères.

Les molosses reprennent du poil de la bête
Avec l'instauration de la loi sur les chiens dits dangereux de janvier 1999 puis la mise en place successive de toute une série d'obligations pour les maîtres (assurance responsabilité civile, permis de détention, évaluation comportementale, etc.), le législateur n'aura finalement pas eu raison des molosses! Le rottweiler, en perte de vitesse, regagne du terrain: 2044 naissances en 2011, contre 1928 en 2010 alors qu'il frôlait les 6 500 naissances en 2001). Indemne pour l' american Staffordshire terrier (aussi baptisé amstaff) pour lequel on a enregistré 5683 naissances en 2011 (5501 l'année précédente et 3489 en 2001).

Dans la catégorie molosse, c'est cette année le cane corso ( chien de cour italien) qui se distingue. D'ailleurs, toutes races confondues, c'est lui pour lequel on enregistre la plus forte progression sur la période 2010-2011: + 35% avec 3200 naissances contre 2375 en 2010. Une progression qui peut s'expliquer par le fait que ce chien n'est pas concerné par la loi sur ceux dits dangereux et qui donc n'impose pas aux maîtres de se plier à la législation les touchant.

Enfin, parmi les trois races qui ont le plus progressé sur un an, il y a également le Staffordshire bull terrier avec une hausse de ses effectifs de + 22% (3038 naissances). Plus petit que l' amstaff, ce terrier de type bull n'est pas lui non plus concerné par la loi de janvier 99. Mais comme il est l'ancêtre de l' amstaff, il s'inscrit dans le même type de chiens.

Discussions sur ce sujet