Le Saint-Bernard

Le Saint-Bernard, un chien résistant au froid

On représente souvent le Saint-Bernard avec un tonnelet de schnaps dans le cou, prêt à sauver les victimes d‘avalanches et de tempêtes de neige partout dans les Alpes.

 

De fait, ce chien ne craint en aucun cas l'hiver et ses intempéries, quoi que les froids polaires ne lui soient pas familiers. Il adore d’ailleurs tirer la luge des enfants, soutenant sans peine leur cadence et soulageant d’autant leurs parents...

 

Pourtant, il ne serait arrivé en Suisse que vers le début du 18ème siècle, à l'hospice du col du Grand-Saint-Bernard. En effet, le Saint-Bernard tel que nous le connaissons aujourd’hui serait issu de croisements faits par les moines de l’hospice entre des chiens reçus des familles avoisinantes dans la dernière moitié du 17ème siècle. Pourtant, si l’on se penche un peu plus sur son histoire, on découvre un passé très différent...

 

En effet, il est en fait originaire à la base de Haute-Assyrie, au Moyen-Orient, un territoire aujourd'hui couvert par l'Iran, l'Irak, la Syrie, le Liban et la Turquie. C’est dans cette région qu’ont été découverts des bas-reliefs datant de plus de 3.000 ans représentant une version à poil court de la race. Son parcours l’a mené ensuite en Grèce et à Rome. De là, les armées romaines ont été le vecteur de sa diffusion dans toute l'Europe occidentale au cours du 1er siècle après Jésus-Christ.

 

Avec de telles origines, pas étonnant que ce chien  ne soit pas plus effrayé par la chaleur que par le froid ! De l'ombre et de l'eau sont par conséquent ses seuls besoins lors des périodes de fortes températures.

Dernière modification : 09/04/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet